Test Devil May Cry 5, Dante et la Démoniaque Comédie !

En ce début d’année 2019, Capcom a décidé de faire fort, très fort en remettant sur le devant de la scène ses licences phares ! Après un Resident Evil 2 Remake qui a mis tout le monde d’accord c’est au tour de Devil May Cry de se montrer. Plus de 10 ans ont passé depuis le dernier (et vrai) Devil May Cry mais force est de constater que si Capcom a énormément communiqué sur Resident Evil 2, le studio s’est montré beaucoup plus discret quant à Devil May Cry 5. On a bien eu droit à une démo qui m’avait personnellement laissé perplexe mais ensuite, pas de vidéo à outrance pas de screenshots. Pour les plus jeunes, le premier DMC avait littéralement mis une claque à la communauté avec son gameplay nerveux et surtout une atmosphère ultra badasse avec un scénario de série B et des personnages haut en couleurs ! Voyons si ce 5ème opus remet à l’honneur une des références du beat’em all.

Devil May Cry 5 2019-03-17 00-12-19
De retour…

Danté dents !

Non il il n’y a pas de faute d’orthographe dans le titre il suffit de jouer au jeu pour comprendre… Lorsque l’on prend la saga Devil May Cry en main, on comprend très vite que le scénario n’est pas un de ses points forts c’est le moins que l’on puisse dire. Cet opus ne déroge pas à la règle et conserve l’esprit Série B qui anime les développeurs depuis l’origine. Si je faisais très simple on a, à ma gauche, un grand méchant qui veut détruire l’humanité mais heureusement qu’il y a, à ma droite, les grands gentils pour le combattre… Ce résumé me rappelle la parodie Biouman des Inconnus… Plus sérieusement, Urizen, un démon surpuissant veut mettre au pas l’humanité via le Qliphoth une sorte d’arbre maléfique géant qui prend possession de la ville. Dante et Néro, deux chasseurs de démons hors pair vont le combattre à l’aide de V, un humain mystérieux toujours accompagné de deux invocations qui le protègent. On est pas loin de mon résumé précité non ? Mais j’ai envie de vous dire on s’en fout ! Je ne vais pas refaire mon laïus sur Michael Bay, mais je vous le dis, les gars de Capcom ont fait du pur Devil May Cry ce qui signifie scénario d’action qui tient sur un post-it et que l’on pourrait retrouver dans n’importe quel film des années 90’s comportant Stallone, Swarzy ou encore JCVD. Bon, il faut quand même être honnête et reconnaître que les développeurs ont fait un petit effort au niveau de la timeline. En effet, jouer trois personnages différents et de manière alternative conduit à les diriger de manière alternative ce qui implique certains retour en arrière qui donne un peu plus (mais pas trop) d’épaisseur au scénario.

Devil May Cry 5 2019-03-15 14-59-55
Le duo de départ

Devil May Cry ne vous demande pas de réfléchir, il vous demande de tataner tout ce qui se présente à vous avec des personnages ultra badasses qui n’en manquent pas une pour faire une remarque relevant de la caricature ou de Chuck Norris… Le tout prend place dans une ambiance néo gothique sur fond de musiques métal ou hard qui vous plonge  totalement dans l’action et dans la frénésie des combats. Qu’en est-il de ce DMC 5 ? Et bien, il est parfaitement réussi ! Il est évident qu’il faut apprécier le style badasse voir kitch. Personnellement je trouve que cela fait du bien par moment de ne pas se prendre la tête et de jouer en enchaînant les combats. Nero, qui est le premier chasseur de démon que l’on prend en main, y va toujours de son petit mot et je trouve qu’il forme un tandem génial avec Nico qui est mon coup de cœur au niveau des personnages. Cette vendeuse d’arme est prétentieuse, grande gueule, gaffeuse mais ô combien indispensable pour l’aventure ! Vraiment j’ai adoré les cinématiques qui la mettent en scène, toujours grande gueule avec tout le monde alors que c’est la seule à n’avoir aucun pouvoir… V est celui qui m’a le moins plu en terme de personnalité (parce que niveau gameplay c’est autre chose mais ça j’y reviendrai par la suite !), ce côté mystérieux à outrance et l’air d’être déconnecté m’a un petit peu saoulé. Heureusement qu’il est accompagné de Griffon, un aigle qui est très… second degré et qui parle pour deux… Une nouvelle fois les cinématiques qui les mettent en scène font apparaître une relation en tandem. Cette notion de tandem était présente dès le premier opus, ce qui permet de dire, une nouvelle fois, que les développeurs ont voulu revenir aux sources de la série.

Devil May Cry 5 2019-03-17 14-20-57
Vous avez dit badasse ?
Devil May Cry 5 2019-03-15 15-40-50
A tout moment !

En parlant de cinématiques, autant en profiter pour évoquer l’aspect graphique du jeu. Le jeu tourne sous RE Engine, tout comme RE7 et RE2 Remake, ce qui signifie que c’est un moteur qui a fait ses preuves et qui continue de les faire dans DMC 5. Les graphismes proposés sont vraiment réussis particulièrement lors de vos balades en ville. La ville présente un aspect gothique, cher à la série, aspect qui est exacerbé par l’architecture et les intérieurs des bâtiments que l’on visite.

Devil May Cry 5 2019-03-17 00-13-58
Les extérieurs ont vraiment de la gueule
Devil May Cry 5 2019-03-16 00-12-59
Même dans le détail
Devil May Cry 5 2019-03-15 23-35-38
Et toujours dans le gigantisme !

Les effets de lumière sont particulièrement réussis y compris lors des combats même si pour ces derniers, on peut déplorer un manque de lisibilité avec V et ses deux invocations pour lesquels il faut avoir l’œil partout y compris derrière l’écran !

Devil May Cry 5 2019-03-17 01-19-52
Vous avez dit bordel ?

Je serai en revanche moins dytirambique quant à vos balades au sein du Qliphoth. J’ai eu l’impression de retrouver les enfers dans la fin de DMC premier du nom. Le problème est que dans cet arbre, tout se ressemble ! C’est une succession de couloirs et de salles en forme d’arènes qui se ressemblent tous et qui donne l’impression de tourner en rond… C’est dommage surtout que ce lieu sera celui des missions finales et je trouve qu’il manque de gigantisme et d’envergure par rapport aux boss et notamment les combats proposés en extérieurs dans la ville. Il n’en demeure pas moins que le jeu reste d’une excellente facture et en tout cas bien au dessus de la moyenne !

Devil May Cry 5 2019-03-17 00-34-08
Des couloirs…
Devil May Cry 5 2019-03-17 00-32-00
Des couloirs…
Devil May Cry 5 2019-03-17 00-28-09
Mais on en prend plein la gueule quand même…

J’en termine sur le bande son du jeu… Comment faire un test d’un Devil May Cry sans parler de sa bande son qui joue un rôle essentiel pour l’immersion du joueur ? Devil May Cry c’est avant tout des combats nerveux et dynamiques et ces deux caractères ont toujours été intensifié par la musique du jeu durant les phases de combats. Une nouvelle fois, cet opus ne déroge pas à la règle et propose une bande son que je juge personnellement d’exceptionnelle ! Les morceaux sont variés et longs ! On a l’impression que l’on pourrait écouter certains de ces morceaux dans un bar type grunge ou rempli de motards aux mines patibulaires mais presque. Ça tombe bien les héros donnent l’impression de sortir de ce genre de bar ! Au final on a en prend plein les yeux et plein les oreilles et mon dieu que cela fait du bien !!

Devil May Cry 5 2019-03-17 00-54-13Devil May Cry 5 2019-03-17 00-00-01Devil May Cry 5 2019-03-17 00-17-01

Une équipe avec Nero défaut !

Les développeurs ont pris un risque en choisissant de nous proposer non pas un seul personnage à diriger mais trois ! On pourrait croire que les différences portent uniquement sur les skins des héros mais pas du tout puisque c’est bien trois gameplay différents qui vous sont proposés et qui permettent de rendre DMC 5 moins répétitif que ses prédécesseurs ou que les autres beat’em all. Car il ne faut pas se voiler la face, le principal défaut des beat’em all est la répétitivité puisqu’au final c’est une série de combats dans des couloirs et arènes fermés qui vous est proposée. La mise en bouche se passe avec Nero. Nous avions pu le tripoter dans tous les sens lors de la démo, il est normal de débuter le jeu avec lui. De prime abord, on retrouve le gameplay classique à tout DMC : un bouton X pour se servir de Blue Rose, le flingue de Nero, un bouton Y pour l’épée, un bouton B pour se servir de son Devil Braker, un bouton A pour sauter, une gachette pour charger la barre d’Exceed et une autre pour locker les ennemis. L’ensemble peut paraître simple mais vous n’allez pas croire tout ce que vous pouvez faire avec ! Nero fonctionne donc avec des Devil braker qui sont fabriquée par Nico et qui remplacent le bras que Nero a en moins… Il y a un sacré nombre de Devil Braker et chacun a son pouvoir et son utilité propre. Vous pouvez en équiper un nombre limité sur vous et autant vous dire que leur choix a son importance avant de démarrer un niveau. On retrouve par exemple l’Overture qui envoie des décharges électriques, le Megabuster qui est un hommage à Megaman ou encore le buster arm qui peut tuer certains ennemis d’un coup. Je ne vais pas vous spoiler le reste et vous laisse le soin de le découvrir par vous même.

Devil May Cry 5 2019-03-15 15-14-57
Les apparences sont trompeuses…
Devil May Cry 5 2019-03-15 15-15-24
Mais les hommages évidents !

Après quelques niveaux, vous aurez droit de commander V, qui est le nouveau personnage emblématique de la série et Capcom a bien su teaser à son sujet ! On retrouve les mêmes mécaniques de gameplay sauf qu’ici pas d’épée ni de flingues car V est trop faible et ne peut se battre seul. Mais inutile de s’inquiéter car V a le pouvoir d’invoquer deux esprits, Griffon et Shadow respectivement un aigle et une panthère. Si j’ai pu vous parler de la place que prend Griffon dans la relation qu’il a avec V durant les cinématiques, il ne faut pas négliger le nouveau gameplay que ces deux invocations créent. En fait Griffon tire des projectiles à l’instar d’un flingue et la panthère va jouer au corps à corps et au sol. L’ensemble est extrêmement jouissif même s’il demande un temps d’adaptation. Car détrompez vous ce n’est pas uniquement une histoire de touches qui ont une fonction différente, les différents personnages vont obligent réellement à repenser votre gameplay. Personnellement j’ai eu beaucoup plus de facilité à enchaîner les SSS avec V plutôt qu’avec Nero. Au delà du fait que V a la capacité de rendre ses invocations plus fortes, il dispose d’une ultime qui est la possibilité d’appeler Nightmare qui est un énorme monstre qui dévaste tout sur son passage (même si son effet est court). Cette invocation est possible lorsque votre jauge de DT (qui remplace l’exceed de Nero) est pleine. Pour terminer avec ce gameplay, il faut savoir que les invocations n’ont pas la capacité de tuer les démons, il revient à V de les achever avec ses jambes et surtout avec sa canne avec une classe affolante !

Devil May Cry 5 2019-03-17 01-28-03
Toujours bien accompagné
Devil May Cry 5 2019-03-16 00-55-06
Et classe !

Et comme si le jeu attendait que vous prouviez votre valeur, ce n’est qu’après 10 niveaux que vous pourrez mettre la main sur l’unique, l’inimitable et le mythique Dante ! Pour moi, le monde du jeu vidéo comporte deux héros ultra badasse même si le second a gagné en profondeur avec le dernier opus : il s’agit de Dante et de Kratos ! Deux héros de beat’em all pêchus et qui ont un charisme que l’on ne retrouve que dans un film d’action d’antan comprendre il ouvre sa gueule avant de baffer les ennemis et après les avoir baffé… Dès le premier combat, on comprend vite pourquoi il s’agit du dernier personnage qui est mis à notre disposition, tout simplement car son panel de coup est phénoménal et l’ensemble conduit à un gameplay extrêmement riche ! Les coups sont à peu près les mêmes que pour Nero sauf que… Dante dispose de plusieurs armes de corps (épée de sparda, balrog et d’autres que je vous laisse le soin de découvrir mais qui sont extrêmement jouissives je vous le garanti)  à corps et de flingues (flingues, pompe, lance missile) vous pouvez switcher entre via vos gâchettes. Il s’agit du premier élément de gameplay par rapport aux deux précédents chasseurs. Ensuite, Dante possède 4 styles de combat que vous utilisez, avec le bouton B, en fonction de la situation (et de vos envies) avec la croix qui est inutilisée pour les autres personnages. Chaque style porte en fait sur une de vos armes et comportement. Le trickster est utile pour ce qui fonce dans le temps puisqu’il permet de vous déplacer plus vite. A l’opposé le Royalguard sont pour ceux qui la jouent plus défensifs avec la possibilité de parer les coups des ennemis. Le gunslinger vous donne un coup supplémentaire avec les armes à feu alors que le swordmaster concerne votre arme de CaC. L’ensemble reprend en fait le gameplay des précédents opus mais c’était il y a tellement longtemps et je ne vous cache pas qu’il m’a fallu un temps d’adaptation pour bien choper l’ensemble. Parce Dante est vraiment le meilleur une fois que l’on comprend toutes les mécaniques de gameplay précitée car pour atteindre le SSS il faut varier et quoi de plus facile lorsque l’on vous propose une tonne de coups différents ?

Devil May Cry 5 2019-03-17 14-10-55

Bien évidemment et pour les trois personnages, vous avez la possibilité d’étoffer leurs capacités ou de les rendre plus fortes via le shop qui est tenu par l’inévitable Nico. Comme dans tous les DMC le shop vous permettra avant tout d’acquérir de nouvelles techniques comme le double saut, de nouveaux combos. Puis vous pourrez améliorer vos combos en les rendant plus puissant ou en y rajoutant un coup. Au delà des capacités, vous avez la capacité d’acheter des consommables comme pierre de résurrection ou des pierre pouvant améliorer votre jauge de vie. Enfin et uniquement pour Nero, vous avez bien évidemment la possibilité d’acheter des Devil Braker qui sont l’invention de Nico. Un petit mot pour écrire (et non pas dire) que même dans le shop, les gars de chez Capcom ont réussi à y ajouter un côté kitch. L’apparence de Nico est kitch : l’intello en mode décalé et tatouée de partout. Et bien à chaque fois que vous achèterez un Devil Braker je vous laisse découvrir l’animation à laquelle vous avez droit… A la limite du mauvais goût mais on ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire.

Devil May Cry 5 2019-03-15 15-21-33Devil May Cry 5 2019-03-17 00-22-06

V comme Vendetta

L’environnement est excellent, les personnages différents et charismatiques mais qu’en est il in game ? Que nous propose ce DMC 5 ? Très simplement je vous dirai de la baston de la baston et encore de la baston. Mais attention, ici ce n’est pas de la baston réchauffée que l’on trouve en fin de rayon avec une bonne promotion. Là on est dans la baffe d’or, le high kick de platine. Dans Devil May Cry on bourrine mais avec Classe avec un grand C ! Pour ce qui l’ignore le but dans DMC est d’enchaîner les combos en variant le style et sans se faire toucher pour faire monter votre jauge de style jusqu’au rang SSS. Pourquoi est-ce si important ? Car à la fin de chaque combat votre note est convertie en orbes rouges ou démonites rouges qui sont la monnaie d’échange au shop de Nico. Comme je l’ai dit plus tôt, j’ai trouvé bien plus faciles les combats avec V qu’avec Nero mais soyons clair tous les personnages se manient au poil et si vous butez sur quelque chose vous ne pouvez vous ne prendre qu’à vous même !

Devil May Cry 5 2019-03-17 01-31-46Devil May Cry 5 2019-03-17 00-10-48

Car les combos sortent vraiment bien du moment ou vous aurez choper le timing parce que marteler vos boutons comme une brute sans faire attention à ce qui passe à l’écran et vous n’obtiendrez rien de bon de votre chasseur de démons. Ne vous inquiétez pas, un mode Limbe est disponible. Il s’agit en fait d’un mode entrainement assez complet qui vous permet de choisir l’ennemi que vous voulez en mode actif ou passif. Mais c’est bien beau de se battre avec style, encore faut il nous offrir de la viande fraiche et de qualité ! Le bestiaire est bien varié et surtout a une sacré gueule ! Entre les Hells Antenora en mode furie avec leurs double hachoir (qui piquent un petit peu il faut l’admettre) et les ennemis que l’on a connu dans DMC premier du nom et qui ont bénéficié d’une cure de jouvence ! J’ai été heureux de retrouver les Death Scissors qui, comme leur nom l’indique, ont une énorme paire de couilles de ciseaux. La licence a gagné d’ailleurs en « trash » avec le caractère design de certains comme Artémis. Comme d’habitude je vais chipoter en disant que le bestiaire prend quand même au recyclage en prenant des ennemis en leur rajoutant une excroissance pour en faire un nouveau…

Devil May Cry 5 2019-03-15 23-47-31Devil May Cry 5 2019-03-15 14-47-51Devil May Cry 5 2019-03-17 15-25-49

Pour le reste et de manière plus générale, Devil May Cry 5 est un beat’em all tout ce qui a de plus classique. Il en reprend les codes qui font la réussite du genre mais également les défauts. Oubliez l’idée de monde ouvert et la nécessité d’explorer de vastes zones. Ici le jeu est découpé en mission au nombre de 20. Elles ont un début (merci capitaine Obvious) et une fin qui une fois sur deux est un boss assez retors jusqu’à comprendre ses paterns. Avant chaque mission, en plus du passage au shop, vous avez, pour Nero, la possibilité d’ajuster votre stuff et particulièrement vos Devil Braker que vous pouvez porter en nombre limité mais entre lesquels vous ne pouvez pas switcher… La seule façon de passer au Devil Braker suivant c’est de détruire celui dont vous êtes équipé. On constate alors que l’ordre a une importance en fonction du niveau ! Ensuite du très grand classique, on enfile les couloirs et les arènes à chaque fois bloqués jusqu’à avoir éliminé le dernier ennemis présent. Et on termine par le problème du jeu : la répétitivité. Et encore, heureusement qu’il y a trois personnages aux gameplay différents mais il n’empêche que tout ce que vous avez à faire c’est bastonner bastonner et encore bastonner à chaque fois dans des endroits clos avec l’impossibilité d’éviter le combat. Comme sous entendu précédemment, à l’instar d’un film de Michael Bay, jouer à Devil May Cry 5 vous permettra de mettre vos neurones au repos : mais qu’est ce que ça fait du bien !

Devil May Cry 5 2019-03-16 23-43-27
Les boss sont énormes
Devil May Cry 5 2019-03-16 01-03-24
Bien mis en scène
Devil May Cry 5 2019-03-15 23-54-14
Et toujours retords !

Le jeu se montre relativement long surtout pour ceux qui aiment le challenge et qui veulent absolument faire tout en SSS. Rassurez vous, il y en a pour tout le monde car le jeu prévoit même la possibilité d’activer l’option combos automatiques et là finis les problèmes de timing nos personnages fracassent tout et tout le monde mais au détriment de moins d’orbes rouges (faut pas déconner non plus!). Entre les missions principales et les secondaires qui sont parfois cachées dans les niveaux, il faut compter une bonne dizaine d’heures pour voir la fin de cette chevauchée épique. Les missions secondaires sont en fait des défis assez variés, je pensais vite tourner en boucle mais entre tuer tous les ennemis, parcourir un niveau sans toucher le sol, tuer un ennemi en un coup j’en passe et des meilleures vous aurez de quoi faire ! Pour prolonger le plaisir, on attend avec impatience l’ajout du mode Palais Sanglant sorte de mode survie au sein duquel vous devez tenir le plus longtemps possible face à des vagues d’ennemis.

Devil May Cry 5 2019-03-16 00-54-17Devil May Cry 5 2019-03-17 00-17-33

Conclusion

Capcom a décidé que l’année 2019 serait l’année de la renaissance de ses licences phares et on peut dire que jusqu’à présent, tout est fait en grand et avec beaucoup de réussite. Devil May Cry revient aux bases de ce qui a fait le succès de la licence tout en y ajoutant un zeste de nouveautés qui empêche de voir le jeu comme du réchauffé. Au contraire, DMC 5 apporte un gameplay varié et riche avec, comme décor, une claque visuelle et graphique ! Bien que répétitif, le jeu se place comme une référence du beat’em all, un genre qui peine à se renouveler ces derniers temps. 

Positif

  • 3 gameplays différents, nerveux et complexes !
  • Une réalisation graphique au top
  • Une BO exceptionnelle !
  • Le style Badass est de retour !

Négatif 

  • Répétitif
  • Et je cherche encore…

Satisfaction du Piwi 92 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Sony ni Microsoft ni Capcom  !) ICI ou ICI.

Informations générales :

  • Date de sortie : 8 mars 2019
  • Editeur : Capcom
  • Développeur : Capcom
  • Catégorie : Beat’em up
  • Prix : 59,99 €
  • Classification : PEGI 18

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire sur “Test Devil May Cry 5, Dante et la Démoniaque Comédie !

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :