Test : Killing Floor Double Feature, du fun, de la coop et du gore de retour sur PS4 !

Aujourd’hui j’ai envie de re-passer au crible Killing Floor qui ressort donc sur PS4 sous le nom de Killing Floor Double Feature qui regroupe en fait Killing Floor 2 et Killing Floor Incursion qui est la version se jouant au PSVR. Pourquoi re-passer au crible ? Tout simplement car le jeu est déjà sorti sur PS4 puis sur One respectivement en 2016 et 2017. Autant le dire dès le départ, il ne s’agit que d’une compilation qui n’apporte donc rien de nouveau à l’exception du fait que Killing Floor 2 propose l’intégralité du contenu du jeu en ce compris les DLC sortis au fil du temps. Let’s go pour une petite piqûre de rappel. 

Killing Floor 2_20190524144706

Ils sont de retour ! 

Débranchez votre cerveau !

Alors que la mode est aux scénarios recherchés avec des twists qui s’enchaînent toutes les trois scènes, les gars de Tripwire prennent le contre pied total avec leur licence Killing Floor. Très simplement il n’y a pas de campagne solo narrative et il n’y a donc aucun scénario, au moins cela a le mérite d’être clair ! On va résumer le tout a : une apocalypse s’est produite détruisant la quasi intégralité de l’humanité et vous devez survivre à des hordes de ZED, sorte de mutant-zombie qui n’ont qu’une envie : vous bouffez. Le jeu est donc un pur jeu de survie. Je le situerai à mi-chemin entre la licence Left 4 Dead et le mode zombie de la licence COD. Vous devez survivre à des vagues de ZED en coop (multijoueur) ou en solo, la dernière vague se finissant par un boss.

Killing Floor 2_20190524134126

Les boss sont vraiment hardcore ! 

Killing Floor 2_20190524144931

Et chacun dans leur style 

Killing Floor 2_20190524132422

La coop est essentielle ! 

Pourquoi a mi-chemin entre le deux jeux précités ? Car dans Left 4 Dead, la coop est très importante mais le but est de parcourir un niveau (à l’exception du mode survie en multi) alors que le zombie de COD, vous êtes enfermés dans une map et devez survivre le plus longtemps possible, la coop passant cependant au second plan. Car oui dans Killing Floor, la coop est essentielle si vous souhaitez terminer le niveau surtout au moment du boss de fin. Le jeu ne va pas vous demander de réfléchir plus que cela surtout avec son côté décalé totalement assumé : gore à outrance et personnages très rock’n roll (j’adore leurs remarques in game) !

Killing Floor 2_20190524151916

Un côté décalé prononcé…

Killing Floor 2_20190524142837

…Et même évident ! 

Un gameplay plus riche qu’il n’y paraît

Lorsque j’écris « débranchez votre cerveau » j’exagère un peu. Il est évident que si le jeu implique une coopération importante, cela sous entend des mécaniques de gameplay un poil recherchée. Tout d’abord, il faut savoir que les maps sont grandes et les spoons de ZED nombreux et changeant ce qui vous oblige à être très mobiles ! Ensuite, avant chaque partie, vous devez choisir votre classe. Chaque classe a ses bonus actifs et ses bonus passifs qui sont fonction de votre niveau de classe plus vous montez, plus vous débloquez des compétences qu’il ne faut pas négliger ! Il faut également ajouter le fait qu’au départ chaque classe dispose de son équipement propre. Il faut donc choisir avec soin sa classe de départ en fonction de ses partenaires. Les développeurs ont prévu pas mal de possibilité puisque ce sont 10 classes différentes qui nous sont proposées. Il y a bien sûr les classiques : le médecin, le commando qui use des fusils d’assaut, le SWAT avec les mitrailleuses, le pyromane qui joue avec le feu. Mais également des classes un peu plus décalées avec le fou furieux qui n’utilise que des armes de corps à corps, le flingueur ou encore le survivant. Si ces classes paraissent faibles de part leurs armes, il ne faut pas négliger leurs aptitudes.

Killing Floor 2_20190524131132

Killing Floor 2_20190524135626

Bien évidemment, votre équipement et votre statut ne vont pas rester fixes toute la partie. Entre chaque vague, vous avez la possibilité de vous équiper chez le marchand, une sorte de caisse métallique. Vous pouvez ainsi vous recharger en munitions, en armure, en grenades mais vous pouvez également améliorer vos armes ou en acheter des autres et ainsi changer de classe. Pour ce faire, il vous faut du fric que vous glaner en cours de manche en fonction de vos performances. Et le jeu est sacrément radin sur ce point, il faut donc être vigilant sur ses choix car en plus du problème d’argent se superpose celui du poids. Vous êtes en effet limité sur cette capacité donc n’espérez pas porter sur vous un fusil d’assaut, un RPG-7 et un lance flamme ! J’oubliais, tant qu’à faire, autant vous pressez car entre chaque vague vous n’avez qu’une minute de pause il faut donc choisir vite !

Killing Floor 2_20190524142536

Le marchand : passage obligé ! 

Vous me direz et la coopération dans tout ça ? J’y viens ! Chaque vague va vous proposer un nombre prédéfinis d’ennemis (vous avez le compteur qui vous indique combien il en reste). Si les premières manches se font les doigts dans le nez, le niveau monte rapidement en raison du bestiaire varié et surtout qui peut se révéler coriace ! Au départ on a des ZED de base qui peuvent se faire au flingue ou au couteau (un peu comme le zombie de COD), c’est après que ça gâte ! Entre les bouffis sorte de gros tas façon Left 4 Dead qui balance du poison partout, les rampants qui sautent partout, les dingues à la tronçonneuse et surtout les barback vous serez servi mais surtout vous vous apercevrez que les munitions partent très vite et que vous n’en avez pas suffisamment sur vous.

Killing Floor 2_20190524144641

Les barback sont increvables…

Killing Floor 2_20190524144559

… Et surtout très dangereux lorsque l’on est seul !

Il faut donc compter sur les potes et notamment une classe de soutien pour la distribution. Le médecin est également un personnage essentiel car la santé part très vite et si vous avez la possibilité de vous soignez vous même, cela se révèle peu efficace et surtout limité dans l’usage. Un exemple de coopération mis en avant : la seringue que vous utilisez pour vous soignez donnera plus de point de vie si elle est utilisée sur un pote… On retrouve donc des mécaniques de gameplay classiques au jeu de survie (j’oubliais la possibilité de fermer et souder les portes) mais également des plus originales comme le bullet time qui se déclenche si vous enchaîner les head shots ou les kills de masse et qui vous permet de poursuivre votre carnage.

Killing Floor 2_20190524142759

Pour toi poto ! 

Killing Floor 2_20190524144739

Le bullet time à l’oeuvre 

Un contenu daté et limité

Le jeu est fun et on prend plaisir à enchaîner les parties. Le problème est la répétitivité de l’ensemble ! Si le jeu propose beaucoup de map puisqu’il comprend l’intégralité des DLC, il n’empêche que seul un mode est proposé : la survie. Je ne m’attarde même pas sur le mode solo qui propose le même concept et les mêmes cartes mais vous jouez seul et vous perdez donc l’attrait principal du jeu : la coopération. Pour le mode online, on trouve des joueurs très rapidement pas de problème la dessus mais cela reste toujours la même chose et le sentiment de répétitivité est plus que présent ! Les développeurs ont bien pensé à rajouter un mode survie battle ou vous incarnez de manière alternative les mutants et les survivants à l’instar de ce qu’a fait Left 4 Dead. A l’instar de Left 4 Dead, il s’avère qu’incarner les mutants n’est pas aussi amusant que l’on aurait cru et surtout il y a bien moins de joueurs dans ce monde et donc moins de partie.

Killing Floor 2_20190524142316

Toujours les mêmes ZED à abattre 

Le seul attrait pour continuer à jouer c’est de monter les classes pour obtenir de meilleurs bonus et ainsi finir les parties plus facilement… Les développeurs ont ajouté un concept de coffre à débloquer via le fric récolté dans vos parties. Le problème est que les coffres ne vous offrent que des éléments cosmétiques pour personnaliser votre personnage comme bon vous semble ou des variantes d’armes dont seul l’esthétisme est modifié. Cela fait donc peu… Le contenu est donc limité invitant donc la répétitivité au rendez-vous. Cela m’a fait penser à la rumeur au sujet d’un jeu de la licence COD qui serait dédié exclusivement aux zombies. Activision et sa vision mercantile a certainement pu voir qu’un tel jeu serait limité voir trop limité en terme de contenu et cette unique raison permet de douter sur les chances de sortie d’un tel jeu.

Killing Floor 2_20190524135645

Le fric…

Killing Floor 2_20190524141202

… qui vous donne des coffres…

Killing Floor 2_20190524141810

… qui vous donnent des éléments de cosmétiques…

Un petit mot sur la réalisation s’impose. Si celle ci était convenable en 2016, en 2019 le constat n’est plus le même. Graphiquement le soft tient la route même si on note quelques ralentissements en présence de nombreux ennemis. Le problème reste les bugs encore présents et la maniabilité qui connait quelques approximations. Dans le désordre on retrouve un décalage entre les munitions affichées et celles réellement présentes dans le chargeur, un personnage lourd ce qui n’aide pas pour un jeu qui se veut nerveux et surtout un système de visée un peu particulier… Je m’explique lorsque vous visez peu importe la distance il faut que votre viseur soit sur la tête au moment du tir, l’animation de recul n’influe pas et le fait que votre flingue monte ne joue en rien sur votre précision. En 2019 ça fait léger. C’est dommage et cela reste le point noir du jeu et on peut regretter que le studio n’est pas pris un poil de temps pour retoucher certains points.

Killing Floor 2_20190524133734

Graphiquement ça tient la route

Killing Floor 2_20190524143443

Là je n’ai plus de balles…

Conclusion

Trois ans après, le jeu reste toujours aussi fun à jouer ! Du gore, de l’humour gras, de la survie en coopération ça reste frais comme le poisson du jour mais le contenu est limité et le concept tourne vite en rond. Comme Left 4 Dead, le jeu fait parti de la catégorie de ceux à découvrir et que l’on garde ensuite sur une étagère pour le ressortir de temps en temps histoire de faire quelques parties. Le jeu commence quand même à dater tant au niveau de la maniabilité qu’au niveau graphique. Ce qui n’y ont jamais joué trouverons peut être l’occasion de le découvrir.

Positif

  • De la survie en coopération
  • Gore et fun à jouer
  • Concept original

Négatif 

  • Contenu limité
  • Réalisation qui date

Satisfaction du Piwi 68 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Tripwire Interactive !) ICI.

KF2_KFInc_2D_packshot_FRA

  • Date de sortie : 28 mai 2019
  • Editeur :Tripwire Interactive
  • Développeur :Tripwire Interactive
  • Catégorie : RPG
  • Prix : 39,99 €
  • Classification : PEGI 18

 

 

 



Catégories :Tests

Tags:, , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :