Test Remothered : Broken Porcelain, une suite qui oublie les forces de son aîné…

Voilà plus d’un an que Modus Games a annoncé Remothered Broken Porcelain la suite du très bon Tormented Fathers. Un an que l’on a droit à un changement de nom (au départ Remothered: Going Porcelain), des petites vidéos, images, révélations sur le scénario jusqu’à une démo au début de l’été qui laissait augurer du meilleur. Le jeu est une sorte de survival horror dans lequel on doit résoudre des énigmes tout en évitant les ennemis présents en s’adonnant à une partie de cache-cache. Le premier du nom avait cartonné grâce à son scénario complètement dingue et à son gameplay old school et simpliste mais diablement efficace ! La suite est donc très attendue surtout que les développeurs ont promis des nouveautés qui renouvellent le gameplay. Il est temps de voir si Remothered Broken Porcelain nous donne autant de frissons que son aîné !

Bon appétit bien sûr !

De l’originalité au conventionnel

Comme je l’ai indiqué en introduction, le premier opus brillait essentiellement par son scénario qui était angoissant, regorgeait de twists bien pensés et surtout qui ne nous donnait pas toutes les réponses laissant libre court à notre imagination. Broken Porcelain est un prequel mais également une suite à son aîné, comprendre que l’on navigue tantôt dans le passé tantôt dans le présent de Tormented Fathers en fonction des personnages que l’on incarne. Si le jeu met surtout en avant Jennifer, une pensionnaire de l’Auberge Ashmann on retrouve également Rosemary, l’héroine du premier opus qui enquétait sur la disparition de la fille du riche couple Felton. L’histoire est assez bien ficelée et toutes les pièces finissent par s’emboiter mais c’est justement ça le problème, à la fin du jeu contrairement au premier il n’y a plus une seule zone d’ombre… Autre problème, l’ajout de paranormal qui résout beaucoup de problèmes alors que le 1 ne nous avait pas habitué à cela. D’une histoire malsaine et noire on est passé à un scénario que j’oserai qualifier de nanard… Au final j’ai été déçu par le scénario et d’une manière générale j’ai eu énormément de mal à m’attacher à Jennifer que l’on nous balance avec très peu d’explication au départ.

Comment être en mauvaise posture…
On aura toutes les réponses
Vraiment toutes !

J’ai eu énormément de mal à rentrer dans le jeu également à cause de la réalisation qui est vraiment datée. Si le premier opus ne disposait pas non plus d’une super réalisation il était sorti en 2018 ! Borken Porcelain laisse clairement à désirer sur ce point notamment avec des phases de dialogues au cours desquelles les protagonistes ne se regardent pas… Les personnages ne sont pas très bien modélisés, l’auberge ne brille pas par ses décors qui se ressemblent tous et qui ont du mal à donner une ambiance pesante par rapport à son aîné. Que dire des animations qui ne sont pas synchros, les problèmes de collision avec les ennemis, j’ai eu l’impression de vivre un grand n’importe quoi ! L’aspect son ne relève pas l’appréciation générale. Les dialogues, une nouvelle fois ne sont pas synchros avec l’image avec un décalage d’une bonne seconde ! La musique n’est pas très présente sauf lorsque vous vous faites poursuivre, on a droit à des voix hurlantes qui ne sont pas angoissantes pour un sou mais qui en revanche nuise au gameplay. Broken Porcelain est (ou était je l’expliquerai plus tard) avant tout un jeu de cache cache dans lequel il est essentiel d’entendre les bruits de votre poursuivant pour savoir que faire et ou aller. Ces voix qui hurlent parasitent les sons qui sont de toute façon en deçà de ceux de Tormented Fathers. Dans le premier opus, on pouvait déterminer si l’adversaire marchait sur du parquet, un escalier, du fer ou un tapis, dans Broken Porcelain rien de tout ça, le bruit de pas est toujours le même…

Je suis là…
Certains plans sont quand même bien travaillés
Freeze !

J’ai mal à mon gameplay (et à ma manette) !

Si le jeu prend soin de bien rappeler les évènements du premier opus pour ceux qui ne l’ont pas fait, au niveau du gameplay, de ses mécaniques et de la maniabilité on est lâché dans la nature sans une bribe d’explications… Le but du jeu est de progresser dans un niveau relativement vaste en résolvant les énigmes qui se présentent à nous. Enigme est un peu exagéré vu qu’on se contente de récolter une pièce qu’il faudra placer au bon endroit pour débloquer une porte ou un évènement. L’exploration ne sera pas une sinécure puisque dans le niveau vous serez cherché et pourchassé par un ou plusieurs traqueurs. Il faudra donc vous cacher dans les placards et coffres disséminés dans le niveau ou, plus simplement, leur péter la gueule afin de les coucher de manière temporaire et ainsi être tranquille. Car oui nouveauté de l’opus, la possibilité de se battre avec des armes de défense type couteau, pelle, brise-glace ou en fabriquant des objets de lancer avec des bouteilles et des produits d’entretien. Cette mécanique est d’ailleurs bien mise en avant puisque régulièrement vous serez confronté à un boss qu’il faudra envoyer ad patre ! Au-delà, j’ai trouvé les cachettes en nombre très réduit et les ennemis ont tendance à vous repérer même au travers des murs du coup… baston !!! Premier problème, cela va à contre-sens du concept du jeu. Le fait de pouvoir se défendre qui plus est efficacement, fait clairement descendre la tension d’un cran et on s’éloigne donc de l’esprit de l’aîné. On ne craint plus de se faire repérer et on se permet même de foncer dans le tas.

Même pas peur…
Tu l’ouvres moins hein ?
Bon là c’est à mon tour de la fermer…

Deuxième problème, notre inventaire est très réduit ! Du coup on se retrouve vite à court d’objet de défense et on doit battre en retraite histoire de récupérer des collectibles pour finir le travail. C’est assez frustrant et fatiguant car les ennemis sont cons comme des huitres et on a un sentiment de répétitivité qui fait son apparition. En plus d’avoir des ennemis au QI d’un bulot, notre personnage a la possibilité d’esquiver les coups « quand le jeu le veut bien ». Car je vous le dis, le jeu est sacrément bugué ! On a droit par exemple à des QTE qui restent à l’écran nous obligeant à relancer le jeu. Ensuite, mais je ne sais pas s’il s’agit d’un problème de maniabilité, il n’est pas rare de se retrouver bloqué dans un coin sans autre alternative que prendre un coup car bizarrement il nous est devenu impossible d’esquiver…

Le truc ne me voit pas…
Et tu ne m’attraperas jamais !

La maniabilité est d’ailleurs totalement à chier : tout est imprécis, les déplacements, les esquives et je ne vous parle pas d’explorer les lieux et d’ouvrir les meubles afin de trouver des collectibles. D’une part, on a droit à chaque fois à une animation longue et qui nous décourage parfois de chercher dans un meuble qui comporte deux tiroirs et trois portes de placard. D’autre part et c’est là le principal problème, les hit box sont totalement pétées et il faut parfois tourner autour d’un tiroir pour pouvoir l’ouvrir sans parler de certains objets impossibles à saisir malgré leur présence évidente ! La palme de l’imprécision revient au déplacement que vous pourrez faire sous la forme d’un papillon… Pour la faire simple, je vous dirai que c’est comme tenter un Mario Kart sur une piste de savon… Là encore cela a été la grosse déception, à vouloir ajouter de nouvelles choses, les développeurs ont perdu le fil et l’esprit du jeu… Très brièvement, je préciserai que certaines mécaniques de gameplay ne sont pas du tout abordées ni expliquées à moins de tomber par hasard dessus ! Je pense surtout aux clés papillon que vous récoltez et que vous pouvez dépenser dans une boite que vous trouverez par hasard et qui permet d’améliorer vos capacités, ce qui cela dit en passant n’est pas rien bordel de merde !

Vous pouvez chercher longtemps…
Le voyage en papillon est horrible !
Impossible de récupérer l’objet…
Une mécanique importante trouvée par hasard…

Conclusion

Moi qui attendait beaucoup de Remothered Broken Porcelain, j’ai été déçu de bout en bout. Si l’histoire est moins bien que son aîné, elle tient quand même la route mais c’est à peu près la seule chose positive que je retiens… Une réalisation datée, une maniabilité imprécise et un gameplay trop simpliste et s’éloignant de celui du premier opus m’ont achevé… On ne ressent plus aucune tension dans l’aventure qui se révèle courte pour ceux qui auront le courage de la finir. Je n’aime pas être dur avec un jeu mais je reste honnête et selon moi les développeurs peuvent intégralement revoir leur copie…

Positif

  • Un scénario qui tient la route
  • Et puis c’est tout !

Négatif 

  • Graphiquement daté
  • Une maniabilité imprécise
  • Manque d’explications au niveau du gameplay
  • Trop court

Satisfaction du Piwi 40 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Microsoft ni Modus Games !) ICI PS4 ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 12 octobre 2020
  • Editeur : Modus Games
  • Développeur : Stormind Games
  • Catégorie : Action / Aventure
  • Prix : 29,99 €
  • Classification : PEGI 18

Le test a été réalisé avec une version presse PS4 offerte par Warning Up (Merci Rémi !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :