Test Cris Tales, une belle aventure pénible…

On y est, Cris Tales est enfin sorti alors qu’il a été annoncé il y a plus de deux ans ! J’ai fait le décompte de tout ce que j’ai publié sur le jeu : 20 news c’est suffisamment exceptionnel et rare pour être souligné étant précisé que l’on parle des jeux indé ! C’est également un petit peu angoissant quand un jeu est annoncé de longue date et qu’il bénéficie d’une communication très voir trop présente : cela créée une attente et dans la majorité des cas, l’attente laisse place à la déception le moment venu… L’éditeur, Modus Games, est un leader en matière de jeux indé et généralement il ne produit pas des bouzins, je reste donc confiant au moment de lancer le jeu ! Trêve de bavardage, il est temps de voir si le passé le présent et le futur peuvent coexister sur un même écran !

Un grand destin nous attend…

Une rose, une grenouille et des cristaux magiques…

Le jeu est une ode aux vieux JRPG qui ont fait la gloire du genre et on retrouve ainsi de nombreux clins d’œil aux illustres ainés. L’histoire, à l’instar des jeux d’antan, est complètement capilotractée mais se laisse suivre avec plaisir. On incarne donc Crisbell qui vit dans l’orphelinat de Namir, ville dirigée par un maire et son assistante un peu douteux. Alors que la douce s’occupe des roses, une grenouille avec un haut de forme, qui parle et qui répond au doux nom de Mattias, lui vole une rose (on est d’accord que l’on part totalement en sucette). Crisbell rattrape la grenouille et ô miracle, elle récupère le pouvoir des cristaux du temps qui lui permettent de voyager dans le temps et de manipuler les éléments à travers les différentes époques. Le têtard évolué lui dit que c’est son destin et qu’elle est appelée à réaliser de grandes choses. Mais avant, il faut aller voir Wilhelm, un autre mage (l’intégration des personnages est un peu brutale) qui va lui apprendre deux trois trucs sur ses pouvoirs. De retour au village, Crisbell apprend à utiliser son pouvoir (on intègre le tutoriel quoi) et défend le village contre une attaque de gobelins. Un troisième personnage, Christopher nous rejoint pour nous aider dans la bataille.

ça part de là
Pas de doute c’est de la bonne ce que tu prends…
Et c’est parti !

Alors que l’on a sauvé le village et que l’on s’attend à être accueillis comme des héros, le maire et son assistante nous présente comme des parias et voilà notre quatuor (vous avez suivi sur les personnages ?) est obligé de fuir pour comprendre ce qui se passe et pour Crisbell, comprendre ses origines et son pouvoir. L’histoire se suit plutôt bien avec pas mal de quêtes annexes qui apportent un peu plus de background au jeu. L’intérêt du jeu est qu’il nous fait prendre des décision qui sont irréversibles pour la suite. Un exemple simple et le choix que l’on a à faire au début du jeu entre sauver la maison de l’apothicaire ou celle du menuisier. Le choix graphique est original et assumé avec un jeu en 3D isométrique et des décors dessinés à la main et assez flashy quelle que soient les situations. Même les cinématiques ou plutôt les cutscenes, rares et courtes, utilisent les mêmes graphismes. La narration passe essentiellement par des dialogues avec les vignettes fixes des personnages. J’ai quand même trouvé les animations un peu trop minimalistes que ce soit durant les phases d’exploration ou celles de combat. J’ai eu un moment ou je me suis déplacé dans l’eau je me suis dit que ce n’était pas possible de faire ça quand je vois le reste du jeu ! Au niveau son, les musiques sont plutôt sympathiques et l’on a droit à un doublage en anglais de qualité.

c’est propre !
La map est un peu vide
Sérieusement ?

Un gameplay simple comme bonjour !

Le jeu reprend les mécanismes des jeux des années 90’s on est donc sur un fonctionnement très simple. On se balade dans les villes dans lesquelles, il n’y a rien à craindre. On ne croise que les marchands, aubergistes et autres PNJ qui vont nous refiler des quêtes secondaires. Entre les villes, on se balade sur une map un peu plus grande et qui va proposer des combats aléatoires comme la saga Final Fantasy le fait. C’est donc très simple et il est impossible de se perdre vu que Mattias la grenouille nous guide en continue et nous avertit lorsque l’on s’éloigne du chemin. Ce qui est intéressant dans cette phase c’est présentation à l’écran des trois époques de manière simultanée ! A gauche on a le passé, au milieu le présent et à droite le futur. Il est donc possible de voir immédiatement les conséquences de nos actions dans les différentes époques, il suffit de déplacer Crisbell. C’est original et intéressant surtout que l’on peut interagir sur les époques via la grenouille qui peut faire un saut temporel. Le mécanisme est très simple à utiliser et assez intuitif je trouve dommage qu’il ne soit pas plus mis en avant. Une petite précision, on ne peut sauvegarder uniquement lorsque l’on explore la grande carte ou entre les grandes villes via un petit carré de terre fait pour. On a également un petit clin d’œil puisque sur ces mêmes carrés, on peut utiliser une tente pour se restaurer…

Original
On voit l’évolution du temps
Le clin d’œil

Les combats sont des combats stratégiques au tour par tour en sachant que Crisbell peut toujours utiliser les cristaux du temps pour envoyer les ennemis dans le passé, s’ils sont à gauche, ou dans le futur pour la droite. Ce mécanisme ajoute une dimension stratégique puisqu’il est possible de cumuler cette capacité avec les magies. De base, envoyer un adversaire dans le passé va le faire rajeunir et vice versa mais ça ne veut pas dire qu’il sera plus faible ! Ensuite, imaginer empoisonner un ennemi et l’envoyer dans le futur, tous les dégâts vont être cumulés sur un tour ! Les possibilités sont nombreuses mais je me suis aperçu qu’il valait mieux fuir certains combats en raison de la disposition des ennemis. Il y a des ennemis qu’il ne faut surtout pas envoyer dans le futur et donc ça pose problème quand ils sont tous à droite… On a ensuite un système de barre du temps classique aux combats au tour par tour qui indique l’ordre des personnages. Pour le reste c’est classique avec la possibilité d’attaquer, d’user d’une magie ou d’un objet voir même de fuir. Petite particularité mais qui est mal exploitée selon moi, le possibilité de taper deux fois lors d’une attaque si on appuie au bon moment tout comme celle de parer les attaques toujours en appuyant au bon moment. Intéressant mais au final, il suffit de bourriner la touche constamment pour réussir à chaque fois.

Mauvais choix !
La ligne de temps est simple

Comme tout bon RPG qui se respecte, on a droit à la phase équipement et utilisation d’objet même si là encore, j’ai trouvé cet aspect sous exploité. Les pièces d’équipement ne sont pas nombreuses malgré la présence de 7 personnages jouables. L’évolution des personnages se fait de manière automatique : on grapille les niveaux au fil de l’expérience glanée pendant les combats. C’est vraiment minimaliste et les consommables sont des reprises des anciens jeux sans nouvelle trouvaille.

81 mots

Des bugs dans le passé le futur et le présent…

Franchement, Cris Tales est bien fait malgré un parti graphique qui ne plaira pas à tout le monde, il est intéressant dans son gameplay que ce soit l’exploration ou les combats mais il y a un ENORME MAIS ! J’ai trouvé qu’il y a avait pas mal de bugs malgré une première mise à jour de plus de 2Go tout de même ! J’ai rencontré deux freeze dont un à la sortie d’un combat de boss ce qui m’a valu l’immense privilège de le recommencer… Le principal problème est un bug qui apparaît à quasiment toutes les phases de dialogues. En fait il faut éteindre la manette et la rallumer pour que le jeu reconnaisse la manette et que l’on puisse poursuivre le dialogue. Alors non ce n’est pas à cause de ma manette, j’ai cherché et je ne suis pas le seul à avoir eu ce problème. C’est très usant surtout que par moments les dialogues s’enchainent et il faut, à chaque fois, refaire la manip ! Je vous jure que vous risquez d’être vite saoulé !

L’autre principal problème qui n’est pas un bug mais un problème de codage, c’est la fréquence des combats ! Ils sont vraiment nombreux et à chaque fois on a droit à 5-10 secondes de chargement au début et pareil après le combat (auxquelles vous pouvez ajouter 20 secondes nécessaires à la manip de la manette s’il y a un dialogue juste après ! Je comprends que cela permet d’ajouter de la durée de vie à un jeu qui n’en a pourtant pas besoin mais là c’est trop surtout que le jeu ne demande pas de faire du farm pour monter les niveaux. Du coup, passées les deux premières heures de jeu, on va commencer à fuir pas mal de combats pour pouvoir progresser dans la trame principale. Entre le bug de la manette et la fréquence abusée des combats, j’ai trouvé l’aventure au final pénible et limite gâchée…

La peur du combat aléatoire

Conclusion

Cris Tales s’est fait attendre et finalement il a de solides arguments pour plaire au plus grand nombre. Le concept d’utiliser le temps et de pouvoir interagir entre le passé, le présent et le futur et voir les conséquences de nos actions est audacieux et bien exploités. Les combats ont une dimension stratégique non négligeable mais pouvant être appréhendée facilement. Le jeu convient aux béotiens comme aux fans du genre. Il est juste dommage, pour un jeu qui a un autant de temps en développement de présenter des bugs qui nuisent vraiment à l’expérience de jeu ou encore que les combats n’aient pas été correctement dosés occasionnant trop de chargements. Cris Tales est un très bon jeu, je ne le nie pas mais en l’état il nécessite une mise à jour qui corrigerait le bug de la manette et diminuerait la fréquence des combats.

Positif

  • Graphiquement charmant
  • Le système des époques simultanées à l’écran
  • La stratégie des combats
  • Un goût de rétro plaisant

Négatif 

  • Les bugs
  • La fréquence des combats
  • Aspect sonore passé aux oubliettes

Satisfaction du Piwi 60 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Nintendo ni Modus Games !) ICI PS4 ou ICI SWITCH ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 20 juillet 2021
  • Editeur : Modus Games
  • Développeur : Dreams Uncorpored
  • Catégorie : Action aventure
  • Prix : 39,99 €
  • Classification : PEGI 12

Le test a été réalisé avec une version presse digitale Xbox offerte par Warning Up (Merci Sacha !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :