« L’histoire de la Wii » est disponible !

Au milieu des années 2000, Nintendo décide de se retirer de la course aux polygones et d’explorer d’autres facettes du jeu vidéo. Un jeu vidéo plus inclusif et plus immersif. Ce virage en deux temps est d’abord passé par la Nintendo DS, qui n’a pas rougi devant les bluffantes spécifités techniques de la rutilante PSP. Le deuxième chapitre de ce virage, c’est la Wii. Vecteur de lien social transgénérationnel pour certains, machine obligeant à gesticuler pour d’autres, la Wii n’a laissé personne indifférent. Hélas, malgré les montagnes qu’elle a déplacées, la console de salon la plus populaire de Nintendo n’a jamais eu le droit a un traitement digne de ce nom dans la littérature jeu vidéo française, raison pour laquelle Third Éditions a décidé de rectifier le tir. Rédigé par Thomas Pillon, journaliste chez Gameblog, L’histoire de la Wii. Révolution de palais à Kyoto invite le lecteur à se plonger dans cette fascinante success story qui a contribué à rendre l’entreprise japonaise plus forte que jamais.

L’ouvrage de Thomas puise ses forces dans la ligne éditoriale de la maison d’édition. En clair, il n’est ici pas question d’une bible référençant un maximum de jeux ou d’accessoires, mais bien d’un ouvrage analytique qui n’élude pas les sujets qui fâchent (le piratage dont a souffert la console, par exemple). Jouissant d’une totale liberté de ton, l’auteur n’hésite pas à partager son amour pour la Wii, mais aussi à mettre en exergue des côtés moins reluisants de la console de Nintendo. En tout, ce sont pas moins de dix-sept chapitres qui rythment la lecture, mêlant en permanence anecdotes de coulisses et analyses. Fait assez rare chez Third pour être signalé, les couvertures des deux éditions disponibles ont été réalisées par le même illustrateur, en la personne de Pierre Roussel, et partagent donc une direction artistique commune ! L’artiste est entre autres connu pour ses illustrations de consoles explosées et peuplées de saynettes issues de jeux phares, c’est le principe que l’on retrouve sur ces deux couvertures. L’édition classique, disponible sur le site de Third et en librairie pour 24,90€, met en scène la Wii mise à nue ; tandis que la couverture de l’édition « First Print », disponible en quantité limitée uniquement sur le site de la maison d’édition pour 29,90€, met en scène la Wiimote, où grouillent des références à des jeux un peu plus intimistes (Muramasa, MadWorld…).



Catégories :Un peu de culture

Tags:, , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :