Test Big Rumble Boxing : Creed Champions, Adriaaaaaaannnnnn !

Qui n’a jamais entendu la fameuse chanson Eye of the Tiger avec un Rocky Balboa qui s’entraine comme un fou furieux, qui n’a jamais entendu crié le même Rocky Balboa « Adrian » à la fin d’un combat, qui n’a jamais vu Mister T ou Ivan Drago deux montagnes combattre le boxeur le plus connu du cinéma ? Bon ok toutes mes références sont un peu vielle et n’incluent pas les derniers films Rocky ou les spin off mais je fais partie des gens pour lesquels la sage s’est arrêté à Rocky IV bon limite Rocky V pour faire plaisir mais pas plus ! Après un excellent Creed Rise to Glory sorti en 2018 et en VR, le studio Survios, nous revient avec un nouvel opus mais cette fois-ci pas de VR mais de la boxe au pad ! Vu que depuis quelques années, les jeux de boxe et plus généralement les jeux de baston type arcade sont un peu délaissé, le jeu ne peut pas passer inaperçu et il est temps de voir si il a la caisse pour combler le manque des aficionados du genre.

On entre dans la légende !

Tout le monde est là !

Big Rumble Boxing : Creed Champions est l’adaptation de deux licences tirées de chez Metro Goldwyn Mayer (mais si le lion qui rugit avant le début du film ça vous parle ?) à savoir Rocky et Creed. Je ne vais pas vous faire l’affront de vous présenter le premier mais en revanche un petit mot sur le second. Donc comme la licence Rocky tombait en désuétude depuis le film Rocky Balboa sorti en 2006 (et que j’ai trouvé très moyennasse), l’industrie du cinéma, qui n’est pas à quelques petits profits près, s’est dit autant ressortir de notre chapeau notre bon vieux Rocky. Problème, il n’y a pas que Rocky qui a vieilli, il y a surtout son interprète, Sylvester Stallone. On sort donc le tour de passe passe et on crée Adonis Creed fils du célèbre Appollo Creed, rival de Rocky dans les deux premiers films puis ami et mentor quand il s’agit de casser la gueule de Mister T jusqu’à mourir et être vengé par l’étalon italien. Je ne vais pas refaire le speech mais grosso merdo, c’est une petite frappe qui n’a jamais connu son père et qui décide de lancer dans la boxe et il demande l’aide de Rocky pour l’entraîner ! Voilà la boucle est bouclée et merci Hollywood on est reparti pour un tour !

Tout le monde est là !

Une fois les bases posées, on retrouve donc le casting intégral des séries. Pour ma part, étant un vieux (con ?), j’ai surtout été ravi de retrouver Rocky (jeune), Appollo Creed, Mister T, Ivan Drago et j’ai pu faire connaissance avec Creed ou encore Viktor Drago, fils d’Ivan (beh oui tant qu’à faire on ne va pas trop dévarier les plus vieux…). On a quand même un casting de 20 combattants ce qui est pas mal sachant que les combattants se répartissent en trois catégories qui obligent à modifier totalement la stratégie de combat mais ça j’y reviendrai. Le jeu prend place après le second film Creed (bon ok on n’est plus dans le petit profit là…) et repose essentiellement sur un mode arcade qui est assez scénarisé. On choisit un combattant et on va suivre son histoire au travers de 4-5 combats et des entraînements. Entre, on a droit à des dialogues qui ajoutent un peu de background aux personnages. Dommage que les personnages ne soient pas doublés et j’ai trouvé la mise en scène trop simpliste avec les vignettes des protagonites inanimées et la boite de dialogue que l’on fait défiler… Pourquoi ne pas avoir insérer des cut scenes ou cinématiques qui auraient certainement données plus de corps au jeu. Je vais même aller plus loin et rêver : pourquoi ne pas avoir insérer des scènes cultes des films vu que c’est le jeu officiel qui a tous les droits ???

ça manque de mise en scène…
… pourtant il y a de quoi !

Je ne ralerai que sur ces phases entre les combats car pour le reste, j’ai été très agréablement surpris par la réalisation globale du titre ! J’évacue l’aspect sonore, les personnages ne sont pas doublés mais au niveau des musiques, on retrouve toutes les musiques sans oublier l’incontournable Eye of the Tiger (oui j’ai limite eu un orgasme vidéoludique lorsque je l’ai entendu la musique en plein combat !) : c’est un pur plaisir que soyez fan ou pas des licences, les musiques se marient parfaitement avec la boxe. Niveau visuel, Big Rumble Boxing : Creed Champions s’en sort avec les honneurs ! Les arènes tiennent la route même si le niveau de détails n’est pas dingue : les spectateurs sont peu nombreux autour du ring même lorsque vous combattez à Moscou contre Ivan Drago (je me souviens dans le film la salle est pleine et là on est loin du compte !) et leurs animations laissent clairement à désirer. Les arènes de rue sont également un peu vides et vu qu’il n’y aucun spectateur, elles manquent de vie et tranchent singulièrement avec le reste du jeu. En revanche sur le ring, le soft est de très bonne qualité ! Les boxeurs sont bien modélisés même si on a un côté un peu caricatural qui peut en perturber certains. En tout cas on les reconnaît du premier coup d’œil. Ils sont également bien animés et les combats sont un plaisir pour les yeux avec des effets de lumière pour les contre, les supers coups et une mise en scène lorsqu’on lâche notre coup spécial qui démontent littéralement l’adversaire ! Je vais chipoter un peu, dommage que les développeurs ne font pas évoluer l’esthétique des combattants au fil du match, j’aurai été bluffé si ces derniers faisait apparaître les séquelles des coups reçus (oui j’en demande beaucoup).

Les supers ont de la gueule
il l’a senti passer l’uppercut !
On a de jolis effets
Dans la rue c’est un peu triste

Les muscles… et la tête !

Je vais tordre le coup à beaucoup de choses que j’ai pu lire au sujet de jeu et de son gameplay. J’ai souvent lu que le jeu était bourrin, simpliste et qu’il suffisait de mâcher les boutons de son pad pour gagner. Tous les gens qui ont écrit ça n’ont pas du faire le jeu en normal sans parler du mode difficile ! Si vous vous contentez de bourrer les touches de la manette vous n’allez pas gagner beaucoup de combats ! Chaque boxeur a un coup léger, un coup fort, une garde, une esquive et une super. Avec ces quelques coups, on va développer des combos. Le jeu met l’accent sur la défense et la contre attaque comprendre que vous serez mieux récompensé si vous êtes patient et que vous attendez la bonne ouverture plutôt qu’attaquer sans relâche. Les boxeurs ont une barre de vie, une barre de garde et une jauge de super. Une fois la barre de vie à zéro c’est le KO et il faut alors marteler X pour vous reveler (jusqu’à trois fois) foutez quatre fois l’adversaire au sol et il ne se relèvera pas. La jauge de garde se vide au fil des coups encaissés et une fois vide vous ne pouvez plus vous protéger au risque d’être étourdi. Enfin la jauge de super se charge avec les coups qui touchent et une fois pleine vous pouvez envoyer votre super. Sur le ring, il va falloir gérer ces trois paramètres et construire sa victoire… Si le gameplay paraît simpliste, c’est pour permettre aux amateurs de se lancer dans le jeu sans trop souffrir. En revanche dès que l’on monte le niveau de difficulté, on remarque vite que le gameplay est plus subtil qu’il n’y paraît et demande de bien connaître les personnages.

Il faut trouver l’ouverture
Là je vais prendre cher…

Vous vous souvenez lorsque j’ai dit que les combattants sont répartis en trois catégories et bien c’est maintenant que cela a son importance ! On a les lourds qui sont des cogneurs aux coups dévastateurs mais lents, les légers qui mitraillent avec leurs poings mais qui font moins de dégâts et surtout qui encaissent moins bien et enfin on a les personnages généraux qui sont équilibrés mais que j’ai trouvé au final plus faibles que les autres catégories car justement ils n’ont pas de point fort. Il faut donc boxer en fonction de son personnage mais aussi s’adapter à son adversaire. Vous êtes léger face à un gros : oubliez les coups lourds et privilégiez les combos de coups légers qui seront rapides et qui ne laisseront pas de répit à l’adversaire. Vous êtes un lourd face à un léger : coincez le dans les cordes ou un coin et faites parler votre force avec un énorme uppercut ! Vous avez un personnage « général » : et bien faites au mieux… Oui le jeu est résolument arcade mais ça ne signifie pas qu’il faille mettre son cerveau en mode off ! Il va falloir parer au bon moment, observer son adversaire pour voir quand celui-ci baisse sa garde, connaître les combos de notre personnage. Il va surtout apprendre à contre attaquer. En appuyant au bon moment, il est possible d’esquiver le coup adverse et de contre attaquer et ça marche sur les coups légers, sur les coups lourds et même sur la super ! On peut même faire une contre attaque sur une contre attaque ! Ce point doit absolument être maitrisé surtout en mode difficile ou l’IA est un véritable mur qui ne laisse passer aucune erreur !

des coups sont imparables
La défense avant tout
C’est qui le patron ?

Je vous confesse avoir eu du mal à bien gérer la contre attaque, la faute à un timing un peu bâtard et à une maniabilité un peu imprécise surtout pour ce qui est de la garde et de la super qui ont été affecté aux gâchettes. J’ai vraiment eu l’impression que par moment, le jeu ne tenait pas compte de mes inputs surtout pour contre attaquer. J’ai un peu rager car lorsque la contre attaque ne passe pas, votre adversaire a tendance à vous enchaîner longuement. J’ai aussi eu l’impression qu’il y avait une donnée cachée genre quelque chose qui influe sur le jeu et le gameplay mais que l’on ne voit pas genre une stat ou une jauge secrète. Tout ça car parfois votre adversaire devient injouable : bloque tous les coups, contre attaque, n’arrête pas de se déplacer alors que vous vous êtes à l’ouest et le round suivant les rôles sont inversés avec un adversaire au point mort et vous en mode colère divine. C’est vraiment bizarre et j’ai eu l’impression de n’avoir aucune chance pour l’emporter. Le jeu propose un bon challenge sachant que même en facile, il faut s’accrocher pour venir à bout du boss du mode arcade.

Fallait pas boxer en mocassins…
Mise à mort ?

Vous aurez donc le temps de rager… Surtout que si vous voulez avoir tous les personnages il faudra faire le mode arcade avec les 10 combattants du départ, vous pouvez débloquer les personnages en enchaînant les combats en versus mais je vois pas l’intérêt vu que l’on perd le côté scénaristique pour au final faire le même nombre de combats. Si le jeu ne propose que le mode arcade, c’est un sacré morceau pour vous tenir longtemps devant votre écran. Le mode arcade ne propose pas que des combats, on a également droit à des séances d’entrainement, qui certes restent anecdotiques, mais qui ont le mérite de casser la routine des combats en nous proposant des mini jeux de rapidité qui demandent de réaliser des séries d’inputs. Le mode versus permet de faire des combats contre un pote en ligne ou en local. Dommage que le mode entrainement ne soit pas plus développé avec un manque de paramètres pour régler notre mannequin d’entrainement, si vous voulez progresser, il faudra faire de vrais matchs dans lesquels vous allez prendre de sacrées roustes ! On est sur un jeu à 40 balles et pour lequel le contenu est raisonnable, ça reste un jeu de baston !

Simple
mais varié !

Conclusion

Je n’attendais pas grand chose de Big Rumble Boxing : Creed Champions, j’étais surtout curieux de voir le résultat final et heureux de retrouver un personnage de cinéma de mon enfance. J’ai été très agréablement surpris et Big Rumble Boxing : Creed Champions occupe très bien la place vacante des jeux de baston typé arcade ! Le jeu est bien réalisé avec des personnages bien modélisés et dont l’apparence reprend celle des films. Je décerne une mention spéciale à la BO du jeu qui regroupe toutes les musiques des films ! Bien que le jeu ne propose qu’un seul véritable mode de jeu il est suffisamment consistant et bien réalisé pour nous tenir en haleine et éviter que l’on s’ennuie. Franchement je ne peux que vous recommandez de vous lancer dans l’aventure !

Positif

  • De la bonne vieille arcade !
  • Tout le contenu officiel de Rocky
  • une bonne réalisation graphique
  • La bande son

Négatif 

  • Une maniabilité un peu imprécise
  • Le timing de contre attaque bizarre

Satisfaction du Piwi 85 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Nintendo ni Survios !) ICI PS4 ou ICI SWITCH ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 3 septembre 2021
  • Editeur : Survios, Inc.
  • Développeur : Survios, Inc.
  • Catégorie : Boxe arcade
  • Prix : 39,99 €
  • Classification : PEGI 12

Le test a été réalisé avec une version presse Xbox One offerte par Koch Media (Merci la dream team !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :