Test A Juggler’s Tale, un conte noir pour enfants !

Retour à l’indé avec A Juggler’s Tale qui est développé par kaleidoscube et surtout édité par Mixtvision. Si vous ne connaissez pas cet éditeur, c’est un peu normal vu que ce n’est pas forcément un gros éditeur prolixe mais en tout cas de qualité. C’est notamment l’éditeur de Far : Lone Sails que j’ai tout simplement adoré avec un jeu qui met d’avantage l’accent sur la mise en scène et la narration plutôt que sur le gameplay mais qui propose des scénarios prenants avec une narration sans faille. Il est temps de découvrir l’histoire qui nous est conté par les gars de kaleidoscube qui proposent ainsi leur premier véritable jeu vidéo.

Une histoire avant tout

A Juggler’s Tale nous conte, au sens propre, l’histoire d’Abby qui est prisonnière d’un cirque dirigée par Monsieur Loyal. Son quotidien n’est pas rose puisqu’elle doit réaliser un spectacle avec un ours nommé Urso et une fois le numéro fini elle est enfermée dans une cage jusqu’au lendemain. Tout ressemblance avec Pinocchio n’est que pure coïncidence. Je dis ça car Abby est une marionnette et d’ailleurs la mise en scène est celle d’un petit théâtre d’époque façon Guignol. L’histoire est raconté par un narrateur qui est le marionnettiste et qui n’hésite pas à briser régulièrement le quatrième mur.

La mise en scène est originale
Le coup des marionnettes permet de donner de la fantaisie

La mise en scène est assez recherchée et on a une relation tripartite à savoir Abby, le narrateur et nous sachant que la relation évolue et que le narrateur s’adresse au joueur directement ou en critiquant les agissements d’Abby. Si au départ, l’ambiance est tout belle toute rose malgré le fait qu’Abby entame une fuite en avant vers la liberté et qu’elle est poursuivie par des bandits à la solde de Monsieur Loyal elle tourne un peu au cauchemars lorsqu’Abby gagne en liberté et que la relation évolue avec le narrateur (non je ne vous spoilerai rien !!!). En tout cas l’histoire est vraiment intéressante à suivre et si le narrateur nous promet de nous immerger totalement dans l’histoire au point de la croire réelle (réelle dans le jeu comprendre qu’elle sort du mini théâtre) et bien force est de constater que cela a parfaitement fonctionné sur moi et j’ai été un peu déçu de voir arriver la fin aussi rapidement.

La relation évolue
Les références sont bien présentes

La réalisation aide énormément à se plonger dans A Juggler’s Tale. On est dans l’indé qui arrive à faire de belles chose avec peu de moyens et une réalisation certes simple mais cohérente et charmante. Le jeu est en scrolling horizontal avec des graphismes en 3D qui proposent différents champs même si Abby reste sur une ligne droite sans pouvoir passer en arrière plan ou au premier plan. Les graphismes sont bien modélisés et offrent une bonne variété. Certains paysages sont vraiment impressionnants et les effets de lumière sont très bien gérés et arrivent parfois à surprendre.

Les décors sont beaux
Les effets sont bien travaillés

Comme quoi, il n’est pas nécessaire de produire des graphismes en 4K ultra HD et ray tracing pour faire un beau jeu ! J’ai quand même rencontré plusieurs bugs qui m’ont fait traverser le sol me permettant de naviguer dans tout le niveau jusqu’à la fin sans pour autant l’activer obligeant à relancer le jeu. L’ambiance sonore repose essentiellement sur le narrateur qui a une très belle voix (anglaise) façon papy qui nous conte une histoire. On a droit à quelques mélodies lors des fins de chapitres ou lors de rares moments clés. J’ai bien aimé la mélodie d’intro simple avec un gars qui fait trois notes à la bouche façon moi sous la douche…

Bloqué !

Quelques énigmes et une belle balade !

A Juggler’s Tale est très simple dans son gameplay, Abby peut courir de gauche à droite et de droite à gauche, sauter, pousser et tirer des objets et se saisir de petits projectiles pour les lancer. C’est très simple et on passe 90% de son temps à avancer tout droit jusqu’à la fin du chapitre (qui sont au nombre de 5). Les 10% restant, vous allez les passer à vous confronter à des énigmes au demeurant très simple à résoudre. Ce qu’il faut faire et très souvent évident sauf à de rares endroits pour lesquels il faut être observateur mais on comprend très vite le mécanisme. Au fil de notre progression certaines énigmes vont demander un peu plus d’interaction avec différents objets pour parvenir au résultat escompté mais une nouvelle fois rien de dingue et il faudra moins de 5 minutes pour parvenir à la solution.

On comprend vite les énigmes
Les phases d’infiltration sont intéressantes…
… mais basiques

Le rythme est assez cool même si on a quelques phases de course poursuite histoire de nous exciter un peu (et même un boss !!!) mais on sent bien que le jeu s’intéresse avant tout aux enfants. Une nouvelle fois, la difficulté est quasiment absente, j’ai eu l’impression que les développeurs n’ont pas voulu que le joueur détourne son attention de la voix du narrateur qui est omniprésente, elle se permet même de se foutre de nous lorsque l’on échoue à plusieurs reprises sur un truc de base (oui je n’avais pas vu une planche de bois pouvant servir de pont et du coup je tentais des sauts de l’impossible comme un débile…). Je reste quand même déçu sur la durée de vie du jeu. Moins de trois heures pour parvenir à la fin c’est un léger même si la narration est vraiment bien fichue on est surpris que la fin arrive si vite avec des évènements qui se précipitent sur le dernier tiers du jeu.

Le boss est sympa j’en aurai bien pris plus !

Conclusion

A Juggler’s Tale brille avant tout par sa narration, sa DA et sa qualité graphique. Pour un premier jeu du studio, le résultant est impressionnant. Je reste cependant sur ma faim au niveau du gameplay réduit à son plus simple appareil et ne proposant que de légères énigmes qui ne nécessitent pas beaucoup de réflexion. Le jeu est surtout très court au vu du tarif proposé ça risque de râler devant son écran. Je ne peux que vous recommander de vous lancer sur le jeu ne serait-ce que pour découvrir l’histoire original mais bourrée de référence mais je conseille aussi d’attendre une petite réduction sur le jeu.

Positif

  • Une narration exceptionnelle
  • La DA et la qualité graphique
  • A faire pour l’évasion

Négatif 

  • Très court
  • Aucune difficulté

Satisfaction du Piwi 70 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Nintendo ni Mixtvision!) ICI PS5 / PS4 ou ICI SWITCH ou ICI XBOX SERIES X / XBOX ONE.

  • Date de sortie : 29 septembre 2021
  • Editeur : Mixtvision
  • Développeur : kaleidoscube
  • Catégorie : Action aventure
  • Prix : 29,99 €
  • Classification : PEGI 7

Le test a été réalisé avec une version presse digitale PS4 offerte par Future Friends Games (Merci Kris et Laura !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :