Test Steel Assault, comme sur une vielle console !

Je vais être cash, si vous n’aimez pas le rétro vous pouvez passer votre chemin car Steel Assault en prend tous les codes : visuels, sons, gameplay, scénario… Pas de doute lorsque l’on lance le jeu on part 30 ans en arrière à l’époque de la Nes et de la Snes. Le jeu est développé par Zénovia, les mêmes qui bossent sur Teenage Mutant Ninja Turtles : Shredder’s Revenge, avec Dotemu. On se lance donc dans un jeu d’action dont le développement a été très court (moins d’un an puisqu’il a démarré en novembre 2020) et qui fera plaisir aux amoureux des madeleines de Proust.

Retro jusqu’au bout des doigts !

Zénovia l’assume totalement, le jeu a été pensé comme un jeu hommage aux jeux d’arcade apparu dans les années 90’s et pas de doute ils ont bien réussi leur coup ! Déjà au niveau du scénario, souvenez vous à l’époque, il faut qu’il tienne sur un post-it ou en une phrase. Mission accomplie pour Steel Assault : on incarne Taro Takahashi, un soldat de la résistance en mission contre le dictateur qui règne sur une Amérique post-apocalyptique et voilà ! Comment en est on arrivé là, qui est ce dictateur, qui compose la résistance on s’en fout, le jeu reste taisant. On croise même des personnages qui nous parlent entre les missions et qui font parti de la résistance mais on ne connait pas leur lien avec le héros ou leur place dans la hiérarchie, d’ailleurs on ne sait rien du personnage que l’on incarne si ce n’est qu’il doit être le plus fort pour s’en prendre à une armée seul… Sans vous spoiler un scénario qui n’existe pas, la fin est également aux jeux d’époque avec une récompense à la hauteur des souffrances endurées (et à l’époque on ne s’en plaignait pas !).

L’emballage graphique rappelle également les jeux rétro et ce dès les logos des développeurs et éditeur pixélisés et l’application d’un filtre CRT et d’un format 4:3. Le jeu est un jeu d’action en 2D avec un décor de fond et un rail à suivre sur lequel apparaissent les ennemis. Les décors sont bien pixélisés sans pour autant que cela bave dans tous les sens et les effets m’ont rappelé ceux d’une Snes notamment la pluie sur la fin du jeu. Comme à l’époque, les développeurs ont repris les graphismes d’un niveau en les modifiant légèrement pour faire un nouveau niveau (du style la ville puis la ville en feu…). Sur 5 niveaux on a des décors différents avec des phases de scrolling verticaux automatiques, comme les phases d’ascenseurs de l’époque : ça change le gameplay et ça ne coute pas cher. Le bestiaire ne casse pas trois pattes à un canard avec l’usage de sprites similaires mais avec une couleur différente pour avoir un nouvel ennemi bref tout est fait à l’ancienne et les amoureux de rétro seront comblés. Histoire que notre bonheur soit complet, chaque niveau se clôture par un boss qui est gigantesque et assez retord à battre (entre 1/3 et la moitié de l’écran). L’aspect son ne déroge pas à l’idée générale de faire du rétro avec des musiques ultra nerveuses et reposant sur des chiptunes de l’ère 16 bit.

Difficulté et contrôles à l’ancienne

Steel Assault reprend également les codes des jeux rétro dans le gameplay et je dirai même qu’il se rapproche des bornes d’arcade d’antan avec une difficulté hardcore qui nous pousse à mettre toujours plus de pièces dans la machine quitte à y passer tout son argent de poche. Ne vous inquiétez pas le jeu propose 5 modes de difficulté de très facile à arcade (dans le dernier niveau de difficulté : barre de santé réduite, ennemis plus forts et surtout une seule vie !). Le jeu est donc très difficile mais également très court (comme à l’époque donc) puisqu’il faut à peu près 1 heure pour en voir la fin. D’ailleurs heureusement qu’il y a plusieurs modes de difficultés sinon je ne pense pas que j’aurai pu voir la fin en mode arcade tant le jeu se montre sans pitié sur certains passages et je ne parle pas des boss, en fait c’est un jeu qu’il faut connaître par coeur si on veut en voir la fin et qui ne laisse aucune marge d’erreur à l’instar d’un Ghost’n Goblin.

Taro a des capacités basiques : un coup de fouet, une glissade vers l’avant qui nous rend invulnérable lors de son exécution et qu’il faut impérativement maitriser si l’on veut se sortir des boss, un double saut et une tyrolienne. La tyrolienne sert à progresser sur certains phases de plateformes dont certaines sont un peu capilotractées. La tyrolienne peut se placer dans les huit directions mais j’ai trouvé le système pas intuitif et surtout une imprécision dans les contrôles surtout pour user de la tyrolienne en diagonale puisqu’il faut enclencher une direction et donc notre personnage avance ce qui peut être l’occasion de prendre des dégâts. J’ai souvent pesté sur la latence qu’il y a entre l’input et l’exécution de la commande qui m’a couté pas mal de game over. Cette imprécision est dommageable car déjà que le jeu est difficile, perdre à cause d’une erreur d’input et d’autant plus énervant.

Conclusion

Steel Assault est un véritable hommage aux jeux d’antan et l’hommage est parfaitement réussi. On retrouve les qualités et les défauts de l’époque : un charme visuel, un gameplay simple mais peut être trop simple de nos jours, une imprécision dans les contrôles et surtout une difficulté hardcore ! Le jeu intéressera surtout les fans de jeu rétro. Après je trouve que le prix est un peu élevé pour le contenu. Certes le jeu est difficile et donc il n’est pas aisé d’en voir le bout mais finalement il comporte peu de niveaux, la durée de vie repose essentiellement sur la difficulté et les jeux d’aujourd’hui ne fonctionnent plus comme cela pour éviter de décourager les joueurs.

Positif

  • De l’arcade bien hardcore
  • La réalisation 100% rétro !

Négatif 

  • Un peu court
  • Manque de profondeur dans le gameplay

Satisfaction du Piwi 60 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Tribute Games ni Nintendo !) ICI SWITCH

  • Date de sortie : 28 septembre 2021
  • Editeur : Tribute Games
  • Développeur : Zenovia Interactive
  • Catégorie : Action
  • Prix : 12,99 €
  • Classification : PEGI 7

Le test a été réalisé avec une version presse digitale Nintendo Switch offerte par Cosmocover (Merci Fernando !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :