Test Aeon Drive, le speedrunner en pixel art !

On se lance aujourd’hui dans un jeu indé développé par 2Awesome Studio et que j’ai un peu laissé de côté puisque le jeu est sorti il y a un peu plus de 15 jours (on ne peut pas être partout que voulez vous). Un jeu indé qui cumule assez speedrun et retro je ne peux décidemment pas passer à côté ! Je vais donc rattraper mon retard et je vous donne mon avis sur Aeon Drive dans un test express qui m’a permis de visiter Neo Barcelona…

Un emballage totalement rétro !

Aeon Drive se veut rétro et force est de constater qu’il est de bout en bout : scénario, graphismes, jouabilité, tout renvoie au glorieux passé des jeux vidéo. Le scénario tient d’ailleurs sur un pos-it ! On incarne Jackelyne (Ok il y a plus glamour comme prénom, perso les seules Jacqueline que je connais travaille à la compta ou tiennent un PMU…), une space ranger aux abois qui se retrouve coincé dans une sorte dimension parallèle et qui va tout faire pour rentrer. Pour cela, il va falloir trouver tous les Drive Cores pour réparer son vaisseau et sauver, au passage, la ville de Neo Barcelona d’une imminente catastrophe. Pour vous aider vous aurez à votre dimension une épée à la portée ridicule mais surtout d’une dague de téléportation qui pourrait faire le café si la maniabilité et la précision étaient de mises ! Vous l’aurez compris, le scénario est très basique et notre chère Jackelyne n’a aucun background, le jeu débute d’ailleurs en plein milieu de l’action : on est déjà bloqué et la voix off nous dit ce qu’il faudra faire. Par la suite on a quelques cut scènes qui servent surtout à nous informer de l’état de notre avancement.

Techniquement, le jeu est « on ne peut plus » rétro ! On est dans du pixel art qui souffle le chaud et le froid. Dans l’ensemble c’est propre même si cela reste basique et on sent que les développeurs auraient pu faire mieux. On a parfois des textures qui bavent et si le level design est assez labyrinthique, le code couleur utilisé à savoir des couleurs assez flashies nuit un peu à la lisibilité du niveau. Cet aspect est dommage car le jeu est en mode « speedrun » il faut donc aller vite et pouvoir analyser le level design d’un simple coup d’œil est essentiel or ce n’est pas toujours le cas dans Aeon Drive. Le personnage est plutôt bien fichu avec un sprite en mouvement et qui détonne par rapport à l’aspect très rétro du jeu. Je reste en revanche dubitatif sur le bestiaire proposé par le jeu. Au delà du fait qu’il reste très limité ce qui est bizarre pour un jeu qui comporte 100 niveaux, certains sprites ne sont pas très beaux à voir, je pense notamment à ces sortes de trucs rampants et électriques. L’aspect son est lui aussi assez rétro avec des chiptunes très tournés électro qui donne du rythme à un jeu qui n’en manque pas ! L’héroïne du jeu est doublée par Kira Buckland (qui est connue pour son interprétation de 2B dans Nier: Automata, de Reimi Sugimoto dans JoJo’s Bizarre Adventure: Diamond Is Unbreakable, de Trucy Wright dans la série Ace Attorney ou encore de Hiyoko Saionji dans la série Danganronpa). Le doublage est de qualité et j’aurai aimé que les autres intervenants aient droit au même traitement.

On retrouve un peu le même level design d’un monde à l’autre

Entre prudence et précipitation

Le but d’Aeon Drive est très simple : on a trente seconde pour parvenir à la fin du niveau. Les niveaux ne sont évidemment pas linéaires et demandent de les connaître quasiment sur le bout des doigts si l’on veut faire des temps honorables et rentrer dans le top 10. Car oui le jeu propose une grosse dimension speedrun et donc chaque niveau propose un classement mondial des joueurs. Il faut donc savoir où se trouve la fin pour prendre le chemin le plus court et surtout le plus rapide étant précisé que plus on progresse, plus les niveaux sont grands, labyrinthiques et donc offrent des chemins alternatifs. J’ai trouvé le concept très proche de Super Meat Boy avec un personnage qui meurt au moindre contact avec un ennemi ou un piège. C’est prenant et les niveaux restent courts et malgré des échecs répétés on se relance pour parvenir à nos fins ou plutôt à la fin du niveau.

oui j’ai de la marge
en même temps…

Jackelyne n’est pas démunie. Comme je l’ai dit elle a un sabre et surtout une dague qui lui permet de se téléporter à l’endroit où elle se plante en plus de pouvoir également tuer les ennemis. 90% du gameplay repose sur l’usage de la dague qui nous permet de passer au travers des nombres pièges qui se dressent sur notre chemin. ça fonctionne plutôt bien mais cela aurait été mieux avec une maniabilité plus précise. Déjà il est impossible de viser sans avancer ce qui est problématique lorsque la distance est juste pour le lancer et qu’un trou béant nous sépare de l’objectif. Autre problème si vous ratez votre lancé, vous ne pouvez pas l’annuler vous êtes obligé de l’activer quitte à vous téléporter directement sur un piège ou dans un trou. Que dire lorsque vous ne faites pas gaffe lorsque vous avez spammer le bouton de lancé, votre dague part vous continuez votre chemin et lorsque vous voulez l’utiliser vous êtes téléportée un bail en arrière ! A côté de cette aptitude, notre personnage peut sauter, faire des wall jump, dasher. Rien de plus mais c’est suffisant pour donner un plateformer assez nerveux.

les scies… classique !

100 niveaux on a de quoi faire même si ils sont répartis en 10 zones de 10 niveaux chacune et donc une grosse reprise d’éléments de level design. Les développeurs arrivent à faire varier les plaisirs et ajoutent une mécanique de gain de temps via des capsules à ramasser en chemin et que l’on peut utiliser une fois la jauge remplie pour avoir 5 secondes supplémentaires. Aeon Drive est un jeu qui s’adresse essentiellement à ceux qui font du speedrun et il peut se montrer extrêmement prise de tête si l’on veut avoir le meilleur temps. Terminer l’intégralité des niveaux n’est aucunement difficile, même en jouant la prudence, on peut arriver à la fin via les capsules de temps. En revanche, faire des bons temps est une autre paire de manche et dans ce cadre la frustration et la répétitivité sont de mise ce qui oblige à jouer au jeu sur de courtes sessions.

Conclusion

Aeon Drive est un bon jeu indé qui arrive à mêler plateformer et speedrun. Le concept est très proche de Super Meat Boy mais le jeu n’arrive pas à égaler la légende malgré une profusion de niveaux. Le problème est que lorsque que l’on fait ce genre de jeu, il fait une maniabilité qui ne souffre d’aucun écart et dans le cas d’Aeon Drive, elle présente un peu d’imprécision qui nuise à l’expérience. Le level design est bien recherché et arrive à évoluer mais je ne suis pas un grand fan du code couleur utilisé et j’ai trouvé qu’en termes de pixel art, d’autres jeux indé font beaucoup mieux. Le prix n’est pas excessif et si vous êtes un hardcore gamer en manque de high score, Aeon Drive est fait pour vous.

Positif

  • L’aspect rétro
  • 100 niveaux
  • Le rythme endiablé du jeu
  • Rejouabilité infinie

Négatif 

  • Imprécisions dans la maniabilité
  • Assez répétitif

Satisfaction du Piwi 60 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Nintendo ni Critical Reflex !) ICI PS5 / PS4 ou ICI SWITCH ou ICI Xbox Series X / XBOX ONE.

  • Date de sortie : 30 septembre 2021
  • Editeur : CRITICAL REFLEX
  • Développeur : 2Awesome Studio
  • Catégorie : Action aventure
  • Prix : 14,99 €
  • Classification : PEGI 7

Le test a été réalisé avec une version presse digitale Xbox offerte par Cosmocover (Merci Fernando ^^).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :