Découvrez les thèmes de Beyond a Steel Sky dans un 3ème carnet de développeur !

Temps de lecture : 3 minutes

Le studio Revolution Software et l’éditeur français Microids ont le plaisir de dévoiler un nouveau carnet de développeur pour Beyond a Steel Sky dédié aux thèmes explorés par le jeu. Réalisé par Charles Cecil (créateur de la série des Chevaliers de Baphomet), et sublimé par la vision artistique de Dave Gibbons (dessinateur légendaire de Watchmen), Beyond a Steel Sky constitue le successeur spirituel du grand classique Beneath a Steel Sky. Le titre est disponible sur PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series X|S, consoles Xbox One et Nintendo Switch.

Dans ce nouveau carnet de développeur, Charles Cecil détaille les thématiques sociales du jeu. L’histoire de Beyond a Steel Sky prend place au cœur d’Union City, où une intelligence artificielle est chargée de rendre les habitants heureux. « J’ai pensé qu’il serait intéressant de réfléchir à la manière dont une société évoluerait si une IA faisait tout son possible pour créer un sentiment de bonheur et de bien-être chez les citoyens » précise Charles. « Je me suis beaucoup inspiré de l’idée du psychologue américain Maslow qui, dans les années 1940, a élaboré le concept de pyramide de la ‘hiérarchie des besoins’. Tout au bas de cette pyramide, on trouve les besoins fondamentaux, puis les besoins psychologiques et enfin l’épanouissement personnel. Plus une personne s’élève en satisfaisant chaque type de besoin, plus elle devient heureuse ». Dans le jeu, le concept de pyramide de Maslow est représenté par le ‘Conseil’, divisé en cinq ministères : le ministère de l’abondance, le ministère du confort, le ministère de la sécurité, le ministère de l’ambition et le ministère du bien-être. Mais que se passe-t-il quand tous les besoins de la pyramide de Maslow sont satisfaits ? C’est l’une des thématiques explorées dans Beyond a Steel Sky. « Je me suis souvenu d’une citation de Will Durant, qui disait que chaque société est ‘stoïcienne au début et épicurienne à la fin’. Il voulait dire par là que les sociétés meurent parce qu’elles finissent par devenir décadentes ».

L’ambition constitue une autre thématique majeure du jeu. « L’ambition peut être à la fois positive et négative. D’un point de vue personnel, elle peut vous pousser à accomplir des choses que vous pensiez impossibles, mais elle peut aussi vous pousser à être ultra-compétitif. Plus vous êtes ambitieux, plus vous pouvez être enclin à rabaisser et délaisser ceux qui vous entourent ». Ainsi, l’ambition se traduit en jeu par les Qdos, une monnaie versée aux citoyens en récompense d’actions jugées comme bénéfiques à la société par l’intelligence artificielle. « Le problème, bien sûr, c’est que l’IA décide seule de ce qui est bien et de ce qui est mal, ce qui n’est pas forcément idéal ».

Beyond a Steel Sky utilise aussi intelligemment le piratage en tant que thématique mais aussi en tant que mécanique de jeu. Cela permet aux joueurs de comprendre la logique des appareils piratés pour ensuite contrôler leur environnement. Changer la logique du monde signifie que des choses inattendues vont se produire à la fois pour le joueur, mais surtout pour les habitants de ce monde qui sont convaincus que l’IA ne se trompe jamais, ce qui conduit à des situations intéressantes et des résolutions d’énigmes originales. « Bien sûr, tout ceci n’est qu’un jeu vidéo. Nous laissons aux joueurs le choix de décider par eux-mêmes si ces thèmes font échos ou pas à notre société moderne » conclut Charles.



Catégories :News

Tags:, , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :