Temps de lecture : 7 minutes

Ce n’est pas de gaité de coeur que je propose mon test de Vagante. Non pas que le jeu soit mauvais, mal fait ou inintéressant. Il est juste horriblement dur !!! J’insiste sur le « horriblement » et le « dur ». C’est typiquement le genre de jeu qui relance le débat du « faut-il fendre les jeux plus facile ou plus accessible ? Je ne vais pas y aller par quatre chemins, les gars de Nuke Nine chient littéralement sur l’accessibilité ! Ils ont voulu faire un jeu rétro et ils ne se sont pas arrêtés à la forme ! Sortez la vaseline et les mouchoirs on se lance dans le test de Vagante qui est le jeu le plus dur de cette nouvelle année (bon on est le 16 janvier…) !

Rétro dans la forme !

Vous vous souvenez des jeux 8 bits qui proposaient un scénario uniquement dans le livret qui était joint au jeu (mais si souvenez vous le livret dont tout le monde se foutait et qui vaut aujourd’hui une blinde pour tout collectionneur de rétro…) bon et bien c’est pareil pour Vagante sauf que dans ce cas il n’y a pas de livret… Concrètement le jeu n’a donc pas de scénario. Il prend place sur une diligence qui s’arrête devant l’entrée d’une grotte. Notre personnage descend de la chariote et entre dans la grotte et c’est parti ! Bon j’ai bien compris que notre personnage est une sorte de chasseur de trésor et la grotte en question doit être la caverne d’Alibaba mais ça fait vraiment maigre niveau story…

Vagante est donc rétro dans son approche scénaristique et il l’est également dans sa réalisation. Le jeu propose des graphismes en pixel art qui sentent bons l’ère 8-bits. On a des graphismes old school mais qui conservent une certaine finesse. Je trouve dommage que la DA soit si sombre. Si les premiers niveaux sont les « Dark Caves » j’ai eu l’impression que quasiment l’intégralité du jeu se faisait dans l’ombre avec très peu de sources de lumières (bon de base on explore une grotte on va donc dire que c’est raccord…). Excepté ce souci de lumière, les graphismes sont de bonne facture et le bestiaire ainsi que les boss viennent très bien animer l’ensemble avec pas mal de variété avec une mention spéciale sur le dernier tiers du jeu qui propose plus d’animations et des éléments plus détaillés (pour peu que vous arriviez au dernier tiers…).

salut PNJ muet

ça tient donc la route même si j’aurai aimé mieux. A chaque fois que l’on dit 8-bit, on a du pixel art mais qui manque de finitions et c’est la cas de Vagante. Or je rassure les plus jeunes, sur Nes, on avait droit à des pixels propres et pas forcément baveux, et j’ajouterai que sur la fin de vie des consoles 8-bits on avait droit à un niveau de détails supérieur. Bref je vais m’arrêter là sur l’aspect graphique. Le son suit le même chemin avec des bruitages redondants et une musique d’ambiance qui se fait très discrète.

La souffrance pour maître mot !

Vagante est un pur rogue like ! Mais un vrai de vrai du genre tu meurs tu recommences à zéro ! Bon sur ce point ça va je tiens le coup mais encore faut il que le jeu soit accessible ou du moins intéressant et franchement Vagante pêche énormément à ce niveau ! Le jeu est extrêmement difficile et surtout il peut se montrer très injuste ! Tu marches sur des pics : tu meurs direct. Tu te prends un bloc qui tombe de nulle part : tu meurs ! Tu prends une mauvaise potion : tu meurs. Tu tombes sur un sous boss retord : tu meurs ! En fait on ne fait que mourir dans ce jeu ! Même les mobs de base m’ont roulé dessus style 36 tonnes sur une biche ! J’ai rarement pété un plomb à ce point surtout qu’à chaque fois c’est retour à la case départ !

Et n’essayez pas de vous sauver avec du parcœurisme car les niveaux sont générés de manière aléatoire : dans ta gueule ! On peut apprendre de nos erreurs mais il faudra sur chaque partie suivante garder son attention au max pour éviter de les reproduire. Notre personnage n’est pas démuni, quoique… On a de base une sorte d’épée et tout au long de notre parcours on va trouver des pièces d’équipements ou de nouvelles armes qui donnent une grosse dimension RPG. Sans déconner les dév n’y sont pas allés de main morte et on retrouve pas mal d’équipement différent. C’est un des gros points positifs du jeu et c’est cet équipement qui nous permettra de progresser loin pour peu que l’on ait de la chance…

Bon avant d’utiliser les équipements ou les potions, il faudra les identifier. Oui on passe par une phase d’identification car certaines pièces nous donnent un malus, quand je vous dis que Vagante nous veut du mal ! Genre tu trouves une potion tu te dis allé je vais me refaire une santé et en fait la potion t’enlève les quelques points de vie qu’il te restait… Souffrances sur souffrances en bref que du bonheur ! Pour le reste Vangante mélange plateforme et combats sachant pour passer un niveau, il suffit de trouver sa sortie. Heureusement que les niveaux ne sont pas longs ! Les combats sont mous au début. Je m’explique, au départ, notre personnage est faible et il gagne en puissance via l’équipement et les rares montées de niveau que l’on peut avoir.

La souffrance à plusieurs…

Comme notre personnage est faible, les combats trainent en longueur et on est plus souvent sur le reculoir à la jouer prudent plutôt qu’à foncer. C’est le problème de Vagante on meurt vite et souvent mais sans avoir le sentiment de progresser ce qui est très décourageant ! Si on peut choisir au début de notre partie, une classe, impossible d’en changer par la suite. Le problème est que certains niveaux ne sont pas du tout adapté à une classe via le bestiaire qu’ils proposent et les niveaux deviennent une purge à traverser ! Comme si cela ne suffisait pas, on va croiser des boss qui sont de véritables sacs à PV et qui ont des attaques dévastatrices ! Même en connaissant par cœur tous leurs paterns, la victoire n’est pas assurée ! Du coup, oui Vagante vous tiendra en haleine devant votre écran mais il faut vraiment tomber amoureux du jeu pour avoir le courage et la force de persévérer…

Conclusion

J’aime les jeux indé, j’aime les jeux rétro mais il faut qu’au delà des apparences le jeu soit attractif et accessible et ce ne sont pas les points forts de Vagante. J’ai trouvé le jeu trop difficile et surtout on n’a jamais le sentiment de progresser ou d’évoluer ! Les parties, courtes, se suivent et se ressemblent. Pour un jeu qui propose des parties courtes, je m’attendais à un gameplay nerveux mais c’est tout le contraire ! Il faut prendre son temps et analyser tout ce sue l’on voit à l’écran et lorsque l’on passe son temps à avancer doucement et que l’on meurt soudainement à cause d’un élément de décor la crise de nerfs arrive vite ! Si vous êtes un gros fan de rogue like ou que vous aimez souffrir vous pouvez vous lancer dans Vagante, pour les autres, passez votre chemin…

Pour
  • Un pur rogue like
  • La dimension RPG
Contre
  • La difficulté rebutante
  • Un pixel art qui manque de finitions
  • Un peu trop sommaire dans l’ensemble

Satisfaction du Piwi 45 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Nintendo ni BlitWorks!) ICI PS4 ou ICI SWITCH ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 27 janvier 2022
  • Editeur : BlitWorks
  • Développeur : Nuke Nine
  • Catégorie : Plateformer
  • Prix : 14,99 €
  • Classification : PEGI 16

Le test a été réalisé avec une version presse digitale Nintendo Switch.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :