Temps de lecture : 11 minutes

Soulstice est développé par Reply Game Studios. Si tu ne connais pas le studio, je te dirai que c’est normal vu qu’il n’a développé « que » deux jeux AA dont un spécifique à la VR et donc avec un public restreint. C’est la première fois que le studio se lance dans le beat’em all c’est donc un dépucleage pour eux. Moi j’aime bien les beat’em all et si le jeu attirait mon regard par ses visuels je dois dire que je l’ai suivi un peu en dilettante. Du coup lorsque je me suis enfin lancé, je ne connaissais que peu ou quasiment pas de chose sur le jeu et je me lançais donc dans l’inconnu. Je n’avais donc pas d’attente particulière et franchement… Bon j’arrête de te faire trainer et on attaque mon avis sur Soulstice !

Des démons, des chimères et deux sœurs

La narration de Soulstice prend une part très importante et je dois dire que le jeu sait distiller les infos petit à petit ce qui a attisé ma curiosité et donné envie d’en savoir plus du coup je lâche pas la manette… La construction du scénario est assez brillante. Le jeu nous propulse directement dans le feu de l’action et on prend les commandes de Briar dont on ne connait rien mais qui dégage une puissance monstrueuse avec la possibilité de se transformer en démon. J’ai pu faire deux trois combats vraiment grisants et boum : arrivée du grand méchant écran noir et hop un message qui indique : « quelques heures plus tôt« . On reprend donc les commandes de cette même Briar mais sans tous les supers pouvoirs que l’on a pu essayer… Les développeurs, par cette pirouette scénaristique, ont donné un avant goût du gameplay final (et ça donne envie) mais également posent en quelque sorte une fin à l’histoire alors que l’on ne connaît pas le début. Quoi de mieux pour capter le joueur ? En tout cas sur moi cela a grave fonctionné !

Soulstice
Classe et badasse comme entrée
Soulstice
Briar à 100% ça fait mal !

Passé ce spoiler voulu, on en apprend un peu plus sur l’histoire de Soulstice. Il y a plusieurs siècles a eu lieu une guerre entre démons et l’Ordre de la Lame cendrée. Heureusement, l’Ordre a gagné et a réussi à contenir les démons mais, il y a un mais sinon ce serait trop simple, les démons ramènent leur face régulièrement et du coup l’Ordre a créé les chimères qui sont des supers guerriers intervenant pour sauver le monde. Tu l’as compris Briar est l’une d’elle mais elle est très particulière. Elle est liée à sa sœur, Lute, qui est un fantôme aux capacités bien utiles (j’y reviendrai) et elle est surtout considérée par l’Ordre comme une chimère de seconde classe… On le comprend vite puisque les PNJ sont tous étonnés de nous voir débarquer et doutent même de notre réussite : la confiance règne et ça met dans l’ambiance !

Soulstice
Tu es en train de me dire que je suis bof quoi…

Briar est envoyée par l’ordre dans la ville d’Ilden qui a vu apparaître une faille de laquelle sortent les démons. Une mission classique mais qui va vite partir en cacahuète ! La faille est plus importante que prévue et surtout grandit à chaque pas qui nous rapproche d’elle et les autres chimères qui ont été envoyées ont échoué… Au delà de cette mission, nos sœurs vont surtout s’apercevoir que tout n’est pas blanc ni noir et que des liens peuvent être faits entre l’Ordre et l’apparition de cette faille… Je ne vais pas t’en dire plus surtout que le scénario se déroule de manière très lente peut être trop à mon goût puisque j’ai trouvé que les révélations avaient tendance à arriver toute en même temps. Car sur cette trame principale se greffe le background des deux héroïnes qui est étoffé et surtout très intéressant : leur origine, leur fonctionnement et surtout le fait que Briar n’est pas une chimère comme les autres mais chut !!! Va jouer au jeu et tu comprendras !

Soulstice
Briar a quelque chose en plus
Soulstice

Une qualité AA +++

Soulstice est un AA donc je ne vais pas le comparer à un énorme blockbuster pourtant lorsque j’ai lancé le jeu, je me suis demandé si ce n’était pas un AAA. Je n’exagère pas j’ai été totalement enchanté par la réalisation graphique mais dans un premier temps seulement. ça commence par les scènes d’intro avec une voie off parfaitement intégrée et des images qui flattent la rétine. ça se poursuit in game avec des graphismes très inspiré fantasy et surtout majestueux ! La caméra est fixe, comme pour les premiers DMC ce qui est une première référence, (ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes et j’y reviendrai) du coup j’ai pu prendre tout mon temps pour admirer les décors en second plan. Car il faut dire que pour le premier plan, c’est assez vide excepté la présence de quelques éléments destructibles. ça fait peu et certaines arènes de combats m’ont paru vides.

Soulstice
Je trouve le tableau magnifique
Soulstice

Excepté cet écueil, j’ai été très agréablement surpris par la qualité graphique du jeu et j’ai trouvé les extérieurs particulièrement réussis. Cependant cette sensation n’a pas duré puisque si les décors sont variés avec la traversée de lieux différents bien que classiques (ville, prison, égouts, château et dimension parallèle) je me suis aperçu que les développeurs reprenaient certains plans pour les remettre deux ou trois niveaux plus loin à tel point que je me suis demandé si Briar ne tournait pas en rond dans Ilden. Comme on reste sur un AA, si on veut de jolis graphismes il faut rogner sur autre chose et dans le cas de Soulstice c’est la liberté d’exploration qui en prend un coup. Si les décors sont majestueux, il est dommage de ne pas pouvoir les explorer. En fait on avance de couloirs en couloirs avec des murs invisibles. Rares sont les passages secrets bien qu’ils soient présents et qu’ils proposent des récompenses non négligeables.

Soulstice

Dans l’ensemble, Soulstice n’a pas à rougir de sa réalisation graphique. Même les cinématiques sont de très bonne facture pour un AA et le jeu fait honneur aux consoles de dernières générations (j’ai fait mon test sur Xbox Series X). Si le bestiaire est limité, les ennemis sont bien modélisés et le jeu est parfaitement fluide alors que les combats se révèlent être nerveux. ça pète dans tous les sens et les effets de lumière sont légions ! L’aspect sonore n’est pas en reste et comme pour un DMC, les musiques changent dès que l’on passe en combat pour se montrer plus speed et ainsi coller à l’action proposée à l’écran. Le doublage des personnages est bon, les émotions sont bien retranscrites et l’intonation des voix collent au design des personnages. Si Soulstice a sa propre identité, j’ai ressenti tout au long de mon aventure l’esprit des premiers DMC et cela pour mon plus grand plaisir !

Briar sœur de Dante ?

J’ai commencé à l’écrire, Soulstice ne se gène pas pour lorgner du côté des premiers DMC et le gameplay en est le parfait exemple ! Le jeu est divisé en chapitre qui sont en fait des niveaux à l’issue desquels votre performance est notée en fonction du temps mis, des combats et de votre exploration. On est d’accord c’est du pur DMC ! La construction des niveaux n’est également pas sans rappeler celle de DMC : couloirs, arène et baston, couloir encore, arène et baston jusqu’à la fin du niveau qui se ponctue par un boss. La caméra est fixe lors des phases « d’exploration » qui est un bien grand mot puisque l’on se contente d’avancer tout droit avec parfois un petit passage secret synonyme de bonus. La caméra fixe n’est pas sans poser de problème surtout lors des phases de saut… Je me suis souvenu avoir pété un plomb sur DMC premier du nom avec des sauts au milieu desquels il y avait un changement de caméra ce qui rendait difficile voir impossible l’appréhension de la distance. Bon beh Soulstice n’évite pas cet écueil…

Soulstice
Pu*** de caméra !

Les phases de baston sont tout simplement jouissives avec un gameplay ultra nerveux et une complémentarité des sœurs qui, bien exploitée, donne un côté artistique aux combats. Briar va jouer le rôle de l’attaque avec une panoplie d’armes assez étoffée et la possibilité de passer de l’une à l’autre via une simple pression. Il faut vraiment choper le coup car Soulstice est un jeu exigeant et il faut vite comprendre toutes les mécaniques de gameplay si l’on veut se donner une chance de survie surtout contre les boss qui ne manquent pas d’envergure ! Si l’on enchaîne bien les coups, on peut débloquer la forme démoniaque de Briar qui se transforme tout comme Dante se change en Sparda. L’activation du mode super laisse place à une mini cut scène du plus bel effet ! Le sentiment de puissance est bien présent et c’est réellement plaisant de trancher tout ce qui se présente à nous. Soulstice ne laisse alors aucun doute : c’est un véritable Beat’em all !

Soulstice
ça va trancher !

Lute de son côté, est axée sur la défense et la contre attaque. En pressant le bouton de défense au bon moment, Lute bloque l’attaque ennemie et, une fois évoluée se permet même de contre attaquer via des sorts plus ou moins puissants. Lute a également la possibilité d’évoquer un champ d’évocation et un champ de bannissement. Ces champs permettent de briser des pierres spéciales synonymes de ressources mais surtout de vaincre certains types d’ennemis qui ne deviennent sensibles aux coups de Briar que si ils se trouvent dans un champ précis, je pense notamment aux spectres. Cela ajoute une mécanique de gameplay supplémentaire mais également une difficulté car si Lute use de toute sa synergie, elle est out durant un temps ce qui rend Briar vulnérable à toutes les attaques ! Ces champs permettent également de donner l’impression d’un bestiaire étoffé en créant des variantes de démons. Je dois reconnaître que la variété des démons m’a un peu laissé sur ma faim avec un nouveau démon ajouté par niveau qui n’est en fait qu’une variante d’un précédent, heureusement que les boss relèvent le niveau !

Les champs ajoutent une mécanique
Elle a pas l’air mais Lute est balèze

Bien évidemment Soulstice propose des arbres de compétences qui permettent de donner plus de pouvoirs à nos deux sœurs. Il y a de quoi faire et si tu veux tout monter il faudra faire et refaire les niveaux histoire d’avoir assez de ressources. Soulstice propose un gros contenu avec un bon challenge mais comme tout beat’em all et comme pour les DMC, il peut se montrer très répétitif ! Vu que le bestiaire est assez limité, les combats ont tendance à se ressembler et du coup on va appliquer la même stratégie en fonction de notre style. Heureusement que le scénario et la narration de Soulstice m’ont tenu en haleine pour que je poursuive l’aventure jusqu’au bout !

Conclusion

Comme quoi à chaque fois que je n’ai pas d’attente particulière pour un jeu, je suis agréablement surpris ! Sousltice est un véritable coup de cœur pour moi qui suis un fan de la série des DMC. J’ai retrouvé un gameplay à l’ancienne qui à son charme mais également ses défauts comme la caméra ou encore le manque de liberté. Le plaisir reste bien présent et je dirai que Soulstice fait parti de mes tops AA. J’ai été conquis par la DA et la réalisation graphique du jeu qui n’a pas à rougir de ce qui se fait sur les consoles actuelles. Franchement j’ai surkiffé ce jeu et vu le prix proposé, je ne peux que le conseiller : l’expérience de jeu est excellente malgré des écueils inévitables !

Pour
  • Un gameplay nerveux et complet
  • Une réalisation excellente pour un AA
  • Le scénario et sa narration
  • Une durée de vie surprenante
  • Une difficulté adaptable pour tous
Contre
  • Un bestiaire limité
  • Des soucis de caméra
  • Le système de « couloirs »

Satisfaction du Piwi 85 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Modus Games !) ICI PS5 ou ICI XBOX SERIES X

  • Date de sortie : 20 septembre 2022
  • Editeur : Modus Games
  • Développeur : Reply Game Studios
  • Catégorie : Action aventure
  • Prix : 39,99 €
  • Classification : PEGI 12

Le test a été réalisé avec une version presse digitale PS4 offerte par Warning Up (Merci Sacha !).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :