Temps de lecture : 11 minutes

Graveyard Keeper vous place dans la peau d’un gardien de cimetière ! Il s’agit d’un jeu de gestion (mais pas que…) développé par Lazy Bear Game et édité par TinyBuild. Si le concept est plus qu’original, un jeu de gestion doit avant tout répondre à un certain équilibre en terme de gameplay au risque de passer totalement au travers. L’alpha avait montré des choses très intéressantes mais le jeu se présentait comme relativement difficile avec une courbe de difficulté monstrueuse dès les premières minutes de jeu. Qu’en est-il de la version finale ? On part déterrer les cadavres des placards pour voir ce qu’il en retourne. 

N’est pas gardien de cimetière qui veut…

Il était une fois… vous qui vous pressez de rentrer voir votre chère et tendre après une dure journée de travail quand soudain une voiture vous percute. Vous vous réveillerz alors dans un monde que vous ne connaissez pas mais qui a tout l’air d’appartenir au monde médiéval. Heureusement un crâne qui parle et répondant au nom de Gerry est là pour vous tenir au fait des choses : vous êtes le nouveau gardien de cimetière ! et accessoirement vous devez lui apporter une bière pour qu’il vous en dise plus… Vous sortez donc prendre l’air et commencez votre exploration. Un âne vous apporte alors votre premier cadavre que vous devez amener à la morgue pour l’autopsier et ensuite l’enterrer. Et puis c’est tout ! Autant commencer par le point noir du jeu, il n’y aura aucun didacticiel, tuto ou autre bulle de renseignement qui sont pourtant essentielles à la compréhension du jeu. Ce manque d’informations risque de rebuter plus d’un joueur dès les premières heures du jeu car on se rend vite compte que le jeu est très difficile or on n’arrive pas à améliorer la situation…

15-08-2018_17-27-50
Au boulot !

Un exemple très simple : votre première autopsie soit les 5 premières minutes de jeu ; on vous propose de retirer le sang, la graisse, des organes, le crâne, la peau. Sauf qu’il aurait été intéressant de préciser au joueur que les opérations effectuées influent sur la qualité du cadavre et donc de la tombe et donc du cimetière. Si vous ratez votre début de partie vous allez ramer et risquez même d’être bloqué après quelques heures de jeu… Pour ma part je m’y suis pris à 6 reprises car vous êtes obligés d’apprendre de manière empirique donc vous faites des tests et après quelques heures de jeu vous vous apercevez que vous auriez du faire autre chose, on recommence… Car oui, autre problème, le jeu sauvegarde à chaque fois que vous allez vous reposer (et vous devrez vous reposer souvent…) donc impossible de revenir en arrière. Je vous le dis, en gros, vous allez bien galérer jusqu’à débloquer les mines à l’ouest (un conseil essayez de les débloquer au plus vite!!!) et construire le fourneau, une fois cette étape passée la difficulté n’augmente plus.

16-08-2018_09-00-18
Je commence à être un petit roi du pétrole…

En fait la difficulté vient essentiellement du manque d’information partout (ou plutôt nulle part…). Un réflexe de début de partie est de regarder les menus pour essayer de glaner des informations. On tombe alors sur un arbre de technologie très confus et aux informations par forcément bien résumé et puis, deuxième claque, mais y-a combien de technologie à acquérir ?!?! et comment on fait ?!?! Débrouillez vous !!! Je commencerai bien à tenter d’expliquer le jeu et ses bases mais honnêtement ce serait long et rébarbatif et ça n’a pas sa place dans un test. Je vous donne ce lien qui est le forum officiel du jeu avec des tutos. Ils sont en anglais et concernent la version alpha et attention, des quêtes et événements ont été rajoutés ce qui fait que certains parties des tutos sont fausses mais ils sont suffisants pour sortir la tête de l’eau au début… Et ne négligez pas la foi ! Ce qui change de la force…

15-08-2018_17-27-29
Il va falloir bosser dur…
15-08-2018_17-27-36
In pognon we trust

Les points de compétence, les technologies, les constructions, les quêtes : rien pas un mot, même lors de votre première balade en ville les marchands ne sont pas indiqués par un panneau (pourquoi ? cela est si simple un panneau avec un symbole c’est pas compliqué !!!). Alors c’est vrai que j’y vais un peu fort et que je vends pas forcément bien le jeu (ce qui est pas mon boulot moi je dois juste le tester et donner mon humble avis qui vaut ce qui vaut même si c’est pas grand chose). Mais oui le jeu est vraiment prenant et c’est d’ailleurs pour ça que je m’y suis accroché (et aussi parce que je n’aime pas rester en situation d’échec…). Parce que Graveyard Keeper n’est pas qu’un simple jeu de gestion et il vous proposera de multiples activités…

16-08-2018_09-12-54
Petit à petit l’oiseau fait son nid…

De la gestion, de l’exploration, de la construction, des quêtes, il y en a des choses à faire…

Ok le jeu met en avant la gestion de cimetière mais après un seule heure de jeu, on se rend très vite compte que cette activité n’est qu’un prétexte à l’histoire principale et va se révéler très accessoire. Après avoir enterré votre premier cadavre, le prêtre va vous demander d’améliorer la qualité de votre cimetière et c’est le début de votre esclavagisme… Car c’est tout bête mais il faut les matières premières (outre la technologie) et les matières premières, et bien il faut les transformer. La solution de facilité serait d’acheter tout auprès des marchands sauf que l’argent est interdit là ou vous êtes et le stock des marchands ne se renouvelle pas (c’est balo hein ?). Vous allez donc faire le bûcheron, le tailleur de pierre, le forgeron, l’agriculteur, le fermier, l’apiculteur, le bijoutier, le guerrier et également le prêtre. Vous ne serez donc pas simple gardien de cimetière mais un véritable couteau suisse !

16-08-2018_08-45-45
On jardine ?
16-08-2018_08-45-43
On est même architecte !

Cette variété dans les activités apporte vraiment un plus au jeu et on se plait de passer d’une chose à l’autre. Mais il y a un MAIS ! Le farm est très long et ennuyeux, deux secondes pour couper un arbre, 5 secondes pour faire une planche et attention on ne fait qu’une seule chose à la fois en maintenant le bouton adéquat appuyé. Le problème c’est lorsque vous devez faire 10 planches et bien on se retrouve à attendre comme un *** devant son écran cela en devient limite c**** (ça fait beaucoup d’étoiles pour une phrase…). Autre problème, chaque chose vous demande de l’énergie or le héro est une véritable feignasse doublée d’un délégué CGT… Franchement il se fatigue très vite et on a parfois l’impression de passer sa vie au lit ! De toute façon vu que l’âne qui vous apporte les cadavres ne jure que par le communisme, vous n’avez pas de quoi vous inquiéter pour la cadence… Et pour récupérer et bien il faut le regarder dormir… environ 20 secondes à attendre devant son écran…  Ce qui est bizarre c’est que lorsque l’on joue, on ne voit pas le temps passer devant son écran or en rédigeant ce test je me rends compte que j’ai fait de longues cessions de jeu sans pour autant m’ennuyer ferme ce qui est paradoxal.

15-08-2018_17-27-46
Mon petit paresseux…
16-08-2018_08-46-18
…Et son âne marxiste !

Vous l’aurez remarqué sur les screens, en haut à gauche on a une sorte d’indication temporelle, en effet le jeu alterne jour/nuit et fonctionne sur 6 jours. Cela apporte un plus dans le gameplay notamment en terme d’exploration et d’énigmes. Certains personnages n’apparaissent qu’à des jours précis de la semaine tout comme vous êtes tenus par vos activités (vous recevrez un cadavre par jour et vous devez tenir un prêche par semaine). Si on mélange vos obligations, le farm et l’exploration croyez moi votre temps est compté et vos journées passeront à une vitesse folle !

16-08-2018_08-46-27
Il y a aura beaucoup d’énigmes à résoudre

Les énigmes sont essentielles pour gagner des points de compétences et ainsi progresser dans vos constructions mais elles sont surtout très utiles à l’intrigue principale qui est intéressante car au fil de vos rencontres, vous remarquerez que le monde dans lequel vous avez atterri ne fonctionne pas comme le nôtre et suscite beaucoup de questions. Sans vous spoiler le jeu, qu’est donc cette grande inquisition ? pourquoi la ville est interdite d’accès et pourquoi le village est interdit d’argent ? Pourquoi cette chasse aux sorcières ? Pourquoi vous êtes le gardien du cimetière ou tout simplement comment quitter ce monde qui n’est pas le vôtre ? Cela fait beaucoup de questions et je vous le confesse, au moment d’écrire ce test, je n’ai pas les réponses à toutes les questions car je n’ai tout simplement pas réussi à terminer toutes les énigmes. Au risque de me répéter, le jeu est difficile et exigeant !

16-08-2018_08-45-17
Le fameux « portail » bien gardé mais vers où mène-t-il ?

L’exploration est plutôt bien équilibrée. Il ne faut pas s’attendre à un vaste open world mais la map reste bien fournie et vous devrez déblayer certains passages pour vous donner accès à de nouvelles parties.

15-08-2018_17-27-28

A côté de cette exploration somme toute classique, on trouve une exploration guerrière. Si dans la nature et de nuit vous tomberez sur quelques monstres anecdotiques, vous aurez aussi à explorez un donjon très classique. Au départ vous serez surtout limité par votre inventaire et votre énergie mais ensuite… cela se corse sacrément et sans équipement digne de ce nom ce sera la mort assurée. Son exploration est obligatoire pour dénicher de ressources utiles.

16-08-2018_09-00-16
Le donjon de la mort…
15-08-2018_17-27-24
… Et labyrinthique !

Une réalisation au poil empêchant le joueur de craquer

Le jeu est vraiment bien réalisé. Les graphismes sont mignons et on se plait à se déplacer dans le monde qui s’offre à nous. Les divers environnements proposés reprennent clairement les classiques du genre. On a droit à quelques cut-scenes qui nous permettent d’en apprendre plus sur l’histoire et les personnages et qui font références à notre quotidien non sans humour.  Si le jeu dispose un concept original il reste donc les sentiers battus côté réalisation mais au même classique cela reste bien fait et il faut le souligner. Ce côté « mignon » permet toutefois d’aborder des sujets avec légèreté car on passe de disséquer des cadavres à donner des organes pour des expériences bizarres et si on pouvait brûler quelques « sorcières » autant ne pas s’en priver…

15-08-2018_17-27-41
Même un bûcher reste mignon…

Les effets de jour et de nuit sont bien fichus et on se repère vite y compris dans le journée en observant le luminosité. Par contre, je veux bien qu’à l’aube il y ait de la brume mais pas de quoi vous cacher votre personnage.

 

La réalisation sonore est heureusement (et selon mes goûts) une réussite. On a droit à des boucles assez longues et surtout douce différentes selon votre environnement. Les effets sonores peuvent être réglés et ne vrillent pas les tympans. Pourquoi je dis heureusement ? Parce que lorsque vous allez en boucle couper du bois ou chercher désespérément un moyen de vous débloquer vous ne pester pas aussi sur les effets sonores et n’êtes pas obligés d’enlever votre casque au risque de péter un plomb ; quand je vous dis que mes premières parties étaient n’importe quoi en raison du manque d’information je n’exagère rien.

Car oui, vous risquez vraiment de craquer lorsque vous allez faire des choix et vous rendre compte après quelques heures de jeu qu’il aurait été judicieux de vous expliquer certaines choses qui ne trahissent rien au jeu mais qui sont élémentaires et essentielles pour la bonne compréhension du jeu. Je sais que cela n’existe plus mais pour les plus vieux, lorsque l’on achetait un jeu, il y a avait dans la boite, un livret, qui, en plus de vous expliquer les commandes du jeu, vous expliquer l’histoire, un peu de contenu et surtout les mécaniques permettant de profiter de tout ce que vous proposer le jeu. Ok aujourd’hui cela ne se fait plus et je ne vais pas faire mon vieux réac, mais aujourd’hui on a en début de jeu ou en mode annexe une sorte de tutoriel qui vous explique les commandes et in game lorsque vous débloquez de nouvelles mécaniques vous avez des explications, et dans Graveyard Keeper, vous fonctionnez au petit bonheur la chance car on ne vous dit rien. Je le répète dommage car je crains que beaucoup de joueur se désintéresse du jeu sans même en connaître 10% pour cette raison… Le jeu devient hardcore en grande partie pour ça.

Conclusion

Dur, exigeant, fatiguant jusqu’en en devenir énervant mais Graveyard Keeper n’en reste pas mois prenant et au final on peste devant son écran mais le jeu est addictif. Cela reste de l’action aventure hardcore pas forcément aidée par des choix de gameplay qui rendent l’ensemble lourd. Pour autant on s’accroche à son écran et on s’amuse à chercher les réponses permettant de résoudrele puzzle qui s’offre à nous. Assurément le jeu se destine principalement aux joueurs patients et aux hardcore gamers (et SM ou aux gardiens de cimetière mais cela reste une niche…).

Positif 

  • une réussite graphique et sonore
  • une variété dans le gameplay
  • une durée de vie énorme !!!
  • et franchement que c’est original dans le concept !!!

Négatif 

  • mon dieu que c’est dur !!!
  • un gameplay qui provoquent un sentiment de lenteur…

Satisfaction du Piwi 90 %

 

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni TinyBuild ni Lazybear Game ) ICI

Informations générales :

  • Date de sortie : 15 août 2018
  • Editeur : TinyBuild
  • Développeur : Lazy Bear Games
  • Catégorie : Action / Aventure
  • Prix : 19,99 €
  • Classification : PEGI 16

2 thoughts on “Graveyard Keeper : gérer un cimetière n’a jamais été aussi prenant !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :