Temps de lecture : 8 minutes

Ça y est ! On y est ! Franchement depuis le temps que je vous en parle et vu le nombre d’articles faits sur le jeu il était un petit peu normal que je fasse un test non ? Planet Alpha, développé par Planet Alpha Game Studio est le centième jeux de Team17 (déjà!). Mais Planet Alpha c’est quoi ? Difficile à décrire, difficile à ranger dans une case, Planet Alpha offre surtout une expérience synonyme de « pause » pour le joueur (vous me direz « y’a mieux comme description ») mais est ce que cette pause vaut le détour ? Perdons nous dans l’espace temps pour voir de quoi il en retourne…

14-09-2018_17-05-56

Entre » La Guerre des Mondes » et « Seul sur Mars »

Vous êtes directement plongé dans l’aventure en prenant le contrôle de votre personnage, humanoïde en combinaison spatiale et surtout en piteux état… Pas un seul mot d’explication, juste la possibilité d’avancer en claudiquant jusqu’à une caverne et… fondu noir ! Une dose d’EPO plus tard, car oui, alors que votre héro marchait sur une patte, là il est frais comme un gardon (les plus jeunes #wikipedia pour la définition de frais comme un gardon) vous vous retrouvez à nouveau dans la nature. Un seul choix s’offre alors à vous : explorer le monde qui vous tend les bras. Vous n’aurez pas d’autre explication sur les raisons de votre présence sur cette planète, pas plus que sur ce que votre héro cherche… On commence par se dire que l’on est là suite à un crash et que le but est de repartir mais ce n’est que pure spéculation et le compréhension du jeu ne viendra qu’après de longues heures de pérégrinations (vous l’aurez compris on est parti sur des bases de vieux français assez prononcées…).

14-09-2018_17-06-22
Au départ vous êtes mal en point

Très rapidement, des « ennemis » apparaîtront et n’auront que pour seul but de vous désintégrer s’ils vous repèrent. Ces « ennemis » sont des robots qui m’ont immédiatement rappelé dans leur comportement et leur design les extraterrestres de « La Guerre des Mondes » (certains pensent à Spielberg et Tom Cruise et je préférerai qu’ils pensent à Wells : c’était le moment culture du test). L’autre référence pour moi est, étrangement (car le film ne m’a pas marqué), « Seul sur Mars » notamment lors des phases d’exploration-scrolling avec ce sentiment de solitude et de découvrir un monde à chaque pas. Mais il ne faut pas se mentir, si je vous parle de ces deux références j’en oublie certainement plus de 20 autres ! Car oui le jeu est très inspiré de l’univers Sci-fi, que-dis-je, il transpire la Sci-Fi avec tous ses classiques ! On aime où… on aime ! C’est tellement bien fait que l’on se laisse très vite happé par le voyage qui nous est proposé surtout que le jeu n’est pas difficile (j’y reviendrai) et du coup ne freine pas le joueur dans sa curiosité.

14-09-2018_17-06-06
Les méchants sont là

Une claque…

Je ne vous cache pas qu’en rédigeant ce test, je me demande si mon impression sur la qualité graphique du jeu est objective ou plutôt si elle rentre « dans la moyenne » (car une impression est par essence subjective mais elle peut se rapprocher de l’avis général et donc de l’objectivité si l’on part du postulat que l’avis général gagne en objectivité ; c’était la minute philosophie du test). Personnellement j’ai pris une claque et ce dès les premières secondes du jeu ! Et j’en suis ravi car tout au long de son développement, Planet Alpha nous a offert des visuels magnifiques mais on doute toujours quant au rendu final (les exemples ratés sont légion). Là rien à dire c’est propre, léché.

Planet Alpha nous conte son histoire uniquement de manière visuelle, le pari est osé mais réussi ! Il y a très très peu de textes, tout passe par les visuels que vous découvrez au fil de votre exploration et par quelques scénettes qui s’offrent à vous. Les décors sont variés et particulièrement réussis. Si au départ on parcourt de vastes prairies aux herbes qui vous titillent les … on traverse également des temples, cavernes, environnements volcaniques, cascades en passant par des dimensions parallèles dans lesquelles la gravité est changée. Les graphismes mélangent habilement des élément low-poly avec d’autres extrêmement bien détaillés et réalistes. Il n’est pas rare de s’arrêter pour contempler la scène qui s’offre à vous (même la baleine volante que l’on a  pourtant vu 100 fois dans les trailers, la première fois qu’on la croise on fait « ôôôôôôôôhhhh« ). D’autant que c’est par l’environnement que les réponses à notre présence sur cette planète nous seront données.

14-09-2018_17-05-57
Salut toi !

Comme rien n’est parfait, Planet Alpha n’échappera pas à une (petite) critique sur le plan graphique. Oui le décor est riche, oui le décor est fourni, oui le décor joue avec les éléments en premiers plans et ceux en fond. Sauf qu’il est dommage que certains éléments en premier plan masque littéralement le personnage et les obstacles qu’il doit franchir. Donc il nous arrivera de pester sur le décor qui bien que magnifique, est un peu trop présent par moment.

14-09-2018_17-06-10
Presque caché !

Niveau sonore, c’est extrêmement minimaliste et réussi. Une petite musique d’ambiance que l’on pourrait retrouver volontiers dans n’importe quel film Sci-fi (encore…). La musique est vraiment en fond puisque vous serez avant tout attentif aux bruitages émanant du personnage, de l’environnement et des interactions qui peuvent se faire entre les deux.

14-09-2018_17-06-29
L’électro ou le hard rock auraient été malvenus…

De l’exploration, de la réflexion, de l’action

Au final on fait quoi dans Planet Alpha ? Je vous avoue avoir du mal à ranger le jeu dans une case. Si on se réfère aux indications officielles il s’agit d’un plateformer mais je ne reste pas convaincu par ce classement. Certes beaucoup de phases comportent des plateformes mais il n’y aucune difficulté à franchir ces étapes. Encore une fois, le jeu met plus l’accent sur l’aspect narratif que sur un gameplay plateforme. Une seule exception à ces propos, les failles dimensionnelles dans lesquelles la gravité est changée et qui proposent certains moments un peu plus difficiles.

14-09-2018_17-06-02
Les dimensions parallèles offrent un bon challenge

De même, le jeu propose quelques énigmes, rassurez vous elles sont d’un niveau CM2. Car votre personnage a un pouvoir et pas n’importe lequel, il est capable de contrôler le temps en jouant sur les phases de jour et de nuit. Présenté comme ça, cela peut paraître effrayant mais rassurez vous, on comprend très vite le concept car seule les gâchettes suffisent pour abuser de son pouvoir. L’idée est très intéressante mais je pense qu’elle n’a pas été suffisamment explorée et surtout n’offre pas un challenge suffisant.

Enfin le jeu propose des phases d’infiltrations. Comme je l’ai déjà écrit, vous croiserez très rapidement des robots voulant votre mort, le problème est que vous n’êtes pas armé et vous ne le serez jamais (comme dirait Rambo : « ma b*** et mon couteau« …). Mais vous aurez la possibilité de créer des diversions via l’environnement en jouant justement sur le temps avec votre pouvoir.

14-09-2018_17-06-05
Je suis Tom Cruise, Je suis Tom Cruise, Je suis….

Vous me direz, que cela fait beaucoup de choses proposées par un seul jeu. Je vous répondrai oui mais je trouve qu’à chaque fois, le concept n’a pas été poussé un peu plus. Pourquoi ne pas avoir rendu le jeu un peu plus difficile ? Car en plus d’être très facile, le jeu n’est pas punitif en cas de mort puisque votre respawn se fera trois pas avant… Du coup j’ai plus l’impression que ce jeu est comme dit en intro une « pause » pendant laquelle on se laisse porter par un environnement. Le jeu m’a rappelé en ce sens Forgotton Anne : quelques phases de plateforme mais surtout une narration parfaite. Sauf que Forgotton Anne m’a un peu plus emballé car sa narration ne reposait pas que sur le visuel et proposait une histoire bien plus complexe avec des interprétations différentes. Il est vrai que par moment, on n’a pas l’impression de faire grand chose à l’exception de traverser de magnifiques décors frustrant car paradoxalement le jeu nous propose des phases de poursuites assez stressantes et mouvementées. Si le jeu propose une bonne durée de vie un certain sentiment de lenteur pourra vous frapper sans crier garde.

Rapport de mission

En conclusion, Planet Alpha propose au joueur une exploration, un voyage dans un monde inconnu et magnifique qui ne demande qu’à être découvert. Si les superlatifs ne manquent pas pour décrire le côté artistique du jeu on n’échappera malheureusement pas au goût d’inachevé en terme de gameplay. Une nouvelle fois c’est dommage car les énigmes proposées avec ce concept de manipuler jour et nuit laissaient augurer de très belles perspectives.

Positif 

  • Graphiquement magnifique
  • Une ambiance sonore réussie
  • l’idée de jouer sur le temps originale dans son gameplay
  • Une bonne durée de vie

Négatif 

  • Difficulté aux abonnés absents
  • Un gameplay varié mais pas suffisamment poussé

Satisfaction du Piwi 87 %

 

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Team17 Digital Ltd ni Planet Alpha ApS ) ICI

Informations générales :

  • Date de sortie : 4 septembre 2018
  • Editeur :Team17 Digital Ltd
  • Développeur : Planet Alpha ApS
  • Catégorie : Plateformer
  • Prix : 19,99 €
  • Classification : PEGI 12

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :