Test Timespinner, le Metroidvania à la très bonne sauce 16-bits !

C’est l’heure de se lancer dans Timespinner un Action-RPG qui interpelle ne serait-ce que par son aspect graphique qui sent bon les jeux de l’âge d’or de la SNES, Secret Of Mana en tête. Vous commencez à le savoir mais moi du moment où ça cause rétrogaming je suis tout de suite excité comme un jeune pucelle à un concert de Justin Bieber… Bref l’emballage ne faisant pas tout, j’ai commencé Timespinner avec un petit peu d’appréhension car beaucoup de promesses ont été faites par les développeurs mais il faut savoir les tenir le moment venu. Et puis force est de constater que l’on se laisse petit à petit happé par le jeu qui a tout d’un grand…

Timespinner (11)

C’est parti pour le voyage dans le temps !

Un univers beau et profond

Le jeu nous fait incarner Lunais qui doit devenir un messager du temps. Du coup une bonne bouffe est organisée pour fêter son départ. Vous retrouvez votre meilleure amie, Marella, qui vous a préparé un magnifique gâteau, le jaloux de service mais surtout votre môman ! Cette dernière va vous faire un beau cadeau à savoir des orbes qui en fait vont vous servir d’arme ! Tout est beau dans le meilleur des mondes, et là c’est le drame ! Le village est attaqué par l’empire, vous êtes obligée de vous replier vers le timespinner et votre chère et tendre génitrice parvient à activer le bouzin avant de mourir de manière très brusque… Vous vous réveillez alors dans un monde inconnu et à une époque inconnue, car là est le pouvoir du Timespinner : vous faire voyager dans le temps ! Votre aventure commence alors… Oui cette introduction renvoie énormément à beaucoup de RPG tel que Final Fantasy ou encore Secret Of Mana bien que pour le dernier la ressemblance ne s’arrête pas à cela. Je ne vais pas aller plus loin dans le scénario pour la simple et bonne raison qu’il se révèle être très riche notamment grâce aux PNJ secondaires qui vont vous donner moult quêtes annexes et qui possèdent tous un background assez détaillé. L’ensemble rend le contenu scénaristique assez conséquent et on est même surpris d’en avoir autant venant d’un jeu indé !

Timespinner (8)

Beaucoup de PNJ par zone

Le scénario ainsi que les éléments annexes prennent une place importante dans le jeu et sont suffisamment bien construits et intéressants pour pousser le joueur à réaliser les quêtes annexes. Cette place est d’autant plus importante qu’elle fait l’objet de nombreuses quêtes qui vous demandent d’aller à la bibliothèque partie centrale d’une des zones du jeu. Car le jeu propose plusieurs zones qui sont en fait les « mêmes » mais à trois époques différentes, passé, présent et futur. Ces trois époques permettent aux développeurs de nous narrer un scénario profond et ils ne se sont pas gênés ! Votre implication dans ces quêtes va avoir une influence sur la suite de la quête principale (j’y reviendrai). Indéniablement la profondeur de l’univers de Timespinner emprunte au style RPG.

Timespinner

La fameuse bibliothèque !

Un scénario intéressant c’est ok mais le jeu rend également hommage aux jeux de l’époque 16-bits, l’âge d’or de la reine des reines à savoir la Super Nintendo ! Et je vais aller plus loin, les visuels m’ont rappelé ceux de « Secret Of Mana«  (le vrai, l’authentique pas le Canada dry qui nous ont sorti il n’y a pas si longtemps que cela) ! Si le précité était en vue du 3/4 alors que celui se présente en pur jeu 2D, les sprites des personnages, les références, les décors proposés tout m’a renvoyé à ma chère et tendre SNES…

Timespinner_west_caves_of_banishment_snail_spit

Le jeu est mignon !

Autre licence de référence qui est très souvent reprise, surtout dans l’apparence des menus, « Castelvania » et particulièrement le « Symphony Of The Night«  que Konami avait sorti sur PSone (ça ne nous rajeunit toujours pas…). Je vous invite à aller voir quelques visuels de ce jeu et vous ne pourrez pas me contredire ou plutôt contre-écrire (oui j’invente des mots, il est tard !). La plus grosse ressemblance étant l’écran des quêtes qui a littéralement était recopié in extenso (là le mot existe). Mais pour cette licence on retrouvera surtout une ressemblance dans le style de jeu proposé, metroidvania, et dans le gameplay.

Timespinner (9)

On se croirait dans Castelvania !

En tout cas, l’ensemble proposé est de très bonne facture ! Les effets de magie ainsi que les animations des personnages sont bien retranscrits et offrent une très bonne lisibilité pour le gameplay, on pige très vite les mooves des ennemis mais également et surtout les paterns des boss qui sont, à l’instar des jeux d’époques généralement disproportionnés par rapport au reste. On peut certes reprocher des fonds de décors « sans vie ». C’est joli mais cela reste des fonds fixes qui sont reproduits d’un écran à l’autre. Certaines zones du jeu ne sont que des successions de couloir qui vous offrent un fond noir sur les trois quarts de l’écran…

Timespinner (15)

Vous trouvez que ça manque d’envergure ?

Timespinner_xarion_claw_attack

Satisfait ?

Pour l’aspect sonore, je dois admettre qu’au niveau des musiques c’est du grand art ! Si les bruitages sont corrects sans plus, les musiques d’ambiance sont vraiment réalisées et s’inscrive parfaitement dans l’action ou le niveau qui nous est offert à l’écran. J’ai particulièrement apprécié les musiques qui accompagnent un « drame » non que je sois une personne cruelle (quoique…) mais franchement qu’est ce qu’elles sont belles ! Tout comme certaines qui accompagnent les boss sont vraiment épiques ! Pour faire simple, niveau son c’est un sans faute ! On cause scénario, emballage tout ça peut être parfait, mais si le jeu est une purge à jouer, cela ne sert à rien ! On se détend tranquillement, on se ressert à boire et on voit ça dans la suite de ce test.

Timespinner_castle_ramparts_foes_stop

On va trancher dans le vif !

Un Metroidvania avec un zeste de RPG

Oui Timespinner est un pur Metroidvania. Une petite explication s’impose pour les zozos qui ne savent pas ce qu’est un Metroidvania. Il s’agit d’un genre de jeu issu directement de « Metroid » et de « Castelvania Symphonie Of The Night » le susnommé (et du coup on comprend le nom de Metroid-Vania, haaaaaaaa !!!). Après avoir fait mon « Monsieur Je sais tout », on se rend compte que l’explication ne vaut pas grand chose si vous n’avez fait ni l’un ni l’autre jeu, est-ce possible des gens qui n’ont fait aucun « Metroid » ni « Castelvania » ? Bref, ce type de jeu vous offre un monde « ouvert » mais dont certaines zones ne sont accessibles qu’après l’acquisition de capacités ou d’armes supplémentaires. Généralement, une fois, une capacité acquise vous devez réaliser une petite séance de backtracking pour explorer les nouvelles zones qui étaient jusque là inaccessibles.

Timespinner (5)

Non on ne peut pas aller sous l’eau comme ça !

Timespinner applique exactement les recettes qui ont fait le succès de ses prédécesseurs. Dès le départ on remarque tout de suite des plateformes inaccessibles ou alors via un double saut (que l’on acquiert tard !) ou encore on se doute que les profondeurs aquatiques méritent d’être explorées mais pour cela il vous faudra le masque de plongé. Je n’oublie pas les portes qui, si dans « Metroid » obéissent à un code de couleur, ici se démarque par la lettre qui leur est attribuée. Bien évidemment certaines de ces capacités ou armes (je vais y venir) se trouvent sur votre chemin mais d’autres nécessitent de trouver des passages secrets, car oui il existe des passages secrets que l’on peut remarquer via la map : mais pourquoi il existe se petit carré noir inexploré au milieu de la map… Du coup ceux qui voudront faire le 100% en auront pour leur temps ! Les développeurs ont quand même sacrément copié les licences précités que ce soit la présentation visuelle de la map ou encore les points de sauvegarde disséminés dans la map qui rappellent ceux de « Super Metroid« .

Timespinner_west_caves_of_banishment_secret_passage

On se retrouve à taper dans tous les murs !

Timespinner (3)

Comme une impression de déjà vu…

Au delà de ses capacités, Lunais (pour rappel l’héroïne) a à sa disposition des orbes magiques. Le premier qui vous est donné est un orbe bleu qui est une arme de mi distance avec une capacité de charge qui tire un boule d’énergie à longue distance. Cette attaque chargée consomme cependant de l’aura qui se retrouve au fil du temps. Au fil de votre aventure, vous allez trouver une grande quantité d’orbes qui ont chacun leur pouvoir différents et qu’il faut savoir user avec intelligence car chaque ennemi a ses points forts et ses points faibles. Ainsi vous pourrez avoir l’orbe de feu, de glace, de fer, de lame, de plasma, de sang… Au delà des effets qu’ils ont (devinez le pouvoir de la glace ?) chaque orbe a un type de combat spécifique : corps à corps, distance, protection… En plus de ces orbes, vous pouvez vous équiper d’anneaux et de colliers qui augmentent ou rajoutent des effets à vos armes. Vous avez ainsi un panel considérable d’attaques et de stratégies différentes à adopter en fonction de votre progression et particulièrement en matière de boss qui ont tous une sensibilité plus forte à un type d’attaque. On retrouve ainsi une certaine dimension RPG mais ce n’est pas tout !

Timespinner (6)

J’ai adoré l’arme contondante qui est surpuissante !

Vous avez également la possibilité de vous équiper d’armure et de casque afin d’améliorer vos stats. Cet équipement s’obtient via le loot lâché par les ennemis (mais mon dieu qu’ils sont rats en la matière !) soit via les marchands qui à l’instar de tout RPG vendent leurs babioles à des prix exorbitants, on se croirait dans une épicerie de nuit (le capitalisme…). Sur ce point je dois dire que j’ai été un peu déçu, les ennemis n’offrent pas tant que ça même en farmant longuement et au final on s’aperçoit qu’il n’existe pas tant de pièces d’équipement que ça comparé aux orbes et aux multiples améliorations qu’ils offrent.

Timespinner (13)

Bonjour Monsieur le voleur…

Revenons au gameplay pur et dur et constatons que là aussi les développeurs ont plutôt bien bossé. Lunais répond au doigt et à l’oeil (enfin plus aux doigts quand même…). On a donc un tir, un tir chargé, un saut (puis un double saut) mais surtout la capacité d’arrêter le temps ce qui consomme des grains de sable. Cette capacité vous sert à vous sortir de mauvais pas étant précisé que vous ne pouvez frapper les ennemis pendant que le temps est arrêté. Cela vous permet surtout de palier l’absence de double saut en figeant les ennemis au bon moment afin qu’ils vous servent de plateforme temporaire. Cet élément de gameplay est sympathique mais pas assez utilisé et il se révèle surtout inutile en terme de combat alors que vous passez pas mal de votre temps à fracasser du monstre.

Timespinner_greenwood_forest_poison_moth_leap

Arrêter le temps peut être utile à certains endroits

Une fois tout compris, on prend vite plaisir à explorer le monde qui s’offrent à nous afin de progresser un peu plus. Le level design est en plus très bien construit et une grande variété d’ennemis nous est offerte. En parlant de level design il faut souligner le fait que les développeurs nous offrent deux mondes « identiques » à deux époques différentes. Cet aspect permet d’insérer des éléments de gameplay et notamment le fait que les actions du passé ont une influence sur le présent… Dommage que les développeurs n’ont pas poussé le concept plus en avant. On peut ajouter à cela le fait que l’exploration n’est jamais sans but puisque qu’il y a beaucoup de PNJ secondaires qui, comme dit précédemment, ont un background assez poussé et qui nous offrent pas mal de quêtes secondaires. Ces quêtes ont des récompenses à relativiser dans leur intérêt mais elles permettent surtout d’ne savoir plus sur l’univers qui nous est proposé. Enfin il faut préciser que le jeu propose des fins alternatives. En clair la durée de vie est assez conséquente et rares sont les jeux indé qui proposent autant.

Timespinner (7)Timespinner (10)Timespinner (2)

Conclusion

Vous l’aurez compris à l’issue de ce test, Timespinner est un coup de cœur énorme ! J’ai apprécié la direction artistique qui est soutenue par une très bonne réalisation graphique et sonore qui est un hommage à la période 16- bits. Le gameplay se révèle profond et l’exploration intéressante grâce à une maniabilité impeccable, un level design bien pensé et une foultitude de quêtes et autres actions à réaliser. Au final le soft propose une durée de vie énorme sans que l’on s’ennuie devant son écran. Timespinner est une réussite ! 

Positif

  • Excellent direction artistique
  • Un scénario profond
  • Des musiques de grande qualité
  • Une très bonne maniabilité
  • Putain que c’est prenant !

Négatif 

  • Des décors de fond pas assez détaillés
  • Manque d’éléments pour l’équipement du personnage

Satisfaction du Piwi 92 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Microsoft ni Chucklefish !) ICI.

apps.24798.14407154436736978.0d189b15-5479-420b-8d33-16b215357404

 

  • Date de sortie : 4 juin 2019
  • Editeur : Chucklefish
  • Développeur : Lunar Ray Games
  • Catégorie : Aventure / Aventure
  • Prix : 19,99 €
  • Classification : PEGI 12

 

 



Catégories :Tests

Tags:, , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :