Test The Sinking City, une aventure puissante et immersive desservie par une réalisation limite

Aujourd’hui, on se plonge dans la ville inondée (arf!) d’Oakmont et l’ambiance post première guerre mondiale de l’Amérique profonde. Les gars de Frogwares, délaissant leur précédente franchise (à laquelle je n’ai jamais joué !) attirent l’attention depuis pas mal de temps avec des visuels qui flattent la rétine et un système d’enquête qui vous laisse totalement libre dans vos déductions et choix. L’heure du verdict est arrivée et nous allons vérifier si les promesses ont toutes été tenues. Plongeons nous dans l’esprit torturé de Charles Reed, quitte à nager en eaux troubles… 

The Sinking City_20190629001722
Espérons qu’elles soient bonnes !

Une atmosphère pesante et réussie !

The Sinking City nous propose d’incarner Charles Reed, détective privé et ancien marin durant la première guerre mondiale qui, depuis, souffre de visions qui peu à peu le conduisent à la folie. Sa maladie a quand même des effets bénéfiques puisqu’il possède un sixième sens qui lui permet de « reconstituer » et « voir » des scènes du passé qui l’aide à résoudre des crimes. Tout le monde a maintenant compris pourquoi il était devenu détective… Heureusement pour lui et malheureusement pour les autres, beaucoup de personnes souffrent des mêmes visions et elles convergent toutes vers un même lieu : Oakmont ! En voiture Simone En Bateau Jojo on file à Oakmont. Oui le bateau car la ville a subi une « Inondation » qui l’a, à moitié, immergée.

The Sinking City_20190629000914
Merci Jojo pour la traversée !

On débarque donc dans cette bonne vieille ville d’Oakmont qui déteste les étrangers. Tout au long du jeu, les différents PNJ mais aussi les simples passants ne manqueront pas de vous le rappeler, vous donnant un sentiment d’exclusion de leur communauté et donc l’envie de la découvrir ainsi que ses secrets, surtout que ces derniers sont nombreux ! La ville est plaisante et pesante (dans le bon sens du terme) à parcourir. On retrouve l’Amérique des années 20’s qui, pour ma part. n’est pas une période qui me passionne follement mais bon. L’ambiance est toutefois bien retranscrite avec un sentiment d’insécurité omniprésent que ce soit dans les zones habitées par des humains ou dans les zones infestées par des « malbêtes ». La ville souffre en effet d’une invasion de créatures appelées donc malbêtes qui veulent tuer tout ce qui est humain et vivant !

The Sinking City_20190630004055
Les pavés de la ville
The Sinking City_20190629154642
L’impression de revenir en arrière !

L’architecture de la ville est vraiment variée, on arrive vite à distinguer les quartiers riches des favelas. Cette simple distinction de richesses, à l’époque, suffit à donner des quartiers aux aspects totalement différents, passant des pavés à la route façon la Petite Maison dans la Prairie. Le désign intérieur des bâtiment retranscrit bien la période et vous immerge totalement dans le jeu. Que ce soit les bars qui vous rappellent les saloons ou encore les caves plus glauques des appartements résidentiels, à chaque fois l’effet est réussi et le lieu semble bien réaliste.

The Sinking City_20190629001856
Une bière tavernier !
The Sinking City_20190630001302
Comptez pas sur moi pour m’y asseoir !

On se plonge donc très vite dans cette enquête de grande envergure et ainsi parcourir la ville modeste mais néanmoins totalement ouverte d’Oakmont ! Surtout que le scénario va se révéler profond et pas seulement l’intrigue principale. A chaque fois, ceux sont des personnages à minima bizarres que vous allez croiser et certains ont un background assez poussé. On ne compte pas les twists que le jeu inclut et qui varient selon vos déductions et vos choix. Les quêtes secondaires qui sont très nombreuses ne sont pas en reste et vous obligent à arpenter la ville en long en large et en travers pour glaner quelques informations. Je vous conseille de faire ces quêtes qui, en plus de vous donner de nouveaux costumes, offrent des enquêtes parfois retords. L’aventure aurait été cependant plus belle si seulement la réalisation suivait un minimum…

The Sinking City_20190630142349
C’est qui le beau gosse ?
The Sinking City_20190630003028
Les rouflaquettes étaient à la mode…

Une réalisation technique ratée

C’est vraiment bizarre. Graphiquement le jeu tient la route, il propose des graphismes soignés (de loin). Je suis surtout bluffé par notre personnage in game, je trouve son design très réussi et notamment l’effet de la pluie sur son costume de base qui est plutôt réussi. Mais passé la première impression, on ne fera que pester sur la réalisation du jeu qui est bien en deçà de ce qui se fait aujourd’hui ! Je suis désolé mais pour moi on frôle la catastrophe ! C’est vraiment dommage car pour le reste et notamment le gameplay proposé c’est une réussite et j’ai été totalement sous le charme de l’aventure proposée et du style du jeu. Mais il ne s’est pas passé 10 minutes sans que je déplore un bug d’affichage ou de collision, des PNJ qui clippent, des maisons qui apparaissent que dans un rayon de 5 mètres… Au départ, on a un rire nerveux puis l’envie de pleurer finalement et, comme le scénario est très prenant et le gameplay au poil, on arrive à passer outre mais ça reste quand même dérangeant.

The Sinking City_20190630142215
Euh…

On commence par le brouillard qui est justifié par le scénario et l’atmosphère que les développeurs ont voulu donner à leur jeu mais il permet surtout de pallier les carences techniques… Le jeu galère énormément à afficher les bâtiments et les PNJ et certains apparaissent littéralement sous vos yeux ! Le problème est exacerbé lors du passage jour nuit. Si le passage à la nuit se fait relativement bien, le levé du jour est un peu pénible à vivre. La lumière devient très vive tout d’un coup et se stabilise artificiellement, on a vu mieux. Dans la même veine, on croise un passant on se retourne et le jeu l’a fait disparaître car il était hors champ de vision et que beh déjà que le jeu lutte pour afficher tout ce que vous avez sous les yeux donc imaginez le reste… Ce problème technique casse quand même la dynamique de la ville d’Oakmont. Au final on a l’impression que tous les passants errent sans vie et sans but dans les rues. Certes il y a bien des personnes malades (surtout dans le quartier de l’asile qui laisse sortir les patients parce que c’est mieux…) mais on a aussi beaucoup de PNJ qui, à mon goût, se ressemblent beaucoup trop dans le même quartier. Je vais comparer l’incomparable mais si on prend Spiderman, on a pas ce sentiment.

The Sinking City_20190629141040
C’est Jesus il vole !
The Sinking City_20190629140652
Vous semblez malade…

L’autre très gros problème, c’est le visage des personnages ! La modélisation qui se veut réaliste est totalement à revoir. On a l’impression, une nouvelle fois qu’ils sont tous sans vie ! Ils n’ont aucune réaction, leur faciès est totalement figé. La palme revient à votre personnage, quel que soit le dialogue ou le costume, il dégage l’intelligence d’une poule devant un couteau ! Il n’empêche, les dialogues qui vous révèlent des éléments clés du scénario ont un effet « plouf » car on se marre devant la gueule des personnages… En plus de ça, le doublage des scènes laissent à désirer que ce soit en français ou en anglais, on sent un léger décalage avec l’image et puis ensuite on se rend compte que les personnages ont trop pris de botox et ont le visage trop figé pour correspondre avec leur voix…

The Sinking City_20190630010541
Cot cot cot…
The Sinking City_20190630142951
Cot cot cot !!!
The Sinking City_20190630011947
Quel regard plein de vie !

Mieux que Sherlock Holmes, Charles Reed !!!

Le jeu vous met directement dans le bain puisque à peine arrivé dans le port d’Oakmont, vous êtes réquisitionné par Monsieur Throgmorton, directement sorti de la planète des singes qui est un notable de la ville et un personnage clé. Il va alors vous demander de chercher son fils. En fait cette première enquête est une sorte de tutoriel qui va vous initier aux mécaniques de bases de l’enquête. Tout commence par un point de départ qui est un lieu auquel se rendre pour l’examiner ou y rencontrer une personne qui à son tour va vous demander d’aller examiner quelque chose (en même temps c’est votre boulot : détective !). Vous allez alors glaner des indices qu’il faudra examiner pour comprendre vers où aller par la suite. Il n’y a pas d’indicateur de direction comme on en trouve dans tout jeu. A chaque fois c’est à vous de chercher sur la carte le lieu à fouiller. La carte est super bien faite et la navigation avec les indices est aisée. On place très vite les indices sur les lieux à aller voir. L’avantage est que la carte n’affiche que l’enquête en cours ce qui évite de se perdre dans une foultitude de marqueurs car le jeu vous propose beaucoup d’enquêtes annexes qui vous demanderont de vous balader aux quatre coins de la ville. Attention rien de bien méchant puisque à chaque fois, le quartier ainsi que deux rues vous sont indiquées : impossible de se tromper.

The Sinking City_20190630134810
La navigation est claire
The Sinking City_20190629004037
Et certaines quêtes sont corsées à terminer !

Les indices peuvent vous apparaître via votre sixième sens que vous pouvez activer via une simple pression. Vous passez dans une sorte de dimension parallèle qui vous fait apparaître en bleu les éléments à observer. Ce même sixième sens est capable de faire disparaître des murs mais surtout de reconstituer des scènes. Elles sont composées de plusieurs morceaux qu’il vous faudra assembler dans le bon ordre. Une nouvelle fois rien de bien difficile et très souvent le lecture est évidente. Il n’empêche qu’elles sont super bien foutues et permettent de vous donner une sorte de super pouvoir qui casse une routine de détective qui aurait pu se montrer rébarbative mais il n’en est rien !

The Sinking City_20190629141510
Le sixième sens est… psychédélique !
The Sinking City_20190629150025
Les reconstitutions sont du plus bel effet
The Sinking City_20190629141743
Et vous immergent dans l’action !

Mais ce n’est pas tout ! Une fois ces menues tâches exécutées, vous récoltez des indices capitaux que vous devez alors assembler pour parvenir à des déductions. Ces déductions vous font faire des choix qui ont tous des conséquentes plus ou moins importantes. Généralement les choix sont primaires, devez vous tuer ou laisser partir tel homme, dénoncer ou pas tel autre. Ce sera à vous de voir en fonction de votre affection pour le PNJ en face de vous. Ces choix ne sont cependant pas à prendre à la légère car ils peuvent modifier certains dialogues mais surtout changer le court du jeu. En effet, certains vous contraindront à un chemin totalement différent. Ils procurent in fine un sentiment de liberté aux joueurs ce qui contrebalance avec le cheminement des énigmes qui lui est tout tracé…

The Sinking City_20190630001615
L’animation des preuves est assez flippante…
The Sinking City_20190629002507
Les indices à combiner…
The Sinking City_20190630005507
… offrent différents chemins.

Dans tout ça, j’allais oublier une tâche inévitable pour tout bon détective qui se respecte : la consultation des documents administratifs publics ou encore les journaux. Car oui la ville d’Oakmont a ses bâtiments publics et ses archives. On retrouve les incontournables : poste de police, hôpital public, hôtel de ville, le canard local mais aussi quelques originaux comme l’asile ou l’université  Ces lieux vous permettent de trouver des indices mais également de trouver des personnes lorsque certains morceaux vous manquent. Il suffit d’entrer trois paramètres qui varient en fonction de l’archive consultée. Besoin de l’adresse d’une personne, les archives de la ville ! Un crime qui semble s’être déjà produit, les archives de la police vous donneront peut être des complices potentiels. Une nouvelle fois cette mécanique est assez bien fichue et il n’est pas rare de se rendre dans ces fameux bâtiments si on cale dans notre enquête.

The Sinking City_20190629140544
Présentation claire
The Sinking City_20190629142140
Résultat immédiat
The Sinking City_20190629225454
What else ?

Détective oui, guerrier et explorateur on repassera

Si les phases d’enquête sont au top, le combat se trouve un peu calamiteux, la faute à une maniabilité ô combien rigide ! Oakmont est un véritable open world modeste mais vraiment ouvert. Vous n’aurez donc aucune limite dans votre exploration et ce dès le début du jeu. Vous pouvez donc tomber sur des créatures bien trop fortes pour votre arsenal actuel mais c’est le jeu ma pauvre Lucette ! Les combats ne sont pas trop présents dans le jeu (et heureusement!). Les malbêtes se trouvent dans des zones infestées qui sont peu nombreuses et surtout évitables mais également dans les lieux que vous aurez à explorer dans vos quêtes puisque elles sont attirées par le sang et vous trouverez beaucoup de cadavres sur votre route et pas que dans les placards. Au sujet des zones infestées elles se révèlent totalement facultatives pour la simple et bonne raison qu’il n’y a rien à y faire excepté ramasser des consommables mais vous êtes à la fin perdant car vous utiliserez plus que ce que vous récolterez…

The Sinking City_20190630002337
Les zones infestées sont mal fréquentées

C’est l’exploration qui en prend un coup. Dommage car la ville d’Oakmond est vraiment bien construite et beaucoup de lieux sont à voir. Mais que ce soit à pied ou en bateau Charles Reed se déplace comme s’il avait plus de 80 ans ou alors avec un balai coincé dans le cul… La navigation à bateau est pire que tout ! On rencontre pas mal de soucis de collision avec un bateau qui se retrouve bloqué par un fond invisible. Ledit bateau qui se dirige comme un char d’assaut et qui a donc le même temps de réponse. Vous pouvez bien tenter de nager mais les créatures vous bouffent au fil du temps jusqu’à la mort… Heureusement que, comme tout open world moderne, vous avez l’option voyage rapide via des cabines téléphoniques disséminées un peu partout dans les quartiers. En plus de ces deux phases, il vous est également possible de plonger et ça tombe bien notre Charles est un ancien plongeur, le monde est bien fait ! Ces phases malheureusement peu nombreuses sont assez asphyxiantes et stressantes. Sous l’eau vous êtes particulièrement vulnérable le harpon ne fait que blesser et les fusées éclairantes de détourner l’attention, c’est assez léger vu les monstres sous marins…

The Sinking City_20190629154511
Oh mon bateaaaaaaaaaaaauuuuuuuuuuuu !
The Sinking City_20190629144726
Original pour se déplacer
The Sinking City_20190629155441
La plongée stressante…
The Sinking City_20190629155625
Et dangereuse !

Sur l’aspect combat, ressources nécessaires aux soins et aux munitions et arbres de compétences, le jeu m’a rappelé The Evil Within mais en moins bien… Tout d’abord, il vous faudra crafter toutes vos munitions et soins via des consommables que vous trouverez sur votre route ou les récompenses des quêtes. C’est très simple et il y a peu de ressources différentes mais elles sont surtout très très rares. Tout est compté ! Si en plus de ça on retrouve notre Charles avec un balai dans le cul et qui, pour viser, a décidé de se l’enfoncer un peu plus, on comprend très vite qu’il vaut mieux courir ! Le plus petit des monstres, l’arachnide, devient un calvaire ! Heureusement donc que les phases de combats sont rares bien que certaines soient obligatoires ! Le bestiaire est assez varié et on a souvent l’impression d’être plus faible face aux monstres qui se dressent devant nous ! L’arsenal dont vous disposez s’élargit très vite et on est heureux de mettre la main sur un fusil à pompe ou une mitrailleuse. Mais même avec ces armes les ennemis paraissent ultra résistant et c’est la fuite qui s’impose ! Les développeurs ont quand même eu l’idée de distinguer la difficulté d’exploration et d’enquête de celle des combats. Vous pouvez donc vous mettre ne facile niveau combat mais rester sur une difficulté digne d’un fin limier pour ce qui est d’enquêter : super idée !

The Sinking City_20190629142831
Là je suis dans la merde !

Une petite précision mais qui reste importante car c’était un aspect mis en avant par les développeurs : la jauge de folie de votre personnage. Les monstres mais également certaines phases d’exploration entament votre jauge de folie qui, une fois vidée, vous donne des visions qui vous rajoutent des ennemis ou même modifient le décor. Je ne vous cache pas que cet élément se révèle très en retrait. Je n’ai du gérer ce problème que deux fois, et il suffit d’une dose d’antalgique pour remplir intégralement votre jauge… De toute façon, il est possible de contourner le problème via l’arbre de compétence qui reprend ce qui se fait en matière d’open world. L’arbre est un peu sommaire et propose peu de compétences à acquérir. Elles sont divisées en trois catégories toujours classiques, combat, esprit et craft. Vous obtenez un point de compétence tous les 1000 exp. L’expérience se débloque via les quêtes ou la découverte de nouveaux lieux. Je vous conseille de privilégier le combat car les deux autres types de compétences s’intéressent surtout aux matériaux qui peuvent se révéler rares jusqu’à ce que l’on pige un petit truc qui transforme l’aspect survie en cure thermale.

The Sinking City_20190630143802
L’arbre de compétence un peu réduit !

Les astuces du Piwi pour profiter du jeu sans se prendre la tête sur les combats

Oui je vais lancer une séquence inédite dans les tests elle sera présente uniquement lorsque je serai sûr de bien piger le truc (on va pas raconter des conneries non plus !). Donc on reprend au combat vous ne valez pas grand chose, le système de visée est rigide au possible (même si on peut l’améliorer via l’arbre de compétences) et il est surtout mou du genou alors que certains ennemis sont rapides comme l’éclair ! Tant qu’à faire parlons du bestiaire qui est limité mais varié, de la simple araignée en passant par le rappant ou le cracheur, l’invisible et finir sur un monstre type tank vous serez servi ! Bref revenons à nos astuces, astuce n°1 privilégier la fuite. Vous vous dites que ce n’est pas une astuce mais si, vous pouvez traverser les zones infestées votre personnage a un sprint très long et les ennemis peuvent être évités en zigzagant. Astuce n°2, les placards et coffres dans lesquels vous trouvez le craft se régénèrent dès que vous sortez de la zone dans laquelle ils se trouvent ! Donc trouver un appartement avec un coffre à l’entrée, marquez le sur la carte. Vous rentrez, videz le placard et sortez avant que les ennemis n’apparaissent : à vous les matériaux infinis ! Une fois ceci fait, vous n’aurez pas le problème des munitions sauf que les ennemis sont assez résistants. Astuce n°3, les monstres sont cons, du moment où vous êtes en hauteur, ils ne peuvent vous toucher sauf les cracheurs. Ça marche aussi dans les appartements dans lesquels vous pouvez trouver des caisses empilées ! Astuce n°4, dans les lieux clos vous pouvez tomber sur des tanks increvable et sans perchoir qui vous mette hors de danger. Dans ce cas, il y a un bug qui consiste à jouer avec la porte de sortie de la maison ou de l’appartement, si vous arrivez à faire sortir l’ennemi vous vous dépêcher de rentrer et de fermer la porte : il ne peut plus rentrer (utile pour quelques missions annexes). Même avec ça, vous n’êtes pas à l’abri et cela prend du temps y compris avec le pompe ou la mitrailleuse. Astuce n°5 et dernière astuce, les grenades sont totalement abusées donc n’hésitez pas en à… abuser ! Via la technique des matériaux vous aurez toujours assez pour en crafter. Les one-shot quasi tous les monstres et l’effet est d’autant plus fort si vous arrivez à les « packer » en dessous de votre perchoir en modes horde de zombies stupides ! Vous êtes fin prêt pour profiter tranquillement du jeu !

The Sinking City_20190629144613
Mignon mais un tout petit peu con…

Conclusion

The Sinking City souffre d’une réalisation à la limite de l’acceptable par moment. Les faciès des personnages sont figés, les bugs d’affichage omniprésents mais il n’empêche que l’on parvient à passer outre car l’atmosphère est présente et le scénario profond. Si le gamplay peut paraître déséquilibré, le jeu est avant tout un jeu d’enquête et cet aspect est particulièrement réussi. La carte proposée ainsi que certaines fonctionnalités comme l’évolution des compétences sont réduits mais le joueur a une liberté totale dans ses mouvements et ses choix. Malgré tous ces défauts, je me suis totalement pris dans le jeu et j’ai adoré tout faire ce qui constitue un sacré challenge avec une grosse durée de vie ! 

Positif

  • Un gameplay d’enquête au top !
  • Un scénario prenant
  • Une liberté d’action totale !
  • Gros contenu avec les quêtes annexes

Négatif 

  • La réalisation technique désastreuse
  • Une maniabilité trop rigide
  • Les visages des PNJ sans vie…

Satisfaction du Piwi 85 %

The Sinking City_20190629140243
Pas mieux !

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Microsoft ni Bigben  !) ICI ou ICI.

apps.26939.68238286086700996.044ccb9b-0aae-4e5d-a126-0194aa52540c

 

  • Date de sortie : 27 juin 2019
  • Editeur : Bigben Interactive
  • Développeur : Frogwares
  • Catégorie : Action / Aventure
  • Prix : 59,99 €
  • Classification : PEGI 18

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :