Test Furwind, un plateformer classique mais solide…

Tout le monde a, un jour, rêvé d’incarner un petit renard mignon mais si cherchez bien et si c’est pas le cas, va falloir se forcer pour les besoins du test… Donc ça tombe bien puisque le nouveau jeu façon Pixel art de JanduSoft et BoomFire Games nous propose de prendre les commandes de Furwind, l’élu qui rétablira l’équilibre du monde. Un plateformer aux allures rétro, il ne m’en fallait pas plus pour me lancer dans l’aventure. Voyons si le voyage initiatique proposé vaut le coup d’être parcouru.

Furwind 2019-07-13 00-04-35

Once upon a time…

Un conte bien réalisé

On incarne donc Furwind, petit renard qui deviendra grand au terme de son voyage puisqu’il devra vaincre le mal rétablir l’équilibre du monde excusez du peu. Après une brève introduction prenant la forme d’un livre vous êtes directement lancé dans le premier niveau du jeu. Le jeu se présente de façon très mignonne et ça ne changera pas au fil du jeu excepté des phases de cauchemars qui tranchent singulièrement avec le reste du jeu. Si les graphismes sont en mode pixels art, on est très loin de certaines bouillie de pixels proposée dans certains soft du même genre. Le jeu est très bien réalisé, les animations des personnages sont cohérentes et on dira que c’est du pixels art lifté, on n’est pas dans le pixel bien carré.

Furwind 2019-07-13 01-12-23

C’est mignon

Furwind 2019-07-13 00-44-08

Et même dans le noir ! 

Si la mappe monde fait un peu cheap, il faut dire ce qui est, les niveaux sont relativement variés que ce soit dans le level design ou dans les décors. Une nouvelle fois, on retrouve les thèmes classiques du genre : du feu, des piques, du vent… Le jeu propose également des niveaux un peu plus originaux qui amènent de nouvelles mécaniques de gameplay mais ça j’y reviendrai plus tard. Les effets de lumière sont particulièrement réussi et certains niveaux sont remarquables, je pense à un niveau que vous devez faire dans le noir et dans lequel vous devez toujours avoir de la lumière sur vous sous peine de vous faire dévorer par les bêtes de l’ombre… L’ensemble est de très bonne facture et ne souffre d’aucun bug ou ralentissement.

Furwind 2019-07-13 00-58-11

Oui la mappe monde est vieillotte 

La bande son est également de très bonne qualité avec des musiques s’intégrant parfaitement à l’action proposée. Vraiment les développeurs ne se sont pas contentés de faire de courtes boucles qui généralement nous font un trou dans le cerveau. Ici tout est limpide à l’exception des voix des personnages que vous pouvez reproduire à la maison en foutant la tête sous l’eau et parler… Non, réellement le shaman a vraiment un doublage qui laisse à désirer. Faire des sons je veux bien, mais il faut qu’ils soient un minimum variés ou au moins avec des intonations différentes pour coller aux paroles du protagoniste. Furwind se contente de proposer en guise de voix deux ou trois sons en boucle avec une même intonation. C’est dommage car généralement l’histoire et les explications de votre voyage passent par les personnages.

Furwind 2019-07-13 00-38-31

Le doublage de l’horreur ! 

Un petit coup de gueule sur les langues proposées in game. Un conte s’est encore mieux s’il avait été en français… Oui je fais mon vieux con franchouillard mais il faut préciser que le jeu est proposé en anglais ou en espagnol… Sans parler du français, beaucoup d’autres langues sont absentes. Et pour le coup, les développeurs ne pourront se cacher derrière le coût financier d’un doublage puisqu’il n’y a pas de voix seulement de la traduction de texte à faire.

Furwind 2019-07-13 01-02-39

Une progression originale et un gameplay évolutif

Intéressons nous au gameplay et à la maniabilité du soft. Passé le premier niveau, vous arrivez sur la mappe monde et on s’aperçoit tout de suite que l’on a le choix dans notre destination. Cette liberté même si elle reste minimale mérite d’être soulignée. Le jeu est en fait construit sur une progression un peu particulière qui crée différents types de niveaux. Tout d’abord le classique, dans lequel vous devez trouver deux fragments pour ouvrir la porte de sortie. Pour obtenir ces fragments, vous devez battre un mini boss pas difficile pour un sous ou résoudre un puzzle qui une nouvelle fois est extrêmement simple. Mais il ne suffit pas de parcourir ces niveaux pour progresser. En effet dans chaque niveau, vous avez des autels de challenge à trouver ! Il sont généralement au nombre de deux par niveau. Une fois l’autel trouvé et validé, lorsque vous revenez sur la mappe monde, vous pouvez constater que de nouveaux endroits ont été débloqués. Il s’agit des fameux challenges.

Furwind 2019-07-13 00-10-27

Le mini boss pas bien compliqué…

Ces challenges vous demandent d’accomplir une épreuve (ou un challenge mais je voulais éviter la répétition…). Au choix vous devrez libérer un prisonnier en tuant tous les ennemis du tableau ou sortir du niveau en débloquant au préalable une porte rouge qui vous bloque la voie. Cette porte rouge s’ouvre en cassant un cristal (devinez la couleur) caché quelque part dans le même niveau. Si au départ ces challenges se font les doigts dans le nez, certains demandent une certaines gymnastique d’esprit en combinant vos pouvoirs à bon escient et relèvent plus du puzzle que du plateformer.

Furwind 2019-07-13 00-18-04

Sauver le prisonnier est relativement simple

Une fois que vous avez bien progressé dans les challenges et les niveaux, vous débloquez une sorte de cauchemar qui est un scrolling horizontal du plus bel effet ! Si vous accomplissez celui-ci vous avez droit au boss du niveau qui est également pas piqué des vers en terme de plateformer ! Vous pouvez ainsi passer au monde suivant et recommencer la même progression. Ces différents types de niveaux empêchent d’avoir un quelconque sentiment de répétitivité et c’est plutôt bien vu de la part des développeurs. 

Furwind 2019-07-13 00-39-27

Les cauchemars sont plutôt stressants à faire

Cette routine qui aurait pu s’installer disparaît également grâce à un gameplay en constante évolution et un level design qui évolue en fonction des pouvoirs que vous débloquez. Au départ notre jeune padawan a à sa disposition un double saut, un coup de queue (les mauvais esprits la sortie est indiquée) et bien sûr un coup de cul (j’avoue que si je ne savais pas que l’on parle d’un renard on a le droit de se poser la question…). Vous allez ensuite acquérir de nouvelles capacités. Tout d’abord des mini-bombes qui permettent de casser certains blocs et ainsi ouvrir un passage ensuite la plume qui permet de faire des dash vers l’avant et qui vous permet de franchir des gouffres (un challenge sur ce pouvoir est particulièrement corsé). L’utilisation de ses pouvoirs est limitée et il faut les recharger. Bien évidemment vous pouvez augmenter votre capacité en pouvoir et votre jauge de vie en passant chez le marchand du coin en dépensant vos précieuses graines glanées dans les niveaux parcourus.

Furwind 2019-07-13 01-05-12

L’éternel marchand ! 

Le level design s’adapte à votre évolution et offre toujours de nouvelles mécaniques de gameplay avec des ennemis différents. Si au départ vous vous contentez de sauter sur quelques plateformes, très vite lesdites plateformes vont se mettre en mouvement voir même disparaître si vous n’êtes pas assez rapide. Le jeu gagne également en verticalité et les niveaux peuvent devenir labyrinthiques particulièrement ceux qui se font dans le noir en raison d’une visibilité très réduite. Le jeu reste axé très plateforme même lors des boss. En effet il ne vous suffira pas de bourrer le bouton de coup mais au contraire savoir sauter au bon moment et au bon endroit !

Furwind 2019-07-13 01-16-22

Les boss requièrent une certaine stratégie 

Prenant mais court !

Vous l’aurez compris, Furwind est plaisant et prenant à jouer mais on va rester déçu lorsque l’on arrive à la fin au bout de seulement 2h30 de jeu… Le jeu est bien construit et propose quelques phases relevées mais rien d’insurmontable bien au contraire. Il se révèle facile à parcourir avec un nombre infini de vies et des autels de résurrection comprendre des checkpoint avant chaque sous boss ou phase difficile. Les boss conservent des paterns fixes qu’il est très facile de retenir et d’éviter. Le jeu n’offre pas de niveaux de diffculté différents donc vous ne pourrez pas relever le tout. Excepté pour faire le 100% et alors réussir quelques challenges assez chauds, le jeu ne vous résistera pas longtemps et c’est dommage, on aurait aimé un peu plus de niveaux sans pour autant faire dans l’excès…

Conclusion

Furwind est un pur plateformer qui reprend toutes les bonnes recettes du genre. Un level design bien pensé et évolutif associé à une maniabilité précise, il n’en fallait pas plus pour réussir un bon petit jeu prenant à jouer. La réalisation est de très bonne qualité et propose des niveaux variés mais dont le nombre est restreint… Le jeu est facile ce qui ampute également la durée de vie qui est courte. Il n’en reste pas moins que Furwind permet de passer un court mais bon moment.

Positif

  • Une progression originale
  • Un gameplay varié et solide
  • Bonne réalisation graphique

Négatif 

  • Anglais ou espagnol et le reste ???
  • Court et facile

Satisfaction du Piwi 72 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni JanduSoft !) ICI ou ICI.

icon.png

  • Date de sortie : 28 juin 2019
  • Editeur : JanduSoft
  • Développeur : BoomFire Games
  • Catégorie : Action / Plateforme
  • Prix : 9,99 €
  • Classification : PEGI 7

 

 

 

Le test a été réalisé sur une version numérique offerte par JanduSoft

 

 



Catégories :Tests

Tags:, , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :