Test Ori and the Will of the Wisps, les superlatifs me manquent…

Une fois n’est pas coutume on se retrouve sur une exclusivité Xbox One ! Il faut dire que les titres se font rares de ce côté là et présentent une qualité assez variée (je ne vais pas revenir sur Sea of Thieves…). Bref, on se lance dans Ori and the Will of the Wisps qui sort 5 ans après son aîné qui avait su mettre tout le monde d’accord. Sauf qu’entre les deux jeux, beaucoup de chose ont changé pour le studio de développement Moon Studios qui est appuyé massivement par Microsoft pour la production de ce jeu ! Si ce soutien laissait présager que du bon, il s’est avéré qu’il a foutu le boxon au sein de l’équipe avec des idées en veux tu en voilà et surtout beaucoup d’errements qui ont conduit à repousser à plusieurs reprises la sortie du soft. Il faut donc vérifier si les gars de Moon studios ont su garder les pieds sur terre (elle est pour moi celle là). Au risque de tuer le suspens (au cas où certains n’ont pas compris le titre) Ori and the Will of the Wisps nous propose un voyage vidéoludique des plus magnifiques !

vlcsnap-2020-03-16-18h34m56s330

Et c’est parti pour un voyage au paradis…

Immersif dans le fond et grandiose par la forme !

Le jeu nous prend par la main pour ne plus nous la lâcher dès les premières secondes de jeu qui débutent sur une cinématique du plus bel effet On retrouve Ori ainsi que Gumo et Naru qui voit leur groupe s’agrandir avec la naissance de Kun une jeune chouette qui ne veut que voler mais a un peu de difficulté pour décoller. Mais grâce à Ori qui lui prête une plume, la chouette parvient enfin à tutoyer les étoiles sauf que notre duo est pris dans une tempête et se retrouve séparé. Notre quête consistera à d’abord retrouver notre amie à plume ce qui ne se fera pas sans mal, et ensuite résoudre quelques mystères qui se présenteront à nous. J’ai énormément apprécié la façon de nous conter l’histoire via un narrateur à la voix de ténor. Pour le reste, nous apprenons plus via les rencontres avec les différents PNJ qui sont quasiment tous haut en couleurs et mon dieu qu’ils ont de la gueule ! C’est con, mais le jeu applique les recettes qui font le succès de tout bon conte pour enfants et ça fait du bien de retomber en enfance dans ce monde de brutes (ou de COVID19 si vous préférez). Les méchants et les gentils sont bien identifiables et se distinguent par leurs caractères mais aussi apparence. Pour faire simple tout est évident pour qu’un enfant comprenne vite les choses et ça fonctionne même pour un adulte et on se prend très vite dans l’histoire !

Ori and the Will of the Wisps 2020-03-13 23-31-42

Un conte pour enfants…

Ori and the Will of the Wisps 2020-03-13 23-35-33

Tout est parfait

Ori and the Will of the Wisps 2020-03-15 00-32-23

Préparez vous à des rencontres originales

Après on ne va pas se mentir si cela fonctionne, c’est surtout grâce à la qualité graphique et sonore du soft. C’est bête comme chou mais prenez les animés français, vous avez beau mettre le meilleur scénario au monde ça ne passe pas alors qu’inversement, les animés japonais ou encore les dessins animés de Walt Disney sont si bien fait qu’ils pourraient raconter l’histoire d’une moule on serait pris dedans ! Ori and the Will of the Wisps est juste magnifique graphiquement parlant. Chaque tableau est remarquablement travaillé et le style graphique est maîtrisé à la perfection. Le jeu propose de parcourir différentes zones qui ont chacune un environnement graphique propre, bien travaillé et proposant en plus un level design des plus intéressants. Ajoutez à cela des PNJ, et un bestiaire varié et bien modélisé et vous êtes comblés ! En plus et bien que cet ajout soit discutable (j’y reviendrai plus tard), le jeu propose des combats de boss, boss qui font dans le gigantisme. La bande sonore se marie parfaitement avec le visuel et l’action proposée. C’est simple, la BO m’a fait craqué pour l’édition collector alors même que j’ai pu joué au jeu via le gamepass… C’est dire de la qualité des musiques contenues dans le jeu !

Ori and the Will of the Wisps 2020-03-14 00-43-09

Magnifique…

Ori and the Will of the Wisps 2020-03-13 23-56-43

Et encore…

vlcsnap-2020-03-16-18h29m38s063

Les boss sont impressionnants !

Après on ne va pas cacher les choses, le jeu est quand même sacrément bugué même sur une X… J’ai commencé à jouer et le patch était déjà sorti et du coup les deux premières heures se sont déroulées sans accro mais dès la découverte du village Mokis les choses se sont corsées… J’ai eu droit à des micros freeze mais aussi à des mini écran noirs lorsqu’il fallait jongler avec l’ouverture de la map. Ces problèmes ne sont pas constants mais il est vrai que par périodes, le jeu peut se montrer assez chiant avec ces petits retards. Contrairement à d’autres je n’ai en revanche pas eu à constater de freeze général qui oblige à redémarrer le jeu. Vu les problèmes que j’ai rencontré sur une X, je veux même pas imaginer avec une S et je recommande aux joueurs de checker un coup avant de prendre le jeu.

vlcsnap-2020-03-16-18h29m02s089

On en prend quand même plein les yeux

vlcsnap-2020-03-16-18h27m50s603

Et les PNJ sont attachants

Entre Metroidvania et un plateformer

Ori and the Will of the Wisps est avant tout un plateformer très influencé par Metroid avec au menu pas mal de back tracking à faire une fois la compétence acquise et qui vous ouvre le champ des possibles. Régulièrement votre progression sera stoppée par une porte ou un gouffre plus grand que vous ne pourrez franchir qu’avec le pouvoir adéquat. Après et à l’instar de Metroid, le jeu est « cassable » si vous êtes suffisamment agile avec vos doigts et que vous n’utilisez pas la méthode voulue par les développeurs c’est difficile mais faisable et dans ce cadre j’ai hâte de voir les speedrunners travailler le jeu pour voir le résultat final ! Ori ne vous montrera jamais le chemin, il vous appartient d’explorer, d’observer votre environnement et de retenir dans le coin de votre tête les endroits où revenir une fois que vous serez apte à passer l’obstacle. Je tiens quand même à rassurer ceux qui aiment qu’on leur tienne la main ou encore ceux qui sont réfractaires aux aller-retours. Vous n’êtes pas laissé à votre triste sort et le jeu vous indique toujours la quête principale. Ensuite et pour ce qui est du back tracking, il est nécessaire uniquement pour ceux qui veulent faire le 100 % pour les autres il se limite à de rares exceptions. Ori propose donc des phases de plateformes bien foutues et qui se renouvellent via un level design bien pensé. A votre disposition vous aurez des capacités que vous débloquerez via l’exploration. A ce niveau les développeurs se sont appuyés sur du classique avec double et triple saut, dash vers l’avant, grappin sur des éléments de décor ou des projectiles, plateformes mouvantes ou pouvant être déplacées avec votre arc, on retrouve les recettes qui ont fait le succès des classiques du genre mais une nouvelle fois cela fonctionne car la maniabilité est bien pensée et va exiger de savoir jouer avec les différentes gâchettes. Surtout que niveau platerformes, les développeurs ont bien travaillé leur bébé en proposant des mécaniques nouvelles qui vous font revoir le gameplay comme le niveau sous l’eau ou encore celui qui vous demande de modifier son orientation centrale via des leviers.

vlcsnap-2020-03-16-18h34m14s690vlcsnap-2020-03-16-18h31m52s714vlcsnap-2020-03-16-18h28m44s471

Les phases de plateformes sont entrecoupées de combats qui consistent à sauter partout pour éviter vos adversaires et leurs coups et optimiser vos dégâts en évitant de gâcher votre énergie dans le vent (la jauge bleu) car chaque pouvoir (excepté votre épée) consomme de l’énergie. Les combats sont relativement simples car si le bestiaire est varié, chaque ennemi à ses paterns très facilement lisibles. En plus de cela, les développeurs ont multiplié les compétences passives certaines ont d’ailleurs une utilité relative. Ces compétences peuvent être trouvées in game ou être achetées auprès des PNJ moyennant finance.  En tout cas, le jeu paraît bien plus simple que son aîné que ce soit les plateformes ou les combats. Je ne m’attarderai pas sur les combats de boss qui sont une originalité par rapport au premier opus mais totalement dispensable en terme de gameplay.

vlcsnap-2020-03-16-18h31m36s237vlcsnap-2020-03-16-18h29m10s472Ori and the Will of the Wisps 2020-03-15 00-19-06

Vous prendrez bien un peu de rab ?

Le jeu propose une durée de vie convenable puisqu’il faut compter une petite quinzaine d’heures pour voir la fin du jeu. Les développeurs ont cependant pris la peine d’inclure quelques éléments qui allongent la durée de vie. Ça commence par des quêtes secondaires qui restent simplistes mais qui ont le mérite d’exister. Elles vous demandent essentiellement de ramener des objets d’un individu à un autre ou de remplir une épreuve. On a ensuite des épreuves de rapidité et de combat. Les premières sont intéressantes et donnent un petit côté speedrun surtout qu’il est possible de comparer sa performance avec celle des joueurs du monde entier. Les secondes sont un poil plus rébarbatives quoique très exigeantes pour les dernières. Enfin, il faudra collecter les différents minerais pour agrandir le village Mokis mais aussi trouver tous les fragments de vie et d’énergie pour faire augmenter vos maximums respectifs. Ce point m’a rappelé la quêtes des quarts de cœurs présente dans tous les Zelda. Avec tous ces petits ajouts on arrive à une bonne vingtaine d’heures ce qui est plus qu’honorable pour un jeu à 30 balles ou inclus dans le gamepass !

vlcsnap-2020-03-16-18h33m09s081

Baston !

vlcsnap-2020-03-16-18h32m32s247

Une énigme des plus difficiles

vlcsnap-2020-03-16-18h28m09s272

Plus vite !

Ori and the Will of the Wisps 2020-03-15 13-12-36

Impressionnant !

Ori and the Will of the Wisps 2020-03-14 14-44-01Ori and the Will of the Wisps 2020-03-14 01-00-49

Conclusion

Ori and The Will of the Wisps est tout bonnement magique ! Ayant fait le premier, je connaissais la qualité du jeu au niveau gameplay et maniabilité. Pour ce second opus, ces deux critères sont toujours présents et réussis mais j’ai surtout été bluffé par la réalisation graphique et sonore du soft qui est impressionnante ! Les gars de Moon Studios nous offrent un bijou en terme de plateforme qui se renouvelle à chaque instant par un level design en perpétuelle évolution. Microsoft frappe fort avec une telle production exclusive à la Xbox One ! 

Positif

  • Graphiquement magnifique
  • BO au top
  • Un gameplay et une maniabilité parfaite
  • Bonne durée de vie

Négatif 

  • Quelques ralentissements

Satisfaction du Piwi 95 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Microsoft !) ICI.

apps.18799.14047496556148589.9fda5cef-7995-4dbb-a626-66d2ab3feb4f

 

  • Date de sortie : 12 mars 2020
  • Editeur : Xbox Game Studios
  • Développeur : Moon Studios
  • Catégorie : Action / Aventure
  • Prix : 29,99 € ou Xbox Game Pass Ultimate
  • Classification : PEGI 7

 

 



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :