Test Nexomon Extinction, le retour des pokémons « à l’ancienne » !

Il y a de ces jeux qui vous hyppent parce que leur communication est bien gérée, parce que les visuels perçus dans les trailers sont bien réalisés ou parce qu’ils nous font la promesse d’un gameplay solide et profond. Assurément, Nexomon Extinction remplit, pour moi, tous ces critères. Le jeu s’aventure cependant sur un terrain dangereux ou à tout le moins glissant. Combien se sont essayés à aller sur le terrain des Pokémons pour au final se casser les dents ? Yo-Kai Watch, Digimon sans compter les licences qui ont essayé d’inclure un opus du type dans leur ludothèque comme dragon quest ou encore Golden Sun… Bref, il faut être assez couillu pour se lancer dans le domaine qui est chasse gardée de Nintendo. Voilà enfin l’heure de la sortie et après avoir passé beaucoup (trop) d’heures dessus, je peux enfin vous livrer mon avis !

Ne vous inquiétez pas j’arrive !

Comme un air de déjà vu…


Nexomon Extinction propose avant tout un scénario qui, à défaut d’être original (quoique…), se distingue de celui de la licence Pokémon (quoique encore…). Il faut savoir que dans le monde au sein duquel vous évoluez, vivent en cohabitation, les nexomons et les humains. Il y a plus d’un millénaire, les nexomons étaient soumis à un roi Ocromion qui accessoirement semait le chaos. Le roi fut défait et c’est alors que les nexomons ont décidé de faire le concours de « qui a la plus grande » pour trouver le successeur. Ils n’y arrivent pas et est apparue une nouvelle race de nexomon : les tyrans qui sont taille XXL et qui veulent être calife à la place du calife. C’est du moins ce qui nous est expliqué au départ et je ne vais pas vous spoliez l’histoire car d’une part, c’est ce qui est demandé par l’éditeur (transparence quand tu nous tiens) et d’autre part, l’histoire bien que convenue propose pas mal de twists intéressants et une narration assez soutenue. Vous incarnez alors un jeune dresseur qui fait ses premiers pas dans la « Guilde » (on avait dit que ça se distinguait de Pokémon hein ?). Sauf qu’au moment de votre intronisation, l’orphelinat dans lequel vous vivez voit l’apparition d’un Dragon. Les dragons obéissent aux humains et servent à combattre les tyrans donc qui dit dragon dit un tyran tout près !

Après que vous vous soyez sorti de cette péripétie et avoir choisi votre premier Nexomon parmi 9 possibles, vous entrez donc dans la « Guilde » en tant que dresseur de bronze. Il va donc falloir faire vos preuves et gagner en réputation pour progresser dans les rangs et devenir un des super dresseurs qui la composent. Bien sûr au fil de votre progression, les évènements autour des tyrans et des dragons vont se précipiter et vous serez tout le temps au milieu (coïncidence ?). J’insiste sur la narration du jeu que j’ai trouvé excellente avec des personnages haut en couleurs et qui brisent régulièrement le 4ème mur ou se foutent de la gueule des développeurs. Les personnages remettent même en cause des mécaniques de gameplay instituées depuis des dizaines d’années ! Je pense notamment à acheter un billet pour un dirigeable qui vous permet de le prendre autant de fois que vous voulez (comme dans tout jeu quoi !) et que votre compagnon définit ce système comme économiquement non viable ! Vraiment les développeurs ne se sont pas privés et cela permet de donner un côté adulte à un jeu aux allures très enfantine.

Normal…
Économiquement non viable…


Car graphiquement, le jeu plaira aux plus jeunes ou aux fans de rétro. Tout est mignon tout est joli et on repère vite les lieux « positifs » des lieux dangereux juste avec le code de couleurs utilisé. Il n’empêche que Nexomon Extinction est très bien réalisé avec une vue du dessus à la Pokemon (les premiers du nom) et des tableaux avec un niveau de détails assez poussé et des environnements variés. Le monde de Nexomon est partagé en régions qui répondent à des environnements différents mais classiques. On retrouvera ainsi, un désert, les plaines gelées, la forêt tropicale, la ville fantôme, la plage et une région un peu plus rose qui fait penser au Japon avec les cerisiers en fleur. On est donc régulièrement dépaysé et chaque région comporte ses Nexomons propres. Pour le reste, j’ai eu l’impression de me retrouver face à un Pokemon Rouge ou Jaune ou encore Cristal dans le level design et les animations proposées. L’architecture des villes est celle de Pokemon avec les magasins, les centres de soins et de stockage de vos Nexomon. Les animations sont quasi identiques avec un effet lorsqu’un Nexomon sauvage vous attaque, des animations de combat sommaires qui rappellent les premiers jeux Pokemon une nouvelle fois. D’une manière générale, la réalisation graphique est très soignée et correspond à ce qui se faisait généralement sur Super Nintendo avec un lissage plus fin. On aime ou pas, pour ma part étant fan de rétro j’adore ! On a même une sorte de Codex qui est moins bien fichu que l’orignal. Niveau sonore, chaque niveau a son thème qui correspond plutôt bien à l’environnement, les dialogues ne sont en revanche pas doublés mais on a quand même droit à quelques bruitages et cris de Nexomon en combat

Un gameplay plus riche que son aîné

A l’inverse des jeux Pokémon, Nexomon Extinction n’est pas un simple jeu de capture de Nexomon quoique cette activité tienne une place importante dans le jeu. En plus d’être un dresseur, vous êtes un membre de la Guilde qui n’a qu’un souhait : gravir les échelons pour être le meilleur. Il va donc falloir remplir des missions pour augmenter votre réputation et ainsi obtenir le statut de dresseur d’argent, or… Le gameplay est assez riche et je ne sais par où commencer. Tout d’abord, l’exploration, les développeurs nous ont vendu un open world et ils n’ont pas menti ! Si le monde de Nexomon n’est pas vaste, il vous est totalement ouvert et les Nexomons et autres dresseurs qui se mettront sur votre chemin ont un niveau qui s’adapte au vôtre de telle sorte que vous pouvez réellement explorer la zone que vous voulez. Il existe cependant des endroits qui ne s’ouvriront qu’à partir d’un certain niveau de progression. Dans votre progression, vous allez rencontrer des dresseurs que vous allez combattre dès que vous passez devant eux une nouvelle fois comme dans les premiers Pokemon. Ces combats vous permettent de gagner de l’argent mais aussi de gagner de l’expérience pour ainsi faire évoluer vos Nexomons. Une fois vaincu le dresseur sera inactif durant un certain délai puis voudra sa revanche et ainsi de suite.

Un bon open world
Baston !

Lors de votre progression, vous allez rencontrer des Nexomons sauvages (dans les buissons qui bougent, vous pouvez donc les éviter aussi). Vous pouvez le vaincre ou le capturer et sur ce point le jeu est un poil plus détaillé que son aîné. Pour capturer vous avez besoin de Nexotrap qui sont comme de Pokeball sauf que le jeu vous donne le pourcentage de chance que vous avez de capturer le Nexomon. Pour faire augmenter ce pourcentage, vous pouvez utiliser un nexotrap correspondant au type de Nexomon : feu, eau, air, électricité, roche, psy, fantôme, plante ou normal (le nexotrap doré fonctionne comme la Master Ball) vous pouvez aussi affaiblir le Nexomon mais vous pouvez aussi le nourrir via la nourriture que vous trouverez dans votre exploration ! Une fois dans le piège, vous devez réaliser une série d’inputs dans un temps donné (environ 4 secondes) pour augmenter vos chances. Le système est donc un peu plus développé que celui des premiers pokémons et les développeurs ont fait un effort sur ce point-là. Il existe également un système de sifflet qui permet d’attirer un certain type de Nexomon précis et ainsi augmenter les chances de captures.

Pas mal de paramètres pour capturer
Et des inputs !

Tant qu’à y être, autant aborder les combats, ceux-ci ressemblent à s’y méprendre à ceux de Pokémon. Ils s’effectuent au tour par tour et vous avez à votre disposition une équipe de 6 Nexomons. Vous avez le choix entre attaquer, utiliser un objet ou changer de personnages. Les objets sont des classiques du genre : potion, elixir, remède renaissance. C’est du vu et revu et on est donc pas dépaysé ! Votre Nexomon peut avoir jusqu’à 4 attaques qui se débloquent en fonction de son niveau ce qui passe par du farm pour faire du levelling. Il existe 9 types de Nexomons et bien évidemment, à l’instar de Pokemon chaque type à ses résistances et ses faiblesses, il faut donc s’adapter à l’adversaire rencontré. En tout cas les développeurs n’ont pris aucun risque sur cet aspect qui é déjà fait ses preuves par le passé et qui continue à le faire pour Nexomon !

Une dimension RPG augmentant la durée de vie !

Au-delà des combats et de la capture de bestioles, Nexomon Extinction propose une dimension RPG qui certes n’est pas développée mais qui s’insère très bien dans le gameplay du jeu et qui augmente très nettement sa durée de vie ! Tout d’abord il est possible d’équiper, oui oui j’ai bien écrit équiper, vos Nexomons. On peut donc leur donner des noyaux de trois niveaux différents qui vont soit augmenter les stats de notre Nexomon soit leur donner un buff ou une capacité supplémentaire comme une résistance à un élément ou un gain d’expérience supplémentaire. Jusqu’à 4 noyaux peuvent être équipé de quoi faire un sacré monstre ! Y’a pas de quoi fouetter un chat mais ces petites possibilités ont le mérite d’exister et permettent de faciliter les combats notamment dans le dernier tiers du jeu.

Ensuite, le jeu pousse à explorer et à trouver des objets et autres collectibles ! Les nexotraps coutent chers à l’achat et vous comprendrez très vite qu’il vaut mieux les trouver ou les fabriquer via les éclats élémentaires que vous pourrez trouver. Contrairement à Pokemon, même si vous faites beaucoup de combats, l’argent ne coule pas à flot et les nexotraps partent très vite au regard des pourcentages de capture respectés à la lettre par le jeu, si vous avez 50% cherchez pas il vous faudra deux nexotrap. On va donc s’employer à fureter dans les moindres recoins histoire de trouver les collectibles. Autre moyen d’avoir de quoi bien progresser, faire les missions secondaires et autres échanges qui sont proposés par les PNJ présents, dimension une nouvelle fois pas présente dans les premiers pokémons. Les missions ne se renouvellent pas forcément et sont relativement courtes : trouver des objets précis, secourir une personne. Mais une nouvelle fois, elles permettent de rompre la seule histoire principale et de se changer les idées. Surtout que certaines missions nous octroient des récompenses non négligeables ! Les échanges peuvent également être utiles pour peu que l’on se retrouve avec un surplus d’objets inutiles et qu’un PNJ nous offre ce dont nous avons besoin (bon OK la situation n’arrive jamais). Tous ces petits « à côté » plairont aux complétistes et rallongent considérablement la durée de vie d’un jeu déjà bien consistant. Vous aurez à chasser plus de 350 Nexomons, sauver le monde et remplir des missions quotidiennes autrement dit vous n’allez pas chômer et comptez une bonne cinquantaine d’heures si ce n’est plus pour tout voir !

Conclusion

Les Nexomons débarquent sur consoles après avoir envahi les mobiles et cette arrivée est réussie ! Le jeu est très bien réalisé avec un côté rétro et une inspiration totalement assumée de l’univers des Pokémons. Le jeu n’est cependant pas un simple plagia et ajoute de nombreuses mécaniques qui viennent enrichir le gameplay ! La dimension RPG bien que simpliste donne également un peu plus de profondeur au jeu ! Honnêtement rares sont les jeux qui proposent autant de contenu avec une aussi bonne qualité pour moins de 20 euros ! Si vous êtes fan de Pokemon ou si vous aimez les jeux qui vous tiennent longtemps devant votre écran, vous ne pouvez qued foncer, Nexomon Extinction est une sacrée pépite !

Positif

  • Graphiquement très réussi
  • Excellente maniabilité et un gameplay riche
  • Énorme contenu avec une bonne durée de vie

Négatif 

  • Quelques problèmes de ralentissements
  • Un poil répétitif

Satisfaction du Piwi 80 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Sony ni PQube !) ICI.

  • Date de sortie : 28 août 2020
  • Editeur : PQube
  • Développeur : VEWO Interactive
  • Catégorie : RPG
  • Prix : 19,99 €
  • Classification : PEGI 7

Le test a été réalisé avec une version presse PS4 offerte par PQube (Merci Dominik !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :