Test Ride 4, un opus fade et ardu !

Décidemment le temps défile très vite et j’ai été surpris de voir RIDE 4 sortira moins d’un an après son aîné qui m’avait totalement charmé. Pour rappel, si le jeu était un peu obsolète au niveau du gameplay et de l’IA, il était une véritable déclaration d’amour à la Moto avec un grand M. RIDE 3 disposait d’une présentation originale et totalement dans l’esprit motard. Voilà le nouvel arrivé avec un habillage plus sobre et plus tourné vers la dimension course et GP ce qui peut sembler bizarre vu que MotoGP occupe très bien la place et est produit par Milestones… A cheval entre deux générations il est légitime de se demander si Milestones ne s’est pas « forcé » à sortir cet opus sur la génération actuelle histoire de garder le rythme mais au détriment de la qualité. On vérifie ça dans ce test.

Si vous voulez retrouvez mon test de RIDE 3 c’est ICI.

Faites chauffer les moteurs !

Un cruel manque de relief et de pêche !

Souvenez vous RIDE 3 brillait par sa présentation qui transpirait l’esprit motard avec des motos affichées dans un décor de garage / studio à l’ancienne et original. Le jeu faisait également la part belle aux motos en proposant une masse d’informations sur les bécanes lors des temps de chargement (qui étaient affreusement longs) et avec une présentation qui mettait en valeur les bolides. Le mode carrière se démarquait également avec une présentation sous la forme de magazines qui regroupaient les épreuves par catégorie de motos. On oublie tout cela et on revient à une présentation bien trop classique et qui donne l’impression d’être plus devant un jeu estampillé Moto GP que d’un RIDE… D’ailleurs pas mal de motos vintages ont disparu au profit de motos de piste… Vraiment j’ai trouvé la présentation triste à mourir ! Le mode carrière, que je détaillerai par la suite, est du même acabit. Exit l’originalité et bonjour le classicisme à outrance ! Les épreuves sont présentées avec un simple résumé des infos circuit et les objectifs à remplir. L’ambiance sonore n’aide pas non plus. RIDE 3 proposait des musiques dans les menus qui donnaient envie de piloter une moto dans cet opus, RIDE 4 fait un virage à 180° et dispose de musiques que je qualifierai d’ascenseur… Elles sont, à l’instar de la présentation, tristes et sans saveur. Vraiment on pourrait placer les musiques dans une simulation de golf ça passerait crème !

C’est triste…
Même la personnalisation…

Ce manque de relief et cet aspect fade se ressent également sur le circuit en pleine course. Le jeu propose, comme c’est à la mode en ce moment, pas mal d’options graphiques. Il est dorénavant possible de privilégier les graphismes à la fluidité (ne peut-on pas avoir les deux ?), vous pouvez accentuer ou enlever le flou qui donne plus d’impressions de vitesse au détriment de graphismes… flous ! Franchement j’ai essayé toutes les options et je n’ai pas trouvé de grandes différences qui sautaient aux yeux (j’ai fait le test sur PS4 Pro). Les sensations de vitesse sont bien présentes mais dépendent essentiellement de la vue que vous choisirez et non des options graphiques. La vue extérieure est pas exceptionnelle, les vues guidon ou bulle risquent de vous donner la nausée avec un effet de balancement assez désagréable. Par contre, la vue casque est toujours aussi immersive avec un bruit de moteur atténué et donnant la sensation d’être vraiment sur la moto ! Les graphismes de ce nouvel opus, s’ils ont été améliorés, ne m’ont pas fait tomber à la renverse. Les motos sont parfaitement modélisées mais c’était déjà le cas sur le précédent opus. Les circuits sont un poil améliorés mais, ils restent une nouvelle fois sans vie… Sérieusement on ne croise pas âme qui vive même dans les gradins d’un circuit. Une nouvelle fois, on déplore ce manque de vie et donc de relief ou de « rock attitude ». Si les développeurs avaient promis le jour et la nuit au niveau des textures, je pense qu’il faut attendre la prochaine génération de console pour le voir… Le jeu intègre, enfin, une météo évolutive et variable avec des baisses de luminosité ou l’apparition de pluies éparses. Ces apports sont vraiment bien faits et bluffant de réalisme mais au regard de ce que l’on a perdu à côté j’ai envi de dire que la balance n’est pas positive.

Y’a quelqu’un ?
Les effets de nuit sont bluffant
La vue casque très immersive

Un challenge relevé contre moins de contenu…

RIDE 4 reprend le système ANNA (pour moi ça a été plutôt anal…) qui était jusqu’alors réservé à la licence MotoGP. Le résultat est équivalent à ce que l’on a pu voir dans la licence précitée et c’est tant mieux. J’avais déploré l’IA un peu dépassée dans RIDE 3 mais j’ai souffert dans RIDE4. Les concurrents sont extrêmement agressifs et modifient leur style en fonction du votre quitte à occuper la ligne que vous prenez habituellement. Si les adversaires sont plus agressifs, ils commettent du coup plus d’erreurs de pilotage (heureusement) et tombent donc régulièrement. Autre point positif, j’ai eu l’impression qu’en cas de collision, l’IA tombe plus facilement que nous de la moto. Nouveauté de RIDE 4, le changement de moteur physique rendant plus réaliste le comportement de la moto. Comme pour tout jeu de simulation, ce pas vers le réalisme rend le jeu un poil mou dans la direction de la moto. Au-delà, j’ai vraiment eu du mal avec cette gestion de la physique qui nécessite de revoir les connaissances que l’on a de la licence : frustrant ! Ces deux ajouts donnent un jeu bien plus dur ou en tout cas, bien plus exigeant que son prédécesseur. Sans exagérer, au début de la carrière, il est difficile de finir premier ou de bien gérer le contre la montre. La moindre erreur de pilotage vous fait sortir de la piste ce qui signifie pour un contre la montre un échec même s’il n’y a qu’un morceau de roue de sorti et dans le cadre d’une course vous perdrez facilement 3 ou 4 places. De plus, je n’ai pas trouvé les aides au pilotage très utiles, même lorsque l’on active tout, la bécane est très capricieuse et sensible et surtout les assistances jouent trop sécure et donc vous empêchent de prendre la tête avec des concurrents beaucoup plus « tête brulée ».

Seul au monde…
Les coudes à coudes sont violents
Et voilà encore derrière

Après je dois reconnaître que je suis resté sur ma faim pour tout le reste du contenu. On retrouve les mêmes modes que l’an dernier avec un petit nouveau qui est l’endurance. Ce mode oblige à faire attention à la gestion du carburant et des pneus avec des courses plus longues qu’à l’ordinaire (environ 30 minutes) : sympa mais rien de transcendant ! Le mode carrière est, selon moi, totalement à revoir ! Celui de l’an dernier était prenant et offrait beaucoup de liberté au joueur pour l’enchaînement des épreuves, RIDE 4 propose tout l’inverse ! On doit d’abord choisir une ligue (européenne, américaine ou asiatique) en sachant qu’une fois choisie, impossible de revenir en arrière, pour faire les courses des autres ligues il faudra monter au niveau mondial donc si vous êtes bloqué dans une ligue vous pouvez recommencer… Une fois la ligue choisie vous avez le choix entre deux coupes comportant plusieurs épreuves. Une nouvelle fois si vous ne réussissez pas les épreuves, vous ne débloquez pas les autres coupes. Le jeu propose d’emblée peu de choix et peu de possibilités. Ensuite on se rend compte que les épreuves se ressembles énormément avec beaucoup de contre la montre et de courses en 6 tours. On tourne vite en rond avec peu de choix différents ce qui est frustrant. Surtout que le jeu propose certes plus de 150 motos mais seulement 30 circuits avec des variations. On peut personnaliser sa moto dans tous les sens que ce soit esthétiques ou mécanique mais on ne m’enlèvera pas de l’esprit que sous des airs d’opulence il n’y a pas grande chose. 3 sets de moteur, quelques pneus de marque différente mais aux mêmes caractéristiques, une chaine sport ou des jantes sports qui permettent seulement de modifier la couleur de la pièce. Vraiment il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard et une nouvelle fois, je reste sur ma faim malgré la possibilité de personnaliser le pilote ce qui m’en touche une sans faire bouger l’autre.

Pas grand choix
Colorée ou pas…
C’est toujours maigre
Personnalisation du pilote anecdotique

Conclusion

Après un RIDE 3 tout simplement magnifique et original, je n’en attendais pas moins de ce nouvel opus et de Milestones et je dois dire que je suis très déçu ! Les développeurs ont pris le contre-pied total pour produire un jeu fade, manquant de relief et de contenu. L’IA a été revue ce qui donne plus de challenge mais les récompenses ne poussent pas à la performance contrairement à son aîné qui était trop simple mais qui avait le mérite d’encourager la progression. Techniquement le jeu est dans le droit fil de son prédécesseur et je pense qu’il faudra attendre la next-gen pour voir la différence. Finalement je crois que Milestones a voulu absolument proposé un jeu annuel au risque d’être moins exigeant dans le contenu et dans la présentation et c’est dommage, RIDE 4 marque un coup d’arrêt pour la série.

Positif

  • Le système ANNA
  • Un bon challenge
  • Techniquement propre

Négatif 

  • Un mode carrière à revoir
  • Une présentation terne
  • Un esprit « motard » beaucoup moins présent

Satisfaction du Piwi 55 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Sony ni Microsoft ni Milestone S.r.l.!) ICI PS4 ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 4 octobre 2020
  • Editeur : Milestone S.r.l.
  • Développeur : Milestone S.r.l.
  • Catégorie : Simulation / Moto
  • Prix : 69,99 €
  • Classification : PEGI 13

Le test a été réalisé avec une version presse PS4 offerte par Warning Up (Merci Audrey !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :