Test Neighbours back from Hell, et back from the past !

On se retrouve aujourd’hui avec le remastered de Neighbours back from Hell, un jeu sorti initialement en 2003 sur PC puis en 2005 sur Xbox première du nom et Game Cube. Le jeu approche donc les 20 ans d’âge et peu paraître un peu daté. Un remastered est synonyme d’adaptation sans ajout majeur. Le problème avec Neighbours back from Hell est qu’il ne s’était pas attiré de bonnes critiques, on est donc en droit de se demander pourquoi les gars de MIG et Handy Games ont eu l’idée de faire revivre Woody le héro du jeu si ce n’est faire découvrir aux plus jeunes un jeu oublié. On va donc pouvoir vérifier si la guerre des voisins a de beaux jours devant elle.

Et c’est parti !

Une réalisation pas datée ou presque…

Un petit mot sur le speech de base du jeu qui est assez original. On incarne donc Woody, qui a un voisin, Monsieur Rottweiler, qui est tout sauf un bon voisin et vous savez de quoi je parle on a tous un voisin qui est notre plaie quotidienne et si vous n’en avez pas, c’est que c’est peut être vous le voisin détestable… Rottweiler est le genre de type à espionner ses voisins aves des jumelles, réparer un moteur dans sa cuisine et en vacances, pourrir les gosses qui l’entoure ou le petit personnel, en somme une personne charmante qui gagne à être connue… Bref, Woody est l’acteur principal d’une émission de télé réalité qui porte son nom et dont l’objectif est de se venger de son voisin en lui faisant des farces pour l’énerver. Le jeu commence donc dans la maison ce qui sous-entend une entrée par effraction (et après on se demande qui est le mauvais). On va donc s’y balader histoire de faire quelques petits tours à notre cher voisin tout en l’évitant sous peine de se faire battre à mort. On comprend le concept de se venger de l’horrible voisin sauf qu’au fil du jeu, on le poursuit même pendant ses vacances, s’attaquer à sa femme, sa mère, son gosse, et le harcelé devient le harceleur ce qui peut laisser perplexe sur le concept de l’émission…

Les blagues peuvent être violentes
Même les gamins ne sont pas en reste
En même temps je l’ai bien cherché !

Le jeu nous fait donc débuter dans la maison de Rottweiler et je vous le dis vous allez y passer un sacré moment. Une grosse moitié du jeu est centré sur ce lieu ce qui me fait dire que graphiquement, on a peu de variations. La maison « s’agrandit » au fil de votre progression puisque petit à petit des pièces se débloquent mais on a vite l’impression de tourner en rond et finalement, on est content de poursuivre notre cher voisin au cours de ses vacances. On voit ainsi du pays puisque on le suit en Chine et au Mexique notamment sans oublier sa croisière en mer. Peu d’environnements mais il faut reconnaître que pour un jeu qui a près de 20 ans d’âge, Neighbours back from Hell tient la route ! Chaque tableau est propre et j’ai été charmé par la direction artistique choisie et les graphismes dessinés à la main version BD adulte. Rottweiler, sa femme ou sa mère ont de belles têtes de vainqueur alors que Woody a une tête à claques… C’est donc bien fait même si au niveau des animations, le jeu a pris un coup de vieux. Il y a très peu d’animations, qui sont réservées aux effets de nos tours. Pour le reste on a droit à un bruitage qui nous avertit de notre interaction avec l’objet et pis c’est tout ! En parlant des sons, ceux-ci sont également sommaires, Rottweiler fait toujours le même cri et les tours font les mêmes sons. C’est léger pour 2020 et même pour un remastered, cet aspect aurait pu être retouché sans demander un travail monstre !

La maison est le tableau le plus grand
Plus c’est petit plus c’est compliqué
Petit tour en Chine…
… ou en dictature…

Casse-tête original mais répétitif

Neighbours back from Hell est un jeu de type casse-tête sauf que son concept se démarque totalement des autres jeux du genre et surtout, son gameplay est une bouffée d’air frais par rapport aux point’n clic qui pullulent ! Mais quand j’écris bulle d’air c’est vraiment une toute petite bulle d’air car passé les premiers niveaux, on s’aperçoit que les développeurs ont eu énormément de mal à se renouveler au niveau des idées et on retrouve les mêmes tours sur plusieurs niveaux. On dirige Woody au stick gauche le droit sert à dézoomer et voir où se trouve Rottweiler. Il faut se balader dans la maison pour trouver des objets puis les utiliser au bon endroit. Au début c’est varié : changer la chantilly par la mousse à raser, boucher les toilettes (vous le ferez souvent) changer un ballon par une boule de bowling, scier une rambarde, mettre un fil électrifié dans une flaque d’eau. C’est pas mal sauf que très vite on répète les mêmes tours. A chaque fois le jeu propose de voir la scène de notre piège, on rit parfois mais l’humour est très gras et infantile et après quelques niveaux on arrête de regarder ses scènes pour lesquelles on esquisse à peine un sourire… Il va falloir faire nos tours sans se faire repérer par Rottweiler ou son chien ou sa mère. S’ils vous choppent, ils vous collent une trempe et vous reprenez dans une pièce au hasard, 3 vies par niveau et si vous épuisez votre quota vous pouvez recommencer. Pour chaque niveau, il a un nombre de piège à accomplir entre 4 et 11. Si vous les réussissez tous vous avez un oscar pour l’épisode et ainsi de suite. Honnêtement c’est marrant la première heure mais une nouvelle fois, le jeu peine à se renouveler et donc le sentiment de répétitivité fait vite son apparition. Surtout que les interactions sont basiques et vous n’aurez jamais à combiner des objets entre eux avant de pouvoir les utiliser.

Le bidon d’essence s’utilise 3 fois sur 7
Quelque mini jeux…
… qui restent trop sommaires !

Neighbours back from Hell ajoute quelques mécaniques mais rien de bien folichon. Vous aurez à trouver le même icone pour débloquer l’objet ou un autre qui consiste à maintenir l’objet dans une cible sous peine d’avertir Rottweiler qui va alors vous pourchasser. Il n’y a rien de bien méchant et le jeu reste quand même très simple. Le challenge apparait véritablement à partir de la troisième saison étant précisé que le jeu est découpé en quatre saison plus un final qui s’ouvre une fois les saisons terminées. Il ne vous faudra pas plus de 5 heures pour en voir la fin et c’est dommage de ne pas avoir ajouter des niveaux de difficulté comme limiter les vies à une seule. Sur la fin vous aurez à gérer deux ennemis à la fois mais là encore, ils ne se déplacent pas partout et sont donc évitables. La difficulté de certains niveaux est seulement due à certains timings un peu serrés pour mettre en place un piège le temps de la sieste de mamie. Ca reste quand même court en l’absence de rejouabilité ou de new game + et dites vous que ce remastered regroupe deux jeux !

Pas mal de niveaux mais courts
Cherche moi (dans le placard)
Le bof dans toute sa splendeur
Disparition !

Conclusion

Neighbours back from Hell provoque les mêmes réactions qu’il y a 20 ans : on est intéressé par le concept original et le gameplay proposé mais très vite on a un sentiment de répétitivité qui fait surface. Ce sentiment est surtout du au manque de créativité des développeurs passé les 5 premiers niveaux. On se retrouve très vite à faire les mêmes tours et en terme de level design et de casse tête, le jeu peine à se renouveler. C’est dommage car il y a matière à faire un très bon jeu, la réalisation graphique parle d’elle même puisqu’elle n’a pas pris une ride malgré le nombre d’années écoulées. Au lieu de se contenter d’un remastered, on aurait aimé un remake qui aurait ajouté de nouvelles mécaniques.

Positif

  • Graphiquement réussi
  • Un concept original
  • un bon moment devant l’écran

Négatif 

  • Répétitif et manque de contenu
  • Pourquoi pas un remake ?

Satisfaction du Piwi 60 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Microsoft ni Handy Games !) ICI PS4 ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 8 octobre 2020
  • Editeur : Handy Games
  • Développeur : MIG
  • Catégorie : Casse-tête
  • Prix : 14,99 €
  • Classification : PEGI 3

Le test a été réalisé avec une version presse PS4 offerte par Deadgood Media (Merci Lilian !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :