Test Kingdom Hearts Melody of Memory, entre musique et fan service !

Les jeux de rythme ont le vent en poupe même s’ils connaissent tous des fortunes diverses avec dernièrement un Fuser du feu de dieu. Du coup toutes les licences mêmes les plus éloignées du genre comme Final Fantasy s’y essaient. C’est donc au tour de Kigndom Hearts de se lancer dans l’arène. Après une préview à l’issue de laquelle j’étais un peu mitigé voilà le produit final. J’avoue que passer du J-RPG profond et complet à un « Parapapa the Rapper » like (la référence de plus de 20 ans !) est un sacré grand écart et j’ai du mal à imaginer la transition. Il faut cependant reconnaître que les différents opus de la saga nous ont à chaque fois gratifier d’une BO exceptionnelle en mêlant thème FF à ceux de Disney (d’un autre côté on prend deux monstres comme cela difficile de ne pas faire dans l’excellence !). Il est donc temps de battre la mesure avec Sora, Dingo et Donald !

Si vous voulez relire ma preveiw c’est ICI.

Et si vous voulez voir comment on fait un jeu musical quasi parfait, le test de Fuser est ICI.

Et moi j’explore le jeu !

Un retour dans le passé…

C’est une des choses qui m’avait un peu « choqué » lors de la preview : la qualité graphique du jeu. Vraiment on est sur un niveau PS3 qui fait un un peu peine à voir… Les animations sont sommaires (bien que trop présentes j’y reviendrai), les sprites des personnages rappellent ceux de la old gen et les décors des niveaux que l’on traverse sont un peu vides en plus d’être datés. En fait tout l’aspect graphique est repris des remastered et oubliez vite la direction artistique de Kingdom Hearts 3. Autant le prédécesseur m’avait subjugué niveau après niveau scène après scène autant Melody of Memory m’a laissé totalement de marbre et je me suis même dit que le compte n’y était pas pour un jeu de la licence ! On n’est pas face à un remastered mais face à un nouvel opus et j’espérais une réalisation graphique de meilleure qualité… Heureusement que la qualité graphique est compensée par une bande originale de haut vol. Comment pouvait-il en être autrement lorsque les développeurs ont recyclé tous les grands thèmes de la licence ainsi que ceux de Disney ? Il y en a pour tous les goûts et les développeurs ont eu la bonne idée d’en retoucher quelques-uns histoire de donner un peu plus de rythme et de punch à des morceaux qui parfois en manquent cruellement.

De la bonne vielle PS3…
Les décors sont généralement vides
et sans vie

Il n’y a pas que la qualité graphique qui nous rappelle le passé. Ceux qui espérait avoir droit à un scénario inédit se fourre le doigt dans l’œil (et pas ailleurs…) jusqu’au coude ! Melody of Memory porte très bien son nom puisque le jeu va nous proposer de parcourir l’histoire des trois opus principaux de la série de quoi nous rafraichir… la mémoire justement ! On a bien quelques pistes en fin de jeu mais rien de transcendant. La narratrice va donc nous conter l’histoire de la série ce qui permet aux développeurs d’inclure tous les univers croisés dans Kingdom Hearts : le monde de l’eau delà, Hercules, Raiponce, Pinocchio tout y est ! L’histoire est dévoilée petit à petit en réussissant les niveaux qui débloquent des cinématiques issues des remastered encore une fois et donc qui piquent énormément les yeux pour un jeu « neuf » ! On est en plein dans le fan service et chaque joueur pourra retrouver son univers préféré du plus ancien au plus récent. Les univers amènent de nouveaux personnages qui intègrent votre équipe le temps d’une ou deux chansons. Ce changement ne change rien au gameplay, il est purement visuel.

Les cinématiques datent encore plus…
Et dire que certaines ont plus de 10 ans…
… on relativise sur la qualité des épisodes de l’époque !

Une présentation originale nuisant à un gameplay classique

Le gameplay de Melody of Memory est très classique ! On a une time line qui fait apparaître les touches sur lesquelles il faut appuyer avec un bon timing pour enchaîner les « excellent » et faire grimper son score. On a donc trois personnages, chacun correspondant à une touche et répartis sur la partition. Il faut appuyer sur croix pour Sora, L1 pour le personnage de gauche et R1 pour celui de droite. Pour les obstacles la touche O est associée au saut et celle de triangle pour les sorts. En fait chaque note qui doit être jouée correspond à un ennemi à frapper ou à un élément destructible. Si plusieurs ennemis apparaissent en même temps il faudra appuyer simultanément sur les touches idoines, rien de compliqué donc. On a une jauge de vie qui diminue à chaque note ratée et lorsqu’elle tombe à zéro c’est le game over. C’est simple comme bonjour et ça devient donc très répétitif. Pour casser la monotonie, les développeurs ont inclus pas mal d’animations lorsque l’on frappe les ennemis où lorsque ces derniers nous frappent.

Le problème est que la présentation de la time line et les animations à profusion que le jeu inclut nuisent énormément à la lisibilité et donc au gameplay. Concernant la présentation, Melody of Memory a opté pour une présentation en 3D « à l’horizontale » alors que beaucoup de jeu de rythme choisissent le side scrolling. Cette présentation pose un problème notamment dans les virages et pour les ennemis qui arrivent en volant : on a du mal juger la profondeur et il arrive que l’on appuie trop ou trop tard. S’agissant des animations, le jeu propose différents niveaux de difficulté et si le mode débutant permet à tous, y compris les plus jeunes, de progresser sans mal, les difficultés standard et expert posent problème à cause des animations. Les notes se succèdent à une vitesse folle et on a droit à chaque fois à une animations d’attaque puis à une animation qui fait disparaître l’ennemi. Lorsque les notes sont très rapprochées, les sprites se superposent et on n’a plus d’indication visuelle pour la note à jouer. C’est très frustrant et il faut alors connaître la musique quasiment par cœur pour ne se fier qu’aux sons…

On s’y perd un peu…
ET les animations créent un décalage
Joli mais peu lisible

C’est pire pour les niveaux dans lesquels on affronte un boss ! Dans ces niveaux, outre le fait qu’une mécanique de gameplay est ajoutée, les notes maintenues, la time line est présentée en spirale et les codes couleurs des touches sont modifiés. A chaque fois il faut donc prendre un temps d’adaptation pour faire un bon score. Malgré l’adaptation, je ne vous cache pas avoir énormément de mal avec cette présentation en spirale ! Je ne vous parle même pas des animations de combat avec une caméra qui n’arrête pas de tourner autour de la scène de combat et j’étais parfois totalement perdu !

Les combats de boss sont originaux
Mais la lisibilité est moyenne !

Du contenu et de la répétitivité !

Kingdom Hearts Melody of Memory propose un sacré contenu : 140 chansons vous avez de quoi faire même si en moyenne chaque morceau dure 1m30 / 2 minutes. Une nouvelle fois, tout est fait pour les fans de la série. Chaque morceau propose trois niveaux de difficulté ce qui permet de rejouer les morceaux. On a donc tous les thèmes connus et moins connus de Disney et de Kingdom Hearts. Le problème c’est que très vite un gros sentiment de répétitivité fait son apparition. On enchaîne vite les niveaux sans grande variété dans le gameplay. Si le rythme change, on a l’impression que les développeurs ont utilisé les mêmes séquences de touches alors que le jeu offre déjà peu de possibilités. Par exemple, je n’ai pas compris pourquoi les touches dites maintenues sont réservées aux boss. Autre exemple, tous les morceaux se finissent de la même manière avec trois ennemis « étoilés » que vous devez frapper de manière simultanée.

En termes de modes de jeu, on a un gros mode histoire qui permet de débloquer les morceaux dans le mode libre. Le mode histoire est assez bien construit avec un monde central qui nous permet de choisir le niveau que l’on veut faire. Chaque niveau propose trois missions à accomplir et qui débloque des étoiles (bleues, vertes, rouges ou dorées) qui ouvrent des portails et permettent de progresser. Là encore tout est fait pour que tous les joueurs y trouvent leur compte puisque 80% des missions peuvent être réalisées en difficulté débutant. Je déconseille d’ailleurs ce mode, qui est fait pour les plus jeunes et qui ne propose aucun challenge ! Déjà avec la difficulté normale vous aurez de quoi faire. Avec 140 chansons à faire le mode histoire vous tiendra longtemps derrière votre manette surtout si vous visez le 100%. Une nouvelle fois, ce mode histoire se révèle répétitif surtout que très souvent un niveau comporte deux morceaux. On refait donc deux fois à la suite le même niveau avec le même décor, les mêmes pièges et les mêmes ennemis : on ne peut pas faire plus répétitif ! Les missions proposées sont également toujours les mêmes : faire 70% ou mieux de note excellente, faire une série de X notes, frapper tous les ennemis étoilés, volants ou simultanés, casser tous les tonneaux rien de bien exceptionnel. En plus de cela et comme tout Kingdom Hearts qui se respecte, le jeu inclut une petite dimension RPG avec la possibilité de modifier son équipe (la différence n’est que visuelle) et de récolter des objets comme des boosts d’expérience, des soins ou des soutiens qui viennent attaquer les ennemis présents sur la partition. Rien de bien folichon mais cela ajouté un peu de piquant à un gameplay très classique.

A côté du mode histoire, on a un mode online qui nous propose d’affronter un adversaire sur une même chanson avec la possibilité d’user de ruses pour le mener à l’erreur. C’est une sorte de duel dans lequel il faut faire tomber la jauge de vie de l’adversaire à zéro. Ce mode est sympathique et fait le taf mais pas de quoi fouetter un chat ! Enfin on a un mode coopération assez original mais dont la lisibilité laisse énormément à désirer en raison de la multitude d’animations inutiles et qui sont doublées puisque deux joueurs… C’est dommage car l’idée de coopérer de se renvoyer des notes pour parvenir au bout était intéressante.

Conclusion

La saga Kingdom Hearts se diversifie et se lance donc dans le jeu de rythme musical. Le gameplay est sommaire mais tient la route surtout avec un mode histoire très consistant et qui implémente des éléments de RPG pour offrir quelques variations. Ce qui est dommage c’est que la qualité graphique ne suivent pas du tout en se contentant de reprendre la réalisation des remastered. Cette même qualité graphique qui nuit au gameplay avec des animations pas réussies et qui diminuent la lisibiltié du soft. Le jeu fait quand même le taf mais on aurait pu attendre mieux et plus des développeurs de la licence.

Positif

  • Gros contenu
  • Un gameplay sommaire mais qui fonctionne
  • La bande son exceptionnelle

Négatif 

  • Graphiquement daté
  • Répétitif
  • Manque de lisibilité

Satisfaction du Piwi 65 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Microsoft ni Square Enix !) ICI PS4 ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 13 novembre 2020
  • Editeur : Square Enix
  • Développeur : Square Enix
  • Catégorie : Musique
  • Prix : 59,99 €
  • Classification : PEGI 12

Le test a été réalisé avec une version presse PS4 offerte par LU61 (Merci Océane !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :