Test Gods Will Fall, hardcore mais agréable à parcourir !

On commence donc l’année 2021 avec Gods Will Fall développé par les ex-européens de Clever Beans (pour ceux qui n’ont pas compris, ils sont britanniques) et édité par Deep Silver. Quoi de mieux pour débuter l’année qu’un petit jeu d’action aventures aux allures Dark Fantasy sans prise de tête ? Sauf que Gods Will Fall est tout sauf un jeu sans prise de tête ! Se revendiquant de la caste des jeux « facile à prendre en main mais difficile à maîtriser » et proposant une difficulté s’inspirant de la série Dark Soul, Gods Will Fall n’a pu que m’attirer et après en avoir sacrément suer, je peux vous dire si l’immersion dans l’ambiance d’un clan celte vaut le détour.

Le Chemin va être long !

Les pieds nickelés face aux dieux

Le scénario de base n’a rien de dingue. De très vilains dieux ont asservi le monde et obligent les humains à les adorer. Les réfractaires ont la joie de découvrir une mort dans d’atroces souffrances. Ce n’est donc pas la fête et les guerriers celtes ont décidé de mettre un terme à ce règne de tyrannie. Ils préparent donc leur flotte et partent à plus de 10.000 en direction de l’Overworld, l’île qui rassemble tous les donjons dans lesquels se terrent les dieux. Sauf que les dieux ne sont pas cons et déclenchent une tempête. Au final ce sont 8 guerriers qui arrivent sains et sauf sur l’île et qui vont donc se fader les 10 donjons proposés par le jeu… Bien évidemment, nos fiers guerriers arrivent quasiment à poil puisqu’ils n’ont que leurs armes…

ça donne envie…
Les sauveurs du monde…

Le speech n’est pas plus poussé que cela et il ne faut pas s’attendre à des twists. On a bien quelques interactions et mini scénarios entre nos guerriers mais une nouvelle fois, rien de transcendant. Ce qui m’a frappé après avoir passé les quelques lignes de texte et fait quelques foulés sur l’île, c’est la liberté totale que nous offre l’Overworld ! Les 10 donjons sont répartis sur la map et sont tous accessibles d’entrée ! Du coup on peut se balader librement et explorer les mondes dans l’ordre que l’on souhaite même si la difficulté monstrueuse du jeu nous commande un peu la direction à prendre Car oui, j’ai trouvé le jeu affreusement difficile si l’on est un peu bourrin dans mon genre. Le gameplay est extrêmement simple : une attaque légère, une forte, un saut, une esquive/parade, la possibilité de ramasser une arme ennemie pour la jeter sur le suivant (très très utile !) et le cri de guerre qui vous permet de regagner de la vigueur ce qui signifie santé et force. L’essentiel repose sur la gestion de la parade puisque l’esquive permet de fuir mais pas de trouver une ouverture donc pas opportune. Donc il va falloir enchainer les parades ce qui stunt l’ennemi et vous permet de le bourrer. Pour effectuer une parade on a droit à une minuscule fenêtre de tir qui se visualise à l’écran par une étincelle lorsque l’ennemi attaque. Bien évidemment le timing est différent selon l’attaque et selon l’ennemi ! Notre guerrier a très peu de vie, comprendre entre 3 et 6 coups et vous êtes mort et je ne parle pas des mini boss et des boss qui sont des sacs à PV faisant très mal !

On commence où l’on veut !
Les boss sont vraiment hardcore…

Il faut donc les avoir sacrément accrochées pour terminer ne serait-ce qu’un donjon ! Et n’essayez pas d’esquiver les ennemis car cela vous sera préjudiciable au moment du boss. Car dans chaque donjon, il y a un nombre d’ennemis qu’il faut renvoyer ad patre pour affaiblir le boss et ainsi vous laisser une chance de le vaincre. Bien sûr à chaque nouvelle partie, les ennemis sont générés aléatoirement rendant impossible le parcoeurisme et l’entraînement. Mais la difficulté ne s’arrête pas là… Les donjons sont durs et de plus en plus longs et bien évidemment il n’y a jamais de checkpoint ! Vous devez le faire d’une traite ! Pas assez difficile pour vous ? Attendez la suite car je ne vous ai pas dit ce qui se passe si votre guerrier meurt en cours d’exploration ! Vous vous souvenez que l’on a huit guerriers ? Bon et bien ça représente vos huit vies pour faire les 10 donjons… En cas de mort, il est bloqué dans le donjon et il faut envoyer un autre guerrier pour terminer le donjon et libérer le précédent… Bien sûr chaque guerrier a des stats différentes et des armes différentes du coup généralement vous perdez vos meilleurs en première et c’est donc avec les moins bons que vous devrez réussir ce que vous avez raté avec les meilleurs… Déjà que parcourir le donjon n’est pas une sinécure, les boss sont la cerise sur le gâteau. Bien qu’ils présentent des patern fixes, il faut les apprendre et vu que les boss font énormément de dégâts les premières confrontations sont courtes et le désespoir est grand lorsque l’on meurt et que donc on percute qu’il faut refaire tout le donjon pour retenter sa chance ! La difficulté peut alors paraître rebutante.

Les donjons sont tous difficiles…
… et de plus en plus longs !

Le jeu propose une dimension RPG puisque chaque guerrier a des stats et des compétences différentes. Ces mêmes stats peuvent changer dans le cas de la perte d’un guerrier car il y a quelques interactions entre eux. Comme pour les ennemis, à chaque nouvelle partie, vos guerriers sont générés de manière aléatoire. On a la possibilité d’équiper nos guerriers de différentes pièces d’armure ou de consommables mais sur ce point, je suis resté sur ma faim. Les donjons se montrent vraiment avares en termes de loot et l’exploration n’est pas forcément mise en avant puisque peu de donjons offrent plusieurs chemins. Généralement on se trouve dans un long couloir qu’il faut suivre sans pouvoir s’en écarter. Du coup je ne vous conseille pas de miser dessus pour combler le gap de la difficulté. J’ai donc trouvé le jeu réellement difficile et les développeurs qui parlaient de référence à Dark Soul au niveau de la difficulté ne nous ont pas menti car au final le gameplay et l’aspect punition sont quasiment identiques. Il vous faudra une bonne dizaine d’heure pour venir à bout des 10 Dieux et le jeu propose une certaine rejouabilité vu que les guerriers et les ennemis sont générés aléatoirement. Dommage que cette génération aléatoire ne soit pas étendue à l’architecture des donjons qui est toujours la même et qui donne un certain sentiment de répétitivité surtout lorsque l’on s’y prend à plusieurs fois pour en terminer un.

Même un 1v1 est difficile
Voilà comment 90% des parties se concluent !

Une réalisation élégante et ambitieuse

Une fois n’est pas coutume je terminerai ce test par une petite bafouille sur la réalisation du jeu (vous avez remarqué que pour une fois j’ai commencé par le gameplay ?). On est d’accord, on est loin des standards d’un AAA mais il n’en demeure pas moins que j’ai été séduit par les visuels et particulièrement les décors du jeu. Chaque donjon propose des environnements variés et présentant une certaine grandeur. Les décors sont « peints à la main » et reprennent bien les codes de la culture celtique. J’ai, en revanche, été moins charmé par les décors et les quelques cut scenes que contient le jeu. C’est vraiment dommage et certains plans séquences relèvent limite de la PS3. Heureusement que beaucoup de ces scènes se rattrapent par leur contenu en proposant un humour parfois très potache et qui tranche avec le reste du jeu ! Pour le reste, le jeu tourne bien et je n’ai pas constaté de ralentissement. Bon après si vous essayez le jeu, vous pourrez me rétorquer que vu le nombre d’éléments qui s’affichent en même temps à l’écran on est à l’abri des ralentissements ! L’aspect son est réussi avec des musiques donnant une ambiance un peu mystique qui renvoie à notre combat face aux dieux. La voix off est peu clichée, une voix bien grave qui est censé nous donner des frissons mais la corde est trop usée pour faire effet.

Les cut scenes laissent à désirer
En revanche les décors sont bien fichus
Quelle vue !
Le niveau de détail est honorable !

Conclusion

Gods Will Fall propose un emballage vraiment mignon mais il ne faut pas se laisser berner par les apparences. Le jeu est un Dark Soul like est présente une difficulté que j’ai trouvé très relevée et qui pourra en rebuter plus d’un ! Entre l’absence de checkpoint, une santé minimale, des ennemis ardus et faisant extrêmement de dégâts et un nombre limité d’essai, le coktail est explosif ! Après au regard du prix, le jeu vaut quand même le détour avec une bonne durée de vie et une réalisation qui n’égale pas les AAA mais qui n’en demeure pas moins réussie. Dommage toute fois que le jeu soit bien plus tourné vers l’action que vers le côté RPG qui n’a pas été assez poussé, on a plus l’impression que cela a été ajouté à la dernière minute par les développeurs…

Positif

  • Une réalisation élégante
  • Un gameplay à la Dark Soul réussi
  • Bonne durée de vie…

Négatif 

  • … Mais très / trop difficile
  • Dimension RPG peut développée

Satisfaction du Piwi 65 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Sony ni Microsoft ni Deep Silver !) ICI PS4 ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 29 janvier 2021
  • Editeur : Deep Silver
  • Développeur : Clever Beans Ltd
  • Catégorie : Action
  • Prix : 24,99 €
  • Classification : PEGI 12

Le test a été réalisé avec une version presse PS4 offerte par Koch Media (Merci Cassandra !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , ,

3 réponses

Rétroliens

  1. Gods Will Fall est désormais disponible ! – Piwigaming
  2. Gods Will Fall dévoile son planning de DLC ! – Piwigaming
  3. Le premier DLC de Gods Will Fall est désormais disponible ! – Piwigaming

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :