Test Rip Them Off, le puzzle game capitaliste !

Une fois n’est pas coutume, on se retrouve avec un jeu français (cocorico !!!) donc je passe en mode François le français (j’espère que tout le monde aura la référence…) et je me lance à corps perdu dans ce puzzle game aux allures et aux gameplay différents de ce qui se fait habituellement. En fait, nos frenchies de Lozange Lab n’ont pas pondu un simple puzzle game mais plutôt un OVNI qui mélange des genres que l’on aurait pas forcément marié : puzzle, geston, tower defense on trouve un peu de tout ! Le problème est que très souvent, à vouloir mettre trop de chose, les développeurs ont une tendance à se perdre en chemin. Après m’être arraché une bonne partie de la crinière je vous donne mon avis qui ne laisse aucune place à Karl Marx…

Je vais vous vider les poches

Le profit pour seul maître !

On incarne donc un jeune directeur fraichement embauché par le Conseil. Ce conseil n’est intéressé que par l’argent et plus particulièrement le profit et n’a aucune considération pour l’humain qu’il soit pris dans son individualité et ou dans un groupe, oui Rip them off est une caricature du capitalisme et le moins que je puisse dire c’est que les développeurs n’y vont pas avec le dos de la cuillère. Le paroxysme du capitalisme est de faire passer l’argent avant la personne et c’est tout le concept du jeu ! Les développeurs ne se gênent pas pour faire dans l’humour noir et parfois pas accessible si l’on a pas le cerveau affuté. Le but est de faire dépenser un max de pognon aux dupes (oui c’est leur nom) qui passent devant vos commerces pour satisfaire le conseil et gagner une promotion. Le speech de base ne sert que de prétexte pour une succession de niveaux qui deviennent de plus en plus difficiles jusqu’à vous en faire perdre votre latin…

La réussite relative…
Money Money Money !

Lozange Lab a opté pour un style graphique abstrait et assez épuré mais qui fonctionne relativement bien. Les niveaux se succèdent et sont répartis en quartiers ce qui permet d’avoir des décors qui varient un tantinet du moins au niveau des couleurs. Le level design évolue également pour rendre les niveaux plus complexes au risque de perdre en lisibilité. Je vais le développer par la suite mais le gameplay bien que simple en apparence se révèle complexe et le fait d’avoir choisi un design abstrait n’aide pas forcément et il faudra apprendre quasiment par cœur chaque forme et élément du jeu car leur design ne donne pas assez d’informations et donc leur utilisation n’est aucunement intuitive… C’est dommage et je ne vous cache pas que lorsque j’ai bloqué sur un niveau le fait de se taper la fiche d’informations de chaque boutique avant de la placer m’a un petit peu saouler jusqu’à lâcher la manette. Niveau son, Rip them Off propose des musiques jazzy en mode coin chil et cela n’a pas été pour me déplaire car il faut sacrément réfléchir pour parvenir à l’objectif fixé et la musique calme permet de ne pas s’énerver rapidement. Les bruitages en revanche passent à la trappe !

Au début ça va !
Bon ok seules les couleurs changent

Un gameplay simple mais obscurs en apparence

Donc dans Rip them Off, le but est de parvenir à un objectif de bénéfices fixé par le Conseil. Pour se faire il faut que les dupes passent dans vos boutiques pour y dépenser leur argent un peu comme si on était la veille d’un confinement. Chaque niveau est un quartier qui se compose d’une ou plusieurs rues passantes et les consommateurs arrivent par des entrées définies et en nombre défini, ce qui nous donne un aspect tower defense. Ils passent par les boutiques qui se trouvent sur leur chemin pour peu que les boutiques ne soit pas pleine, un peu comme une jauge de personnes en plein confinement (décidemment la situation est transposable à ce que l’on vit IRL !). Il va donc fallloir choisir judicieusement chaque boutique qui est représentée par une forme géométrique et j’en arrive à la lisibilité du jeu : les formes géométriques ne donnent aucun indice sur les caractéristiques et l’efficacité des boutiques qui sont toutes différentes les unes des autres ! Impossible de savoir si le rond est meilleur que le losange ou que le trait voir même le trait en pointillé à moins de lire la fiche d’informations et l’apprendre par cœur ! Chaque boutique a trois caractéristiques : la dépense qu’elle occasionne à chaque consommateur, le temps que passe un consommateur dedans et le nombre de consommateurs qu’elle peut accueillir. On touche alors l’aspect puzzle game : vu que les entrées et sorties des dupes sont prédéfinies quant à leur nombre et leur sens il faut réfléchir à bien choisir les boutiques au bon emplacement pour traiter un maximum de dupes et ainsi les rincer avant qu’ils passent par la sortie !

Il faut prendre le temps d’analyser chaque niveau

Si les premiers niveaux sont très simples, les choses se compliquent vite. Le jeu fonctionne par journée : à chaque journée un nombre de client à rincer. Si les objectifs sont atteints au début, on peut malheureusement constater sur les derniers jours que ce n’est pas la bonne stratégie et donc il faut recommencer. Heureusement, il est possible de recommencer à partir de la journée que l’on souhaite sachant que certains niveaux se font sur plus de 10 jours ! Même si le jeu propose un tuto, le manque de lisibilité fait que l’on fonctionne de manière empirique jusqu’à trouver la bonne voie sauf que les derniers niveaux sont très complexes et proposent une multitude de possibilités à explorer avant de trouver la bonne. Le jeu propose un système d’indices que l’on peut activer via le menu pause. En gros le jeu nous indique ou placer certaines boutiques et dans quel ordre. En revanche pour les niveaux qui trainent sur plusieurs jours, il faudra vous débrouiller pour savoir quelle boutique faire évoluer et à quel moment et une nouvelle fois, malgré les indices très explicites, vous pouvez recommencer un niveau plus de 20 fois avant de parvenir à l’objectif. L’ensemble offre une bonne durée de vie mais franchement il faut passer au dessus du caractère abstrait et du manque de lisibilité du jeu !

Le système d’indices
Bienvenue en enfer !

Conclusion

Les jeux indés français sont rares et le moins que l’on puisse dire c’est qu’à chaque fois ils sont originaux que ce soit sur le fond ou la forme ! Rip them Off est un jeu fait à quatre mains et deux cerveaux qui ont l’intelligence de ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre et qui proposent donc quelque chose de cohérent. J’ai bien aimé les graphismes minimalistes et abstraits mais qui retrancrivent assez bien l’esprit du jeu. J’aurai aimé que ces mêmes graphismes donnent une meilleure lisibilité au gameplay. Les puzzles sont assez tordus et vont vous maintenir assez longtemps devant votre écran si vous n’abusez pas du système d’indices. Vraiment pour 8 euros le jeu vaut le détour et puis merde soutenons la créativité française !

Positif

  • L’aspect graphique abstrait
  • Les puzzles avec un bon challenge
  • Bon contenu vu le prix

Négatif 

  • Manque de lisibilité dans le gameplay
  • Peu se montrer rébarbatif

Satisfaction du Piwi : 65%

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Nintendo ni Microsoft ni Lozange Lab !) ICI XBOX ONE ou ICI SWITCH

  • Date de sortie : 24 mars 2021
  • Editeur : Lozange Lab
  • Développeur : Lozange Lab
  • Catégorie : Puzzle
  • Prix : 7,99 €
  • Classification : PEGI 3

Le test a été réalisé avec une version test fournie par Lozange Lab (Merci Ava et Mat !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :