Test Rust, la survie sans le fun…

On enchaîne les plaisirs divers et variés ou d’hiver et d’été (au choix selon votre niveau de la langue française) et on passe cette fois-ci sur un jeu 100% survivor ou plutôt survivaliste à l’extrême avec Rust développé par Facepunch Studios et édité par Double Eleven. Le jeu fait un carton depuis des années sur PC et le voilà donc qu’il débarque sur consoles et je vous avoue être totalement passé à côté de ce phénomène. Cela a été un véritable dépucelage et je dois dire qu’il ne s’est pas fait en douceur…

Salut homme de Cro-Magnon !

La survie dans un monde post apocalyptique

Rust ne s’embarrasse pas d’un quelconque scénario. Le jeu est 100% multijoueur et vous donne pour seul objectif de survivre sur l’île de Rust qui est décimée de tout âme qui vive et en proie à des radiations qui réduisent considérablement les chances de survie. Voilà c’est tout circuler y a rien à voir ! Ne me demandez pas si il y a une fin, un objectif, non il n’y en a pas vous devez survivre point barre ! Vous choisissez donc un serveur pouvant comporter jusqu’à 100 joueurs et c’est parti pour faire le fou fou… ou pas ! On se réveille donc en sous vêtements (pour éviter de dire à poil) et on déambule dans l’île avec pour seul équipement de départ une pierre et une torche ! Le jeu nous balance littéralement sans rien nous expliquer ! Comme je suis très con, il m’a fallu 10 minutes pour comprendre qu’avec la pierre je pouvais taper sur n’importe quoi pour récolter diverses ressources. J’ai vraiment eu un long moment de malaise à errer pour me prendre une balle et crever comme une merde avant de comprendre le fonctionnement du jeu…

mes premières minutes étaient malaisantes
et j’ai souffert !

Une fois pigé le concept, je commence donc à récolter les ressources qui se présentent à moi pour d’abord tenter de me vêtir car franchement rester en slip ça fait pitié et me faire une petite cahute pour m’abriter et stocker mes trésors. Commence alors une phase de farming qui ne se termine jamais ! c’est épuisant de tout récolter pour pouvoir se faire un pauvre pagne ! Surtout qu’il va falloir faire bien attention à tous les autres joueurs qui ne pensent qu’à vous tuer car j’y reviendrai si les développeurs voulaient donner une dimension communautaire à leur jeu, c’était sans compter sur la connerie humaine. Bref c’est un calvaire de se faire un petit chez soi et on laisse vite tomber car on est limité au niveau des choses à fabriquer tant que l’on a pas trouvé les fameux plans qui permettent de débloquer de nouvelles constructions et surtout celles particulièrement utiles : les armes à feu ! Oui si tout le monde est con, il n’y a pas de raison d’être le dindon de la farce ! Non ce qui est chiant c’est que tout tourne autour du farm de ressources, car au delà des constructions, il faut vous nourrir et boire pour survivre même si là dessus les développeurs n’ont pas abusé et on peut tenir relativement longtemps sans se préoccuper de son état.

On part de loin !
Il faut tout faire !
Même un poncho c’est chiant !
ça prend forme

Une réalisation sur courant alternatif

L’île de Rust est plaisante à parcourir. Si la désolation est le thème principal ce qui donne beaucoup d’environnements type installations en ruines et abandonnées, on a également pas mal de verdure et des environnements plus originaux comme des plaines enneigées ou des dunes de sables. Les cartes sont générées aléatoirement mais on retrouve des éléments redondants qui généralement contiennent des ressources rares. On a donc des environnements variés mais la réalisation ne suit pas forcément la mesure. C’est vraiment pas jojo et si j’ai pesté sur Fallout 76 comme un gros cochon je suis obligé de faire de même avec Rust sans oublier que le budget alloué aux deux jeux est radicalement différent. La végétation est plate, les textures des bâtiments sont baveuses (l’effet rouille est simplement atroce !). Les éléments de mobiliers font vraiment cheap. C’est bizarre car d’un autre côté on a de jolis panoramas quand on prend le temps de se poser, en fait c’est beau de loin mais loin d’être beau…

C’est varié
… et vieux !

Le jeu souffle donc le chaud et le froid et l’ambiance générale est glaciale ! On est sur une île vidée de toute vie. Il n’y a donc pas un bruit ! On a bien des musiques qui nous accompagnent et qui sont bien travaillées mais on va préférer les couper pour mieux entendre un éventuel joueur. On est donc dans le silence le plus total et les bruitages ne sont pas très travaillés et on a l’impression que les développeurs ont puisé dans une bibliothèque de données gratuites… Pour un jeu qui tourne depuis plus de 6 ans, je dois dire que je suis resté sur ma faim même si je n’ai fait le test que sur Xbox One.

La désolation
J’aime bien le fond de nuit à la main

Trop de rééquilibrage à prévoir !

Rust pourrait être plaisant à faire pour peu que l’on aime le farming mais il faut travailler sur la communauté ! Les développeurs ont pensé le jeu pour jouer en équipe, il y a d’ailleurs beaucoup d’interactions sociales possibles le problème c’est que 80% des joueurs fonctionnent à l’inverse ! Le but principal des autres est de vous tuer surtout lorsque vous débarquez sur le serveur et que vous êtes à poil sans défense et sans arme. Le truc c’est que sauf pour vous faire chier ça ne leur sert à rien de vous tuer puisque vous n’avez rien on ne peut rien vous voler ! C’est juste horrible et ça nuit grandement à l’expérience de jeu beaucoup de parties finissent en moins de 5 minutes quand vous êtes en pleine construction c’est frustrant. Du coup on se comporte comme les débiles que l’on croise et ça donne des combats ridicules à coups de cailloux ou de torches qui durent des plombes car il est très difficiles de toucher au corps à corps à cause de contrôles calamiteux !

Copain de moi ?
Oh le bordel !

L’autre problème du jeu sont en effet les contrôles qui sont vraiment imprécis pour tout ! Pour se déplacer, pour frapper que ce soit un objet ou un semblable, construire une cabane tout est un calvaire. Je l’ai dit plus haut les combats au corps à corps sont une purge mais le système de visée est aussi bien galère puisque l’adversaire, s’il est malin, ne cesse de zigzaguer pour éviter de se faire toucher. Bien orienter un objet pour le construire relève du diplôme d’ingénieur le toit de ma maison s’en souvient encore… La navigation dans les menus n’est également pas très intuitive outre le déplacement du stick qui est là encore assez imprécis. C’est vraiment des points à revoir car entre un clavier/souris et la manette, il n’y a vraiment pas photos ! Le dernier hic, c’est le lieu d’apparition qui parfois ne nous laisse aucune chance, apparaître au beau milieu de la neige alors que l’on est sensible au froid c’est la mort assuré en moins de 5 minutes à croire que les développeurs n’ont pas tout testé…

On approche sans bruit…
et crack en traitre alors que je suis à poil !
Voila mon toit…

Conclusion

Rust pousse l’expérience survivaliste à son paroxysme et les développeurs ont bien compris que la survie passe par l’entraide et la coopération sauf que la communauté ne l’entend pas de cette oreille et une bonne partie passe plus son temps à pourrir votre expérience de jeu plutôt qu’à exploiter ce que le jeu a à offrir c’est vraiment dommage mais on ne peut pas le reprocher aux développeurs. En revanche, si le monde offert est grand et sympathique à explorer, on aurait pu aimer que la réalisation soit un peu plus travaillée pour rendre l’expérience un peu plus immersive. Je vous préviens cependant si vous souhaitez vous lancer dans le jeu prévoyez d’y passe de nombreuses heures afin de l’exploiter à son maximum et comprendre les mécaniques élémentaires pour survivre plus facilement.

Positif

  • L’aspect survie…
  • L’open world assez vaste

Négatif 

  • … un peu trop à mon goût
  • La communauté !
  • Le farming

Satisfaction du Piwi 53 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Double Eleven !) ICI PS4 ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 21 mai 2021
  • Editeur : Double Eleven
  • Développeur : Facepunch Studios
  • Catégorie : Action aventure
  • Prix : 49,99 €
  • Classification : PEGI 16

Le test a été réalisé avec une version presse digitale PS4 offerte par Cosmocover (Merci Fernando^^ !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :