Test Willy Morgan and the Curse of Bone Town, un point’n click classique mais solide !

Décidemment la saison est propice aux point’n click puisque Willy Morgan and the Curse of Bone Town est le troisième du genre que j’ai le privilège de faire en l’espace d’un mois ! Après le rustique Fire : Ungh’s Quest et le pervers Leisure Suit Larry : Wet Dreams Dry Twice, on se lance donc à la recherche d’un père disparu depuis 10 ans (c’est long pour acheter un paquet de cigarettes…) et d’un trésor de pirate. On change radicalement d’ambiance mais par forcément de gameplay puisque que l’on va passer son temps à collecter des objets pour les utiliser ailleurs. Il est temps de voir ce que vaut le dernier né d’imaginarylab et de VLG Publishing !

Vous pouvez retrouvez mes test de :

Et je suis arrivé…

124 mots

Une aventure belle mais triste !

Willy Morgan and and the Curse of Bone Town nous propose de suivre les aventures de… Willy Morgan ! Lorsque le jeu démarre, c’est le jour de la disparition du père de Willy, Henry Morgan un célèbre archéologue qui a donc disparu depuis 10 ans tout pile. Et comme par hasard, le jour de cet « anniversaire », Willy reçoit une lettre postée par son père il y a 10 ans le jour de sa mort. Cette lettre invite WIlly à se rendre dans une chambre d’une auberge de Bone Town (je crois que le titre du jeu est maintenant complet). Ni une ni deux, Willy remonte son vélo, non sans mal, car les pièces sont éparpillées aux quatre coins de la maison et dans des endroits assez surprenants et part vers cette ville qui regorge de personnages hauts en couleurs ! Très rapidement, le scénario va tourner autour de la recherche du père de Willy mais également autour du trésor d’un célèbre pirate : le capitaine Kidd qui était recherché par le paternel au moment de sa disparition. Bien évidemment Willy n’est pas le seul à chercher ce trésor et des types patibulaires (mais presque) sont également de la partie… Si la progression est assez intéressante, je reste quand même mitigée sur la fin et les twists qui sont proposés : totalement ubuesques et incohérents à bien des égards.

J’ai connu meilleur aubergiste !
Le joli bateau !

198 mots

Le jeu est vraiment bien réalisé ! Chaque tableau regorge de détails et certains panoramas poussent le joueur à la contemplation ! Je reste sur le cul du visuel du phare qui se montre assez majestueux ! Ce qui est sympathique, c’est de retrouver quelques clins d’œil à d’autres références du monde du jeu vidéo ou de la pop culture qui dénote par rapport aux lieux dans lesquels ils se trouvent. On sent que les gars d’imaginarylab sont des passionnés et qu’ils ont bichonné leur opus. Mais d’une manière générale j’ai trouvé le jeu assez triste ce qui est un peu normal puisque l’on suit les pérégrinations d’un jeune adolescent qui cherche son père disparu depuis 10 ans. Entre les décors et les musiques, très travaillées mais qui tirent sur le mélancolique, on a parfois envie de se pendre ! Le doublage de Willy n’aide pas forcément… Je pense que la personne qui l’a fait n’en avait pas forcément envie. A chaque fois, la voix de Willy est monotone ou en tout cas manque d’émotions même lors de grandes découvertes ou de révélations cruciales sur le scénario c’est vraiment dommage alors que les personnages que l’on va croiser détonnent énormément ! Entre le geek, le révérend, l’aubergiste, le pharmacien ou encore le forgeron, on a des personnages radicalement différents mais à chaque fois réussis. Excepté l’écueil du doublage de Willy, la réalisation est très réussie et se situe bien au dessus des standards de jeux indé.

257 mots

J’ai vraiment aimé ce plan
Le bouclier de Captain America au fond
Le zicos avec un bon gros blunt
Le geek est assez surprenant

Il va falloir les avoir accrochées !

Willy Morgan and the Curse of Bone Town est un point’n click très classique et il ne propose aucune mécanique de gameplay innovante. Le concept est de parler avec les PNJ pour avoir des indices, récolter des objets, parfois les assembler pour enfin les utiliser à un autre endroit et ainsi faire progresser le scénario. Comme le jeu tourne autour d’une chasse au trésor, le concept va être de retrouver les morceaux de la carte disséminés dans toutes la villes pour les assembler et trouver le graal. Le jeu se décompose en trois actes : un premier chez vous dans un lieu relativement restreint, un second dans Bone Town qui se révèle être une ville assez importante et dans laquelle il est facile de perdre le cap et un troisième acte dont je ne dévoilerai pas les détails au risque de vous spoiler mais qui reprend le système du premier à savoir un lieu fermé qui ne va pas nécessiter de longs allers-retours. Si on peut faire le jeu à la manette, l’usage du pad tactile rend la maniabilité bien plus ergonomique puisqu’il suffit de cliquer sur l’objet que l’on souhaite sans avoir à trainer le curseur d’un bout à l’autre de l’écran via le stick. Willy peut soit décrire l’objet soit l’utiliser (ou le prendre). Rien de dingue donc mais la difficulté est bien présente !

237 mots

Une simple pression et on sait avec quoi interagir
On touche au but !

Willy Morgan and the Curse of Bone Town m’a rappelé à de nombreux égards la série des Monkey Island, point’n click également. Les lieux à explorer sont vastes surtout lorsque l’on se trouve à Bone Town et il est facile de ne plus savoir ce que l’on a à faire ou à chercher. Le fait d’utiliser une carte et un système de déplacements rapides dans la ville en dit long sur la taille de Bone Town ! J‘en arrive à la deuxième difficulté du jeu : les énigmes proposées qui appellent souvent à un raisonnement totalement loufoque ! Je vous donne des exemples ? Il faudra donner un caramel à un cheval pour couper les poils de sa queue et ainsi réparer un archer de violoncelle, ou encore utiliser le marteau de Thor sur une enclume pour briser un biscuit porte bonheur chinois que vous aurez obtenu parce que serez parvenu à écouter un serveur vous détailler un menu au restaurant sans vous endormir… On est d’accord pour dire que les développeurs sont partis vraiment loin !

La ville est grande !
Beaucoup de lieux sont à visiter !
Il est facile de se perdre

Je vous rassure (ou pas) les énigmes sont difficiles et totalement loufoques dès le début du jeu. Si le premier acte fait office d’introduction, vous pouvez y passer de longues heures avant de pouvoir sortir de la maison ! Certains assemblages d’objet demandent également beaucoup d’imagination comme le fait de reconstituer un pistolet avec une imprimante 3D alors que l’on a l’impression que Bone Town est figée au temps du Moyen Age ! Au final, il est difficile de donner une durée de vie générale qui va dépendre de votre habitude aux jeux du genre et à votre capacité à comprendre les énigmes étant précisé qu’il est très facile de passer à côté d’un détail et ainsi rester bloqué. Comptez tout de même 4 heures de jeu si vous êtes vraiment bon et sinon une bonne dizaine d’heure si vous êtes long à la détente et que vous multipliez les allers retours.

On a droit à un puzzle
Tout ça pour une tache…
Que fait mon guidon dans le frigo ?!?!

Conclusion

Willy Morgan and the Curse of Bone Town est une chouette aventure à faire même si je suis déçu par le fin choisie par les développeurs qui fait un petit peu bâclée. Certaines explications ne nous sont pas données et celles qui sont fournies peinent à convaincre. C’est un problème purement scénarisitique qui apparaît en toute fin de jeu et qui n’impacte pas l’expérience de jeu. La réalisation graphique et sonore du soft est de très bonne facture si l’on met de côté le doublage du héros principal qui est pour moi entièrement à revoir. Pour les amateurs de point’n click, la difficulté est bien présente et à rappellera Monkey Island à ses grandes heures. Le côté loufoque des énigmes risque cependant de rebuter plus d’un joueur. En tout cas, je ne peux que vous conseiller de vous y essayer !

Positif

  • Une réalisation de qualité
  • La difficulté bien présente
  • Le côté loufoque à l’opposé de l’ambiance triste de l’aventure

Négatif 

  • Parfois trop décalé
  • La fin peu convaincante
  • Le doublage de Willy

Satisfaction du Piwi 75 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Nintendo ni VLG Publishing !) ICI SWITCH.

  • Date de sortie : 8 juin 2021
  • Editeur : VLG Publishing
  • Développeur : Imaginarylab
  • Catégorie : Point’n click
  • Prix : 24,99 €
  • Classification : PEGI 7

Le test a été réalisé avec une version presse digitale Switch offerte par Warning Up (Merci Badr !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :