Test Space Jam Nouvelle ère, de la com’ uniquement ???

Comme on va avoir droit au retour de Space Jam, genre c’était vraiment nécessaire tout le monde a oublié à quel point l’original était horrible, mal joué et mal réalisé ? Non on reprend la star du basket, Lebron James, et on refait un film qui va tirer sur la corde nostalgie et pop culture pour attirer petits et grands en passant par les geeks. Avec un tel film, ce serait dommage de passer à côté et Microsoft se paie le luxe de proposer un jeu gratuit via le Gamepass et de très belles manettes collectors qui sont vraiment magnifiques mais cette fois-ci payantes. Associé à Digital Eclipse, la firme de Redmond propose un beat’em up aux allures rétro qui est le fruit des suggestions des joueurs du monde entier. Gratuit c’est bien joli mais est ce que cela mérite que l’on s’y attarde quelques temps ? Après avoir intégré la dream team et sauvé l’électroménager du monde entier, je peux vous donner une réponse en tout fin du money time.

Les manettes sont vraiment jolies…

ça ne vole pas haut…

Le scénario emprunte beaucoup à celui du film tout en réussissant la prouesse de le simplifier, déjà que celui du film tient sur un post’it, on en droit de se demander comment arriver à une telle performance. Dans Space Jam, on incarne au choix Bugs Bunny, Lola Bunny ou LeBron Jamesqui font la connaissance d’une intelligence artificielle émancipée nommée Al G. Rhythm. Cette IA piége les trois acolytes dans le serveur de Warner Bros. Il faut donc trouver le moyen de s’échapper et sauver tous les appareils électroniques de la Terre. On va donc affronter cette IA et ses deux sbires The Brow et White Mamba pour assembler les quatre parties du « Legacy Code ». Franchement le scénario m’a rappelé celui du jeu Shaq Fu sorti sur Snes (au passage un bijou/purge/expérience vidéoludique à tenter). On pourrait croire que l’histoire a été faite par un gamin de trois ans qui a empilé les mots… Cela n’a aucun sens, on aurait ajouté des extraterrestres à la fin, je n’aurai pas été surpris ! Bon je vous rassure, le scénario tient dans une deux boites de dialogues en début et fin du jeu à l’instar des jeux de l’époque. Pour dédouaner les développeurs, il faut préciser que s’agissant du jeu officiel par rapport au film, ils sont tenus par le support original qui pour le coup les met grave dans la mouise…

On part de loin !

Oui le jeu se veut très rétro et pas seulement dans sa construction scénaristique qui tient en deux scènes. Le jeu est en pixel art ou en pixel « tout court ». Comme quoi c’est dans la simplicité que réside la difficulté. Je fais beaucoup de jeu indés fait par des développeurs souvent seul dans leur garage ou leur cave (oui j’ai encore ce vieux cliché) et du coup je bouffe pas mal de pixel art et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a à boire et à manger ! Dans le cas de Space Jam, les graphismes sont relativement propres comprendre que cela ne bave pas mais c’est minimaliste et surtout très fade ! Les décors manquent de travail, je veux bien que l’on fasse du retro mais j’ai connu des jeux Snes bien mieux réalisés ! Celui-ci m’a rappelé un jeu de seconde zone type fait par Infogramme (Remember…). Les environnements sont vides, les niveaux n’évoluent pas dans le level design. En termes de contenu graphique, le jeu est très pauvre. Pour preuve, le bestiaire est très réduit, il se compose de : 1 robot de base, un robot ninja, un robot lanceur, un robot à 4 bras, un robot grenouille et un plot qui lâche des mines et c’est tout ! J’ai pris le temps de tout énumérer tant ils sont peu nombreux !

C’est pas jojo…
… et répétitif !
On a quasi tout le bestiaire en un écran

Les boss, au nombre de trois ne rattrapent pas l’ensemble. Leurs animations laissent clairement à désirer et une nouvelle fois je ne comprend pas le choix des couleurs ou encore le clipping de la queue de White Mamba… Les boss sont plus gros que les mobs de base mais ils ne sont en rien impressionnant, au contraire ils sont plus moches voir risibles… Vraiment j’ai eu l’impression que le jeu a été fait à l’arrache avec des animations très saccadés et un manque de fluidité dans l’ensemble. L’aspect son est totalement anecdotique avec des samples désués, je ne sais pas ou sont allés les développeurs pour chercher leur inspiration et si le jeu est le résultat de deux gagnants parmi des milliers de propositions je ne ne veux même pas voir ceux qui sont arrivés derrière ! On traverse des décors qui n’ont aucun lien entre eux en plus de ne pas être très jojo… Si j’arrive à piger les locaux de la Warner en début de jeu, on passe quand même par un environnement égyptien avec des décors qui rappelle l’époque des pharaons, une niveau en sous sol dans une sorte de cave, un niveau en ascenseur (cliché quand tu nous tiens) pour terminer sur un combat de boss en haut d’un immeuble (vous avez dit cliché ?). J’ai vraiment cru que les développeurs se sont contentés de cumuler les quelques pauvres idées qu’ils ont eu pour nous pondre un jeu…

Les boss ne sont pas exceptionnels
celui là n’est pas fini !

Un beat’em up sans relief

Les sensations ne sont pas meilleurs manette en main… Space Jam est un beat’em up très classique et sans originalité. On a le choix entre trois personnages mais il y a un mais, l’allonge de Lebron James est tellement ridicule sur les deux premiers coups de poings qu’on lui préfèrera Bugs ou Lola Bunny. Une fois le personnage choisi, il faut se pencher sur le super pouvoir symbolisé par une carte d’un personnage Looney Tunes. Intéressant sur le papier sauf que plus de la moitié des cartes ne servent à rien ! Celle du chasseur qui fait apparaître quelques trésors qui font monter votre high score de manière ridicule ou Taz qui tourbillonne sur tout l’écran mais sans faire de dégât (ou alors je n’ai pas compris le concept)… Le choix est important car vous ne pourrez modifier votre personnage ou sa carte qu’en cas de mort. Une fois le personnage choisit on se lance dans le premier niveau et c’est la douche froide ! Notre personnage n’a qu’un seul coup et le fait de bourrer le bouton débloque un combo qui est toujours le même… Une fois notre jauge de super chargée, on débloque le super pouvoir et ainsi de suite… Il n’y a rien à faire à part taper sur les quelques mobs qui se présentent à nous…

Beaucoup de cartes ne servent à rien !
J’ai vraiment eu du mal avec le manque d’éléments

Le jeu nous propose tous les classiques de ses aînés mais en moins bien ! On a un défilement horizontal qui bloque le temps de battre tous les ennemis de la zone et ainsi progresser. La phase d’ascenseur est d’une pauvreté sans nom et que dire des phases au cours desquelles on évite des bidons qui roule. Du vu et revu mais avec une réalisation qui laisse à désirer et un fun absent des débats ! C’est mou, répétitif, une nouvelle fois, tu peux faire du rétro mais autant t’inspirer des œuvres qui ont marqué le rétro et qui ont fait date dans un genre précis, ne prends pas les jeux de seconde zone ! Je suis désolé mais le jeu est triste à en mourir et pour vous rassurer, je vous dirai que la tristesse est de courte durée puisque le jeu se termine en moins d’une heure et encore moins de 30 minutes pour être précis ! Le jeu ne possède aucun challenge avec des continus infinis et une adversité aux fraises avec des mobs qui oublient de vous frapper rendant les combats encore plus mous et soporifiques. Alors oui c’est gratuit mais n’espérez pas avoir du contenu et je ne parle pas d’un contenu de qualité. Une fois le jeu terminé, vous avez le mode boss rush qui propose un poil plus de challenge puisqu’il faut faire les trois boss en une vie et pis c’est tout ! Vous pourrez toujours vous faire le jeu en mode difficile pour débloquer la dernière carte et vous aurez fait tout le tour du jeu…

Le seul mini jeu…
La phase d’ascenseur est anecdotique

Conclusion

C’est super sympa de proposer un jeu gratuit mais c’est mieux quand il a une certaine qualité et contenu. Franchement , je ne sais pas ce qui peut sauver Space Jam Nouvelle ère et je doute que même les fans de la licence ou du style beat’em all y trouvent leur compte en raison de la pauvreté du jeu qu’elle soit technique ou conceptuelle. Le jeu est minimaliste dans le mauvais sens du terme, répétitif et court. Il manque de tout partout : des ennemis différents, des décors travaillés, un level design sans évolution, des perso limités, des boss au charisme de moule pas fraiche. Je suis vraiment déçu par cet opus bien que gratuite l’expérience reste vraiment très facultative.

Positif

  • Le côté rétro
  • Pour passer 10 minutes…

Négatif 

  • Réalisation qui laisse à désirer
  • Répétitif et court ?!
  • Manque de contenu

Satisfaction du Piwi 30 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Digital Eclipse !) ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 1 /15 juillet 2021
  • Editeur : Digital Eclipse
  • Développeur : Digital Eclipse
  • Catégorie : Beat’em up
  • Prix : Gratuit via le Gamepass
  • Classification : PEGI 3



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :