Test Rustler, des idées mais un manque de fun !

Pour parler de Rustler, je dirai que le jeu nous propose un retour vers le passé au propre comme au figuré. Au figuré, tout d’abord car le jeu est un GTA like mais version old school comprendre avec une vue du dessus style GTA premier du nom. Au propre, car le jeu prend place à l’époque médiévale. GTA et époque médiévale c’est un sacré mélange qui peut même paraître bizarre mais les développeurs ont également promis un bel open world avec un jeu un peu type bac à sable avec une grande liberté à la clé. Ce sont de belles promesses sur le papier mais qu’en est-il manette en main ? Après avoir détroussé de la bourgeoise et tabasser du maraud je peux vous donner mon avis !

ça sent moyen quand même

Je m’appelle Guy…

Le jeu nous place aux commandes de Guy, un pauvre type lambda qui se lance dans une carrière de bandit de grand chemin car il ne sait rien faire d’autres. Si GTA nous pose un peu le personnage principal avec du background, ici il n’en est rien ! Notre bon vieux Guy se réveille au lendemain d’une cuite et reprend ses occupations habituelles, le scénario est quasi inexistant si ce n’est un tournoi auquel Guy et son pote veulent participer pour gagner la main de la princesse et ainsi aspirer à une vie meilleure… Rien de plus et c’est dommage car cela joue sur l’immersion qui pour moi a été quasiment absente. J’ai trouvé le rythme de l’aventure incroyablement mou avec des dialogues insipides et sans saveur. Oui j’y vais fort mais la douche a été froide, glaciale même ! On m’a promis un humour Monty Python j’ai trouvé que l’on est loin du compte ! Certains définissent cet humour comme un mélange unique de surréalisme et de dérision, du mauvais goût le plus loufoque et de l’ironie la plus subtile (merci Télérama). Bon et bien dans Rustler on a de la dérision, du loufoque et beaucoup de mauvais goût avec un humour très orienté pipi caca (je ne développerai pas les grenades à crotte mais ça en dit long)… C’est marrant 5 minutes mais si vous avez dépassé l’âge bête vous risquez d’être vite saoulé !

On a donc un jeu extrêmement plat dans son scénario et la réalisation n’aide pas ! Graphiquement le jeu tient la route, les visuels sont intéressants et bien détaillés, la vue du dessus a permis aux développeurs de ne pas avoir à modéliser les personnages de manière précise. Le royaume que l’on a à parcourir et assez grand (peut être trop au niveau du gameplay mais j’y reviendrai) et propose des environnements relativement variés en distinguant la ville de la campagne. Le monde qui nous est proposé est donc bien fait graphiquement parlant mais le gros problème c’est l’animation globale ! Par animation, je parle de la vie que peut proposer cet open world et pour moi le constat est sans appel : c’est mort ! Vous pouvez vous trimbaler et parfois ne croiser pas âme qui vive particulièrement dans la campagne ! Le problème est également présent en ville puisqu’on croise peu d’autres chevaux ou chariottes ! Comme les éléments en mouvement sont peu nombreux on remarque vite qu’ils se déplacent sans véritable but. Alors j’ai conscience que les voitures dans GTA se déplacent également sans but mais elles sont tellement nombreuses que l’on y prête pas attention. Dans Rustler vous croisez une charrette dans un sens et vous croisez la même trois rues plus loin dans l’autre sens : aucune logique !

Ah quand même du monde
Bon la nuit…
C’est quand même un peu mort…

Passé d’un point A à un point B devient un calvaire en raison de la vitesse de déplacement de notre personnage mais surtout car on a rien à faire entre les deux points si ce n’est trucider un passant pour s’amuser… Oui c’est très maigre ! On va donc aller à l’essentiel et c’est dommage. L’immersion prend également un coup avec la bande son du jeu… Aucun personnage n’est doublé, on a seulement droit à des grognements en guise de paroles. C’est light surtout que j’ai eu l’impression que les développeurs ont enregistré trois sons qu’ils ont remis en boucle pour n’importe quel personnage. Les musiques ne relèvent pas l’ensemble ! On m’avait promis des bardes que l’on peut embaucher et qui font office d’auto radio en nous jouant des instrus de rap façon médiéval bon et bien je cherche encore… Oui les bardes jouent de la musique mais ça s’arrête là et franchement cela m’a plus cassé les oreilles qu’autre chose et au final j’ai arrêté d’embaucher des bardes car en plus de vous faire de la musique de merde, ils vous coutent du pognon, le même qui sert dans les quêtes ou chez les marchands !

Foutu barde

La routine à la petite semaine

Au niveau du gameplay, ce n’est pas beaucoup plus réjouissant ! On est donc une sorte de petite frappe qui obéit à un chef et qui va donc avoir à réaliser des quêtes principales et secondaires pour progresser dans la hiérarchie et dans la vie d’une manière plus générale. Si on est relativement libre au niveau des activités, on a quand même une trame principale avec des missions qui se débloquent au fil de notre progression. Entre, on fait ce que l’on voit et c’est donc un copié collé de GTA mais à la sauce médiévale avec les armes d’époques et les véhicules d’époque tout ça tout ça… Bon, pour les armes on trouve essentiellement des armes de corps à corps ce qui n’est pas forcément réjouissant pour se défendre face à la police qui sont des cavaliers et autres chevaliers en armure et avec bouclier munis de gyrophare (ne me demandez pas pourquoi les développeurs sont partis très loin dans leur délire). On se sent un peu démuni… Le niveau d’alerte fonctionne comme pour GTA sauf que les étoiles sont remplacées par des casques. Très vite il faut prendre la fuite et on s’aperçoit que le monde manque de vie, de PNJ ou de véhicules. Car à pied notre cher Guy a une jauge d’endurance qui est la même que pour se battre et qui se vide trèèèèèès vite lorsque l’on sprinte ! On a donc l’impression de se traîner et le rythme du jeu en prend un coup. J’ai trouvé la carte pas très intuitive avec la nécessité d’appuyer sur le joystick pour l’ouvrir au lieu d’utiliser le bouton central comme tous les jeux… Du coup je n’ai pas forcément profité de l’open world qui ne sert pas à grand chose à part, une nouvelle fois, pour aller d’un point A à un point B…

22 vla les flics !
On cache les corps !

Les missions sont un petit peu répétitives. Il faut au choix, voler un cheval, tuer quelqu’un ou transporter une marchandise vers un lieu donné. L’habillage est quand même sympathique pour essayer de cacher ce sentiment et on va alors chercher le graal pour l’inquisition, faire des courses de chevaux en pleine ville, des combats de rue (oui oui des combats de rue dans une arène style MMA), se faire passer pour la mort et terroriser des gens, voler du vin pour des prêtres ou faire payer les dettes des gens. J’ai l’impression que le jeu mise énormément sur son habillage avec un humour toujours trop pipi caca car dans le fond les missions sont très basiques ! A chaque mission réussie, on gagne du pognon qui ne sert à rien et surtout des points de compétences qui permettent d’améliorer les capacités de guide réparties sur un arbre extrêmement réduits et j’ajouterai que des capacités ne servent strictement à rien comme payer le barde moins cher, sérieux ?!? Le jeu propose pas mal de missions mais elles se révèlent assez courte et vu qu’entre il n’y a quasiment pas d’histoire beh on arrive vite à la fin puisqu’une douzaine d’heures suffisent pour boucler l’ensemble…

L’arbre de compétences réduit
Les arènes MMA d’époque
Il y a des collectibles à chercher
Certaines missions sont loufoques

Conclusion

Rustler était prometteur sur le papier mais on ne copie pas GTA en un claquement de doigt. Le problème c’est que les gars de Jutsu Games ont absolument voulu faire un jeu déjanté avec de l’humour au ras des pâquerettes présent partout. Mais dans le fond, le gameplay est basique et manque de profondeur, le jeu est répétitif et l’humour devient à mon goût très vite lourd ! Le jeu est sympathique à jouer mais à petites doses et il faut que vous aimiez l’humour bien gras style Bigard… En concluant le test je repense au film d’intro du jeu (oui le jeu propose un film d’intro) qui m’a paru très cheap mais dans le très mauvais sens du terme et finalement le jeu en est rempli et ça m’a vraiment gâché l’expérience de jeu. A trop vouloir déconner, pour moi les développeurs ont oublié l’essentiel : le jeu !

Positif

  • Le côté open world
  • Un GTA à l’époque des chevaliers

Négatif 

  • Court
  • Répétitif
  • Sans relief

Satisfaction du Piwi 45 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Nintendo ni Modus Games !) ICI PS4 ou ICI SWITCH ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 31 août 2021
  • Editeur : Modus Games
  • Développeur : Jutsu Games
  • Catégorie : Action aventure
  • Prix : 29,99 €
  • Classification : PEGI 18

Le test a été réalisé avec une version presse digitale PS4 offerte par Warning Up (Merci Sacha !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :