Temps de lecture : 7 minutes

Oui j’ai du retard mais j’ai aussi le droit de prendre des vacances en fin d’année et puis je n’ai eu le jeu que récemment et j’ai d’ailleurs été surpris ce qui explique ce léger retard pour la publication de ce test de Gear.Club Unlimited 2. Le jeu est sorti il y a un bail sur Nintendo Switch (oui trois ans dans le monde des JV c’est un bail). Je découvre cette licence et j’ai pu apprendre qu’elle est issue du monde mobile ce qui n’est pas forcément une bonne pub. Bref après avoir tâté du Forza (oui comme tout le monde), je me suis lancé dans la version qui s’en rapproche énormément, le budget en moins… Il est donc temps de voir si Gear.Club Unlimited 2 réussit sa transition sur les consoles de salon classiques.

L’odeur de Forza…

Gear.Club Unlimited 2 nous propose de devenir le meilleur pilote des World Séries. Alors que l’on est qu’un simple pilote d’essai utile pour effectuer des réglages de base sur piste on se retrouve catapulter au rang de pilote de l’écurie car le titulaire est victime d’une bonne vielle gastro des familles (bon le jeu ne nous le dit pas mais c’est tout comme et ça ne peut pas être la COVID puisque le jeu est sorti en 2018). On va donc enchainer les courses et gravir les échelons en passant les catégories A, B, C… Pour ce faire il faudra passer par l’achat de bolides adéquats et le jeu propose un petit choix puisque pas moins de 50 voitures officielles sont présentes. La progression est assez bien fichue quoique un peu lente et répétitive. J’ai trouvé qu’il y avait trop d’épreuves à faire avant de goûter à la catégorie supérieure et s’amuser avec une autre bagnole.

Y’a de quoi s’amuser
Et faire le kéké…

Les épreuves sont réparties sur une map et on est libre de faire l’épreuve que l’on souhaite pour peu que l’on ait le bon véhicule. Deux types d’épreuves sont disponibles : les officielles qui permettent de progresser dans le championnat et les exhibitions qui permettent surtout de se faire de l’oseille pour acheter des voitures ou les améliorer dans notre garage. Car oui il est possible d’améliorer les pièces de notre voiture afin d’augmenter son range et la rendre plus performante. Le système est simple, basique mais complet ! Toutes les pièces sont modifiables et il faudra améliorer chaque atelier de votre garage pour débloquer les meilleurs pièces. Au delà il est possible de modifier l’apparence de votre bolide histoire de le rendre « unique ». C’est intéressant et ça oblige surtout à faire toutes les épreuves et de les remporter car le nerf de la guerre c’est l’argent ! En tout cas Gear.Club Unlimited 2 propose un sacré contenu puisqu’il y a plus de 250 épreuves

On commence à ressembler à quelque chose
Pimp mes pneus

Mais le goût en moins

Gear.Club Unlimited 2 se rapproche énormément d’un Forza mais sur le papier seulement… Tout d’abord, la réalisation, si elle de bonne facture, elle arrive très difficilement à la cheville d’un Horizon 5. Je sais bien que les moyens sont radicalement différents mais Gear.Club Unlimited 2 pêche dans les environnements. J’ai trouvé les décors un peu vide et surtout répétitifs. On a le droit à seulement 4 environnement différents et le problèmes c’est que les tracés se répètent en reprenant strictement des éléments à l’identique ! Cela m’a marqué par les sortes de rond points avec des flèches géantes. J’ai eu la désagréable impression de voir cet élément à toutes les courses. Après, tout n’est pas à jeter, les effets de lumière sont assez bien fichus et les voitures présentes sont bien modélisées. Dans l’ensemble ça tient la route et c’est satisfaisant même si on sent que les gars de Eden n’ont pas forcé pour profiter des compétences des nouvelles machines. On est face à un portage.

Les reflets sur le capot sont présents
Les mêmes villages
ça manque de visibilité la nuit

Au niveau de la progression c’est pareil, on sent le Forza du pauvre. Si j’ai dit qu’il est possible de choisir ses courses via une map, il est impossible de se déplacer sur la dite map et de profiter de sa bagnole en dehors de toute course. On se contente de cliquer sur la course et le jeu nous y balance directement. Pour ce qui est des sensations de conduite, Gear.Club Unlimited 2 est très typé arcade et l’IA sans être des pilotes propose un bon challenge. Bon après l’IA est aidé par les aides à la conduite un peu aux fraises particulièrement la ligne qui indique la bonne trajectoire. C’est la première fois que je me suis senti bien avec toutes les aides désactivées c’est dire le niveau arcade du jeu ! La flèche de direction indique parfois des actions complètement à l’ouest avec un freinage exagéré ou une courbe pas optimale sur l’intérieur. Le problème est que si on suit ces indications les concurrents nous rattrapent vite !

Le contenu bien que consistant manque de variété. Comme je l’ai dit on a l’impression de faire et refaire les mêmes tracés mais surtout ce sont toujours les mêmes épreuves : courses, time trial ou élimination étant précisé que ce dernier type se montre beaucoup plus rare que les deux premiers. C’est maigre surtout pour un jeu qui propose 250 épreuves ! La progression est donc extrêmement répétitive et monotone malgré la possibilité d’améliorer tout un tas de choses, ça passe nécessairement par faire et refaire les mêmes épreuves. Gear.Club Unlimited 2 ne se compose en plus que du mode carrière et d’un mode online pas forcément très fréquenté… Bon au moins à l’inverse de Forza, le mode n’est pas buggé (une petite crotte de nez pas méchante).

c’est toujours le même concurrent…
… toujours…

Conclusion

Gear.Club Unlimited 2 est un jeu qui lorgne sur les plus grands sans pour autant se montrer prétentieux. Le jeu a pas mal de défauts entre une réalisation datée, un manque de variété dans les épreuves et donc une répétitivité trop présente. Il a aussi des qualités avec une bonne modélisation des véhicules et des sensations de conduites très orientées arcade. J’ai ressenti un gros effort de la part des développeurs pour proposer pas mal d’éléments pour varier l’expérience notamment avec la personnalisation mécanique et esthétique des véhicules. L’ensemble est intéressant à parcourir pour qui n’a pas la chance ou la possibilité de jouer à Forza…

Pour
  • Gros contenu avec beaucoup d’épreuves et de bolides…
  • Une réalisation convenable
  • un jeu vraiment typé arcade
Contre
  • … mais un manque de variété dans les épreuves et les graphismes
  • l’aspect son

Satisfaction du Piwi 70 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Nintendo ni Microids !) ICI PS5 / PS4 ou ICI SWITCH ou ICI SERIES X / XBOX ONE.

  • Date de sortie : 7 décembre 2021
  • Editeur : Microids
  • Développeur : Eden Games
  • Catégorie : Course
  • Prix : 39,99 €
  • Classification : PEGI 3

Le test a été réalisé avec une version presse PS4 offerte par Microids (Merci la fine équipe !).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :