Test Martha is Dead, et ennuyeuse !

Temps de lecture : 8 minutes

J’avais envie de me faire peur et pis voilà que je mets la main sur Martha is Dead. Je me suis dis pourquoi pas vu que j’ai eu l’occasion de suivre le jeu avec toujours le même avertissement à chaque début d’info que je vous restitue tel quel : « Le jeu s’adresse à un public adulte et porte la classification d’âge appropriée. Le jeu contient des scènes représentant du sang, des démembrements, des mutilations de corps humains et des automutilations pouvant choquer les joueurs les plus sensibles. » Bon je vous le dis, je suis pas un fan des tortures porn qui nous abreuvent de violence gratuite et donc totalement inutile agrémenté de gerbes de sang à profusion histoire de nous soulever le cœur. ça a été une mode au ciné et je suis content que celle-ci s’estompe. Bref ! Martha is Dead est également annoncé comme un thriller psychologique sombre… Il est temps que je cesse mes palabres et que je vous donne mon avis !

Elle est bien morte…

La mort et la guerre

Martha is Dead s’installe en Toscane fin de la seconde guerre mondiale en 1944 pour être exact. On incarne Giulia qui est la fille du général Einrich K. un ponte du régime nazi en Italie. Ce n’est donc pas forcément la bonne période pour notre cher papounet mais, je vous dirai que l’on s’en fout un peu la première moitié du jeu. Giulia aime aller au lac de la propriété pour prendre des photos sauf qu’un jour, elle découvre, flottant à la surface, sa sœur jumelle la fameuse Martha. Elle décide, sans réfléchir, de faire croire que celle est qui est morte et prend la place de Martha pour découvrir qui l’a tué. Sauf qu’elle n’a pas tiqué sur le coup que sa sœur est sourde et muette…

Si le speech de base est original, j’ai vraiment eu du mal à passer outre les incohérences qui rendent le scénario totalement artificiel. Déjà de base pourquoi prendre la place de sa sœur en étant persuadé qu’elle a été tué alors qu’elle n’a pas une marque, je ne sais pas mais je dirai qu’elle s’est noyée avant de penser au pire. Ensuite Ok elle sont jumelles mais comme par hasard leurs parents n’arrivent pas à les différencier… Sauf le petit ami de Giulia : la belle affaire ! J’ai également eu du mal avec l’absence de toute âme qui vive ! On est en temps de guerre mais à chaque fois, nos parents ont un truc à faire et alors que l’on a une propriété monstrueuse on ne croise personne… Vous me direz que c’est pour créer une ambiance sauf que là, ça fait too much.

Un peu de surnaturel…
… qui fait désuet

Le scénario arrive à se suivre et, comme une cerise sur le gâteau, les développeurs de LKA nous ont calé une dose de surnaturel avec une dame blanche qui cherche désespérément son amant qui s’est pendu à l’arbre sur l’ile qui est au milieu du lac. Dame blanche que l’on parvient même à interroger via un jeu de tarot… On a donc de tout dans Martha is Dead : à boire et à manger ! Comme le précise les messages d’avertissement en début du jeu, on a droit à une dose de gore avec du sang et des scènes qui peuvent être dérangeantes surtout qu’elles n’apportent rien au scénario la plupart du temps ! C’est faire du trash pour du trash ! En tout cas, le tout est assez pesant entre une ambiance morte et des sursauts de gore gratuit… On a quand même droit à un raccord avec la période de guerre et des choix à faire qui vont permettre de modifier la suite du jeu et avoir des fins différentes, enfin un point positif.

Un plan dégueu gratuit…
…de la violence gratuite
Ces scènes m’ont d’avantage troublé !

Une Toscane en demi-teinte

Techniquement, Martha is Dead souffle le chaud et le froid. Disons que c’est beau de loin mais loin d’être beau… On a de jolis plans d’ensemble assez bluffant en photo réalisme mais lorsque l’on s’approche les textures deviennent un poil baveuses. Une autre exemple sont les cut scenes, parfois bluffantes et inversément totalement ratée avec un niveau digne de deux générations de consoles précédentes ! L’intégralité du jeu n’a pas eu droit au même traitement et au même soin. L’aspect sonore ajoute à l’ambiance pesante. Je l’ai trouvé assez minimaliste avec quelques oiseaux et deux trois avions qui passent au-dessus de notre tête mais c’est assez pauvre. Je ne parle pas italien (oui j’ai choisi la langue originale pour l’immersion) mais la voix des personnages et surtout celle de Giulia ma paru convainquant.

on a des plans très travaillés…
… et ça !

On fait de la photo ?

Et dans tout ça que devons nous faire dans Martha is Dead ? Je répondrai en exagérant un peu qu’il faut suivre le chemin tracé par les développeurs. Plus sérieusement, il faut accomplir les objectifs de la quête principale pour découvrir qui a tué Martha. ça consiste à 80% du temps à se rendre à un point précis pour prendre une photo et retourner à la maison pour la développer. Vous vous souvenez que Giulia est fan de photo, bon beh une grosse partie tourne autour de ça. Le système est plutôt sympathique les premières fois avec le système de réglages et d’options pour prendre une bonne photo mais ça devient répétitif lorsque l’on multiplie les prises. Ce qui est surtout très chiant ! c’est de revenir à la maison pour développer votre photo ! Giulia se traine et la traversée de la forêt qui sépare le lac de la maison est une purge avec l’obligation de suivre le chemin en zigzag sans pouvoir couper tout droit par les bois en raison de la rigidité du personnage.

Le système est bien foutu !
le développement peut faire apparaître des messages cachés

A chaque fois le chemin est une ligne droite cadrée par des murs invisibles. Les quêtes annexes apportent un peu plus de variétés et la nécessité de chercher des objets en faisant de très légers détours. Je vais râler sur l’utilisation de la carte ! Pourquoi les développeurs n’ont pas prévu une touche dédiée pour l’ouvrir direct sans avoir à passer par l’écran des objectifs ou l’inventaire ?! C’est d’un chiant ! Les développeurs ont tenté d’apporter un peu de peps à cette longue et lente marche avec des phases durant lesquelles Giulia court et doit choisir un chemin pour reconstruire sa pensée. En cas d’échec on recommence jusqu’à trouver le bon chemin… C’est pas mal mais très peu utilisé et c’est trop court pour casser la monotonie qui m’a pris au bout de deux heures de jeu.

Les bois de la rigidité
La mécanique est simple

Franchement j’ai été soulagé de voir que le jeu était relativement court puisqu’il se fait en 7 heures. 7 heures qui m’ont paru une éternité ! On a des choix à faire pour voir les différences mais je suis désolé je n’en ai pas eu la force ! Le personnage est trop rigide à diriger et le jeu en son intégralité est rigide ! Si on a également une dimension exploration qui nous permet d’en savoir plus sur le background du jeu, mais la rigidité et la lenteur de Giulia ont eu raison de cet aspect. A chaque cadre, note ou objet on a droit à une mini animation qui casse le rythme à outrance !

L’île du pendu

Conclusion

Martha is Dead veut proposer beaucoup de chose mais j’ai trouvé que finalement les gars de chez LKA se sont perdus en chemin, pourtant ils ont bien su le baliser dans le jeu au point de nous enlever tout sentiment de liberté. On fait et refait les mêmes chose en empruntant les mêmes trajets et la monotonie et la répétitivité sont les mots qui n’ont pas cessé de resonner dans ma tête. Si seulement le scénario pouvait sauver l’ensemble mais pas du tout et pour un thriller psychologique, rien de plus dommage. Je me dis finalement que les messages d’alerte sur les scènes pouvant déranger un certain public n’est là que pour attirer la curiosité malsaine. Oui il y a des scènes dérangeantes mais qui sont totalement inutiles et qui n’apportent rien au jeu. Vous l’aurez compris, je suis très déçu du jeu moi qui m’attendait au moins à une bonne intrigue…

Pour
  • Le cadre choisi
  • Les séquences photos
Contre
  • les scènes gores inutiles
  • beaucoup d’incohérences dans le scénario
  • un gameplay mou !
  • Réalisation moyenne

Satisfaction du Piwi 30 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Wired Productions !) ICI PS5 / PS4 ou ICI XBOX SERIES X / XBOX ONE.

  • Date de sortie : 24 février 2022
  • Editeur : Wired Productions
  • Développeur : LKA
  • Catégorie : Action aventure
  • Prix : 29,99 €
  • Classification : PEGI 18

Le test a été réalisé avec une version presse digitale Xbox offerte par Wired Productions.



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :