Temps de lecture : 9 minutes

Je ne compte plus les jeux de motos que j’ai eu l’occasion de tester et je commence à y prendre goût. C’est assez paradoxal moi qui, dans la vie réelle, ai peur de monter sur un simple vélo… sans rendre dans les détails une sombre histoire de chute un jour férié avec le plateau qui m’a déchiré la chair du mollet et des soins apportés par un dentiste de garde qui n’avait pas assez de fil de suture : on est d’accord cela ne s’invente pas ! Bref voilà qu’arrive MotoGP 22 après un opus 21 qui m’a laissé un peu sur ma faim avec peu de nouveautés et l’absence de mode historique. Il faut dire que l’on était dans le passage next gen et je veux bien comprendre que les gars de Milestone n’aient pas voulu prendre de risques mais voilà la génération bien installée et il est temps de voir si nos italiens ont bien pris le virage !

Si vous voulez comparer avec la version 2021 c’est ICI !

le champion auteur de ce test

Euh… Quoi de 9 Doctor ?

Bon Ok, au niveau des titres j’ai du mal à me renouveler mais attends que je t’explique ! Déjà lorsque j’ai inséré la galette dans la console, j’étais focalisé sur le contenu qui me serait proposé. Comme je l’ai dit en intro, l’aîné m’avait déçu avec pour seul réel contenu un mode carrière bien trop simpliste par rapport à ce qui se fait dans d’autres simulations de courses que ce soit auto ou moto. Je me sens donc obligé de commencer par cela. J’en arrive à expliquer mon titre. Moto GP 22 propose le mode Nine, genre 9 en quoi tu comprends le premier jeu de mot car oui il y en a deux dans le titre (oui je suis balèze) ! Nine pour la saison Moto 2009 et si tu connais rien à l’histoire de la moto c’est l’année du 9ème titre de Valentino Rossi qui est surnommé… The Doctor ! Tu comprends que je suis bon en écriture et que c’est pour ça que tu me lis.

Passé cet excès de narcissisme, je peux t’expliquer le nouveau mode de MotoGP 22. Il s’agit simplement de revivre la saison 2009 sur une série d’épisodes qui sont des missions demandant de jouer en alternance avec les principaux protagonistes de la saison : Valentino Rossi, Jorge Lorenzo et Casey Stoner. Le mode est bien mis en scène avec l’usage d’images d’époques et un rythme soutenu. C’est simple je me suis cru devant une production Netflix comme celle sur la F1. Passé la mise en scène, le mode est sympathique mais sans plus. Même si l’on ne peut modifier la difficulté ni gérer toutes les aides à la conduite, avec de la concentration j’ai réussi à la boucler en 4 heures et je suis une sacrée quiche pourtant ! Je ne vais pas faire mon vieux con, Milestone a eu le mérite de proposer un nouveau qui remplace péniblement le mode historique des précédents opus. Je suis quand même déçu que l’on ne se focalise que sur une seule saison qui plus est à la gloire de Valentino Rossi, à faire ça pourquoi ne pas avoir repris toute sa carrière ce qui nous aurait fait voyager sur 20 ans !

La mise en scène est top
Et on a droit à de belles images

Outre ce mode Nine, MotoGP 22 propose beaucoup de nouveautés… attends on vient de me dire à l’oreillette qu’il n’y a rien de neuf… Quoi rien de plus ? Sérieusement ? Oui mon capitaine rien de neuf à part nine (tu as compris l’insistance sur le neuf ?)… Le mode carrière est bien présent et lui aussi n’apporte rien de nouveau. On enchaine les saisons dans une écurie officielle ou une créé de toutes pièces, on a toujours la section R&D et la gestion minimaliste de notre personnel et de nos contrats. Je vais râler sur la présentation de la R&D qui manque monstrueusement de lisibilité pour ma part. Je passe facile 10 minutes pour trouver quelle pièce améliorer et surtout comment ! Ce mode carrière manque également de mise en scène ce qui est paradoxal vu ce que propose Nine…

La R&D ou comment placer un satellite en orbite
C’est très minimaliste la carrière

En fait il n’y en a pas ! Je ne déconne pas ! Je m’attendais pas à un film mais genre 50% de ce que propose un F1 2021 ce qui n’est pas trop demandé quand même ! Le mode carrière ne propose pas l’once d’une cut scène, on n’a ni concurrent, ni coéquipier, ni manager, si ce n’est sur des contrats écrits ou des objectifs donnés par notre écurie. A part actualiser le contenu, les gars de Milestone ne prenne pas de risque. Je passe l’autre mode « course libre » et je te dis que j’ai fait le tour. Bon ma faim ne sera pas apaisée par MotoGP 22…

Je deviens bon ???

Je te le dis, ce test est placé sous le signe du narcissisme, ne me donne pas un miroir sinon je le brise ! Je me demande si je suis bon ou du moins si je m’améliore car j’ai toujours trouvé les MotoGP assez chiadés au niveau de la prise en main car très accès simulation avec une IA qui ne laisse que peu de marge d’erreur et des options d’aides de courses assez limitées pour la personnalisation. Sur MotoGP 22, je me suis demandé si le jeu était plus accessible au niveau de la maniabilité ou si, à force de tester des jeux de motos, je commençais enfin à comprendre comment ça fonctionne. D’accord je n’ai pas enlevé l’indication de la trajectoire idéale, faut pas déconner non plus. Mais, pour le reste, je me suis surpris à savoir quand freiner, quand réaccélérer quand se pencher et avec quelle intensité le tout sans toutes les aides à la conduite (sauf les vitesses qui sont en auto).

Même pas peur !
C’est qui le patron ?

Après même si tu galères, je te rassure il y a toujours la fonction de rembobinage qui permet de récupérer un virage raté. J’avoue en avoir abusé lors de course sous la pluie. J’ai vécu ces GP comme un calvaire. C’est simple tu imagines que l’on a passé une immense motte de beurre sur toutes la piste et tu essayes de rouler à plus de 250km/h et tu as une idée de l’horreur que cela peut être ! Les sensations de conduite sont bonnes et même si je ne fais pas de moto, le comportement des bolides m’a paru réaliste. Mais l’effet route mouillée m’a semblé vraiment exagéré avec une moto qui part en glissade pour un rien. Moi qui m’énerve vite, j’ai vite gueulé comme un putois avec les excuses de sac habituelles du style « putain mais la maniabilité c’est n’importe quoi » suivi de « bordel mais la manette est pétée ou quoi » et terminer par en mode désabusé et désespéré « non mais sérieux je comprends pas c’est quoi cette merde« …

Qui a beurré la piste ?
Le rembobinage est utile…
… mais personne n’est parfait…

Et sinon les yeux et les oreilles ?

Suis je obligé de terminer par une bafouille sur la réalisation globale du titre ? Beh oui sinon je me serré pas emmerdé à faire un titre aussi pourri sois-t-il. Et puis il faut bien quand tu fais un test ou donne un avis (oui on évite la polémique sur ce qu’est un test objectif ou subjectif bref on évite la merde), il faut bien être complet. Donc j’ai fait mon test PS4, tu l’as compris je suis toujours en galère de chopper une PS5 mais qui ne l’est pas ? Le jeu est graphiquement moyen. Je n’ai pas vu d’évolution avec MotoGP 22, juste une stagnation. Est ce que les développeurs ont préféré travailler les versions PS5 / Séries X ? Certainement et je ne vais pas les blâmer pour ce choix logique. Après les sensations de vitesse sont bien présentes ce qui permet de ne pas s’attarder sur le paysage sans vie qui entoure le circuit. J’en reviens à l’effet pluie, qui m’a fait du mal décidément, qui est grossièrement représenté.

La vue cockpit est bluffante
Les sensations de vitesse sont bonnes

Niveau son les moteurs sont bien présents et bien représentés si tu me permets l’expression. Le jeu en général manque quand même d’ambiance excepté pour le mode Nine encore une fois. Le mode propose une bonne voie off et la radio en course est bien présente en revanche pour le reste sur la piste tu es seul sur ta mouture je me suis même pris à chanter I’m a poor Lonesome Cowboy (si tu as pas la référence go google, je ne vais pas tout t’apprendre non plus).

Peu d’animation…

Conclusion

J’attendais pas mal de nouveauté pour MotoGP 22 après un précédent opus en demie teinte et j’avoue que je ne suis qu’à moitié repu. LA bonne surprise c’est le mode Nine dont j’ai apprécié la mise en scène malgré un contenu classique. Pour le reste les gars de Milestone ne sont pas sortis des sentiers battus. Le mode carrière n’a pas été dépoussiéré ni scénarisé ce qui est, pour moi, un gros manque. La réalisation graphique est moyenne sur PS4 et je n’ai pas l’impression, de ce que j’ai pu voir, que sur les générations postérieures, le résultat soit meilleur. Si tu as jamais testé un MotoGP j’ai envie de te dire pourquoi pas vu que le jeu me semble plus accessible pour la maniabilité. Si tu connais par cœur la licence, ton salut passera seulement par l’actualisation du contenu et le mode Nine.

Pour
  • La mise en scène de Nine
  • Plus accessible sur la maniabilité
  • Les puristes seront ravis
Contre
  • Manque de contenu
  • Le mode carrière sans profondeur
  • Moyen graphiquement sur « old gen »

Satisfaction du Piwi 70 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Nintendo ni Milestone !) ICI PS5 / PS4 ou ICI SWITCH ou ICI XBOX SERIES X / XBOX ONE.

Le test a été réalisé avec une version presse digitale PS4 offerte par Koch Media (Merci l’équipe !)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :