Temps de lecture : 8 minutes

J’aime les jeux indés bien barrés et je dois dire que Big Sugar Games est un éditeur plutôt prolifique en la matière. Cette fois, il s’associe aux développeurs belges de chez Glowfish pour nous proposer Trifox, un action aventure, mettant en scène un renard. Je ne sais pas ce qui m’a poussé à tester ce jeu, son absence de scénario, ces graphismes bizarres ou peut être la promesse d’un gameplay intéressant ? Bref je suis parti à l’aventure à l’aveugle et après avoir explorer minutieusement le jeu je peux te donner mon avis éclairé !

Trifox
ça va être sport

Trifox : la quête d’une télécommande…

Le jeu démarre sur un retard en train de mater la tv sur un écran XXL quand une coupure de courant intervient. Il surprend alors des sortes de mini loups trafiquant son générateur mais sans pouvoir faire quoi que ce soit il est assommé. A son réveil, comble de malheur, il constate qu’on lui a volé la télécommande de sa télévision. Ni une ni deux il part en quête de sa précieuse. Je ne déconne pas, c’est le scénar de base et il ne va pas s’épaissir d’un iota durant tout le jeu. Ce que j’ai résumé est expliqué via une cinématique mettant en scène le héro de manière assez grotesque qui n’aide pas à s’attacher au personnage.

Trifox
Le Al Bundy des renards
Trifox
Le drame…

Trifox n’explique rien ! Comment un renard bidochard se transforme en machine de guerre ? Je ne sais pas ! Qui est le grand méchant loup qui nous a piqué notre télécommande et que l’on entre aperçoit dans les cut scenes moches et assez dérangeantes que nous propose le jeu ? Je ne sais pas ! Et puis pourquoi notre télécommande ? Je ne sais pas ! Pourquoi on se rend dans les niveaux via des failles spatiaux temporelles ci n’est pour le clin d’œil à Crash Bandicoot ? Je ne sais pas ! Je m’arrête là mais les questions sont infinies !

Trifox
Sérieusement ?!?
Trifox
Il n’y a que moi que ça dérange ?

Il n’y a aucune logique dans l’enchaînement des niveaux voir même leur construction. Les mécaniques de gameplay ne trouve pas de justification dans l’histoire. J’ai eu l’impression que les développeurs ont fait ce qu’ils voulaient peu importe si l’ensemble manque de cohérence. Comme si je faisais un enchaînement de niveaux, pas déplaisant, mais pas un jeu cohérent… Je ne sais pas si j’arrive à me faire comprendre. Excepté le héro et ses capacités je n’ai pas ressenti un fil rouge fort. Genre un jeu d’arcade qui propose des niveaux histoire de faire un meilleur score mais sans histoire sans enchaînement logique dans le level design : une sorte de gloubi goulba quoi !

Au début ça pique !

Une fois passée la déception de l’absence de cohérence, le deuxième choc a été graphique ! Au début je me suis dit c’est du low poly. Puis quand même il y a du détail on dirait quand même de la 3D mais cheap… C’est certain il y a une volonté de bien faire mais je ne sais pas si parfois les développeurs n’ont pas manqué de malice histoire de réduire les plans. A vouloir proposer de vastes zones, il faut les garnir et c’est là où le bat blesse. Il y a un effort dans certains éléments de décor mais la qualité est assez inégale de plan à un autre. Comme je l’ai dit, on sent que les développeurs voulaient soigner leur copie mais peut être qu’ils ont eu les yeux plus gros que le ventre… Trifox reste cependant très propre dans l’ensemble pour un jeu indé, il y a des passages très réussi comme d’autre assez ratés

Trifox
Trifox
c’est très propre !
Trifox
Des fois ça peine
Trifox
Il y a du détail !

Comme Trifox n’a aucune logique dans l’enchaînement des niveaux, on a droit à des décors variés. Enfin variés c’est un bien grand mot. On trouve des plages, des grottes, des zones industrielles, des égouts, des montagnes encore des plages (j’ai pas compris le retour au plage mais bon…), de la lave… Tu l’as compris, tout y passe, et comme cela avait été annoncé dans les différentes news, on sent bien les inspirations type Crash Bandicoot, Jack and Dexter ou encore Ratched. Le problème c’est que ces inspirations sont accolées sans travail qui permet de donner du liant ce qui donne un aspect brut au jeu. Cet aspect brut béton se ressent dans le son ! Les personnages s’expriment pas onomatopées et les musiques se montrent très mais alors très discrètes à tel point que je me suis demandé si elles étaient bien présentes ! J’ai été très déçu par le rendu des cinématiques parce qu’entre des personnages qui ne parlent quasiment pas, une absence de sous titrage et une réalisation graphique qui ne laisse aucune place à la lecture des émotions : j’ai eu la nausée.

On a capté la ref

Plaisant mais redondant

Trifox est un jeu d’action à mi chemin entre un hack’n slash et un jeu d’énigmes. On alterne les phases de baston et les phases de réflexion même s’il n’y a pas de quoi faire saigner son cerveau. Ce qui est intéressant c’est surtout la baston puisque l’essentiel du gameplay tourne autour. Notre personnage dispose d’un double saut et de cinq capacités que l’on choisit librement via nos achats dans la boutique qui fait office d’arbre de compétences. C’est assez bien fichu on a un grand choix même si certaines fonctions sont à préférer. Les compétences sont scindées en trois catégories : guerrier, mage ou ingénieur. Le premier donne des compétences pour frapper avec votre hache, le second des pouvoirs type téléportation et le troisième vous permet de construire des armes d’attaque ou de défense.

Il y a le choix

Le bestiaire est limité et tourne autour des mêmes genres d’ennemis. Aussi et si vous voulez vous donner une chance, je vous recommande de privilégier des capacités de téléportation et de tir à distance. Cela vous permettra de garder la distance avec les ennemis qui font assez mal et vous pourrez vous sortir en un clin d’œil d’un très mauvais pas. Du coup on tourne rapidement autour des mêmes compétences on a rapidement la sensation de répétitivité qui nous gagne… Un bestiaire limité et des compétences que l’on ne change pas si on veut progresser, tous les ingrédients sont là. le jeu n’est pourtant pas bien long malgré des niveaux qui tirent sur la longueur dans le dernier tiers du jeu. Une mention pour les quelques phases de saut que propose le jeu et qui sont tout simplement atroces en raison de l’imprécision de la maniabilité surtout lors des sauts !

On garde bien ses distances
Ce moment est un calvaire

Conclusion

Trifox est un jeu sympathique à parcourir pourtant je dois dire que j’ai eu du mal. Le pire c’est que je ne saurai pas dire pourquoi exactement j’ai eu du mal. La réalisation du jeu est plutôt bonne, le gameplay tient la route bien que fouillis, la maniabilité est certes imprécise mais j’ai vu bien pire. Je ne sais pas, il y a quelque chose qui coince. Peut être l’absence de scénario et donc de but véritable à notre quête. C’est vraiment bizarre. Trifox est un jeu indé moyen qui ne parvient pas à se démarquer des autres par un aspect précis. Le travail est bien présent et louable. Si vous avez l’occasion de faire une démo avant un achat final, peut être que cela serait utile pour vous faire votre idée.

Pour
  • Les phases d’action
  • Les possibilités de personnalisation
  • Le côté déjanté
Contre
  • Répétitif et court
  • Maniabilité imprécise

Satisfaction du Piwi 53 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Nintendo ni Big Sugar Games !) ICI SWITCH ou ICI XBOX SERIES X / XBOX ONE.

  • Date de sortie : 13 octobre 2022
  • Editeur : Big Sugar Games
  • Développeur : Glowfish Interactive / Bromio
  • Catégorie : Action aventure
  • Prix : 24,99 €
  • Classification : PEGI 7

Le test a été réalisé avec une version presse digitale Xbox offerte par Pirate PR !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :