Temps de lecture : 11 minutes

Ça y est, il est là où plutôt he’s back pour sa fameuse Shaq Attack ! L’un des plus grands basketteurs de tous les temps est de retour dans le costume d’un maître en arts martiaux. Autant il existe de nombreux remakes que l’on attend avec impatience autant l’annonce de certains jeux remis au goût du jour peut laisser perplexe en raison de leur passé peu reluisant. Alors, Shaq Fu aurait-il du rester dans l’oubli ou son retour redonne-t-il ses lettres de noblesse à notre Shaq international ? Le Piwi vous donne sa réponse !

09-06-2018_00-31-56

Oubliez tout ce que vous savez… ou pas !

Pour les plus vieux, Shaq Fu c’est ça :

Z0031177

Vous sentez la sueur couler sur vote nuque hein ? C’est simple un scénario de l’au delà ; alors que Shaq se déplace pour un match de charité, il est aspiré dans une autre dimension où un vieil homme lui demande de sauver son petit-fils. Il devra alors affronter onze créatures pour y parvenir. S’ensuivait un jeu de baston en mode versus avec des graphismes immondes, une bande son à oublier, mais surtout une jouabilité ridicule ou seul un coup était efficace… Pas convaincu ? voilà une preuve du Piwi :

Alors le Piwi a raison ou il a raison ? Pour info le jeu était sorti en 1994 soit deux ans après ça :

street-fighter-2-super-nintendo

 

Tout ça pour vous dire que non le Piwi n’était pas forcément impatient de voir le remake de Shaq Fu tout simplement curieux de voir l’ampleur de la catastrophe (pour être mauvaise langue).

08-06-2018_23-29-52
Oui le Piwi est mauvais !!!

Bon et dans tout ça Shaq Fu, A Legend Reborn on en parle ? Le Piwi y vient. Le jeu est développé par Saber Interactive et édité par Wired Productions et a bénéficié du crowdfunding pour pouvoir voir le jour. C’est donc après un parcours du combattant que le jeu arrive enfin ! Vous incarnez donc, attention scoop, Shaq qui est un orphelin chinois comme les autres (hein ???) et qui grandit aux côtés d’un maître en arts martiaux : Yéyé (WTF!!??). Un jour votre village est attaqué par des démons qui veulent prendre le contrôle de la Terre en rendant les humains stupides à l’aide des stars de télé réalité (ah d’accord le Piwi a compris le scénario part complètement en cacahuète…). Cela rappelle Shaq Fu premier du nom et ça ne sent pas bon. Oui mais non !

08-06-2018_23-29-48
Mettez votre cerveau en mode off…

Le scénario est complètement « What the Fuck » mais en fait le jeu est basé sur ce principe ! On retrouve de l’humour bien gras, un scénario composé de scènes qui s’enchaînent de manière plus qu’improbable, des dialogues croustillants avec beaucoup de second degrés. Le comble est lorsque les développeurs se permettent de casser le quatrième mur pour parler directement avec le Shaq ce qui interrompt le jeu. L’ensemble est très bien construit et on comprend vite que l’on est là pour passer un bon moment sans se prendre la tête.

09-06-2018_00-32-24
Le quatrième mur est régulièrement brisé
09-06-2018_00-31-54
Mais vraiment…

Franchement le Piwi ne s’attendait pas à l’angle choisi par les développeurs. L’ensemble est frais car si le jeu peut paraître court c’est vraiment car on s’amuse et les cut-scenes valent vraiment le détour pour leur contenu. Le Piwi s’interroge même s’il n’y a pas un second sens dans le jeu qui serait une sorte de satyre de la société actuelle. La référence à la télé-réalité pour rendre les gens plus stupides ne peut que pousser la réflexion en ce sens et jouer à Shaq Fu A Legend Reborn après avoir regardé un épisode des « Anges de la Téléréalité »  vous commande à réfléchir sur vous même (oui le Piwi regarde les Anges et alors personne n’est parfait…). Le Piwi ne peut s’empêcher  de repenser à certaines scènes du jeu comme celle de votre maître Yéyé qui ne pense qu’à dire le mot « Golden Bond » car il touche des droits d’auteur à chaque fois (sic).

09-06-2018_00-32-16
L’humour peut être très très très gras
09-06-2018_00-31-33
Et franchement ils vont loin

Un pur défouloir !

Shaq Fu A Legend Reborn est un beat’em all classique qui rappelle les vieux jeux de l’époque. Le but est donc simple, vous avancez dans une sorte de scrolling horizontal et vous castagnez tout ce qui se présente à vous dans certains tableaux pour continuer à avancer. Si les beat’em all ont connu leur âge d’or dans les années 90, il faut reconnaître qu’ils ont peu à peu disparu de la circulation (le Piwi y reviendra plus tard) et aujourd’hui il existe un certain regain (hop caser un vieux mot : check).

Dernièrement, on a eu droit à Raging Justice qui a fortement déplu au Piwi en raison d’un gameplay manqué et d’un manque de fun certain (vous pouvez retrouver le test du Piwi ICI). Et le Piwi doit admettre que c’est tout l’inverse pour Shaq Fu a Legend Reborn. Déjà tous les boutons de la manettes sont mappés ce qui évite d’utiliser le même bouton pour deux actions différentes. Du coup, les coups s’enchaînent plutôt bien et on prend vraiment plaisir à castagner des centaines de sbires tous plus débiles les uns que les autres (dans la même veine que le scénario). On retrouve donc un bouton de saut, un bouton pour les coups classiques, un autre pour utiliser le méga pied de Shaq (tu m’étonnes quand tu chausses du 57 autant en profiter !) un coup spécial qui est la claque du Shaq et qui se révèle fort utile lorsque vous êtes encerclé et enfin un dash avant permettant d’étourdir certains type d’ennemis.

08-06-2018_23-29-53
Vous allez castagner des armées entières et dieu que c’est jouissif !

Un petit élément de gameplay du plus bel effet a été ajouté par les dévéloppeurs. Lors de certains enchaînements, l’action ralentit façon bullet time ou Shaq devient Néo qui entre dans la matrice pour briser des côtes supplémentaires.

08-06-2018_23-29-37
C’est qui le patron !

Une réalisation flashy et une ambiance groovy !

Franchement et vous aurez pu vous en apercevoir avec les screens précédents : le jeu est vraiment bien réalisé. Avec un parti pris quant aux graphismes orientés cartoon/bande dessinée, les développeurs ont plus que réussi en la matière. Le jeu est propre, on traverse des niveaux aux décors vraiment variés et pour cause vous partez de votre village natal chinois en passant par Hollywood et les îles Fidji pour finir dans les enfers.

Ce que le Piwi apprécie, c’est également le fait que le décor joue un rôle dans le gameplay. En plus des classiques armes que l’on peut trouver sur son chemin en arrachant des éléments du décor tels que panneaux routier ou poubelles, certaines phases demandent d’utiliser justement le décor notamment celle où l’on doit envoyer des rochers sur les ennemis en contre bas pour éviter qu’ils ne montent la pente et ainsi se taper un long combat ou encore, les bras mécaniques des mines très utiles pour écraser un tas de sbires de l’enfer.

09-06-2018_00-32-18
Pierre qui roule n’amasse pas mousse mais ça dépanne !
08-06-2018_23-29-41
Nettoyage taille géant

Les animations sont quant à elles bien fichues et ne souffrent d’aucun ralentissement. Le Piwi vous a déjà parlé du fameux « bullet time » intervenant dans certains enchaînements mais il faut savoir que chaque coup spécial à sa propre animation. Ainsi le fameux coup de chaussure du Shaq fait apparaître une chaussure qui soit effectue un balayage soit s’écrase au sol en venant du ciel. La claque du Shaq renverse ou « stunt » l’intégralité des ennemis proches de vous.

Mais une mention spéciale doit être décernée aux transformations du Shaq ! Dans le jeu on trouve deux transformations qui boostent exponentiellement les capacités du Shaq. Le robot permet d’écraser tout le monde que ce soient les gros comme les petits aux pouvoirs de téléportations. Mais le top reste le Shaqtus oui oui le Shaqtus qui transforme Shaq en Homme-cactus (oui là on est au quatrième degrés…) qu’est ce que c’est jouissif

09-06-2018_00-32-21

Le Piwi ne peut pas clore ce développement sans parler de la bande son qui est vraiment excellente. Les musiques des niveaux se fondent parfaitement dans l’ambiance surtout quand le Shaq demande aux développeurs de se sortir les doigts (non le Piwi n’exagère rien). Les voix correspondent parfaitement aux personnages (normal me direz-vous pour le Shaq…). Et il ne faut pas oublier le morceau d’intro un rap du Shaq ! Ce son sent bon les années 90 et, en fait, raconte l’histoire et donc correspond au jeu. Après avoir écouté la bande son, le Piwi repense à l’édition collector et à son vinyle inclus et franchement si vous kiffez le jeu et si vous voulez filer un coup de main aux développeurs n’hésitez pas surtout que le collector est vendu sans le jeu (bon ne chauffez pas le Piwi sur les collectors sans jeu mais tout le monde a le droit de se contre dire…

Shaq-CE-Preorder

Un beat’em all reste un beat’em all…

Alors oui on s’éclate (et on éclate les autres) on parcourt les niveaux sans peine mais Shaq Fu A Legend Reborn reste un beat’em all ce qui veut dire qu’il présente les défauts que tout beat’em all a car cela fait parti de son ADN. Et ce point peut expliquer pourquoi les jeux de ce type se font plus rare à l’époque des open world et autres jeux offrant une jouabilité certaine. D’abord, un beat’em all a une durée de vie courte et Shaq Fu n’échappe pas à la règle. Avec 6 niveaux, il faut seulement deux à trois bonnes heures pour en voir la fin. A cela s’ajoute l’absence de rejouabilité comme dans tout beat’em all.

Ensuite, tout beat’em all bien que jouissif se révèle être très répétitif et pareil, on retrouve le même problème chez Shaq Fu. Chaque niveau possède ses sbires ayant leur propre caractère désign, si le premier niveau est composé de chinois avec le chapeau typique on passe vite à des militaires et à des zombies. Mais en fait, chaque niveau possède les mêmes types d’ennemis. On a d’abord l’ennemi de base dit de niveau 1 qui se contente de donner de simple coup et qui peuvent être dangereux uniquement par leur nombre et si ils vous encerclent. Puis l’ennemi un peu plus évolué qui est généralement doté de pouvoirs type téléportation pour les ninjas, lancé de projectile pour les sorcière ou encore les mages qui peuvent s’envoler, le Piwi les appelle les sbires de niveau 2. Et enfin on a les gros tas (au sens propre du terme) qui sont des sacs à PV et qui vous font très mal si ils vous frappent. Ils possèdent tous une arme et/ou un bouclier ou pouvoir qui les immunise contre certains de vos coups.

08-06-2018_23-30-11
Un gros tas bien équipé et des trash mob
08-06-2018_23-29-11
C’est le même tarif pour les bikers

Pour casser cette répétitivité, le jeu propose certaines phases de gameplay atypiques. Le Piwi vous a déjà parlé des moments avec les rochers à balancer sur les ennemis mais il y a également certains objectifs comme abattre 200 ennemis (bon là niveau répétitivité on repassera. Les boss en revanchent trancher singulièrement avec le gameplay car il ne suffit pas de bourriner sa manette pour parvenir à vous en défaire. En effet chaque boss a ses paterns qu’il vous faudra apprendre par cœur ; d’autres vous imposent certains préalables si vous voulez espérer vous approcher du boss… Une fois cette phase d’apprentissage passée, vous n’en ferez qu’une bouchée, on retrouve ici l’essence des beat’em all d’époque, le parcoeurisme si vous voulez terminer le jeu.

08-06-2018_23-29-50
Impossible d’approcher ce boss comme ça

Toujours sur les boss chacun dispose d’un design très soigné et qui le rend unique. Bien sûr on retrouve le côté décalé du jeu puisque un boss se transforme en… fesses démoniaques (oui oui…). Ils possèdent en plus une ambiance déjantée (il faut jouer au jeu pour le comprendre) et sont amenées au moyen de cutscenes toutes plus folles les unes que les autres. Et une nouvelle mention spéciale pour le boss de fun qui claque sa grand mère !

08-06-2018_23-29-21
Oui une phase Just Dance dans un combat de boss…
08-06-2018_23-27-20
Et pour finir un cul géant…

Dunk réussi ?

Franchement shaq Fu A Legend Reborn met une claque au bon sens du terme et le Piwi ne s’attendait pas du tout à une claque de ce type. Dieu que cela fait du bien un jeu qui, au niveau du scénario et de l’ambiance, s’affranchit de la bien-pensance et des codes classiques des jeux vidéos. Le jeu est tout simplement jouissif et sert de bon défouloir après une dure journée. Ce qui est étrange, c’est que si le jeu peut paraître répétitif, on reste déçu de voir la fin aussi vite car l’ambiance est tout simplement géniale ! 

Positif 

  • un côté décalé assumé et fun !
  • de l’action non stop !
  • une réalisation au poil et une bande son unique
  • un humour gras mais un second degré recherché

Négatif 

  • Les défauts de tout beat’em all…
  • Un peu court et répétitif

Satisfaction du Piwi 90%

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Mad Dog  ni Big Deez ) ICI

Informations générales :

  • Date de sortie : 5 juin 2018
  • Editeur : Mad Dog
  • Développeur : Big Deez
  • Catégorie : Sports de combat / Beat’em all
  • Prix : 19,99 €
  • Classification : PEGI 12

1 thought on “Shaq Fu A Legend Reborn, le jeu le plus décalé de l’année !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :