Test Aggelos : Beaucoup d’attente, des réussites et de la déception…

Depuis le temps que j’attends ce fameux Aggelos !!! Sous ses allures de Wonder Boy avec un côté Metroidvania, je me suis senti comme un geek qui attend la fin de GOT (en espérant ne pas avoir la même sensation d’inachevé…). En plus, c’est assez rare pour être souligné, les jeux est édité par par LookAtMyGame éditeur…français (Cocorico !!!) et développé par Wonderboy Bobi, français également (et là le Piwi crie une nouvelle fois et de plus fort : Cocorico !!!Le jeu était à l’origine prévu pour 2018 et a eu droit à des reports afin de peaufiner son adaptation sur consoles de salon. Alors le plaisir de jouer va-t-il être à la hauteur de l’attente suscitée ? On voit ça après avoir sauvé une princesse et le monde…

Aggelos_20190717224011

Et si tu savais le reste…

Il était une fois, un héro, une princesse et la fin du monde…

Une fois n’est pas coutume, PQube ne nous propose pas un visual novel dans lequel il suffit d’appuyer pendant de longues minutes pour faire défiler les dialogues. Non cette fois-ci nous avons droit à un véritable jeu d’action-aventure avec une légère teinte de RPG. Pour ce qui est de la dimension RPG, je reste cependant un peu perplexe… On a bien droit à des armes, armures et potions différentes mais ça s’arrête là. De plus les armes et les armures s’acquièrent au fil du jeu et la suivante et toujours meilleure que la précédente. La licence Zelda est action-aventure et non RPG pourtant on retrouve les mêmes items. On a bien le système d’expérience et de montée en niveau mais là aussi cette mécanique est sommaire et je n’ai pas trouvé qu’elle influe sur le jeu outre mesure sachant que lorsque vous finirez le jeu, vous serez aux alentours du niveau 10…

Aggelos_20190717222705

L’effet visuel est le strict minimum…

Bref on va pas commencer à chipoter dès maintenant et on se lance dans l’aventure en prenant les commandes de notre héro qui se réveille et qui se dit « tiens si j’allais me balader », pas aux Champs Elysées avec Sextion D’assaut, non simplement en forêt ! Tout à coup, ô mon dieu, une princesse en détresse ! Votre sang ne fait qu’un tour et après avoir envoyé ad patres vous proposez à la belle de la ramener chez elle. Arrivé au château et alors que le roi vous remercie, une voyante (qui réussi encore à escroquer les gens) annonce la fin du monde et seule une personne peut l’arrêter : vous ! Ça tombe bien parce que j’ai rien prévu après ma balade en forêt ! Il vous faut alors regrouper les 4 bagues sacrées qui sont réparties dans 4 temples (le monde est toujours bien fait dans les jeux vidéos) : la terre, l’eau, le feu et le vent pour enfin combattre les forces du mal. Bon ok le scénario casse pas trop pattes à un canard mais il n’empêche que le jeu est assez bien fait pour que l’on se prenne au jeu de parcourir jusque dans les moindres recoins le monde qui s’offre à nous.

Aggelos_3

Le périple sera long et semé d’embûche ou de gros cochons…

Emballage à l’ancienne et mécanique de gameplay également…

Le jeu est un hommage à la licence Wonder Boy et notamment les opus sortis sur Master System ce qui ne nous rajeunit pas du coup. Les screens parlent d’eux mêmes, les graphismes du jeu sont clairement calqués sur la licence précitée : du ciel plus bleu que bleu en passant par les boutiques pour finir sur le bestiaire, tout nous ramène à Wonder Boy ! Il faut cependant reconnaître que l’ensemble est très réussi et l’on se plait dans ce monde coincé entre 8 et 16 bits ! Les graphismes vont se révéler variés tout comme le bestiaire, le fait de proposer les 4 essences élémentaires (feu, eau, terre et vent) a également conduit à proposer des graphismes différents mais on reste dans le classique. Les animations bien que minimales font le taf et ne font pas ralentir le jeu outre mesure, à ce titre le boss du temple de l’eau est particulièrement réussi et le jeu ne souffre d’aucun ralentissement malgré le nombre d’éléments présents à l’écran mais aussi les animations du boss qui se téléporte comme un dingue passé la seconde moitié du combat !

Aggelos_20190719153604

Le second boss est une pure réussite !

Les musiques ne sont pas en reste et conserve le côté rétro du soft avec des chiptunes dignes de la Mega Drive (oui la SNES faisait quand même bien mieux). Tout est donc dans le rétro même dans les mécaniques de gameplay qui sentent bon le vieux ! Ainsi on retrouve la quêtes principales mais également les quêtes secondaires qui consistent à amener un objet à une personne pour en récupérer un autre qu’il faut amener à une autre… Cette façon de fonctionner m’a rappelé la quête des objets dans Link’s awakening que vous devrez ramener à leurs propriétaires respectifs via le système de chaîne. On e retrouve également les points de sauvegarde et de restauration qui ressemblent furieusement à ceux de Metroid ! On retrouve également le système d’acquisition de compétences qui vous oblige à faire du back tracking pour explorer les nouvelles zones qui s’offrent à vous. L’ensemble est très simple mais fonctionne et on n’en demande pas plus ! Enfin fonctionne c’est un bien grand mot car si les débuts sont trop simples, très vite la courbe de difficulté monte et la maniabilité ne suit pas forcément…

Aggelos_20190719152738

Le jeu tourne impeccable !

Aggelos_20190717230717

Alors ces points de sauvegarde ?

Aggelos_20190717225328

Les clins d’œil au passé sont nombreux !

Maniabilité savonneuse et difficulté exponentielle

Au départ, votre personnage est peu équipé, un bouton d’attaque, un bouton de saut et pis c’est tout ! On remarque bien des platerformes trop lointaines, des passages vers le haut pour le moment inaccessible et on se doute que notre personnage ne va pas rester « à poil » tout au long du jeu ! Chaque donjon va en fait vous donner un pouvoir supplémentaire outre quelques techniques de combat qui vont vous permettre également d’accéder à de nouvelles parties du monde. On commence donc par un simple pouvoir qui vous permet de transformer les ennemis en plateforme, pour ensuite avoir une bulle qui vous permet de voler dans l’eau, une boule de feu qui vous créer des portails et enfin le fameux dash qui fait le café et qui vous permet de vous passer de bon nombre des pouvoirs précités ! Les pouvoirs se déclenchent via une touche dédiée et ne appuyant sur une direction afin de déclencher le pouvoir adéquat.

Aggelos_20190719150506Aggelos_20190717231541

En plus de ces pouvoirs, vous allez débloquer de nouvelles techniques d’épée et c’est là qu’apparait le problème ! Si le premier coup est un coup vers le bas surtout utile contre certains ennemis, le second est plus important puisqu’il consiste à faire un saut vers le haut et en donnant un coup. En fait il fait office de double saut ! Normalement il faut appuyer vers le haut et donner un coup sauf que la maniabilité a un petit soucis et très souvent en appuyant sur saut et une diagonale (normal quoi !) cela déclenche le coup d’épée ! Hors vous pouvez sauter et faire un coup d’épée mais pas l’inverse ! Imaginez le bordel lorsqu’il faut enchaîner les doubles sauts et que vers la fin la maniabilité bugue et hop coup d’épée : pétage de plomb assuré !!! Ajoutez à cela un personnage qui doit avoir trempé ses pompes dans du savon ou du liquide vaisselle et les phases de plateformes deviennent ardues !

Aggelos_20190717224800

Oh bordel !

Surtout que lorsque vous commencez à acquérir vos pouvoirs et techniques, la difficulté monte d’un cran… un sacré cran ! La force d’Aggelos est de laisser le joueur se prendre au jeu en ayant que très peu d’opposition lors des deux premières heures de jeu. Il est vrai qu’au départ, les ennemis tombent un un ou deux coup, sont peu dangereux et peu nombreux. L’environnement n’est également pas hostile ce qui aide dans vos déplacements. On a même l’impression que le jeu est trop facile avec des points de sauvegarde présents régulièrement, des herbes capables de vous ressusciter, des cœurs qui ne diminuent quasiment jamais : c’est une véritable balade de santé ! Sauf que passé le second donjon, les ennemis sont bien plus présents et bien plus méchants, les pics et la lave font leur apparition (en somme des classiques, une nouvelle fois). On commence alors à chercher les cœurs qui vont augmenter votre jauge ou encore les tanks d’énergie pour utiliser plus de fois vos pouvoirs mais il n’empêche que le jeu va se montrer plus exigeant et ça m’a rappelé par moment un certain Mega Man 2… Mais si les continus s’enchaînent sans compter, le jeu ne vous résistera cependant pas longtemps… Seulement 6 heures pour parvenir à la fin du jeu qui va tirer vers le gigantisme. Ceux qui aiment le challenge à l’ancienne opteront tout de suite pour le niveau difficile mais même avec cela le jeu ne vous résistera pas longtemps. Il est vrai que 4 donjons (plus un…) c’est peu ! Surtout que les donjons, si ils servent à vous apprendre à utiliser votre capacité, un peu comme un Zelda, les mécaniques pour arriver aux boss sont les mêmes. Les donjons sont eux mêmes courts et étroits, au pire vous aurez deux clés à trouver pas de quoi s’arracher les cheveux…

Aggelos_20190719162902

Les trashs mobs sont plus consistants…

Aggelos_20190719161047

Ce morceau vous sera très utile par la suite

Aggelos_20190719154333

Et je vous recommande de trouver cet item facultatif

Conclusion

Lorsque l’on attend quelque chose impatiemment et pendant longtemps, il est évident que la déception sera présente. Aggelos n’échappe pas à la règle. Une réalisation au top du rétro, un gameplay simple mais bien construit s’opposent à une maniabilité imprécise et un durée de vie assez réduite. L’hommage à Wonder Boy mais également à d’autres licences « rétro » reste très réussi mais on aurait aimé en avoir plus ! 

Positif

  • Réalisation rétro au top !
  • Un bon gameplay
  • Difficulté bien présente en mode difficile !

Négatif 

  • Des problèmes de maniabilité
  • Court !

Satisfaction du Piwi 72 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Microsoft ni Sony ni PQube !) ICI ou ICI. 

apps.37509.14550440330477888.8088d994-7c10-4efa-adba-c9d660b5355b.jpg

  • Date de sortie : 11 juillet 2019
  • Editeur : PQube
  • Développeur : LookAtMyGame
  • Catégorie : Action / Plateforme
  • Prix : 13,99 €
  • Classification : PEGI 7

 

 

 

Le test a été réalisé sur une version numérique offerte par PQube.



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :