Test Utawarerumono : Zan un beat’em all limité réservé aux fans…

NIS America ne cesse de nous proposer des titres à l’origine réservés au Japon et Utawarerumonon ZAN fait partie de ces licences. A l’origine, il s’agit d’un jeu de stratégie développé sur PC puis transformé en manga et en roman visuel (brrr…). Les gars d’Aquaplus ont converti cette série en nous proposant un opus incorrectement qualifié de J-RPG puisqu’on va vite se rendre compte qu’il s’agit d’un beat’em all façon Dynastie Warriors. Or jusqu’à présent, la licence de KOEI est la seule à tenir la route en raison d’une répétitivité excessive du genre. Voyons si ZAN parvient à se faire une place au soleil envers et contre tous…

vlcsnap-2019-09-08-10h20m45s759
Ça va chauffer !

Scéna quoi ??

ZAN a de quoi mettre l’eau à la bouche ! Il est tiré d’une histoire ou plutôt roman visuel de plus de trente heures ! Autant dire que niveau profondeur de scénario on va tutoyer les sommets surtout que les jeux japonais ont une tendance à placer l’histoire avant le gameplay. Après recherches, j’ai pu comprendre que le jeu est tiré de l’histoire « La masque de la déception » de la série. Le problème est que tout est résumé voir même tronqué ! Les personnages apparaissent et disparaissent sans que l’on comprenne le pourquoi du comment. Du coup on a énormément de mal à suivre et seuls les aficionados de la série pourront y comprendre quelque chose. Après j’ai envie de dire « tu m’étonnes quand tu passes de 30 heures de jeu à seulement 5 il est évident qu’il y a de la casse niveau narration.

Utawarerumono: ZAN_20190908143635
Pour l’histoire on repassera

Au final on se contente d’enchaîner les missions sans comprendre le sens de l’histoire. Tout ce que je pourrai vous dire c’est que l’on suit l’histoire de Haku, un homme sans souvenirs, et celle du grand conflit qui consume la terre… C’est pas difficile c’est le speech du jeu sur la page de présentation… Pour le reste des potes vont vous accompagner et la fine équipe va tenter de vaincre les forces du mal. Le pire c’est que l’histoire nous est conté via des écrans fixes montrant les personnages qui s’expriment à l’instar d’un roman visuel. Le rythme tranche singulièrement avec les phases de jeu peut être même trop. Les dialogues sont vraiment très longs et au final cela devient très rébarbatif ! Le pire c’est que le mode l’histoire est composée de chapitre et certains d’entre eux ne sont constitués que de dialogues vous n’avez donc pas à jouer pour le terminer ! Incompréhensible et totalement illogique pourquoi ne pas avoir fait l’histoire d’un seul tenant au lieu de faire des missions constituées que de dialogues ! Imaginez une mission de Red Dead qui n’en est pas une juste une cinématique à regarder : vraiment bizarre ! Du coup on passera outre l’histoire ce qui est pourtant un point fort de la série…

Utawarerumono: ZAN_20190908001802

Gameplay riche mais au final répétitif

Comme je l’écrivais dans l’introduction, ZAN est certain un J-RPG de part sa dimension qui permet de personnaliser son personnage et de l’équipe mais in game c’est un pur beat’em all à la sauce Dynastie Warriors : vous allez passer le plus clair de votre temps à bastonner des centaines d’ennemis en enchaînant les combos. Avant chaque mission ou plutôt chapitre vous devez personnaliser votre équipe. Vous pouvez prendre jusqu’à 4 personnages entre lesquels vous switcherez en plein combat. Il s’agit du premier choix important car il faut vous faire une équipe équilibrée entre les attaquants, les soigneurs, les tanks, les lanceurs et dans ces mêmes catégories il faudra choisir entre ceux qui sont individuels ou ceux qui ont des attaques de zones ou des buffs pour les coéquipiers. Vous aurez 12 personnages possibles ce qui ouvre le champ des possibilités. Attention certaines missions vous imposent un nombre limité de personnages ou vous imposent carrément des personnages précis eu égard à l’histoire.

Utawarerumono: ZAN_20190908004912
Le choix des équipiers est primordial !

Passé ce premier choix, il faut ensuite personnaliser vos personnages et une nouvelle fois, les développeurs ont chargé la bête. Vous pourrez comme tout J-RPG modifier les statistiques des personnages en fonction des points bonus que vous débloquerez en fonction de votre réussite dans les missions. Vous pourrez également modifier les techniques des personnages mais aussi les équiper de différents parchemins qui vous donnent des atouts le temps d’une mission. Ces avantages ne sont pas à négliger car cela peut aller jusqu’à vous booster votre attaque de 50% !

Utawarerumono: ZAN_20190907234957
Les combos basiques

Une fois tout ceci fait, vous pouvez vous lancer en mission. Le principe est simple vous, vous retrouvez sur une map assez petite et vous devez accomplir différents objectifs principaux dans le temps imparti pour le valider et passer au suivant. Généralement la mission se finit sur un boss. A chaque fois c’est 20 minutes qui vous sont données. Les missions ne sont pas variées seul l’ennemi change. Vous devez dézinguer 50 sbires, tuer trois sous lieutenant ou vous taper un boss. Ça reste quand même jouissif de fracasser 10 mecs d’un tour de bras. Au cours de chaque chapitre vous pouvez également accomplir des missions secondaires le hic c’est que ces missions n’apparaissent que lorsque vous rejouez les chapitres une fois que vous les avez réussi une première fois… C’est une bonne astuce pour forcer à la rejouabilité dont je me serai quand même bien passé. Surtout que le jeu, à linstar de Dynastie Warriors se révèle être tout aussi répétitif. Le sentiment de répétitivité est exacerbé par le fait que chaque personnage n’a que deux enchaînements et on se retrouve à reproduire en boucle la même séquence… On peut heureusement switcher entre les différents personnages mais soigner les bots animés par l’IA ça a ses limites. Ajoutez à cela le fait que plus vous avancez plus les trash mobs et autre boss sont des sacs à PV avec une garde imbrisable sauf à les marteler de dos. Problème quand le boss ne fait que vous focus ou à la possibilité de se tourner vitesse grand V et de vous one shot ! En plus d’être répétitif, le jeu devient vite rébarbatif. On peut toujours contourner une partie de la difficulté en prenant une équipe tank mais les combats sont encore plus longs et je vous rappelle la limite de temps.

vlcsnap-2019-09-08-11h21m06s307
On fracasse à tour de bras
vlcsnap-2019-09-08-10h20m13s927
Même avec un gros pioupiou
Utawarerumono: ZAN_20190908005724
Seuls les ennemis changent

Une réalisation qui laisse à désirer

On va terminer ce test par une petite bafouille sur la réalisation. J’ai déjà évoqué la narration sous forme de plan 2D fixe avec des dialogues à rallonge. Cet aspect minimaliste est contrasté par la langue originale, le japonais, et ses voix très… marquées ! Le jeu est traduit en plusieurs langues mais le français n’est pas de la partie du coup ce sera anglais. Je dois reconnaître qu’il est difficile de suivre une histoire en anglais avec des voix qui hurlent dans tous les sens. In game, on retrouve les défauts des Dynastie Warriors d’il y a bien 5 ans ! On a donc des ennemis qui apparaissent à moins d’un mètre de vous et tout autour de vous par l’opération du Saint Esprit. Pourtant la PS4 est capable d’afficher plus de chose qu’une PS2… Votre champ de vision est limité par le fog qui permet de masquer les limites du soft. Pourtant les graphismes ne sont pas si chargés que ça. Les décors sont certes variés mais les maps proposées sont vraiment réduites et on en a très vite fait le tour ! Si la modélisation des personnages et des boss ainsi que leurs animations sont vraiment réussies, les mobs de base laisse vraiment à désirer avec une armée de clones… Il faut quand même donner une mention spéciale aux animations des coups que ce soit les vôtres ou ceux des boss. Elles sont vraiment classes surtout les supers de chaque personnages qui abusent des effets de lumières !

vlcsnap-2019-09-08-15h35m40s126
De beaux effets de lumières !
Utawarerumono: ZAN_20190908145212
L’ensemble est fluide…
Utawarerumono: ZAN_20190908140730
… et varié !

Niveau son, je ne vais pas revenir sur les foutues voix japonaises si particulières mais en plein combats, on est pas dérangé par elle, on se contente de bourrer notre bouton d’attaque avec l’effet sonore en boucle qui va avec. C’est simple voir minimaliste mais ça fait le taf.

Utawarerumono: ZAN_20190908135219

Utawarerumono: ZAN_20190908004747

Conclusion

ZAN est une première incursion de la licence dans le genre beat’em all et force est de constater que tout n’est pas réussi. L’aspect J-RPG est assez bien travaillé de même que la possibilité de créer son équipe avant chaque mission. Le côté beat em all est lui très vite répétitif et limité dans le gameplay. L’impression de tourner en rond est desservie par une réalisation tout juste acceptable. C’est dommage et NIS America nous a habitué à bien mieux.

Positif

  • Un pur exutoire
  • 12 personnages offrant des coups différents
  • Style japonais respecté

Négatif 

  • Trop répétitif
  • Scénario long et incompréhensible
  • Réalisation limite

Satisfaction du Piwi 55 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Nis America !) ICI.

image (1).jpg

  • Date de sortie : 13 septembre 2019
  • Editeur : Nis America
  • Développeur : AquaPlus
  • Catégorie : Action / RPG
  • Prix : 29,99 €
  • Classification : PEGI 16

 

 

Le test a été réalisé avec une version numérique offerte par Koch Media (Merci Thomas!).

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :