Test Children of morta, du hack’n slash en pixel art baveux !

S’il y a des jeux qui ont su me hyper, Children Of Morta fait partie de ceux là ! Le dernier né de Dead Mage a tantôt étét décrit comme un J-RPG puis un jeu d’ aventure, puis un rogue like et enfin on s’est aperçu qu’il prenait des allures de hack’n slash ! Au final on ne sait plus si l’on parle de poireaux, de carottes ou de courgettes ce qui peut être ennuyeux… La seule constante est le pixel art totalement affirmé ! Après une sortie réussie sur PC, Children Of Morta débarque enfin sur consoles, on va enfin pouvoir savoir ce que nous sert Dead Mage et 11 bit Studio dans nos assiettes !

vlcsnap-2019-10-12-13h54m59s786
Tout le monde est présent ?

Une aventure dominée par une dimension rogue like !

Le jeu démarre sur une voix off qui nous décrit la situation et met en place le décor. On découvre donc que le monde est en proie à un mal qui le ronge, mal appelé Corruption. Depuis l’apparition de ce mal, des créatures des ténèbres sont apparues et le monde se meurt à petit feu. Heureusement, ce n’est pas un héro seul qui va résoudre tout ça mais carrément une famille de héros : les Bergson ! Dans la série du jeu des 7 familles, je voudrai : John, le père, Linda la fille, Kevin le fils, Mark le moine, Lucy la pyromancienne et Joey qui rend hommage à Cloclo avec son marteau… Le jeu ne se contente pas de nous offrir ces personnages mais propose également un background à ceux-ci background qui va évoluer au fil de l’aventure et de votre progression. Nous sommes donc en face d’un jeu bien scénarisé même si le scénario ne casse pas trois pattes à un canard et je dois dire que c’est là une originalité du jeu car l’on n’est peu habituer à de tels scénario dans un rogue like ou un hack’n slash.

vlcsnap-2019-10-12-13h38m04s411
Le hub central du jeu

Oui car passé le scénario, le jeu prend très vite des allures de hack’n slash sur fond de rogue like. La demeure des Bergson est construite sur un ascenseur qui permet d’accéder aux différentes zones qui composent le monde (heureuse coïncidence) et qu’il vous faudra parcourir pour le libérer du mal. Vous devrez donc choisir un membre de la famille et partir à l’aventure sachant q’un monde est composé de deux sous niveaux et d’un boss qu’il vous faudra réussir d’une seule vie sous peine de tout recommencer. Et je vous l’annonce, le jeu est dur et risque, surtout au début, de s’apparenter à un die and retry ! Bien sûr à chaque mort, il faut retenter le niveau qui est généré de façon aléatoire ô joie et ô désespoir ! On peut donc oublier l’élaboration de stratégies ou apprendre par cœur le niveau… Je ne vous cache pas qu’après deux heures de jeu bloqué au premier niveau (oui je suis mauvais) je me suis dit qu’est ce que c’est que cette merde (oui je deviens vulgaire quand je suis nul…) Plus sérieusement, j’ai fini Super Meat Boy, Rogue Legacy, Binding of Isaac et là je passe même pas le premier niveau ?!?! En fait je n’avais pas compris la profondeur du gameplay offert par Children Of Morta !

vlcsnap-2019-10-12-13h33m44s417
Au début ça va…

Un gameplay proche du RPG mais répétitif !

Comme je l’ai indiqué, la famille Bergson est composée de 6 membres qui ont chacun leur style de jeu, papa qui est un bourrin au CAC, la fille utile à distance, celui qui prend la forme d’un assassin tout en sobriété, un autre gros bourrin avec un marteau. Il y a de quoi varier les plaisirs. Lors de chaque run, votre personnage acquiert de l’expérience ainsi que de l’or, la première vous permet d’obtenir de nouvelles capacités pour votre personnage alors que l’or est à dépenser chez l’oncle ben (qui n’est pas soul man…) et la grand mère Réa (qui ne fait pas que du bon café !). Ces personnages sont présents dans votre château qui fait office de hub central.

vlcsnap-2019-10-12-13h34m55s320
Les capacités pour chaque personnage
vlcsnap-2019-10-12-13h43m01s202
Et l’oncle ben qui ne vend pas de riz…

La connerie que j’ai faite en début de partie lorsque je mourrai en boucle c’était de reprendre le même personnage en maximisant ses capacités or le jeu nous invite (sans nous le dire ce serait trop facile ou plutôt trop bien fait !) à changer de personnages le plus de fois possible car cela permet de débloquer d’autres membres de la famille. Sérieusement, ça aurait tué les développeurs de l’indiquer à un moment dans le jeu ??? En fait je m’en suis aperçu un peu par hasard : si l’on prend le même personnage plusieurs fois de suite, vous ne démarrez pas la vie à plein (on est d’accord pour dire que c’est léger comme indication) et je me suis alors dit « si je changeais » : Alléluia !!!

vlcsnap-2019-10-12-13h52m37s039
La famille au grand complet !

Bon, une fois cette petite précision faite, on peut évoquer le gameplay et la maniabilité in game. Les niveaux sont donc générés aléatoirement : rien de neuf. Les niveaux peuvent proposer des coffres contenant éventuellement de l’or ou un artefact qui vous donnera un buff. Mais vous pouvez également tomber sur des autels qui, une fois résolus, vous offrent une nouvelle capacité pour votre run. J’ai bien écrit résolu car rien n’est gratuit dans Children Of Morta ! Non vous n’allez pas ouvrir un coffre et tomber sur la capacité ultime. La capacité pour l’obtenir, il faudra vaincre un mini-boss (qui peuvent se montrer plus violents qu’un boss classique car ses paterns ne sont pas fixes), résoudre un mini jeu voir même un puzzle ! L’idée d’implémenter ces puzzles est originale et permet surtout de casser un minimum la répétitivité propre à tout hack’n slash ! Après comme les niveaux sont générés aléatoirement, on se rend compte que certains run sont voués à l’échec avec des niveaux qui ne vous offrent rien, alors que pour d’autres run, le jeu vous donne tout à croire que vous lui avez fait de la peine avec votre absence de skill qu’il essaie de palier en vous offrant des bonus…

vlcsnap-2019-10-12-13h45m26s854
Les puzzles sympas…
vlcsnap-2019-10-12-13h51m46s221
… Mais certains peuvent se révéler dangereux !

Pour le reste, cela reste basique et surtout répétitif ! On a une attaque principale, une secondaire, un boubou pour se défendre et si le jeu est sympa avec vous au détour d’un couloir vous pourrez obtenir une voir deux capacités supplémentaires qui se déclenchent via les gâchettes. On a également un bouton d’esquive qui permet surtout de prendre du recul pour se caler au bon endroit et occire tous les ennemis. Sur ce point, le jeu m’a énormément rappelé Diablo et ses vagues monstrueuses d’ennemis. Dans Children of Morta, les ennemis sont en masse mais, comme dans Diablo, ce ne sont pas la puissance ni le nombre qui comptent c’est comment vous gérer ces packs d’ennemis au QI inférieur à celui d’une moule ! Le but étant de se mettre dans une position safe qui vous permet de faire des frappes larges. La plus simple des stratégies est de quitter une grande salle pour se foutre dans un couloir étroit et ainsi paker les monstres qui ne peuvent arriver que d’un côté. Le problème est que le jeu devient alors très répétitif et même soporifique.

vlcsnap-2019-10-12-13h42m21s508
Des ennemis de partout !
vlcsnap-2019-10-12-13h38m43s307
Les spéciaux sont atroces !
vlcsnap-2019-10-12-13h43m26s633
Et souvent c’est hardcore !

De toute façon, le soft est tellement difficile qu’il est formellement interdit de foncer tête baissée… On le remarque d’entrée avec les premiers ennemis pour lesquels trois coups sont requis afin de les envoyer ad patre ! Ce qui me fait penser à Contra que j’ai récemment testé. Ça suffit de faire des jeux avec les mobs de base qui se révèlent être des sacs à PV. Je me souviens de Diablo, les squelettes de base c’est un coup et puis basta ! Cela permet d’avancer un peu plus vite et surtout de donner une certaines logique et équilibre au jeu car si dès le premier niveau il vous faut trois coups pour vous débarrasser d’un simple sbire combien en faut il trois niveaux plus tard pour un trash mob, 100 ? On dirait que les développeurs ont une tendance à se dire, on va donner plus de vie aux ennemis comme ça le jeu sera plus long. Sauf qu’il n’y a rien d’amusant à mâcher un bouton pour se débarrasser de mob qui sont cons comme des huîtres (oui au niveau de l’intelligence on reste au rayon crustacés) et qui ne représentent aucun danger ! Au contraire c’est juste… chiant ! C’est la le problème de Children Of Morta, très vite on se retrouve à faire et refaire les mêmes niveaux en raison d’un surnombre d’ennemis qui peut à petit arrivent à vous toucher. Cela devient frustrant surtout que l’emballage du jeu n’a pas de quoi détourner l’attention… Je ne vous parle pas de certaines quêtes secondaires qui en plus de relever du hasard comme celle qui consiste à trouver des plantes médicinales pour le loup, elles sont vraiment hardcores ! La récompense en vaut la chandelle mais on a quand même plus de chances de ne pas y survivre que de repartir les poches pleines… Si vous débloquez la quête du marchand celui-ci sera à chaque fois présent dans les niveaux pour vous vendre du stuff très utile comme une pierre de résurrection. Le problème est que le jeu est assez avare en ressources et on a l’impression d’être chez l’épicier du quoi à acheter une bouteille de lait à 10 euros…

vlcsnap-2019-10-12-13h37m02s987
Foutu loup !
vlcsnap-2019-10-12-13h39m01s348
Là je vais mourir…
vlcsnap-2019-10-12-13h43m56s377

Y’a des soldes de prévues ?

Une réalisation en demi-teinte

Niveau réalisation, j’ai été très déçu ! Je suis fan de rétro, je suis fan de pixel art et je devrai donc être ravi de la réalisation de Children Of Morta sauf que, selon moi, le pixel art ne doit pas souffrir d’approximation et requiert même une attention toute particulière au risque de virer à la bouillie de pixels ou plus simplement à la mocheté… Lors de la phase de développement du jeu, j’étais enchanté de voir un tel environnement mais je reste sceptique sur certains aspects en espérant qu’ils feraient l’objet de corrections avant la version finale et bien il n’en est rien… Évacuons ce qui est bien fait, les décors sont vraiment sympathiques sans pour autant regorger de détails on peut dire que le contrat est rempli. Voilà j’ai fini le positif ! Même si les décors sont bien faits, j’ai souvent relevé des problèmes d’affichages avec des éléments qui apparaissent puis disparaissent. Après il faut également reconnaître que les décors sont peu variés car chaque niveau est composé de trois sous niveaux eux mêmes composés de deux ou trois sous niveaux. Du coup on se retrouve à parcourir les mêmes décors mais avec une couleur différente… Je retiendrai cependant qu’entre chaque niveau principal, les décors sont bien différents entre la forêt, les grottes, la ville.

vlcsnap-2019-10-12-13h53m21s221vlcsnap-2019-10-12-13h50m51s294vlcsnap-2019-10-12-13h47m22s572

vlcsnap-2019-10-12-13h45m17s533
On est d’accord pour dire que seule la couleur change sur les deux dernières ?

Mais ce n’est pas ce qui m’a le plus choqué. Je reste encore sans voix (mais pas sans mots d’où le test ^^) sur les sprites des personnages et leurs animations… Au risque d’être un peu violent, je les ai trouvé pas jojo voir même moches… Les sprites des personnages sont vraiment grossiers et on s’en aperçoit vraiment lorsque tous les personnages sont assis autour de la table dans la maison familiale : sans vouloir insulter Picasso, le résultat est le même… Les animations, en plus d’être réduites, sont vraiment minimalistes et nuisent à la lisibilité de l’action. je suis désolé mais je me fous de voir que mon coup d’épée déplace de l’air ! Lorsqu’il y a plus de 10 ennemis à l’écran, il va souvent être difficile de déterminer qui vous attaque et comment c’est dommage surtout pour un jeu difficile qui mise sur la prolifération d’ennemis…

vlcsnap-2019-10-12-13h53m38s222
Devinez ou je suis ???

Niveau sonore, je vous conseille de couper les bruitages. Tout comme pour Diablo, le style de jeu et le nombre d’ennemis font qu’il n’est pas rare d’entendre le même bruit près de 100 fois en une minute (non je n’exagère rien et ce qui ont cassé leur sourie sur la série des Diablo comprendront ce que je veux dire). Pour le reste, il faut savoir que les personnages sont muets et vous n’entendrez leur voix qu’en combat (hugh, arf oh!!). L’histoire nous est contée par une voix off que les développeurs ont récupéré de chez Rambo… La voix fait vraiment cliché mais je dois reconnaître que l’on s’y fait !

vlcsnap-2019-10-12-13h39m52s803
Même les boss sont chauds !

Conclusion

Children Of Morta propose un mélange des genres original et réussi. Même si le jeu est très clairement dominé par une dimension hack’n slash et rogue like, les éléments que les développeurs ont ajouté tel que le gain d’expérience, les capacités et surtout les différents personnages à jouer  permettent de casser une répétitivité qui s’installe quand même rapidement. Le jeu propose un challenge relevé qui vous tiendra en haleine une bonne douzaine d’heures si vous aimez faire et refaire les mêmes choses. Dommage que la réalisation graphique n’est pas, selon moi, à la hauteur du gameplay proposé et de son originalité. 

Positif

  • Un mélange des genres réussi
  • Bonne durée de vie

Négatif 

  • Difficile
  • Répétitif
  • Graphiquement pas très beau

Satisfaction du Piwi 60 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Microsoft ni 11 bit studios !) ICI ou ICI.

apps.31185.14624995180811495.ed8baa2c-5b60-4b87-b24d-f01c862ad94c.jpg

 

  • Date de sortie : 15 octobre 2019
  • Editeur : 11 bit studios
  • Développeur : Dead Mage
  • Catégorie : Action et aventure
  • Prix : 21,99 €
  • Classification : PEGI 12

 

 

Le test a été réalisé sur une version presse offerte par Warning Up (Merci Lou !).

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :