Test Dragon Ball Z Kakarot, un jeu, un hommage et une déclaration d’amour à la franchise !

apps.16517.70698037221387097.3b2c0f5d-eb4e-4cd8-8075-77e281650e1e

 

  • Date de sortie : 16 janvier 2020
  • Editeur : BANDAI NAMCO Entertainment Inc.
  • Développeur : CyberConnect2
  • Catégorie : Action / Aventure
  • Prix : 69,99 €
  • Classification : PEGI 12

 

 

OK le jeu est sorti il y a près de trois mois et donc OK je suis totalement à la ramasse ! Cependant il faut admettre qu’il est rare que la franchise DBZ s’aventure sur les terres de l’action RPG en proposant un sacré contenu. Ce genre de jeu nécessite donc un poil d’investissement qui se compte à minima en dizaines d’heures de jeu. Cette période de confinement, bien que difficile et chiante pour tout le monde, a au moins le mérite de me permettre de rattraper mon retard et de vous proposer un test aux petits oignons et surtout complet ! On se lance pour vivre (et surtout pour moi re-re-re-re-re- vivre) l’histoire de notre cher et tendre Son Gohan (qui au passage est un des personnages que j’apprécie le moins dans la saga) ! 

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-03-28 23-59-39

C’est moi qui ait fait ça ???

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-08 00-46-04

Ah non c’est lui ! (PS Végéta je t’aime !)

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur DBZ !

DBZ Kakarot nous propose donc de suivre l’intégralité de la saga Dragon Ball Z qui commence donc à partir du combat contre Raditz pour se terminer sur la destruction de Majin Buu. On remet les choses en place, surtout pour les sites de jeu vidéo qui se disent « intellectuel » style Gamekult ou plutôt Game-inculte pour l’occasion, DBZ ne raconte pas l’aventure de Son Goku (ça c’est Dragon Ball) mais celle de Son Gohan, c’est d’ailleurs lui le héro ! Qui tue Cell ? Qui suit-on constamment ? Son Gohan ! Tu veux mieux ? Même le générique français d’époque fait par Arianne parle du « gentil Son Gohan« , si Arianne le disait c’est que c’est vrai ! C’est bien beau de vouloir chier sur un jeu gratuitement mais il faut au moins le faire dans les règles et en connaître le support bref ! Je me chauffe, je me chauffe mais il faut dire ce qui est : soit tu sais de quoi tu parles soit tu te tais !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-04 14-28-44

Le héro qui chiale 90% du temps !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-04 17-12-05

Et des fois il envoie du pâté !

Le soft nous propose donc l’intégralité de la saga et j’insiste sur le terme « intégralité« . Certains vont taxer le jeu de faire du fan service, mais si tel est le cas, il faut reconnaître que c’est très bien fait même pour les plus pointilleux dont je fais partie. Tout y passe et je ne compte pas les très nombreux clin d’œil que fait le jeu. Les développeurs ont même pensé à inclure des mini jeux via des scènes totalement anecdotique ! Je pense à la pêche en utilisant la queue de singe à l’instar de Goku dans Dragon Ball ou encore les courses de voitures qui reprennent le passage de permis de Son Goku et Piccolo. On retrouve également tous les personnages de la série, du plus anecdotique comme Oolong ou Lunch et même Kiwi (le rival que Végéta lamine en arrivant sur Namek). Je ne peux pas tout narrer il y en a tellement et j’en oublierai. Les objets clés de la série ont également été implémenté dans le gameplay avec justesse. Je pense à l’usage des Dragon Balls que l’on cherche sur la map via le radar pour ensuite invoquer Shenron et faire nos trois vœux, les boules se régénérant au bout de 20 minutes. Il y a également l’usage des haricots qui poussent à la Tour Karine et qui vous restaure l’intégralité de vos PV. Tout est intégré et respecte à la lettre l’esprit de la saga.

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-01-18 00-26-43

Nuage magique !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-03-29 15-12-59

L’éternel Shenron !

Pour ce qui est du scénario, ceux qui connaissent la série ne seront pas dépaysés dans la mesure où le jeu suit une nouvelle fois à la lettre le support original sans y déroger à un seul moment ! Les nouveaux (si cela existe encore…) pourront s’y jeter les yeux fermés et découvrir l’oeuvre originale. Le jeu est coupé en trois actes avec uns intro qui correspond à l’attaque de Raditz puis Nappa et Végéta et qui fait office de tutoriel approfondi. Les trois actes suivent ensuite le triptyque classique : Freezer, Cell et Buu. Les développeurs se sont quand même faits plaisir en ajoutant du background inédit à des personnages anecdotiques comme le roi Taureau via les quêtes secondaires qui sont très nombreuses ! Bien évidemment les passages clés du jeu sont présentés sous forme de cinématiques de très très belle facture (je reviendrai sur la qualité graphique du soft) même si on aurait parfois aimé que l’aspect se rapproche plus du manga original…

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-03-29 14-10-24

Oui ça pète !

Une réalisation vacillante

Alors le titre peut paraître trompeur car dans l’ensemble le jeu bénéficie d’une réalisation d’excellence. On aime ou on aime pas l’aspect cell shading donné au graphisme mais on ne peut pas reprocher aux développeurs d’être dans leur temps et donner des environnements de très bonne qualité et préservant notre sensibilité visuelle. Certains ont déploré cet aspect trop éloigné de l’original. A ce sujet, on a pu voir dernièrement des screens qui ont fuité sur l’aspect graphique du prototype. Alors certes c’est plus proche de l’oeuvre mais c’est tout ! Le reste fait vieillot, manque de détails et cette aspect flou en vol et des plus détestable et je ne veux même pas imaginer en mouvement la nausée que cela doit provoquer ! Dans le jeu final, au contraire, c’est un plaisir de voler, le décor défile de manière fluide ! Les combats et les effets de lumières sont tout bonnement magnifiques et restent identiques à l’original ! Tous les coups emblématiques de la série sont présents et ont leur animation, de l’éternel Kaméhaméa en passant par l’explosif Final Flash ou les hilarants beignets galactiques… La violence des coups et parfaitement retranscrites et ces derniers s’enchaînent parfaitement. Les environnements sont eux aussi très bien modélisés et rappellent ceux originaux, les plaines terriennes, la planète Kaïo, Namek, le ring du championnat du monde, une nouvelle fois tout y est et tout est très bien fait !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-05 17-27-22

C’est quand même beau !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-03 22-24-24

Même les lieux simples !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-04 17-13-28

Et en combat ça claque !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-04 14-24-06

Surtout les super de groupe !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-03 21-56-31

Les effets se prolongent !

La réalisation graphique vacille cependant lors de gros combats qui vont vous opposer à quatre ou cinq ennemis alors que vous avez deux soutiens. Ayant fait le jeu sur Xbox One X, j’ai quand même constaté quelques ralentissements lorsque plusieurs protagonistes activent des attaques lourdes en même temps. Outre les ralentissements, je dois admettre que certains combats perdent en lisibilité justement à cause de la multitude d’effets de lumières ou de destruction que propose le jeu. Parfois on ne sait même plus qui on tape voir même où on tape ce qui peut être problématique ! C’est rageant, surtout si l’on vise le rang S pour chaque combat ce qui implique de gros combos variés tout en évitant la prise de dégâts. Autre petit défaut graphique, la distance d’affichage du décor sous l’eau ! Je ne comprends pas pourquoi en l’air tout roule alors que sous l’eau, les éléments apparaissent parfois à moins de 20 mètres de vous… C’est un détail mais si vous êtes comme moi à explorer le moindre recoin de la map, vous risquez de vous énerver lors des phases sous marines. Je rajoute enfin que le jeu a planté deux trois fois avec un écran noir brutal et retour au menu de la console. Cela ne m’a pas causé de soucis de sauvegarde étant donné que la sauvegarde automatique se fait très très souvent.

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-05 17-27-36

Pas top sous l’eau

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-05 14-04-12

Même en combat

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-03 22-12-26

En revanche le vol est fluide

Niveau son, le studio ayant tout les droits de l’oeuvre original, on retrouve toutes les musiques originales de la saga et je dois dire qu’après 50 heures de jeu, j’ai le thème passé lors des transitions en boucle dans la tête ! Les voix sont en japonais et là je vais faire mon cochon de français mais quand même ! J’entends beaucoup de personnes et des vieux comme moi dire : les voix originales c’est top c’est plus authentique ça me rappelle ma jeunesse et là je répond tu me prends pour un con ou bien ? A 9 ans tu regardais le club Dorothée avec les voix jap ? Mes fesses oui, tu faisais comme tout le monde avec les doublages dégueulasses qui le faisaient en plus exprès car opposés à la violence contenue dans les mangas ! Et bien après toutes ces années, ces doublages me manquent ! Et puis c’est comme ça que j’ai découvert DBZ (ou encore Saint Seya ou Ken…) j’aurai trouvé ça top classe d’y intégrer d’autres langues mais si je sais très bien que cela est impossible en raison du travail et du budget que cela implique.

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-03 21-51-57

On s’y perd un peu parois

Des combats simplistes et répétitifs sur la longueur

Il est temps de causer gameplay et lorsque l’on parle de DBZ on commence naturellement par… la baston !!! Vous allez en faire des combats et ils vont être à chaque fois sacrément animés ! Tout d’abord oui les combats sont en 3D mais la maniabilité n’en souffre aucunement avec la possibilité de focus un ennemis précis via le stick droit. Du moment ou vous vous focalisez sur un ennemi, tout vos coups seront en sa direction. Le reste est très intuitif et on commence très vite à placer des combos de 100 coups et 1.000.000 de dégâts (je n’exagère rien). Un bouton pour balancer des ki, un bouton pour le déplacement rapide, un bouton pour se charger et le dernier pour mettre des tatanes avec les pieds et les poings, c’est simple et ça fonctionne. Les grosses attaques impliquent d’utiliser une gâchette, l’autre servant à utiliser vos soutiens si vous en avez et en combinant les deux gâchettes vous avez accès à vos transformations : Kaioken, Super Saïyen 1, 2 et 3. Il est également possible de parer les coups et de les esquiver si vous avez suffisamment d’énergie et en pressant le bouton au bon moment. Cette simple mécanique brise toute difficulté aux combats qui deviendront même répétitif… La stratégie est très simple, tu bourres l’adversaire en terminant par une projection qui charge ton énergie, là tu attends que le bougre tente quelque chose, hop esquive et tu te retrouves dans son dos à pouvoir le rebourrer comme un cochon. Plus simple, un déplacement rapide permet d’envoyer le kaméhaméa adverse dans le vent et vous avez tout le temps (et le plaisir!) de placer un bon Final Flash des familles !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-05 17-52-48

Les coups rentrent bien

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-04 17-15-38

Faut bourrer le bouton X dans des situations comme ça !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-03 21-57-54

Et encore une victoire !

Au delà de la répétitivité, les combats deviennent barbants en raison de leur nombre ! On ne va pas se plaindre, c’est quand même le concept de DBZ : la baston ! Mais l’histoire principale vous donnera votre lot de combats qui parfois vont se révéler long en raison de la difficulté de l’ennemi (bizarre mais j’ai failli péter ma manette sur le combat C19 et C20 qui sont capables d’aspirer votre énergie pour se la refiler ! Sauf que DBZ Kakarot est également un action RPG avec toute la dimension que cela implique : des missions secondaires, de l’exploration et donc des combats présents sur toute la map ! Heureusement que pour ces derniers, vous avez la possibilité de les éviter si vous volez suffisamment vite. Malheureusement si vous souhaitez toucher du doigt le boss caché du jeu, il faudra faire tous les combats de toute la map ! Il vous faudra beaucoup beaucoup beaucoup de courage !

Une grosse dimension RPG et une liberté relative

Bon, il est temps de terminer ce test en invoquant la grosse nouveauté apporté par DBZ Kakarot à la licence : la dimension action-RPG. J’ai pu lire qu’elle a souvent été raillée dans les différents tests publiés, je ne suis pas forcément d’accord avec ces analyses souvent tranchées. Tout d’abord, le fameux open world avancé par les développeurs existe réellement ! On est juste limité dans son exploration. En effet, le jeu suit la trame principale de l’oeuvre originale dès lors certains lieux ne sont accessibles qu’après une certaine progression. Notre exploration est également limitée par le fait que l’objectif principal est vraiment prioritaire et on se retrouve obligé de le faire sans détour possible… Il n’en demeure pas moins que chaque acte propose des interludes au cours desquels notre liberté est totale. Donc au final, l’open world existe, l’exploration libre aussi, il faut juste être patient et progresser dans l’aventure pour en profiter pleinement ! On retrouve la même limite en plus prononcée pour la gestion des personnages. 80% du temps, le jeu vous oppose le personnage à jouer et le groupe qui le compose. On se retrouve donc limiter pour faire progresser nos personnages de manière homogène et en fin d’acte, il n’est pas rare de se retrouver avec des écarts de plus de 20 niveaux !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-07 18-00-17

La carte du monde est agréable à l’œil

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-05 13-44-04

Le détail d’une seule zone

Car comme tout bon action-RPG qui se respecte, DBZ Kakarot propose un gros volet stats et arbre de compétences à développer pour chaque personnage et j’avoue que sur ce point les mécaniques de gameplay ne sont pas forcément claires surtout qu’elles sont nombreuses. Commençons par le plus simple, les compétences et techniques de chaque personnage. Pour les débloquer, vous devez passer par le mode entraînement (classique auprès d’un feu de camp présent dans toutes les sections du monde, ou dans la salle d’entraînement faite par Bulma pour Végéta (avant le combat contre Cell). Une fois la technique débloquée, il faut l’acquérir moyennant des orbes Z et surtout des médailles D que vous récoltez via l’exploration ou en accomplissant des missions secondaires. Ces médailles D sont le nerf de la guerre et il vous en faudra beaucoup si vous voulez débloquer toute les techniques ! Si dans le premier acte, vous pouvez totalement négliger cet aspect, très vite vous allez comprendre la nécessité de débloquer de nouvelles capacités et surtout de les améliorer ! Le problème est que les menus pour ensuite modifier vos personnages ne sont pas du tout ergonomiques et nécessitent de faire de très nombreux allers-retours puisque, par exemple, il n’est pas possible de switcher d’un personnage à l’autre ; il faut, à chaque fois, revenir au menu groupe pour choisir dans la liste le personnage que l’on souhaite modifier…

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-05 19-49-02

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-05 19-53-24

Tu en veux des compétences ? et ce n’est que Son Gohan !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-03 18-41-26

Il faut ensuite modifier chaque personnage

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-03 17-58-09

Avec des menus peu ergonomiques

Deuxième aspect, les stats et je vous le dis c’est là où ça se corse ! Les stats montent petit à petit en fonction de votre leveling jusque là on est bon mon capitaine. Sauf que vous pouvez les améliorer et ce de façon non négligeable via les fameuses communautés ! Tout au long de l’aventure vous allez débloquez des jetons d’âmes qui sont en fait les personnages que l’on retrouve dans la saga. Comme je vous le disais, ils sont tous présents. Ces emblèmes vous devez les placer dans les tableaux communautaires qui sont au nombre de 7 : guerrier, repas, entrainement, créativité, divinité, âge adulte, aventure. Chacune a des effets propres en fonction de son niveau : guerrier pour le combat, repas pour faire de la bonne bouffe (je vais y venir), âge adulte pour diminuer le prix de vente, aventure qui améliore votre énergie. Pour améliorer le niveau de votre communauté, il faut y placer des emblèmes en sachant que des emblèmes ont des combinaisons spéciales qui augmentent leur effet par exemple réunir le commando Guinue vous donne un boost de +5 à la communauté choisie ou encore Freezer, Cell et Buu un +3. Chaque communauté a une architecture propre et trouver la bonne combinaison demande du temps et un peu de gymnastique d’esprit. En plus de cela, il est possible d’améliorer chaque emblème en faisant des cadeaux au personnage visé, cadeau qui augmentent certaines stats. Je vous avais prévenu que cela allait être un joyeux bordel ! Car chaque emblème a 7 stats qui correspondent aux 7 communautés ! Du coup on ne mettra pas Kaïo dans le combat mais plutôt dans la divinité sans pour autant négliger ses autres stats si on veut le faire progresser ! Vous me suivez ??? J’avoue que pour décrire le schmilblick c’est compliqué mais en tout cas c’est bien fait et très prenant ! Au delà de la communauté, vous pouvez monter vos stats de manière permanentes en préparant des repas via les ingrédients récoltés lors de votre exploration.

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-05 13-25-07

Humm…

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-05 13-25-24

Oui c’est le bordel !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-05 13-25-20

Et c’est pareil pour toutes les communautés !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-07 18-00-29

C’est sans fin !

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-07 18-00-53

Enfin, je terminerai par une petite bafouille sur tout ce que doit proposer un bon action-RPG : de l’exploration et plein d’activités d’annexes. DBZ Kakarot propose tout ça ! Le jeu propose une foultitude de quêtes secondaires. Bon ok, elles se ressemblent toutes et consistent à battre des ennemis ou trouver des objets pour les ramener aux PNJ. Ce n’est donc pas folichon sauf que ces quêtes permettent de débloquer les fameux emblèmes d’âmes. En plus, le jeu propose beaucoup d’activités annexes comme la pêche, les courses de voitures ou de robots, les entraînements. Une nouvelle fois, DBZ Kakarot propose un sacré contenu qui, mis bout à bout, offre pas mal de diversité dans le gameplay. Enfin le jeu propose une grosse dimension exploration et le monde proposé est assez grand et propose des environnements variés pour ne pas tomber dans la monotonie (sauf pour les phases sous marines) même si l’exploration est un peu entachée par des soucis de maniabilité. Pour trouver les objets ou collectibles, vous pouvez utiliser votre capacité à détecter les énergies via une simple pression sur une gâchette. Le problème c’est que cette capacité n’est possible qu’en vol simple ou au sol et pas en vol accéléré ce qui ralentit énormément l’exploration. Autre problème, soit on va trop lentement soit trop vite, il n’y a pas de juste milieu et parfois il vaut mieux marcher jusqu’à un objet se trouvant à 50 mètres plutôt que voler de manière accélérée au risque de dépasser l’objet de 100 mètres… L’exploration reste quand même bien foutue et surtout un passage obligé si l’on veut assez de médailles D pour débloquer les capacités de nos personnages ou tout simplement chercher les Dragon Balls pour exaucer un vœux (et ça marche vraiment !). Le tout offre au jeu une durée de vie qui approche les 35 heures si vous souhaitez aller quasiment au plus court alors imaginez un 100%…

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-01-18 22-36-59

Le mode détection

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-01-18 00-09-51

La pêche

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-03-30 15-02-53

Le passage de permis

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-07 18-04-05

La scène de Baseball avec Son Gohan adulte

DRAGON BALL Z_ KAKAROT 2020-04-05 13-25-49

Et les vœux !

Conclusion

 Dragon Ball Z Kakarot prend la tangente en proposant un jeu résolument tourné action-RPG et personnellement, je trouve que CyberConnect2 a parfaitement réussi son tour de force. On peut reprocher à tout action-RPG son éternel défaut : de la répétitivité que ce soit dans les combats ou dans l’exploration. Il n’en demeure pas moins que le soft reste très fidèle à la saga en y incluant tous les personnages et tous les codes y compris dans les mécaniques de gameplay. C’est dommage que l’aspect communauté soit si obscur et nous oblige au départ de fonctionner de manière empirique. Le jeu bénéficie tout de même d’une réalisation excellente bien que souffrant de quelques ralentissements. Dragon Ball Z Kakarot reste une déclaration d’amour à l’oeuvre d’Akira Toriyama et permet aux anciens de s’y replonger avec délice et aux nouveaux de la découvrir sur plus de 30 heures de jeu !

Positif

  • TOUT Dragon Ball Z
  • Énorme durée de vie !
  • Dimension RPG prenante et réussie
  • Réalisations graphique et sonore excellentes

Négatif 

  • Quelques ralentissements
  • Des mécaniques de gameplay parfois trop complexes

Satisfaction du Piwi 91 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni ni Microsoft ni Bandai !) ICI ou ICI.

apps.16517.70698037221387097.3b2c0f5d-eb4e-4cd8-8075-77e281650e1e

 

  • Date de sortie : 16 janvier 2020
  • Editeur : BANDAI NAMCO Entertainment Inc.
  • Développeur : CyberConnect2
  • Catégorie : Action / Aventure
  • Prix : 69,99 €
  • Classification : PEGI 12


Catégories :Tests

Tags:, , , , , , ,

4 réponses

  1. Le jeu doit vraiment être cool à jouer, à tester pour bientôt j’espère

    J'aime

Rétroliens

  1. Test Final Fantasy VII Remake, de la révolution à la standardisation… – Piwigaming
  2. Test Captain Tsubasa rise of new champions, sont-ils toujours en forme ? – Piwigaming

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :