Test Captain Tsubasa rise of new champions, sont-ils toujours en forme ?

Olive et Tom ils sont toujours en forme, Tom Olivier sont super entrainés… Si vous êtes nés dans les années 80-90 ces seuls mots vont faire tourner en boucle une chanson dans votre tête toute la journée ! Quel gosse n’a pas imité un tir du tigre ou un tir de la feuille morte après avoir regardé un épisode (les mêmes qui ont imité un kaméhaméa). Bandai se plait à proposer des jeux tirés des mangas de notre enfance et ils s’en sortent plutôt bien jusqu’à présent avec dernièrement un excellent DBZ Kakarot qui a su intégrer dans un jeu l’intégralité de l’univers Dragon Ball. Voilà que le studio revient pour nous proposer un jeu de foot arcade, à contre-courant donc de ce qui se fait puisque la mode est à la simulation pure et dure ! Si l’originalité a payé pour la licence DBZ qu’en est-il pour un jeu de foot ? Je vous donne mon avis après avoir traversé un terrain long de 10 kilomètres…

Si tu veux voir ce que j’ai pense de Dragon Ball Z Kakarot c’est par ici.

Le meilleur… Ever !!!

Aussi beau que le support original

Quoi que l’on dise sur l’animé original, il était assez bien foutu et fluide. Bon ok, le terrain mesure 10 kilomètres, ok ce sont des gosses qui remplissent des stades de 50.000 personnes, ok ces mêmes gosses sont capables de sauter à plus de 10 mètres et de mettre des frappes capables de déchirer les filets ou percer un mur, ok les matchs sont un véritable pugilat pour lequel tous les coups sont permis mais il a un « je ne sais quoi » qui arrive à tenir les gamins devant l’écran pour savoir si oui ou non Olivier va remporter la coupe nationale extra-scolaire (oui c’est de cela dont on parle au début). Le jeu s’en tient strictement au support original jusqu’à intégrer en plein match les scènes cultes du dessin animé : la catapulte des frères Warner (oui désolé mais pour moi les noms resteront en français), le tir du tigre de Mark Landers ou le tir en feuille morte d’Olivier tout y est ! Au-delà des scènes intégrées, il est possible de débloquer les scènes originales de l’animé qui restent de très bonne facture. Le jeu est vraiment beau graphiquement à l’instar de DBZ Kakarot (comment pouvait-on en douter vu le soin que met Bandai dans tous les jeux qu’il édite). En tout cas tous les personnages principaux et même secondaires sont reconnaissables au moindre coup d’œil sur le terrain ce qui aide en match pour peu que l’on connaisse les capacités de chacun. Le jeu reprend même le flou du public présent dans le support d’origine : on se croirait vraiment dans le dessin animé ! En plus d’être beau, le jeu est extrêmement fluide ce qui est essentiel pour un jeu d’arcade, car oui Captain Tsubasa est plus un jeu d’arcade qu’un jeu de foot (je n’utiliserai pas le mot simulation rassurez-vous). Aucun ralentissement n’est à constater même lorsque l’on enchaîne les actions spéciales au milieu de plusieurs joueurs ennemis.

Les cut scènes sont de toute beauté
Salut Olivier
Tant de personnes pour un match de collège…

Le seul reproche que je pourrai faire au jeu c’est de se concentrer uniquement sur la VO. C’est vraiment dommage et vu les moyens des développeurs, un doublage en plusieurs langues n’aurait pas été de refus. Au-delà du doublage, j’aurai aimé que le jeu soit traduit en français notamment pour les noms des personnages. Je comprends que le dessin animé ait été repassé dernièrement avec un lifting à la télé et que cette réédition a repris les noms japonais et non ceux francisés mais quand même c’est se couper d’une grande partie des joueurs dont je fais parti et qui ont connu Olive et Tom alors que nous étions encore en culottes courtes. Je veux bien entendre les mecs qui ne jurent que par la VO mais il ne faut pas non plus se comporter comme un intellectuel bobo de gauche car petit tu as été comme tout le monde et tu as connu la VF. Or une madeleine de Proust, pour fonctionner doit reprendre les codes du passé ce qui passe indéniablement selon moi par la langue. Du coup l’aspect sonore en prend un coup parce que se taper les dialogues en japonais ça va un temps (très court pour moi) et c’est dommage. Pour le reste on est sur un jeu de foot arcade donc excepté le public qui s’enthousiasme, les effets des frappes d’extra-terrestres, il n’y a rien à signaler.

C’est propre
Non ton nom est Bruce Harper
Et toi Johnny Mason !

De l’arcade de base…

Captain Tsubasa propose avant tout un mode histoire et qui dit mode histoire dit scénario et donc limitation de vos possibilités. L’histoire se compose de deux parties. La première très classique nous permet de suivre celle d’Oliver dans le cadre de la troisième coupe des collèges et ensuite de la coupe du monde avec le Japon. La seconde partie est un peu plus libre puisque vous devez créer votre personnage, intégrer une académie phare de la licence et progresser pour intégrer l’équipe nationale du Japon. Ce second morceau propose plus de liberté puisqu’il faut faire évoluer notre personnage via nos performances pour améliorer ses statistiques et débloquer de nouvelles compétences. Je dois dire que cela fonctionne plutôt bien et il vous faudra réussir des objectifs en plein match pour débloquer de nouvelles amitiés et donc de nouveaux personnages qui vous seront utiles par la suite. L’inconvénient, comme je le disais, c’est que vous êtes limité dans vos possibilités d’organisation. Dans les deux chapitres, il vous est, par exemple, impossible de modifier la formation et même la position de vos joueurs. C’est très frustrant surtout quand on voit que votre personnage vedette n’est pas au cœur du jeu contrairement à l’équipe adverse.

et de ma dignité…
La galère pour marquer avec lui…

Oui Olivier est un milieu offensif mais le problème dans Captain Tsubasa est que c’est surtout les attaquants qui font la différence, les milieux ne servent que de relais pour amener le ballon vers l’avant. Du coup, Olivier malgré ses stats énormes, part de trop loin pour être dangereux et vous allez vous retrouver souvent à tirer avec Johnny Mason ou Everett qui ne sont pas des foudres de guerre… Cela devient un véritable handicap lorsque l’on attend les matchs finaux étant précisé que la difficulté n’est pas réglable et donc vous pouvez bloquer sur un match sans pouvoir diminuer la difficulté… Il faut ajouter à cela que certains matchs sont scénarisés en bonne partie ainsi vous serez obligé de prendre un but contre les frères Warner qui vous font découvrir la catapulte, ou face à Mark Landers qui fait son tir du tigre du milieu de terrain. Il vous faut donc en plus rattraper le but d’handicap, et il y a parfois de quoi être dégouté quand l’équipe adverse tire trois fois et marque trois fois alors que vous, vous enchainez les tirs et vous faites face à un mur…

ça rentre ?
Ah beh non…

Je ne comprends pas pourquoi le jeu est aussi simplet au niveau de la stratégie. On peut faire un jeu d’arcade tout en ne laissant pas totalement de côté la stratégie et la formation d’équipe et le plus bel exemple est la licence International Superstar Soccer. Pour les plus jeunes, il s’agit de l’illustre aîné de PES car Konami produisait avant des jeux d’arcade avant de faire la meilleure simulation de foot du moment. Les ISS étaient très nerveux et résolument orientés arcade mais on avait toujours la possibilité de faire des retouches sur l’équipe afin de la faire correspondre un peu plus à notre style de jeu. Dans Captain Tsubasa, rien de tout ça, vous ne pourrez que prévoir que deux stratégies offensives et deux défensives qui sont tirées du fonctionnement des équipes phares de la licence. C’est trop peu et moi qui ne suis pourtant pas un fan inconditionnel des jeux 100% simulation, je suis resté sur ma faim ! Surtout que le gameplay en match est lui aussi très basique…

Si vous voulez lire mon test sur le dernier PES à savoir eFootball PES 2021 c’est ICI.

C’est mieux !
Et c’est au fond (gardien compris) !

En match, on ne peut pas faire plus simple ! L’essentiel du gameplay repose sur votre capacité à éliminer votre adversaire direct avec votre super dribble ou votre dribble rapide. Ces deux dribbles sont accessibles via une simple pression sur les gâchettes au bon moment. Si vous gérez le timing et que vous avez bon nez, vous pourrez traverser le terrain sans soucis. Pour le reste, vous pouvez faire des passes, des passes en profondeur ou des passes lobbées. Le souci c’est que les passes ne sont pas forcément bien calibrées et il est, par exemple, de sauter un joueur ce qui occasionne pas mal d’actions ratées. Il faut donc tout miser sur le dribble pour vous retrouver en situation de frappe et réaliser un tir spécial qui met pas mal de temps à se charger. A chaque tir, cela fatigue le gardien adverse et une fois sa jauge bien entamée, vous pourrez marquer en le faisant entrer dans le but par exemple. Ce qui est dommage c’est que si vous tombez sur un super gardien, il faudra pas mal de tir avant de faire rentrer le ballon et la jauge se recharge à la mi-temps ou après un but… Le système est donc trop basique et le jeu devient vite répétitif puisque l’on se contente de multiplier les dribbles en gérant la jauge de fatigue de votre joueur qui se vide à chaque dribble, frapper, recommencer sans faire preuve d’originalité dans les actions… L’autre façon de marquer est d’activer la « zone V » une fois la barre adéquate chargée. Pour la remplir, c’est simple, il faut… réussir des dribbles encore ! Une fois cette capacité d’équipe activée, vos joueurs deviennent plus forts, plus rapides et c’est le but assuré en cas de super tir. C’est donc une nouvelle fois très sommaire !

On enchaîne les dribbles
Pour déclencher la zone V

Le jeu propose quand même une bonne durée de vie en solo puisqu’il faudra compter une bonne quinzaine d’heures pour parvenir à la fin sans oublier le mode online qui propose donc une rejouabilité infinie. Mais il vous faudra lutter contre la répétitivité et la multiplication de dialogues qui tirent en longueur et qui ne sont pas forcément indispensables. Il faudra également faire face aux soucis de maniabilité qui nuisent au gameplay. Je pense notamment à la latence entre l’input et la réalisation de l’action car à chaque fois, le joueur fait une mini animation. Il y a également le choix du joueur dans les phases défensives, l’IA vous fait choisir quasiment à chaque fois le joueur le moins utile sur l’action ou le plus éloigné… On peut faire de l’arcade pure et dure mais il faut être précis dans la maniabilité sous peine de prendre un carton rouge direct !

Où vais-je ???
Quelques phases de duel sympas
Et même des penalties !

Conclusion

Finalement, j’ai l’impression que Captain Tsubasa Rise of the new champions se préoccupe d’avantage de faire du fan service au détriment du gameplay et de la maniabilité qui restent sommaires. Le jeu est très bien réalisé et est une sorte d’hommage à l’animé mais j’aurai aimé que les développeurs creusent un peu plus le gameplay pour nous offrir un jeu avec plus de profondeur. Au lieu de ça, on a droit à un jeu d’arcade pur et dur qui ne détaille pas suffisamment certains aspects du football pour réduire la répétitivité. On se contente ici d’enchaîner les matchs en martelant les mêmes touches pour faire les mêmes techniques et ainsi marquer les mêmes buts ce qui devient rapidement lassant. Les fans en auront pour leur compte mais pour les autres, il y a de fortes chances de rester sur sa faim. Moi qui en attendais beaucoup, Captain Tsubasa est une mini déception…

Positif

  • Graphiquement très réussi
  • Toute la licence présente
  • Gros contenu avec une bonne durée de vie

Négatif 

  • Répétitif
  • Trop axé arcade
  • Manque de personnalisation en match

Satisfaction du Piwi 70 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Bandai Namco !) ICI.

  • Date de sortie : 28 août 2020
  • Editeur : BANDAI NAMCO Entertainment Inc.
  • Développeur : BANDAI NAMCO Entertainment Inc.
  • Catégorie : Arcade football
  • Prix : 59,99 €
  • Classification : PEGI 7



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :