Test DC Super Hero Girls : Teen Power, incroyablement surprenant !

Je ne vais pas y aller par quatre chemins (mais quand même…), il y a des jeux qui vous surprennent en bien ou mal mais en tout cas il vous laisse une trace ou du moins sur le cul parce que vous ne vous attendiez pas à avoir ce que les développeurs ont donné (ou pas donné selon la situation). Et bien DC Super Hero Girls : Teen Power m’a vraiment surpris à tous les niveaux, y compris avec son titre à rallonge qui est un calvaire à taper et donc je nommerai le jeu par la suite DCSHGTP, merde même comme ça c’est chiant… Bref lorsque j’ai reçu le jeu, je me suis demandé dans quoi je m’étais lancé, surtout qu’après avoir fait un tour d’horizon sur le net, impossible de dégoter une preview ou un mini test, tout au plus une petite vidéo… Je me retrouve donc avec un jeu pour les enfants de surcroit très girly ne me saoulez pas avec les « y’a pas de jouet pour garçon ou pour fille » où « on peut jouer à tout que l’on soit fille ou garçon » alors oui je suis peut être un vieux réac mais jouer que des personnages filles qui adorent faire des photos et des selfies et qui font les magasins en guise passe temps, je suis désolé mais ce n’est pas ce à quoi aspire en ce moment Mini Piwi qui est en mode je suis Hulk qui fracasse… Bref je m’égare et après cette intro d’une longueur record, il est temps que je vous dise ce que j’en pense en détails.

Ne cherchez pas tout est mignon !

Jeu pour enfant oblige, on a très peu de violence, la seule présente est celle contre des jouets possédés qui ont les yeux rouges donc s’ils y ont les yeux rouges, ils sont vraiment très méchants et donc on a la droit de leur claquer le baigneur. Cette mignonnerie imbibe le scénario qui, il faut le dire manque beaucoup de cohérence ; après si vous avez des gosses et que vous avez vu un épisode de Pat Patrouille ou Miraculous, vous constaterez que l’on fait avaler beaucoup de connerie à nos têtes blondes… Bref on incarne le groupe des supers héroïnes mais aussi des supers vilaines (lorsque ces dernières ont compris que faire le mal c’est mal et faire le bien c’est… mieux ! tu l’as pas vu venir la feinte là) qui luttent contre des robots qui pètent un boulon ou des jouets qui sont possédés et qui font du mal aux gentils habitants de Metropolis. Le but va être de démasquer qui se cache derrière tout ça et de réparer les dégâts faits en ville en la reconstruisant. Le scénario permet d’inclure tous les personnages de la licence quitte à se perdre dans le scénario. Franchement l’inclusion d’Harley Quinn et plus que capillotractée mais je suis sûr que pour un gamin de 8 ans ça passe crème ! On a quand même droit à une accumulation de missions principales ou secondaires qui n’ont que pour seul but de montrer un personnage ce qui est compliqué à avaler pour un adulte car très vite on pige ce qui se passe et on veut juste progresser dans l’intrigue et pas se taper des dialogues ou scènes inutiles qui ne font que dans le fan service.

Beh voyons avec des plans de weed partout…
Allez hop tout le monde est là

Le caractère mignon est également présent dans la réalisation graphique du jeu qui est de bonne facture dans l’ensemble. Bon, il faut rappeler que l’on est sur Nintendo Switch, on a donc une console aux capacités limitées et ça se ressent dans l’animation de Metropolis. Graphiquement, c’est propre, les bâtiments sont bien dessinés, les personnages ont de la gueule où en tout cas ressemblent en tout point à ceux de l’animé pour enfants. Ce qui est gênant n’est pas imputable aux développeurs mais aux capacité de la Switch. Peu d’éléments sont affichés en même temps à l’écran et régulièrement on a l’impression d’être dans une ville fantôme. Si Metropolis propose une circulation des véhicules, il faut préciser que celle-ci est très faible, on a droit seulement au passage de deux voitures toutes les minutes…

C’est un peu vide…
L’affichage peine un peu…

Du coup le jeu ne peut que bien tourner y compris en combats ou les enchaînements sont assez fluides et pour rassurer les parents les plus pointilleux, il n’y a pas de sang ou de violence brute : à chaque coup ou a droit à une mini tornade ou des étoiles qui masquent l’impact. Et puis au risque de me répéter ce sont de méchants robots et de méchants jouets donc ils le méritent et lorsque ce sont des surper vilaines c’est juste le temps de leur mettre deux baffes pour les remettre dans le droit chemin… L’aspect sonore est correct avec des musiques qui, comme un bon Walt Disney, entrent dans votre tête pour ne jamais en sortir en l’espace de deux minutes. Les bruitages des coups ne sont en revanche pas top et j’ai régulièrement eu l’impression d’avoir un décalage entre le visuel et le son.

C’est mignon !
On ne voit pas de souffrances…

Un gameplay simple mais efficace

DC Super Heros Girls est un mélange de J-RPG, action dans une sorte d’open world. On commence par la base, l’exploration. Metropolis se décompose en quartiers, 6 pour être exacts d’une taille modeste mais suffisante pour s’y perdre, surtout le centre ville. Vous pouvez explorer librement la zone et passer d’un quartier à un autre via la carte et un système de déplacement rapide. Pour explorer vous pouvez choisir l’héroïne que vous voulez puisqu’en dehors des missions, elles sont des individus lambda qui marchent et n’ont pas de super pouvoir, vous ne pourrez que courir et sauter mollement. L’exploration prend alors des allures de plateformer pour atteindre des endroits d’apparence inaccessibles via des camions tremplins. C’est en explorant que vous accomplirez l’histoire principale mais également des missions secondaires en parlant à des PNJ, étant précisé que certains ne sont accessibles qu’avec un personnage précis, et là vous comprenez la tâche monstrueuse que peu être l’exploration !

Il y a de quoi faire !
et pas mal de quartiers
Pour trouver des mini peluches…

Viennent ensuite les phases de combats pour lesquelles vous vous transformez en super héro ! Quel que soit le personnage choisit, il a un coup de base qui fait un combo jusqu’à un smash dévastateur avec 5 coups réussis d’affilé. On a ensuite un coup spécial, pour Wonder Woman lancer son bouclier, Super Girl la super force, Batgirl un saut sur l’ennemi et deux pouvoirs également fonction de l’héroïne. Enfin toutes on un double saut ou wall jump sauf Super Girl qui vole ce qui fait d’elle le personnage totalement abusé surtout pour les ennemis volant. On a enfin une esquive qui bien timer permet de contre attaquer dans la foulée. Les combat sont simples et même répétitifs vu que les combos sont limités mais ils proposent un challenge pour peu que l’on cherche à chaque fois à débloquer les trois étoiles ainsi que la « fleur bleue » (oui je l’ai appelé comme ça) synonyme de bonus d’argent ou de points de pouvoir pour améliorer nos personnages. Le jeu propose d’ailleurs un système de réalité virtuelle pour rejouer les missions passées et tenter de débloquer tous les bonus. Pour casser le sentiment de répétitivité, on peut changer le personnage que l’on contrôle ainsi que le soutiens que l’on prend (jusqu’à deux). Choisir sa bonne équipe est essentiel pour remplir toutes les étoiles d’un combat que l’on ignore au début de celui-ci, cela peut être un nombre de coups d’affilés, des esquives parfaites, terminer le combat dans un temps donné… Je vais quand même reprocher une certaine imprécision dans la maniabilité et une caméra un peu folle qui nous fait perdre en lisibilité. Il arrive des moments où l’on va rater un enchaînement uniquement parce que la caméra est aux fraises !

Chaque perso a ses coups
Batgirl est en manque
Supergirl déchire sa race !
et elle vole !!!

Débloquer un maximum de points de pouvoir est indispensable si l’on veut améliorer nos héroïnes car il en faut beaucoup pour leur faire grimper les paliers étant précisé qu’il y 6 personnages en tout (3 gentilles et trois méchantes) ! Si vous n’améliorez pas vos personnages vous ne débloquez pas leurs coups spéciaux et vous n’augmentez pas votre puissance ce qui est préjudiciable pour les défis qui vous demandent de terminer les combats de plus en plus vite et donc de frapper plus fort., vous voyez le serpent qui se mort la queue. Bon ça reste que cinq jauges à remplir et si vous prenez le temps de faire les missions secondaires (et il y en a !) vous allez avoir suffisamment de points pour tout monter. L’autre aspect RPG est la personnalisation visuelles de vos héroïnes et supers vilains.. Ce n’est que purement visuel et ça ne porte que sur la haut le bas les chaussures et les bijoux, très girly donc. J’allais oublier la construction de la ville qui se révèle totalement anecdotique excepté pour la construction de magasins qui peuvent être utiles pour éviter de se taper des allers retours dans le quartier shopping. Les plans des bâtiments se débloquent via les missions principales et il faut ensuite les acheter avec l’oseille collectée toujours via les missions, la même qui sert aux vêtements et donc il faut faire des choix…

Réussir les objectifs secondaires est primordial
Quel haut…

Un contenu incroyable pour un jeu pour enfant !

C’est une des raisons qui explique le retard dans la rédaction du test. Je me suis dit un jeu pour enfants, ça ne va pas chercher bien loin et je me suis bien fourvoyé (ça c’est un bon mot de vieux !) ! Le contenu est assez énorme pour un jeu qui se veut pour les plus jeunes. La trame principale n’est pas bien longue mais avec les dialogues et autre cut scenes il faut bien compter 12 heures pour voir la fin. Et si l’on commence à vouloir accomplir toutes les missiosn secondaires et collecter tous les élements demandés par certaine PNJ (peluches, tags, caméras de surveillance…) on a l’impression que c’est sans fin ! Vraiment j’ai halluciné au niveau du contenu proposé. Après le jeu n’est pas bien difficile et propose peu de variétés et je dois reconnaitre qu’un certain sentiment de répétitivité s’est installé mais le jeu s’adresse aux plus jeunes et je pense que pour eux ça passe car à chaque fois le jeu fait passer une impression de réussite quoi que vous fassiez ce qui permet de garder le bambin scotché à la manette. A consommer mais avec modération et surveillance. Surtout que le jeu met en avant l’usage des réseaux en reprenant les bases de Twitter et Instagram. Tout au long de votre exploration vous allez pouvoir prendre des photos qui peuvent débloquer des évènements ouvrant des missions secondaires. J’ai été bluffé et troublé car le concept reste la course aux likes et aux abonnés, désolé de trouver cela inquiétant pour un jeu PEGI7, ça doit être mon côté vieux con réac…

Conclusion

Avant tout, je tiens à préciser que la note tient compte du public intéressé par le jeu. Il est évident que si tu es joueur et que tu as plus de 18 ans (et je suis large) DC Super Hero Girls ne s’adresse pas à toi. Pour les joueurs plus jeunes, je dois dire que ça reste un très bon jeu ! Les combats sont assez intéressants bien qu’un poil répétitif et avec une maniabilité un peu raide. La dimension J-RPG est sympathique sans être trop exhaustive ce qui évite que les jeunes se perdent dans les menus. Le jeu reste prenant avec un gros contenu qui implique beaucoup d’exploration. Cela risque d’ne rebuter certains car l’exploration se fait sans les super pouvoirs donc un peu longue… J’ai donc été conquis par le jeu même si je reste perplexe sur la place des réseaux sociaux pour un jeu qui s’adresse à un public jeune qui n’est pas censé en connaître l’existence…

Positif

  • Un contenu impressionnant
  • Tout est mignon
  • Une bonne réalisation dans l’ensemble
  • Le mélange de différents gameplay pour les plus jeunes

Négatif 

  • Les limites de la console
  • Répétitif
  • L’usage des réseaux

Satisfaction du Piwi 90 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Nintendo !) ICI SWITCH

  • Date de sortie : 4 juin 2021
  • Editeur : Nintendo
  • Développeur : TOYBOX Inc.
  • Catégorie : Action aventure
  • Prix : 59,99 €
  • Classification : PEGI 7

Le test a été réalisé avec une version presse digitale offerte par Laboite com concept (Merci Raphaël !).



Catégories :Tests

Tags:, , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :