Test Ghost Of Tsushima, vous reprendrez bien un verre de saké ?

Un peu plus d’un an après sa sortie, la dernière grosse production exclusive de la PS4 s’offre une version Director’s Cut avec une sortie sur PS5. Autant vous le dire tout de suite j’ai réalisé le test sur une version PS4 pro, je ne vais donc pas passer mon test à ergoter sur les différences graphiques avec la PS5, je vous conseillerai pour cela d’aller voir des vidéos dédiées à cet objet. La version Director’s Cut propose surtout un nouvel acte dans l’aventure principale qui prend place sur l’île d’Iki non loin de Tsushima. Vu que j’ai énormément apprécié le jeu principal, je ne pouvais pas passer à côté de ce petit plus qui n’est pas si petit que ça.

Si vous voulez voir ce que je pense de l’excellente épopée de base de Jin Sakai ça se passe ICI !

Un nouveau voyage

Revivre le passé et le renier ?

Ce DLC, c’est ainsi que je vais l’appeler va nous conduire sur l’île d’Iki, que vous ayez terminé le jeu ou alors fini seulement l’acte 2, une mission va alors se débloquer. Vous aller donc rencontrer des mongols dirigés par un nouveau commandant : l’Aigle. En plus d’un nouveau chef, ils disposent d’une nouvelle unité le shaman mais ça j’y reviendrai. Cette nouvelle armée s’est installée sur l’île d’Iki et projette d’envahir Tsushima. Le sang de notre cher Jin Sakai ne fait qu’un tour et il embarque sur un bateau pour mettre un terme à cette nouvelle menace. Sauf que l’île d’Iki est une île de pirate que le paternel de Jin a longtemps combattu et il y est mort. Il est surnommé le Fléau d’Iki, du coup le nom de Sakai n’est pas forcément facile à porter et même le simple fait d’être un samurai suffit pour vous attirer la méfiance des autochtones. Contrairement à la trame principale, vous n’êtes plus accueilli en sauveur et il faudra à chaque fois faire vos preuves.

Personne nous aime…

Autre chose, l’île d’Iki est le lieu qui a vu tomber votre père au cours d’une embuscade et que vous n’avez pas aidé alors qu’il se faisait tuer. Très tôt dans l’aventure Jin va être ne proie à un poison qui lui donnera des visions. L’histoire va donc également tourner autour du passé de Jin pris par les tourments, les regrets mais également les bons moments du passé. Le DLC reprend donc des éléments de la trame principale ou plutôt du passé de Jin qui est évoqué au cours des différentes cinématiques mais sans pour autant le dénaturer. En revanche sur la narration, elle est bien plus présente voir peut être trop à mon goût avec l’apparition de visions de manières régulières et intempestives, comprendre alors que vous êtes en pleine ascension d’une montagne à la recherche d’un sanctuaire où en pleine mission secondaire. Alors que dans l’aventure principale on avait droit à de jolies cinématiques ou des phases de dialogues posées mais instructives, dans cette aventure la narration se fait par bribes toutes les 5-10 minutes. Au final, j’ai plus accroché sur les souvenirs de Jin que l’on peut trouver sur l’île d’Iki que par les visions de l’Aigle.

Les flashbacks sont très présents
peut être trop…

Toujours aussi gracieux !

Je ne vais pas épiloguer outre mesure sur l’aspect graphique du jeu qui m’avait totalement charmé je vais surtout revenir sur l’ambiance que les gars de Sucker Punch ont réussi à donner à leur bébé via une DA qui est toujours aussi exceptionnelle ! La zone d’Iki est aussi grande qu’une des trois îles qui composent Tsushima et offre des paysages variés et tout aussi magnifique que notre île natale. Une nouvelle fois les décors poussent à la contemplations et offrent des ambiances totalement différentes que ce soient les champs de bataille du passé, les criques de pirates ou encore les montagnes couvertes de lilas. L’UHD épuré aide énormément et Ghost Of Tsushima est l’un des rares jeux pour lequel j’ai pris le temps d’utiliser le mode photo. La qualité graphique reste au rendez vous et j’ai même eu l’impression que l’île d’Iki avait bénéficié de plus de soin. Galoper dans les champs et voir l’herbe bruisser avec le vent reste toujours aussi bluffant pour moi ! On retrouve toujours quelques éléments moins travaillés mais le rendu final reste quand même d’une qualité bien supérieure à ce qui se fait généralement pour un AAA.

Simplement magnifique !
Là je m’arrête et j’admire

Si les paysages poussent à la zénitude et à la contemplation, cela contre balance avec la violence et le dynamisme des combats qui sont toujours impressionnants surtout lorsqu’il s’agit d’assassiner ou de porter le coup de grâce à l’adversaire ! Je suis toujours aussi bluffé ! Les bruitages sont de bonne qualité tout comme les doublages et que dire des mélodies jouées à la flute et aux sonorités très asiatiques qui vont plonge totalement dans l’atmosphère du Japon médiéval ? On a beau changé d’environnement, d’ennemis et de rajouter des pirates, l’immersion reste parfaite et totale ! Les gars de Sucker Punch ont parfaitement su prolonger le travail qu’ils avaient parfaitement réalisé avec le jeu original !

La DA est exceptionnelle !

Un gameplay enrichi

Pour ce qui est du contenu, la version Director’s Cut avec ce nouvel acte suit la même progression que pour les autres. On a donc des missions principales qui nous conduisent petit à petit vers un duel avec l’Aigle. A côté, on a des missions secondaires qui permettent de creuser le background de l’île d’Iki et des nouveaux personnages récurrents que l’on croise mais les développeurs nous ont également réservé des têtes connues pour des moments qui arrivent à nous tirer un sourire du coin des lèvres (je pense au bandit/vendeur de saké). On a également droit à deux récits de légendes qui nous donnent des combats plus relevés que pour le reste du jeu et qui nécessite l’emploi de techniques spéciales si l’on veut se donner plus de chances. On a également les activités annexes avec des sanctuaires à retrouver, des entraînements aux bambous à faire mais pas que !

Impossible de passer à côté des légendes !
Les animaux sont plus présents

Les développeurs ont ajouté des mini quêtes qui viennent relancer le jeu avec de nouvelles mécaniques de gameplay. Tout d’abord les sanctuaires qui sont maintenant scindés en sanctuaires du chat, du singe ou du cerf. Cette fois, il ne faut pas crapahuter mais jouer un morceau à la flute, le but étant de rester dans la zone de la bonne note en inclinant la manette vers le haut ou le bas. Une nouvelle mécanique qui change et qui apporte un vent de fraicheur. Autre nouveauté, les défis d’archerie qui demandent d’abattre des suites dans un temps donné : 21 secondes pour le bronze, 15 pour l’argent et 7 pour l’or. Je vous le dis pour l’or, il faut les avoir bien accroché !!! Dernière nouveauté les souvenirs de votre père qu’il faut retrouver et qui nous apprennent plus sur certains moments du passé de Jin. Enfin on trouve un easter egg avec les trois temples oubliés qui sont des références à des exclu Play à savoir : Shadow of the Colossus, Bloodborne et God of War de 2018. Ces temples nous donnent une énigme à résoudre pour obtenir une nouvelle tenue. Au final avec les anciennes activités et les nouvelles comptez 5 bonnes heures pour faire la trame principale et le double pour un 100% ce qui n’est pas négligeable pour un DLC.

Pas mal de nouvelles activités
Les défis à l’arc sont assez chauds
Belle idée de gameplay
Des temples easter egg…
… Qui offrent des récompenses sympas !

Pour ce qui est des combats, là aussi on a droit à de la nouveauté, bon OK c’est moins transcendant que pour les activités annexes ! Les combats reposent toujours sur les quatre types d’ennemis qui nous obligent à jongler entre les différentes postures pour plus d’efficacité, bouclier, épée, lance ou brute. Il faut toujours privilégier la parade riposte qui au pire brise la garde d’un ennemi et au mieux one shot l’ennemi si elle est parfaite. Sauf qu’un nouveau type d’ennemi est ajouté : le shaman qui modifie la stratégie de combat. Ce soldat est capable de motiver les troupes qui ont alors une sorte d’endurance infinie et donc une garde quasi impossible à briser… Si en facile ça passe encore, en mode difficile, il faut vite tuer le shaman en premier pour rendre tous les autres soldats accessibles… C’est bien pensé sauf quand le shaman est de l’autre côté de la base et motive la base entière !!! Il faut vraiment bien observer l’ennemi et la jouer moins bourrin même si vous avez toutes vos capacités et techniques au max, j’ai trouvé le DLC plus difficile que le reste du jeu pourtant il est accessible dès le deuxième acte. Dernier ajout : la charge à cheval car notre fidèle destrier (il s’appelle Nobu chez moi) est mis en avant dès le début de l’aventure lorsqu’il s’agit de le retrouver et le bougre sait maintenant foncer sur les ennemis pour les renverser voir les tuer pour les plus faibles. Honnêtement, cet ajout est là mais n’est pas forcément utile in game à part pour des escarmouches en pleine campagne.

Foutu Shaman !
La charge à cheval
Les combats sont toujours aussi violents !
Si si j’insiste sur la violence !

Conclusion

Je ne vais tortiller du cul pour chier droit : Ghost of Tsushima est toujours aussi bon ! J’avais été totalement conquis par le jeu de base et cette version Director’s Cut ajoute un contenu plus que conséquent avec pas mal d’éléments de gameplay qui ont été ajouté sans pour autant dénaturer l’ambiance et l’esprit du jeu de base ! On retrouve des combats dynamiques et qui peuvent être approchés de manière différentes, de l’exploration avec un UHD totalement épuré et pour seul guide le vent. Graphiquement le jeu est très bien fait et l’île d’Iki reste dans la même veine et je dirai même qu’elle a eu droit à un meilleur traitement ! Bref que vous ayez fait ou pas le jeu, je ne peux que vous conseiller de foncer les yeux fermés vous serez charmé par le jeu ou par son contenu additionnel qui vaut le détour !

Positif

  • Une DA toujours aussi parfaite !
  • Beaucoup de nouveaux ajouts et de mécaniques de gameplay
  • Un joli contenu pour un DLC

Négatif 

  • Les combats restent répétitifs
  • J’en veux toujours plus…

Satisfaction du Piwi 89 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Sony !) ICI PS4/PS5

  • Date de sortie : 1 juin 2021
  • Editeur : Capcom
  • Développeur : Capcom
  • Catégorie : Action aventure
  • Prix : 29,99 €
  • Classification : PEGI 12

Le test a été réalisé avec une version presse digitale PS4 offerte par Sony (Merci Julien !)



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :