Temps de lecture : 9 minutes

Pré-Préambule :

Il s’agit d’un des premiers tests du Piwi écrit pour Xbox anywhere et que le Piwi n’avait pas mis sur son blog, c’est chose faite !

Préambule

Xenon Valkyrie+ est le type de jeu qui vous rappelle les jeux de votre enfance : pas de vie multiple, pas de continue, pas de checkpoint, pas de mot de passe et encore moins de sauvegarde le tout compensé par… une difficulté monstrueuse…

Ajoutez à cela des graphismes type pixel art qui sentent bon la Super Nintendo et des sons nous rappelant l’ère 8-bit et vous obtenez Xenon Valkyrie+ : un jeu ou l’on se surprend à dire pour la Xème fois : « une dernière partie pour la route ».

Xenon Valkyrie est un rogue-like qui mélange habillement les mécaniques de Spelunky avec celles de Rogue Legacy.

On précisera que Xenon Valkyrie + est le portage de Xenon Valkyrie précédemment sorti sur Steam et PS Vita d’où le « + »…

Qui a parlé d’histoire ?

On touche du doigt le (seul) point négatif  de ce jeu. En effet que ce soit en termes d’histoire ou de tutoriel le jeu est extrêmement avare si bien que l’on se retrouve à expérimenter les choses sans savoir où nos expériences vont nous mener…

« Des siècles après une grande guerre oubliée depuis longtemps, une paix apparemment éternelle est ébranlée par une sinistre présence qui émane de la Lune. La plupart des créatures et des robots qui y habitent deviennent enragés et hostiles, une sorcière prépare un plan pour envoyer l’humanité dans l’ère des ténèbres en invoquant un dieu . Mais, au milieu des ombres qui menacent de consommer chaque signe de vie, une lueur d’espoir apparaît ! » : voilà l’histoire qui vous sera contée avec en fond un scrolling d’une pierre ancestrale et pis c’est tout ! Le jeu se poursuit avec le choix du personnage et vous êtes lâché dans le grand bain.

On se doute bien de qui va devoir jouer la lueur d’espoir mais quelques explications sur les personnages ou les lieux (et surtout la façon de jouer mais j’y reviendrai plus tard) n’auraient pas été de refus.

xenon-valkyrie-enchaine-sur-ps4-et-xbox-one-ace0ba6d__830_470-e1519659799302 (1)
Ce type de scrolling ne peut que rappeler certains grands jeux de l’époque 16-bit…

Mais qui êtes-vous ? Une grenouille qui part sur la lune et toi ?

On doit donc choisir un personnage sur les trois proposés. Vous avez donc le choix entre Eloen, Renna ou Nue ou plus simplement la fille au cheveux blancs celle au cheveux rouges ou la grenouille (?).

Je ne m’attarderai pas sur leur histoire et pour cause, on ne sait rien d’eux y compris quant à leur capacité spéciale et là, cela devient plus ennuyeux…

On a donc Eloen qui est l’héroïne du jeu (c’est en tout cas celle de la jaquette). C’est le personnage le plus équilibré au niveau des statistiques et elle a un pouvoir spécial très intéressant puisqu’il permet de lâcher une bombe collante pouvant exploser le décor vous permettant de creuser dans le mur.

Renna bénéficie d’une force d’attaque plus grande mais sa capacité spéciale est inutile puisqu’elle permet de « révéler » l’emplacement du mini boss et du coffre qui y est assorti. Cette capacité est inutile car les niveaux ne sont pas gigantesque et il est quasiment impossible de rater les mini boss ou les coffres à moins de le faire exprès.

Enfin Nue, très faible en combat mais qui possède un saut multiplié utile pour l’exploration. Je n’ai toujours pas trouvé la réponse à la question pourquoi une grenouille pour combattre une sorcière sur la Lune…

Chaque personnage bénéficie d’une épée et d’un flingue aux munitions très limitées. A ce sujet, bug ou erreur de programmation, le flingue n’est pas utilisable face au boss ce qui rend Nue inutile car sa force est sa grande capacité en munition… A priori cela ne sera pas corrigé car le problème était déjà présent sur les versions Steam et PS Vita.

Avant de sauver l’humanité, il faudra payer le prix du sang…

Une fois le personnage choisi, la partie commence sans aucune explication supplémentaire…

Le jeu est un rogue-like. Si vous ne savez pas ce que c’est, c’est que vous avez passé les 30 dernières années dans une grotte mais une petit rappel ne fait pas de mal.

Traditionnellement, un rogue-like est un jeu au sein duquel le joueur parcours des niveaux sous terrains générés aléatoirement…oh wait… mais c’est exactement la définition de Xenon Valkyirie+! A cette mécanique, on y ajoute celle qui nous fait tout perdre (je dis bien tout) à chaque mort nous obligeant ainsi à recommencer à zéro…Les deux combinées donnent un jeu d’une incroyable difficulté.

Le jeu se revendique également RPG. Or et selon mon humble avis personnel, les deux mécaniques expliquées juste avant détruisent tout aspect RPG puisque le joueur doit repartir de zéro.

 

On s’enfonce donc dans les tréfonds de la Lune. Le game-design est simple, le jeu se compose de 4 niveaux eux mêmes composés de 2 sous niveaux. Chaque sous niveau comporte un ou deux mini-boss et le les niveaux se terminent pas un combat de boss dont le sprite prend les 3/4 de l’écran.

ss_f697b41e9b3b766bf6c65e1af927db8ab64bf1ca-600x338 (1).jpg
Chez Criminal Mind, on ne plaisante pas avec les boss

Le bestiaire composant chaque niveau est relativement varié on déplorera le manque d’originalité des mini-boss qui sont en fait des mobs classiques que l’on retrouve en version plus grande.

L’exploration des niveaux ressemble trait pour trait à celle de Spelunky c’est à dire vous partez du haut de la map et vous devez vous enfoncez vers le bas jusqu’au portail qui vous amène à la zone suivante.

Au cours de votre aventure, vous pourrez mettre la main sur des équipements et armes boostant vos capacités se rendant ainsi indispensables. Votre personnage gagnera également en niveau vous débloquant un point de capacité permettant d’améliorer votre force, votre défense, votre capacité en munition ou encore votre santé (qui ne se régénère pas entre chaque niveau à la manière d’un Rogue Legacy…).

Entre chaque sous niveau, on trouve une « aire de repos ». Cette pause vous permet d’améliorer votre personnage ou d’acheter (avec des cells la monnaie locale du jeu) des items générés aléatoirement dans la boutique ce qui ajoute du hasard à la difficulté : imaginez le moment où vous êtes juste avant le dernier boss avec un seul point de vie et la boutique qui ne vend pas de potion…

Les Boss, eux, constituent dans une certaine mesure un moment de « détente » puisque leurs paterns sont fixes et demandent seulement à être appris pour ne faire qu’une bouchée de votre adversaire…

Tout ceci, vous le découvrirez de manière empirique, car le jeu, bien que traduit intégralement en français ce qui est suffisamment rare pour le souligner, ne comporte aucun tutoriel. Par exemple j’ai découvert l’utilité de la capacité de Renna totalement par hasard ; l’animation ne permettant aucunement de la deviner…

ss_dfa18b96c9121f24b115f757bdb2f3971d85b4e3-600x338 (1)
L’aire de repos avec sa boutique et ses PNJ accueillants

Et après ça me direz vous, quant paie-t-on le prix du sang ? J’y viens… Le second point négatif du jeu (qui ne le sera pas pour tous) est la difficulté.

Pour 90% des joueurs la première partie ne dépassera pas une minute ; 50% des joueurs risque de se décourager avant la moitié du jeu. Vous démarrez avec 12 points de vie alors que le premier ennemi peut vous faire 4 de dégâts…

On se prend très vite à râler à la moindre petite erreur qui nous coûtera très cher dans les 10 prochaines minutes.

La mort est extrêmement punitive puisque vous perdez également toute votre expérience et équipement alors que dans Rogue Legacy par exemple, vous conservez au moins les capacités que vous avez débloqué pour votre personnage.

Attention à la fin de chaque niveau, vous pouvez débloquer un totem qui fera office de checkpoint en cas de mort (tout comme l’ingénieur dans Rogue Legacy, décidément !). Le problème est que votre level repart de zéro. Or si le premier niveau est difficile à level 0 je vous laisse le soin d’imaginer le niveau 3…

Il n’en demeure pas moins que le jeu intéressera plusieurs publics : les hardcores gamers qui attendent du challenge, les fans de Rogue-like dont le genre est sous représenté sur Xbox ou encore ce qui voudront découvrir un nouveau genre car il faut bien l’admettre l’admettre, Xenon Valkyrie + bénéficie d’une excellente réalisation.

Le jeu s’adresse également à une communauté particulière de joueurs : les speedrunners. Cette affirmation se justifie par la présence d’un timer aucunement justifié dans le gameplay ou même dans l’histoire. En effet Xenon Valkyrie + est un jeu qui peut se jouer de deux manières : prudente dans ce cas comptez une bonne heure (avec de la pratique) pour terminer le jeu ou, en sprintant à la manière d’un speedrun et le jeu peut raisonnablement être fini en 30 minutes…

Votre humble serviteur confessera avoir voulu jeter le jeu après 30 minutes de jeu pour au final constater y avoir passé plus de 15 heures, l’avoir fini plusieurs fois et avoir découvert une fin cachée (mais chut c’est réservé au plus persévérants…).

xenon-valkyrie-plus-steam-achievements-trophies-walkthrough-2 (1)
Pour comprendre le titre du jeu, il faudra souffrir…

Et l’emballage dans tout ça ?

Coté graphisme, il n’aura pas échappé que le jeu relève du pixel art avec un résultat plutôt inégal mais qui reste réussi dans l’ensemble. Si les premiers niveaux sont bien modélisés, il semble qu’il y ait quelques ratés notamment quant au dernier niveau dont le choix des couleurs ne va que vous abîmer la rétine ou vous obliger à diminuer la luminosité de votre téléviseur…

ss_90f8d8770c8904398e67b63088c5e4640c5fd5ca-600x338 (1)

ss_2342904e407106b5701665ae0623c9a4b9dead3c-600x338 (1)
Si la modélisation des premiers niveaux est plutôt réussie…
ss_5feda26334c43b84202e7fc801429719bb1eccaf-600x338 (1)
…les derniers niveaux perdent en lisibilité

Les ennemis ainsi que votre personnage bénéficient de sprites convaincants et une mention spéciale doit être donnée pour la modélisation des boss à la taille imposante.

image5 (1).jpg
Quand on vous dit que les boss prennent l’intégralité de l’écran

Coté son, une fois encore ils vous rappelleront l’époque des Nintendo Nes et autre Super Nintendo… Ils collent parfaitement à l’esprit rétro du jeu et à ses graphismes pixelisés. Après cela reste une question de goût, personnellement je suis fan.

Chaque niveau bénéficie de son thème plutôt intéressant et la boucle n’est pas si courte préservant ainsi vos doux tympans.

 

Le bilan

Inutile de faire la fine bouche Xenon Valkyrie + est un excellent jeu de type Rogue-like qui reste un genre sous représenté sur Xbox. Sa qualité justifie les multiples portages dont il a bénéficié. Pour ceux ayant fait le tour de Spelunky et qui sont à la recherche d’un nouveau challenge, ce jeu est fait pour eux. Les plus jeunes d’entre nous qui n’ont pas eu la chance de découvrir le jeu vidéo « à l’ancienne » y trouveront là une chance de se rattraper.

Les Plus : 

  • une jouabilité au poil
  • la possibilité d’exploiter le jeu sous différents gameplays
  • une réalisation rétro bien léchée et cohérente
  • enfin un Rogue-like de qualité !

Les Moins :

  • l’absence de narration / tutoriel
  • la difficulté du jeu pouvant en rebuter plus d’un
  • des choix graphiques à revoir sur la fin

Satisfaction du Piwi : 90%

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Diabolical Mind ni COWCAT) ICI

Informations générales :

  • Date de sortie : 21 février 2018
  • Editeur : Diabolical Mind / COWCAT
  • Catégorie : Action / Aventure
  • Prix : 9,99 €
  • Classification : PEGI 7

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :