DragoDino, autopsie d’un œuf de dinosaure

Pour ceux qui ne connaissent pas le monde du PC (ou ceux qui n’en ont pas…), DragoDino c’est un rogue-like / plateformer sorti depuis juin 2017 (déjà!) sur PC. Développé par nos petits français de TealRocks Studio (Cocorico !), ce jeu avait reçu d’excellentes critiques pour un jeu indépendant qui plus est fait à 4 mains (oui chez TealRocks on fait tout à deux c’est beau l’amour). Aujourd’hui il bénéficie d’un portage sur Xbox One notamment. Attardons nous sur ce rogue like cartoonesque aux allures trompeuses de « c’est trop mignon« !

 Touche pas à mon oeuf !

Le speech est très simple : vous devrez retrouver l’œuf perdu de Bob, logé au sommet de l’arbre géant, en gravissant les 10 niveaux du Royaume de la Forêt. Le Piwi ne sait pas si c’est le fait d’être jeune papa mais le scénario sans casser trois pattes à un canard est attachant.

Dès le départ, vous avez le choix entre 4 personnages ou plutôt deux. En effet de base, le jeu vous propose le couple de dragons blancs ou noir. Ils ont les mêmes statistiques, seule la couleur change. Au sein du couple vous aurez le choix entre le papa, Bob, ou la maman, Lola. Avec humour, on constatera que maman dragon est plus lourde et moins rapide que papa dragon mais bénéficie d’un slot de vie supplémentaire (4 au lieu de 3 et ce petit slot peut faire la différence…).

30-04-2018_08-14-23

Maman est plus facile à jouer…

Le but est donc de gravir l’arbre géant pour récupérer l’œuf tant précieux. Les niveaux sont tous verticaux et il s’agit là d’un aspect fondamental du gameplay. Chaque niveau est composé de 4 tableaux ou sous-niveaux au sein desquels vous devez récupérer des cristaux magiques vous donnant un pouvoir qui vous permettra d’accéder au tableau suivant (le Piwi s’est il bien fait comprendre?). Le Piwi développe. De base, votre dragon a un saut (ridicule) et dans les premiers niveaux vous n’aurez qu’à récupérer des cristaux bleus qui vous donnent accès à un super saut dont la hauteur augmente en fonction du nombre de cristaux que vous avez. Au départ donc, il faudra récupérer les 5 cristaux bleus qui vous permettront de sauter jusqu’au tableau suivant. Par la suite, vont s’ajouter des cristaux d’autres couleurs donnant de nouveaux pouvoirs à combiner comme par exemple le vert qui donne la capacité de faire apparaître une plateforme végétale.

Les cristaux sont tous détenus par des ennemis dont il vous faudra vous débarrasser pour récupérer votre précieux. Ne vous inquiétez pas les ennemis détenant les dites pierres sont parfaitement identifiables. Pour vous défendre vous avez à votre disposition un tir que vous pouvez améliorer via les différent bonus que vous saurez débusquer. Vous pourrez ainsi améliorer la portée, la cadence, la vitesse et bien sûr la puissance. Au de là des simples améliorations de votre laser, il existe des bonus qui sont de tout types passifs ou actifs et ont chacun une utilité en fonction de votre situation et des ennemis que vous rencontrerez. Vous aurez ainsi la possibilité d’avoir un bouclier de protection, de vous déplacer plus vite, de larguer des bombes (empoisonnées, paralysantes ou blessante, le dragon est vicieux…). Il faut être honnête, ces bonus sont absolument essentiels si vous espérez terminer le niveau car Dragodino est extrêmement difficile.

30-04-2018_08-13-53

Un exemple de bonus

30-04-2018_08-13-54

Le Graal du bonus : un slot de vie supplémentaire

Dragodino c’est chaud chaud chaud !

Au départ tout est beau tout est mignon… On se balade dans des niveaux cartoonesques magnifiques on croise quelques ennemis pas bien méchant, tout roule… On peste même sur la facilité du jeu et on se demande si le jeu n’est pas réservé aux enfants (le Piwi pense au PEGI3). Et puis arrive le troisième niveau et c’est la claque. La courbe de difficulté est exponentielle voire même rebutante. Le niveau devient très long, les sous tableaux sont extrêmement fournis en terme d’ennemis et on s’aperçoit vite que les bonus doivent faire l’objet d’une gestion très stratégique voir militaire… Car à chaque mort, les bonus que vous aurez sur vous (au nombre de trois maximum) sont perdus ! Heureusement vous croisez fréquemment un marchand auprès duquel vous pouvez stocker vos bonus et surtout racheter de la vie au moyen de pièces à découvrir dans les niveaux.

30-04-2018_08-14-20

Votre meilleur ami du jeu : le marchand

Bien évidemment comme tout rogue like qui se respecte, la mort vous fait recommencer le niveau à zéro, niveau généré aléatoirement… Le Piwi ne parlera même pas du mode difficile où la mort vous fait repartir au début du jeu (??!!). Pour s’en sortir le Piwi n’a pas hésité à faire du farm puisque les objets stockés chez le marchand sont conservés malgré votre mort (ouf!). Du coup on se retrouve à faire des try pour uniquement collecter des pièces et bonus pour se préparer à notre véritable tentative. Car tous les trois niveaux, vous aurez droit à un boss… Certes ses paterns sont fixes ce qui fait qu’en l’apprenant vous pourrez vous en défaire facilement SAUF QUE : le niveau pour y arrivé est long et difficile et vous n’êtes pas sûr d’y arriver à chaque fois ET les combats de boss sont longs et nécessite une attention de tous les instants car la marge d’erreur est quasi inexistante…

Alors oui le Piwi adore les rogue-like exigeants difficiles mais celui-là est à un niveau rarement vu… La difficulté en devient rebutante, un mode facile aurait été opportun avec un checkpoint à mi-niveau pour permettre au joueur de s’entraîner sur certaines phases et notamment les boss.

Franchement cette difficulté est le point noir du jeu est c’est dommage car le jeu vaut vraiment le détour et dispose d’une rejouabilité certaine. Tout d’abord, Dragodino veut intéresser les speedrunners avec la présence d’un timer. Le temps est d’ailleurs bien présent puisqu’à la fin de chaque niveau votre temps et votre record sont affichés et permettent de comparer votre skill avec celui des joueurs du monde entier.

30-04-2018_08-14-01

Le temps est plus que présent

Ensuite, en fouinant comme un dragon (nouvelle expression copyright déposé), on déniche de nombreux collectibles ressemblant à des pierres sacrées de différents types ou encore des pièces bonus. Le Piwi n’a pas réussi à trouver leur utilité mais il faut rappeler que 4 autres personnages peuvent être débloqués dans le jeu. Tout ceci, si vous avez le courage de dompter cette difficulté.

30-04-2018_08-14-25.png

Beaucoup de courage pour parvenir à la fin

Une réalisation de feu mais une jouabilité de dinosaure…

Indéniablement, Dragodino soigne nos rétines. L’aspect cartoonesque est particulièrement réussi, oui le jeu est beau surtout que les ennemis ainsi que votre personnage bénéficient tous d’animations du plus bel effet. Les thèmes graphiques changent tous les trois niveaux ce qui permet de donner une identité propre à chaque partie du jeu. Cette identité se retrouve dans les graphismes mais également et surtout dans le bestiaire qui est fourni et varié. Si dans chaque niveau, certains ennemis ne sont que des trashmobs grossis ou aux sprites de couleurs modifiés, chaque monde a son bestiaire exclusif. On retrouve naturellement les hérissons dans la forêt et les indigènes extraterrestres dans les cités oubliées. Les ennemis ont bien évidement chacun une attaque différentes et que l’on ne retrouve pas chez un autre ce qui oblige le joueur a bien identifier et apprendre les paterns de chaque sbire.

30-04-2018_08-14-09

30-04-2018_08-13-58

Si on chipote (et le Piwi chipote toujours), on râlera sur l’arrière plan flouté constamment. Et on ralera encore plus sur certains choix de gamedesign des développeurs et pour ça le Piwi invite tous les joueurs à tester le monde 6 dans lequel on retrouve des ennemis vous envoyant des tornades qui vous poussent mais également des tornades apparaissant aléatoirement : c’est d’une lourdeur surtout dans un plateformer vertical exclusif car ces plateformes n’enlèvent pas de vie elle vous la pourrit c’est tout… Un screenshot parlant :

30-04-2018_08-13-49.png

Comment péter un plomb…

Il faut quand même décerner une mention spéciale aux boss qui sont de toute beauté : imposant avec de belles animations tout ce que l’on aime dans les boss version old school.

Bon carton rouge pour certains bugs d’affichages surtout lorsqu’ils arrivent au boss et que cela fait deux plombes que vous vous battez pour y arriver avec tous vos meilleurs power-up :

30-04-2018_08-13-41

Y’a comme un hic…

Question bande son et effets sonores, les musiques sont entraînantes et vont plutôt bien avec ce qui est proposé à l’écran. Attention ce ne sont pas les musiques du siècle mais elles ont le mérite de faire le boulot sans vous vriller les tympans. Les effets sonores sont à leur place à savoir en fond sonore sans pour autant que leur répétition en soit fatigante y compris pour le son du laser que vous n’arrêterez pas de marteler.

L’aspect négatif du jeu outre son incroyable difficulté et la maniabilité du personnage. Attention le personnage répond parfaitement bien et aucune latence n’est à déplorer dans l’exécution des sauts. Non le problème est la précision… Tout d’abord impossible de jouer avec une manette Elite car le retour du joystick faisait retourner le personnage (ennuyeux n’est-ce pas ?). La faute a un calibrage trop précis au niveau du jeu, en effet malgré les réglages à l’extrême de la manette, le problème subsistait. Ensuite et surtout, les sauts manquent trop de précision surtout que notre héros est capable de planer mais il est extrêmement difficile d’atterrir exactement ou l’on veut… C’est vraiment dommage surtout pour un plateformer vertical dans lequel la marge d’erreur est interdite. Le Piwi ne vous cache pas qu’après deux heures de je, crever comme une ***** à cause d’un saut imprécis ça peut faire vriller…

Éclosion

Dragodino est réservé aux joueurs qui aiment souffrir pour voir la fin d’un jeu. La difficulté peut même être rebutante pour une partie des joueurs. C’est vraiment dommage car le jeu bénéficie d’une excellente réalisation et propose une rejouabilité intéressante avec des niveaux générés aléatoirement à chaque partie et de nombreux collectibles à dénicher. Tout ce contenu se réserve aux plus courageux et persévérant.

Positif 

  • une réalisation cartoonesque parfaite
  • une combinaison rogue-like plateforme réussie
  • une rejouabilité intéressante

Négatif 

  • une difficulté dantesque
  • des imprécisions au niveau des sauts

Satisfaction du Piwi 87%

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Plug In Digital ni TealRocks Studio ) ICI

Informations générales :

  • Date de sortie : 11 avril 2018
  • Editeur : Plug In Digital
  • Développeur : TealRocksStudio
  • Catégorie : Action / Aventure
  • Prix : 9,99 €
  • Classification : PEGI 3

 

 



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :