Test Demons With Shotguns, à plusieurs seulement…

Acte 3 des jeux édités par Digerati pour Noël avec Demons with Shotguns qui se présente comme un jeu d’action et d’aventure mais qui est en fait une sorte de party game qui prend donc tout son sens lorsque l’on joue à plusieurs… Je dis sorte de party game car à l’inverse de la licence Mario n’espérait pas faire des jeux différents aux règles différentes on va rester dans le basique et le bourrin : le jeu est un défouloir en mode rétro point barre ! Voyons ce que nous ont concocté les gars de MindShaft Games et Stage Clear Studios !

Demons with Shotguns_20191217212320

Du multi mais uniquement en local !

Je vous avoue avoir été très surpris à l’écran titre de voir que le jeu nous proposait uniquement des modes multijoueurs ! On a donc le choix entre le mode multi et le mode vague qui peut aussi être joué en solo (ouf) ! Sauf que je suis passé très vite de la surprise à la déception quand j’ai vu que le jeu était jouable en multi mais uniquement en local ! Et là je me demande comment en 2019, des jeux ne peuvent proposer que du local ! Je comprends que les dév soient limités en terme de moyens mais dans ce cas il faut proposer un mode solo consistant histoire d’aider à faire passer la pilule. Au final j’invite un pote, si c’est pour jouer en local, je vais d’abord proposer un FIFA, puis un zombie COD, un petit duel sur Mario Kart voir même sur The voice (oui oui!) mais il est certain que Demons With Shotguns ne sera pas le premier jeu qui me viendra à l’esprit (pour les raisons que je vais développer juste après…). Bref commençons par décrire le mode multijoueurs qui nous propose donc de jouer jusqu’à 4 dans 9 modes de jeu différents. On retrouve les classiques match à mort par équipe, solo, capture du drapeau mais aussi un mode dans lequel il faut prendre l’âme de ses adversaires pour gagner la partie. Après pas de quoi casser trois pattes à à un canard et puis on retombe très vite sur le problème du local car déjà que convaincre un pote de jouer à ça n’est pas chose aisé mais trois voir quatre parce que même vous vous n’êtes plus convaincu c’est impossible !

Demons with Shotguns_20191217215656

Le mode qui peut se jouer en solo est le mode « end of time ». Il vous propose de survivre à plusieurs vagues d’ennemis pour débloquer l’arène suivante. La première arène vous propose 6 vagues, puis 7, puis 8 puis 9 et enfin 10 ce qui nous fait 5 arènes seulement… Dans chaque arènes on retrouve un bestiaire commun puis quelques monstres originaux (de l’ordre d’un par arène). Une nouvelle fois, le contenu est minimaliste : on a les anges qui vous foncent dessus pour ensuite se caler dans un coin de l’écran et ne plus bouger (je pense à ce sujet qu’il y a un bug les concernant), des démons armés d’un pompe, d’autre d’un lance roquette (wtf ?!?!), des démons qui lancent une hache, des goules et des sortes de mini Jabba le Hutt qui explose en dégageant un nuage vert et c’est tout !!! Oui le bestiaire est vraiment limité… C’est simple, il n’y a même pas un boss de proposé ! A chaque fois, les ennemis, leur nombre, leur nature et leur emplacement apparaissent de manière aléatoire ce qui permet d’éviter (mais vraiment pas beaucoup) un sentiment de répétitivité. En fait je me suis aperçu que le jeu est une sorte de game and watch de l’époque, vous savez ces consoles portables contenant un jeu avec un écran fixe, et bien c’est exactement ce que propose Demons With Shotguns ! Alors après les arènes présentent quelques mécaniques de gameplay comme les téléporteurs mais ça reste très maigre et sous exploité et on aurait aimé en avoir plus surtout que le jeu a eu droit à près de 4 ans de développement (les premières préview datent de 2015).

Demons with Shotguns_20191217213836

Un gameplay et une technique moyens !

Le jeu propose 6 personnages : deux démons, un prêtre, une none, la mort et un ange. Ne cherchez pas les différences entre eux il n’y en a pas hormis leur character design constitué de deux pixels… Vous avez à votre disposition, un pompe, une attaque de mêlée, un bouclier renvoyant les balles, un double saut, une eau bénite qui en fait une grenade et c’est tout ! Attention car le jeu peut se montrer corsé et il ne propose que deux modes de difficulté normal ou hardcore ! Certains ennemis demandent jusqu’à 4 balles pour crever alors que tous vous one-shot. Autre difficulté, votre pompe n’a que 7 cartouches et ensuite il faut le recharger au seul endroit du tableau et devinez comment on fait si un ennemi spawn sur les munitions et que l’on est à court (ce qui arrive souvent !!!) et bien on recommence ! Je vous cache pas avoir pesté en crevant sur la dernière vague à cause d’un foutu pixel de m*** ! Le jeu va donc parfois vous demander un peu de stratégie pour démonter tous les ennemis du niveau. Pour vous aider vous avez droit à des cartes de tarot qui sont des bonus apparaissant dans le tableau enfin bonus c’est vite dit car j’ai plus eu l’impression d’avoir un handicap… Le bonus possédé vous fait tirer sans interruption et donc sans pouvoir vous protéger et donc on crève, le speed boost vous fait aller plus vite sauf que le personnage a déjà deux savons sous les pieds du coup on crève, le sand of time ralentit le temps et rend le personnage ingérable avec le double saut et donc on crève… Géniaux comme bonus non ?

Demons with Shotguns_20191217212234

Mais ce n’est pas tout ! J’ai déjà commencé à l’évoquer mais la maniabilité de votre personnage vous fera perdre des cheveux ! Le double saut est vraiment chiader et il faut sauter vraiment au pixel prêt à certains endroits pour atteindre la plateforme. je ne compte pas le nombre de fois ou le personnage ne saute pas malgré la pression sur le bouton car il faut appuyer vraiment bien en avance… Il faut également prendre en compte les animations de votre personnage pour tirer et dégainer son bouclier qui créent un temps de latence entre le moment ou vous appuyer et le moment ou l’action est effective à l’écran. Combien de fois je suis mort car votre personnage est lent à mourir justement, pour sortir son bouclier… Mais le pire restent les déplacements de votre personnage. Deux possibilités s’offrent : soit votre héro s’est beurré les chaussures avec du saindoux, soit l’intégralité du jeu propose des sols de glace type mario et qui vous font glisser… Franchement je l’ai vécu comme un calvaire surtout que la dernière arène propose de fines plateformes… Tout simplement horrible. Après et malgré les difficultés du jeu et de la maniabilité, le contenu est vraiment restreint et il ne faut pas plus de deux heures pour débloquer toutes les arènes ce qui est peu pour le prix proposé !

Demons with Shotguns_20191217221231

Un petit mot sur la réalisation qui s’inscrit dans le droit fil de la maniabilité. Entre un bestiaire limité, peu d’arènes proposés et l’aspect pixel art minimaliste pour cause de mode rétro, je trouve que cela fait vraiment juste ! Une nouvelle fois, il faut distinguer pixel art et bouillie de pixels. Attention Demons With Shotguns n’entre pas dans la seconde catégorie mais on est loin des standards type pixel art. L’aspect sonore est pas mal mais totalement anecdotique. On entend bien les coups de pompe, encore heureux, et j’aime bien la voix grave bien caricaturale qui surgit un peu comme les jeux en borne d’arcade.

Demons with Shotguns_20191218202148

Conclusion

Demons With Shotguns est vraiment particulier… La réalisation en pixel art est moyenne et la maniabilité est la même que dans les jeux moyens de l’époque 8-bits. Il n’empêche que le soft est jouable et propose un tout petit challenge qui peut nous intéresser le temps d’une heure ou deux. Mais proposer un jeu uniquement « multi » est risqué surtout en local seulement et il sera plus difficile voir impossible de convaincre trois potes de venir boire un coup et d’y jouer plutôt que de finir le jeu…

Positif

  • Un bon trip à plusieurs
  • Côté retro sympathique

Négatif 

  • Maniabilité aux fraises
  • Contenu très restreint

Satisfaction du Piwi 49 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Microsoft ni Digerati !) ICI ou ICI.

apps.32392.67738621033883664.788c4716-e420-4066-b714-dcbe9cf43544

 

  • Date de sortie : 24 décembre 2019
  • Editeur : Digerati
  • Développeur : MindShaft Games, LLC / Stage Clear Studios
  • Catégorie : Action / Aventure
  • Prix : 12,99 €
  • Classification : PEGI 16

 

 

Le test a été réalisé avec une version presse offerte par Digerati (Merci Mike!).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :