Test Maneater, je vais tous vous bouffer !

Tripwire se lance dans l’inédit avec Maneater qui est le premier Shark-RPG du monde des jeux vidéos. Bon alors ma seule expérience qui mélange jeux vidéos et incarnation d’un mammifère marin remonte à Echo le Dauphin, ça vous plante le décor. Alors les plus jeunes ne savent pas ce qu’est Echo le Dauphin où alors croient le savoir parce qu’on leur a vendu un jeu historique et mythique. Si le premier terme est vrai, le second reste à prouver car je suis désolé mais Echo le Dauphin est une véritable purge ! C’est donc avec une certaine appréhension que je me suis mis devant le nouveau né de TripWire. Est ce que devenir le plus grand prédateur du monde marin est il quelque chose d’intéressant ? Je vous dis tout dans ce test aux dents acérées. 

Maneater_20200529234154

Que la chasse commence !

Bébé deviendra grand !

Maneater nous propose donc de prendre les commandes d’un bébé requin que l’on va devoir faire grandir pour le plus grand prédateur marin. Pour ceux qui seraient dérangés par bouffer du baigneur ou du surfeur à la tonne, le jeu sait nous mettre de bonne volonté en nous proposant un scénario via une équipe de tournage qui suit Scaly Pete. Un véritable trou du cul qui ne pense qu’à chasser le requin jusqu’à trouver le fameux requin unique le plus gros et le plus dangereux de tous. Alors qu’on suit ce petit bâtard, il arrive à faire une prise qui est un requin femelle enceinte, bien sur il l’éventre pour jouer avec ses petits sauf que l’un deux parvient à lui arracher un bras (qu’il ne s’inquiète pas ce n’est qu’un début), le bébé requin parvient à se faire la belle et c’est parti pour une longue aventure ! Le scénario s’imprègne énormément des films de série B mais aussi de la saga Les Dents de la Mer (comment faire autrement ?). Les personnages croisés à savoir les chasseurs de requin « vedettes », sont particulièrement badasses mais aussi détestables ce qui poussent à poursuivre notre quête de carnage.

Maneater_20200601150749

Fais le malin…

Maneater_20200531001803

Alors tu la ramène moins hein ?

Le concept de proposer le jeu sous forme de show télévisé permet d’introduite une voix off qui va nous suivre tout au long du jeu en proposant des commentaires sur les espèces que l’on peut croiser dans l’eau mais surtout en nous avertissant de la présence de patrouilleurs qui cherchent à nous harponner. Cela permet surtout d’éviter de se sentir trop seul dans les environnements proposés qui sont au demeurant très variés et assez bien foutus. Commencer à l’état de nourrisson, évite de se retrouver tout de suite dans le grand bain (au propre comme au figuré) et donc de traverser des zones différentes que ce soit par leur faune ou leur flore. Si au départ le bayou se montre marécageux, on pourra également parcourir des zones radioactives, industrielles, touristiques ou encore le grand large. Bien sûr à chaque environnement, la faune change et il est toujours plaisant de devoir s’adapter à leurs mouvements qui restent très fluides. Le jeu est à ce titre assez bien réalisé, les décors s’affichent sans problème même si la distance d’affichage de la petite poiscaille peut être parfois très réduite. Le jeu gère assez bien le cycle jour nuit même si cela n’influe pas sur la faune (uniquement sur votre visibilité). J’ai quand même un peu pesté sur la caméra qui devenait un peu folle et ingérable durant certaines phases de combats (j’y reviendrai). Pas de ralentissement de constaté que ce soit en profondeur ou lorsque l’on nage à la surface. Dans l’ensemble le jeu est bien modélisé que ce soit les décors qui parviennent même à nous arrêter pour constater le travail fait ou les animaux croisés, les humains en revanche sont assez… « désarticulés » et les chasseurs lambda se ressemblent un peu trop mais pas de quoi crier au scandale.

Maneater_20200529235855

Les grottes sont magnifiques

Maneater_20200529231505

Et de bons spots sont proposés

Maneater_20200530001301

L’aspect son reste assez réduit. En effet, excepté la voix off dont j’ai parlé précédemment on a pas grand chose à se mettre sous la dent (arf). Les animaux que vous croiserez ne font aucun bruit excepté les prédateurs qui ont tous le même son… Idem pour tout ce qui est coup de feu ou moteur, ils sont tous identiques ! Que dire de votre propre personnage qui fera toujours le même claquage de dents ainsi que le même jappement lorsque vous prenez un coup… Ce petit cri laisse d’ailleurs à désirer pour un grand prédateur des mers.

Maneater_20200529233829

Laissez moi devenir un monstre

On va donc diriger un requin en vue à la troisième requin (trop facile) qui est donc capable, via une simple pression sur une gâchette, de donner des coups de crocs, un coup de nageoire, esquiver des attaques ou accélérer. Votre bestiau est aussi capable de sauter hors de l’eau pour attaquer des proies sur bateaux ou sur la plage et vous êtes équipés d’un sonar qui vous indique la faune alentour ainsi que les collectibles à ramasser. Pour grandir et ainsi muter et acquérir de nouvelles capacités, il n’y a pas à tortiller il faut bouffer tout ce qui passe : du mérou, de la tortue, du poisson chat, de l’alligator, du requin, du barracuda du cachalot et le plus délicieux de l’humain ! A chaque fois que vous bouffez votre jauge d’expérience augmente (votre niveau est capé à 30) et à certains pallier vous devenez adolescent, adulte ou encore ancien. Au fil de votre progression, vous pourrez doter votre poisson de nouvelles dents avec des buffs supplémantaires comme le poison ou l’électricité ou de nouvelles capacités comme une peau plus dure ou une glande surrénale. Ces améliorations se débloquent en accomplissant les différents missions qui se proposent à vous et se développent avec des nutriments que vous récoltez au fil de vos festins.

Maneater_20200601153501

Je commence à avoir de la gueule !

Il faut donc manger tout ce qui passe et en ça le jeu se montre un poil répétitif surtout qu’excepté le menu fretin, les autres proies sont volumineuses et nécessitent plusieurs coups ce qui rend l’ensemble encore plus long ! Vous ne pouvez pas passer à côté de la bouffe puisque vous aurez besoin des fameux nutriments pour vous améliorez et accomplir vos objectifs. Je vais quand même râler sur la maniabilité du jeu que j’ai trouvé un poil laborieuse avec l’usage des deux joysticks et celui de droite qui sert de caméra et qui est assez chiadé à gérer en combat surtout quand on alterne surface et immersion. Le système de lock est d’ailleurs un peu pété et pour compenser il vous faudra spammer le stick droit avant chaque attaque pour mettre votre squale dans la bonne direction !

Maneater_20200601144837

Je vole !

Maneater_20200601150425

Un bain de sang !

Une fois que vous aurez bien pigé les commandes, vous pourrez explorer « l’open world » qui s’offre à vous. Sur ce point, les développeurs ont repris les classiques qui marchent tout le temps. Le jeu est donc découpé en 7 zones qui se débloquent au fil de votre progression dans l’histoire principale. Vous pouvez ensuite vous balader librement dans ces zones histoire d’accomplir des quêtes secondaires ou encore ramasser tous les collectibles que propose le jeu : points de repère, caisse de ravitaillement et plaque d’immatriculation. Sur ce point, les développeurs ne se sont pas foutus de notre gueule et les joueurs atteint de collectionnite aiguë seront ravi d’apprendre qu’il y 260 objets à collectionner ! Bien sûr cette collection n’est pas inutile puisqu’elle vous permettra de débloquer de nouvelles capacités très utiles ! Le jeu propose également pas mal de quêtes secondaires mais qui comment tout jeu du genre se ressemblent toutes… Il vous faudra bouffer de l’humain ou du mérou ou de l’aligator et pis c’est tout… Enfin vous aurez une jauge d’infamie que vous devrez faire monter pour débloquer des paliers et faire venir à vous des chasseurs vedettes qu’il faudra bouffer. Le système fonctionne un peu à l’intar de GTA avec une jauge à faire monter qui appelle des renforts plus nombreux et plus forts ! Une nouvelle fois il faudra donc bouffer tout ce qui passe. Niveau variété c’est moyen mais l’avantage c’est que ces différentes activités vous permettent d’alterner un peu les plaisirs et les objectifs. Au final le jeu propose un sacré morceau et il vous faudra compter une bonne vingtaine d’heures pour le terminer à 100% !

Maneater_20200604202451

Le monde est vaste

Maneater_20200604202505

Et regorge d’éléments à chercher

Maneater_20200604202517

Les chasseurs vedettes

Conclusion

Au final je suis très agréablement surpris par Maneater et l’originalité qu’il propose en nous donnant un requin à diriger ! Au début j’ai pris le jeu par dessus la jambe en me demandant si cela n’allait pas être l’étron de l’année 2020 et bien pô du tout bien au contraire. Bien que Maneater soit assez répétitif il n’en demeure pas moins prenant entre l’histoire principale, les quêtes secondaires, les objets à collectionner, les chasseurs vedettes à dézinguer ! Le système de personnalisation du requin bien que sommaire, fait le taff et on a plaisir à modifier son animal afin de le rendre plus mortel ! Si Maneater n’est pas un AAA, il n’a pas à rougir de son rendu final et mérite que l’on s’y attarde quelques heures ! 

Positif

  • Graphiquement très réussi
  • La personnalisation du vaisseau très détaillée
  • Gros contenu avec une bonne durée de vie

Négatif 

  • Un gameplay lent et répétitif
  • Affichage réduit sous l’eau
  • Aspect sonore passé aux oubliettes

Satisfaction du Piwi 83 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Microsoft ni Koch Media !) ICI ou ICI.

apps.57648.14572536018362984.944e7368-3c2f-4b4e-8072-fe5da70a10fa

 

  • Date de sortie : 22 mai 2020
  • Editeur : Tripwire Interactive LLC
  • Développeur : Tripwire Interactive LLC
  • Catégorie : Action / Aventure
  • Prix : 39,99 €
  • Classification : PEGI 18

 

 

Le test a été réalisé avec une version presse offerte par Koch Media (Merci Thomas !).

 



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :