Test Skelattack, quand difficulté rime avec maniabilité…

Une fois n’est pas coutume, on se retrouve aujourd’hui avec un jeu indé édité par… Konami !!! Oui ceux qui d’habitude ne s’intéressent que trop peu à cet univers, ont décidé de soutenir le studio de développement Uzuka pour nous pondre un plateformer à la direction artistique qui flatte énormément la rétine. Ce qui est d’autant plus surprenant, c’est qu’aucune communication n’a filtré jusqu’à l’annonce de la sortie du jeu… le jour de la sortie du jeu ! C’est quand même un petit peu louche surtout que, j’insiste, les visuels ne peuvent que donner envie ! Je vous dis tout de Skelattack dans ce test d’outre tombe…

Skelattack_20200605145547

Que l’aventure commence

Une aventure haute en couleurs

On incarne donc Skully qui vient de mourir (dommage) et qui fait ses premiers pas dans le royaume des morts aka Aftervale. Comme tout jeune mort, il doit accomplir la cérémonie du souvenir qui lui permettra de se remémorer sa vie passée. Il va ainsi faire la connaissance non pas de Fox Mulder (oui je ne pouvais pas passer à côté) mais d’Imber une gentille chauve souris très second degré. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes quand des trous de balle d’humains kidnappent le plus vieux squelette d’Aftervale afin de s’emparer de la Flamme Bleue, celle qui permet aux morts de s’animer. Ni une ni deux et alors que vous ne connaissez rien à ce nouveau monde, vous vous décidez de vous lancer à l’aventure afin d’arrêter les humains. Bon le speech ne casse pas trois pattes à un canard et il faut admettre que l’on a déjà vu ce genre de scénario. Surtout que l’histoire nous offrira les mêmes retournements de situation que l’on retrouve dans 90% des jeux. Heureusement que les dialogues, bien que longs regorgent d’humour et de clins d’œil. Enfin je dis ça, encore faut-il bien maîtriser la langue de Shakespeare… Car oui le jeu est intégralement et surtout uniquement en anglais. Vous connaissez mon combat (de merde) pour la langue française mais là je suis vraiment en colère quand je sais que c’est Konami qui édite le jeu… Proposer plusieurs langues est alors un minimum…

Skelattack_20200605135222

C’est mignon pour l’au delà

Skelattack_20200605142416

Même chez les rats !

Passé la déception de n’avoir droit qu’à de l’anglais, on est quand même sur le cul par la direction artistique ! Le jeu est vraiment réussi que ce soient l’aspect visuel et l’aspect sonore. Visuellement les environnements traversés sont variés et surtout claquent avec des tableaux dessinés à la main et très réussi. Le jeu se divise en 6 niveaux assez différents les uns des autres. On pourra ainsi traverser notamment une crypte, une prison, une forge. C’est assez plaisant surtout que les niveaux sont assez vastes (quoique je pèse mes mots au regard de la durée de vie finale du titre). J’ai trouvé que le jeu avait un côté « Tim Burton » avec des scènes assez loufoques qui tranchent singulièrement avec l’aspect lugubre du titre. Je modérerai mon appréciation par rapport au bestiaire proposé qui est très limité et réutilisé au fil des niveaux sans grande originalité… Leurs animations sont limitées et on a l’impression par rapport aux décors, que les montres rencontrés appartiennent à un autre temps ou à un autre jeu. Enfin si le jeu tourne plutôt bien dans les 4 premiers niveaux, j’ai pu constater pas mal de ralentissements sur les deux derniers qui proposent pas mal d’éléments à l’écran mais également beaucoup d’effets visuels qui font chuter le framerate sur deux trois secondes.

Skelattack_20200606013009Skelattack_20200606003805Skelattack_20200605153940

La BO de Skelattack est également de grande qualité avec des morceaux variés surtout dans les tableaux qui mettent en scène des PNJ. J’ai eu un coup de cœur pour la musique du bar The Gobelin’s Goblet qui assez jazzy ! Après je trouve dommage qu’aucun des personnages ne bénéficie d’une voix sans pour autant parler de doublages…

Skelattack_20200606002255

Skelattack_20200605144013

Hélas c’est là qu’est l’os !

Venons en au contenu proposé par Skelattack, il s’agit d’un pur plateformer qui peut se révéler hardcore… Skully est capable de sauter, double sauter (voir triple sauter si vous débloquer la capacité), faire des wall-jump, courir, glisser, s’accroupir et frapper avec son épée. Le gameplay est somme toute simple. Par la suite vous pouvez user de magie comme se soigner, utiliser un sonar qui vous fera apparaître les parties cachées (et dieu sait qu’il y en a !), ou encore utiliser un de vos os comme un boomerang… C’est donc simple comme bonjour MAIS car il y a, dans le cas de Skelattack, un putain d’énorme MAIS ! J’en profite pour faire une petite référence à JV.com, comment mettre 16/20 à un jeu qui a une maniabilité totalement pétée et aux fraises ? Je suis un vieux (con) OK, et comme tous les joueurs on a des habitudes qu’une multitude de jeux nous ont donné car ils reprenaient les mêmes codes. Par exemple dans un jeu un bonus vert c’est positif rouge c’est dangereux vous me suivez ? Bon alors pour faire un wall-jump on appuie sur le bouton saut lorsque l’on touche le mur et on change de direction (Merci Metroid sur Snes qui a lancé le concept). Bon et bien dans Skelattack, il « suffit » juste de mettre le joystick dans la direction opposée sans appuyer sur le bouton saut. Vous me direz mais c’est encore plus simple oui et c’est là où est le problème ! Il va falloir vous forcer à choper le truc et c’est tout bonnement chiant ! Autre problème avec cette mécanique, dès que votre personnage touche le mur il se met automatiquement en mode wall jump en glissant et en se collant le long du mur ce qui va vous occasionner un nombre énorme de morts ! 

Skelattack_20200605154059Skelattack_20200605153747

Skelattack_20200605144129

Oui vous allez mourir souvent…

Mais si c’était le seul problème hélas non ! On a la furieuse impression que Skully s’est soit beurré les pieds soit a collé des savonnettes en dessous. L’un dans l’autre vous allez avoir l’impression de glisser comme dans un niveau de glace sur Super Mario… En fait certains passages deviennent difficiles justement à cause de ces approximations dans la maniabilité et encore il faut aussi compter sur des sauts dont la hauteur change en fonction de… en fonction de j’en ai aucune idée, c’est juste pété ! Ajouté à cela des combats lents mais lents, je ne sais pas ce qui est le plus lent : votre personnage qui frappe ou la vitesse de déplacement (pour ceux qui se déplacent) des ennemis… C’est mou et on se rend compte que les ennemis sont là uniquement pour vous pourrir l’existence dans les phases de plateformes. Ces petits points vont vous faire mourir beaucoup ! Heureusement que la mort n’est pas punitive puisque le jeu offre des checkpoints très souvent (les petites flammes que vous activez à votre passage) du coup vous perdez uniquement 20 pierres bleues que vous pouvez tenter de récupérer au passage suivant au risque d’en perdre 20 de plus… Ces petites pierres ont quand même une utilité puisqu’elles permettent d’améliorer vos magies ou d’acheter des potions augmentant votre barre de vie.

Skelattack_20200606005821

Sur l’écran vous avez 11 façons de mourir…

Skelattack_20200606005313Skelattack_20200605154148

Le jeu dans l’ensemble offre une durée de vie disparate en fonction de votre skill. Vous pouvez faire le jeu en ligne droite ou tenter l’exploration si vous en avez le courage au regard de la maniabilité et de la difficulté de certains passages qui vous feront perdre plus que ce que vous gagnerez au final. Les boss ne vous feront en revanche pas perdre de temps. Si leur caracter design est assez bien foutu, leurs paterns sont ridicules et très faciles à gérer. Au final il vous faudra environ 5 heures pour boucler le jeu, en tout cas c’est ce qu’il m’a fallu et je trouve que c’est peu. Alors OK, je n’ai pas fait le 100% mais je dois vous avouer que je n’en avais pas forcément envie au regard des problèmes de maniabilité qui rendent des passages quasi impossibles à faire ! Je pense que l’on peut rajouter trois bonnes heures en plus pour faire le jeu à 100% car l’exploration n’est pas non plus comme on peut la trouver dans un Metroid avec peu de back tracking et surtout la possiblité de faire des voyages rapides via les tunnels de mineurs que vous découvrirez en chemin.

Skelattack_20200606010747Skelattack_20200605152328Skelattack_20200605145904Skelattack_20200605153823

Conclusion 

Konami se décide d’augmenter son catalogue de jeu en proposant d’avantage de jeu pour le marché occidental (c’est ce qui est vendu dans le communiqué joint au jeu) et il faut dire que le concept est bon, la direction artistique excellente mais la maniabilité ne suit pas. Je trouve risqué de tenter des innovations dans la maniabilité qui vont à contre courant de tout ce qui s’est fait jusqu’alors. Si en plus on a droit à des approximations dans les mouvements, cela peut paraître rebutant pour les plus anciens d’entre nous. C’est dommage et le prix peut paraître un peu élevé par rapport au contenu proposé… 

Positif

  • Une direction artistique du feu de dieu
  • Une difficulté bien présente

Négatif 

  • Une maniabilité très… savonneuse !
  • Répétitif
  • En anglais uniquement

Satisfaction du Piwi 55 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Microsoft ni Konami !) ICI ou ICI.

apps.51857.14179652010371731.2b87d1d0-f8b4-4014-8e3b-11635bc26607

 

  • Date de sortie : 2 juin 2020
  • Editeur : Konami Digital Entertainment, Inc.
  • Développeur : Ukuza, Inc.
  • Catégorie : Action / Aventure
  • Prix : 19,99 €
  • Classification : PEGI 7

 

 

Le test a été réalisé avec une version presse offerte par Reset PR (Merci Audrey !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :