Test I, AI, comme un air de déjà vu…

Comme très souvent les jeux édités par Sometimes You sortent sans crier gare et c’est le cas de I, AI. Mais qu’est ce qui se cache derrière un titre si peu vendeur : un shmup ! Quand j’ai reçu le jeu je ne savais pas à quoi m’attendre surtout que, je dois l’admettre, cela fait un petit moment que je n’ai pas eu de jeu indé à tester et particulièrement un jeu de Sometimes You alors qu’avant la crise de la COVID (foutu féminin !) j’avais au moins un jeu par mois de l’éditeur. Bref, je ne savais pas sur quoi j’allais tomber et les premières minutes de jeu m’ont laissé un sentiment de « déjà vu ». Je vous donne les raisons du pourquoi et du comment de cette impression dans ce test éclair.

ça ne vous dit rien ?

La même réalisation qu’il y a un an…

Comme je le disais, je lance le jeu et puis tout de suite, cette impression d’avoir déjà joué au jeu où du moins à un jeu qui y ressemble énormément ! Je me casse la tête et je réfléchis aux shmup auxquels j’ai pu jouer et la lumière fut ! Stellatum un shmup sorti en novembre 2019 et développé par Satur Entertainement. Petit check du côté de la fiche d’I, AI et oh surprise le jeu est développé par le même studio et je m’aperçois même que les gars sont très axés shmup ou jeu d’arcade d’avion puisqu’ils sont également derrière Aircraft Evolution. Les deux jeux précités ne m’ont pas déçu donc je ne vois pas pourquoi celui-ci en serait différemment. Mais quand même après une trentaine de minutes de jeu, je ne peux que constater que les développeurs ne se sont pas foulés ! J’avais été charmé par les visuels de Stellatum et ceux de I, AI sont exactement les mêmes ! On retrouve les mêmes fonds fixes qui sont quand même de très bonne facture, les mêmes éléments de décor en premier plan, les mêmes effets de tirs et d’explosion (avec un ou deux effets supplémentaires). Bref en termes de nouveautés c’est vraiment peu surtout s’il l’on ajoute à ça le fait que le jeu ne comporte qu’une vingtaine de missions qui se font en un peu moins de 3 heures en difficulté normale. Comme on a les mêmes décors, on retrouve les mêmes défauts que pour Stellatum : le manque de visibilité pour certains tirs ennemis en raison d’un décor surchargé. J’aurai aimé que les développeurs rectifient au moins cet aspect…

Pour mon test de Stellatum c’est ICI.

Pour mon test d’Aircraft Evolution c’est par là.

On est en terrain connu !
Mêmes décors
Et même sprites

Les développeurs ont quand même eu l’idée de changer un petit peu le scénario et je précise un petit peu car l’idée de base est la même. Si dans Stellatum on incarnait un extraterrestre qui cherchait à fuir pour vivre une vie meilleure, dans I. AI on incarne cette fois une intelligence artificielle qui a servi à créer une base militaire ainsi que des prototypes d’armes et cette intelligence cherche dorénavant à fuir pour retrouver la liberté… On retrouve donc l’idée de fuite vers l’avant qui justifie le scrolling et la succession de niveaux. Après l’histoire ne reste qu’un prétexte puisqu’exceptées une cinématique au début de l’aventure et une à la fin, on n’a pas une seule ligne de scénario entre chaque mission. De toute façon, on conviendra qu’il est difficile de donner un scénario qui tienne la route à un shmup.

On va quand même affronter du lourd
On perd parfois en lisibilité

Un gameplay qui a subi de légères retouches

Autant j’avais râlé sur la difficulté de Stellatum autant celle d’I, AI, c’est le jour et la nuit ! Les niveaux s’enchaînent sans grande difficulté. On a quasiment un boss à chaque fin de niveau et seuls deux sont véritablement retord. Je vous conseille vraiment de faire le jeu au moins en difficulté normale au risque de vous ennuyer ! On a même des pans entiers de niveau sans rien à faire excepté tirer sur les trois ennemis qui se présentent à nous… Le seul point énervant est l’absence de checkpoint dans les niveaux ce qui signifie qu’en cas de mort, vous devez tout vous retaper avec un scrolling automatique c’est moyen… 20 missions ce n’est pas bien folichon et le bestiaire a du mal à se renouveler, on a donc un sentiment de répétitivité qui fait son apparition très rapidement. Une nouvelle fois exceptés les boss qui sont de grande envergure on a tendance à un petit peu s’ennuyer. La faute à un scrolling lent et à des ennemis pas si présents que ça. Même les boss proposent la même mécanique, détruire les parties annexes pour ouvrir le point faible et ainsi le détruire. J’aime les shmups quand c’est nerveux, quand ça tire de partout ce qui n’est pas du tout le cas d’I, AI. Il faut attendre au moins la mission 15 pour avoir des ennemis en pagaille à l’écran et le sentiment d’être en difficulté, en gros 5 missions… Pour le reste, le jeu reste aussi maniable que son aîné et, est donc très agréable à parcourir. Je n’ai pas relevé de ralentissement ni de bugs sur les hit box, comme quoi un petit budget peut suffire…

Peu de contenu
Les boss relèvent le niveau
Hard pour certains…
Mais toujours impressionnants !

En revanche les développeurs ont revu les éléments du gameplay et notamment l’amélioration du vaisseau plus efficace et donc rendant le jeu plus simple. Votre vaisseau dispose d’un tir principal, un tir passif, un bouclier, des mines, des méga bombes, un rayon électrique… Il y a de quoi faire et vous pouvez améliorer chaque élément jusqu’à plusieurs fois. Les améliorations se font en dépensant les ressources bleues lâchées par les ennemis lorsqu’ils explosent. Bon si vous voulez tout améliorer, il faudra refaire les missions plusieurs fois car le jeu se montre assez avare. A l’inverse de Stellatum, on oublie l’arbre de compétence et on améliore chaque attribue comme on le souhaite. Ça fonctionne bien même si le jeu reste très simple et les améliorations si elles sont utiles ne sont pas nécessaires. In game, les améliorations se démarquent visuellement de sorte qu’on ressent vraiment la puissance de notre vaisseau augmenter.

Pas mal de choix

Conclusion

Que dire de plus d’I, AI ? J’avais été enchanté par Stellatum et voilà qu’un an après je me retrouve face à son petit frère jumeau. Pourquoi petit frère jumeau ? Car visuellement les deux jeux sont identiques. Les développeurs ont pris soin de revoir la personnalisation du vaisseau qui ressemble plus à ce qui se fait classiquement. C’est le seul changement ! Mais ce changement a un prix : si Stellatum proposait 80 niveaux, I, AI n’en propose plus que 20… En fait j’ai l’impression qu’I, AI est une sorte de DLC de son aîné… Le jeu est pas mal mais pour le même tarif, je vous conseille Stellatum qui propose plus de contenu et plus de challenge !

Positif

  • Graphiquement réussi
  • Shmup classique mais solide
  • La personnalisation du vaisseau

Négatif 

  • Un peu mou pour un shmup
  • Répétitif et court
  • Aspect sonore manquant à l’appel

Satisfaction du Piwi 60 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez  Sony ni Microsoft ni Sometimes You !) ICI PS4 ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 9 décembre 2020
  • Editeur : Sometimes You
  • Développeur : Satur Entertainement
  • Catégorie : Shoot’em up
  • Prix : 9,99 €
  • Classification : PEGI 12

Le test a été réalisé avec une version presse Xbox One offerte par Sometimes You.



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :