Test Les Schtroumpfs – Mission Malfeuille, Peyo peut être fier !

Il est temps de schtroumpfer les amis que ce soit sur les consoles de Sony, de Microsoft ou de Nintendo, les petites créatures bleues sorties tout droit de l’imagination de Peyo il y a plus de 60 ans (et oui quand même cela ne nous rajeunit pas !) sont partout ! Bon je dois reconnaître que je n’étais pas forcément serein lorsque j’ai lancé le jeu et pour cause. Les Schtroumpfs en bande dessinée c’est mignon mais en jeux vidéo c’est une tout autre paire de manche. J’ai surtout été marqué par le jeu sorti sur Super Nintendo, mais si le jeu développé par Infogrammes, le studio qui nous a torturé alors que nous étions enfant en éditant notamment des licences comme Astérix ou Tintin. Ces jeux étaient un calvaire que ce soit dans la maniabilité mais surtout dans la difficulté qui était monstrueuse ! On est d’accord pour dire que l’on a tous pleuré des larmes de sang sur Tintin… Bref les gars de Osome Studio (français qui plus est cocorico!) semble suivre le même chemin qu’Infogrammes puisqu’après Astérix, ils s’attaquent aux schtroumpfs…

Il était une fois…

Il faut schtroumpfer la Malfeuille !

L’histoire est simple comme un schtroumpf ! Les Schtroumpfs doivent une fois de plus déjouer les sombres desseins du machiavélique Gargamel ! Celui-ci a mis au point une formule qui donne naissance à une plante maléfique : la Malfeuille. Cette plante très toxique représente une grande menace pour la forêt, mais également pour les petits êtres bleus, puisque la Malfeuille sécrète des graines de « Maltrappe » qui peuvent attirer les Schtroumpfs et les emprisonner dans des cages végétales ! On va donc incarner à tour de rôle le Schtroumpf costaud, la Schtroumpfette, le Schtroumpf à lunettes et le Schtroumpf cuisinier dans leur quête pour trouver les ingrédients de l’antidote qui leur permettra d’éradiquer la Malfeuille et guérir les plantes de la forêt. Pour lutter contre cette épidémie, on aura à notre disposition le Vaporisaschtroumpf, une invention révolutionnaire du Schtroumpf bricoleur. Cette invention va nous permettre de soigner les plantes atteintes, vaincre les ennemis qui se mettront en travers de notre chemin et plus généralement nous faciliter notre progression au fil des améliorations que va créer Monsieur Bricolage.

Il y a de quoi faire !
C’est mignon !

Le scénario fonctionne bien et on se croirait dans une histoire des schtroumpfs ce qui signifie également que l’on ne va pas avoir de twist ou autre révélation au fil de l’aventure. Tout est bon enfant. J’ai trouvé que le jeu avait une dimension écolo. Ok le thème des schtroumpfs est souvent la protection de la forêt et des êtres qui y vivent mais là c’est exacerbé. Lorsque l’on arrive dans une zone non soignée, les décors rappellent une nature polluée avec la présence de beaucoup de noir et plus on progresse plus l’environnement reprend des couleurs et force est de constater qu’il vaut mieux des fleurs et de l’herbe que des tâches qui ressemblent à du pétrole…

Y’a du boulot !
C’est mieux !

Notre quête va nous faire parcourir 5 environnements étant précisé que cela inclut le village Schtroumpf, les abords du village, la forêt… Bon oui nos petites créatures ont les pattes courtes ce qui les empêche de parcourir de longues distances. On a quand même droit de parcourir les cuisines du chef Toctoc ainsi que le laboratoire du fameux Gargamel ! Les environnements ne sont donc pas très variés mais on retrouve le style des schtroumpfs avec une forêt qui ressemble à s’y méprendre à celle créée par Peyo tout comme le laboratoire. Au niveau de la qualité, on a deux écoles, celle de la Switch avec des problèmes d’affichages et des contours pas forcément net tout comme les textures. On a ensuite les autres consoles qui proposent une qualité graphique supérieure, en tout cas sur Xbox mais je me doute que les consoles de Sony proposent le même rendu. L’aspect son est pas mal avec des mélodies classiques mais qui correspondent à la licence. Mention spéciale aux voix des personnages qui sont celles des dessins animés et la voix off qui ressemblent à s’y méprendre à la voix off des adaptations de bon nombre de BD : Les Schtroumfs ou Astérix en tête.

On schtroumpfe simplement ou presque…

Les Schtroumpfs – Mission Malfeuille est un jeu d’aventure avec une grosse dominante de plateforme. Si le jeu est simple comme bonjour sur les premières zones que l’on parcourt, la difficulté se corse un peu plus passé la deuxième moitié avec des passages de saut qui peuvent se montrer un peu casse-gueule, la faute à une caméra qui devient un peu folle par moments. Je vous rassure rien d’impossible mais si le jeu veut intéresser les plus petits d’entre nous, ces derniers risquent de se trouver un peu bloqué sur certains passages. Je pense notamment à la traversée de la zone du schtroumpf sauvage au somme des arbres ou encore à l’ascension du château marmite avec des sauts pas évident et des angles de caméra mal choisi. D’une manière générale le jeu se montre assez vertical et il faut fouiller le moindre recoin pour récupérer tous les collectibles et soigner toutes les herbes touchées par la malfeuille. C’est d’ailleurs lorsque l’on s’attaque au 100% que le jeu peut se montrer difficile. Certains pièces de puzzle ou fiole nécessitent de combiner des pouvoirs dans un timing un peu trop serré pour que les plus jeunes y arrivent. Ces collectibles sont nécessaires si vous voulez améliorer au maximum votre Vaporisaschtroumpf.

Tout se passe en hauteur
Ce niveau est le plus compliqué
Super l’angle de caméra…

Au niveau du gameplay, j’ai trouvé que le jeu emprunté beaucoup au style Metroidvania avec un backtracking ultra présent. On commence avec un seul saut et un Vaporisaschtroumpf aux capacités très limitées ! Puis on acquiert au fil de notre progression, de nouvelles capacités comme un deuxième saut, le sprint, le coup de cul, la capacité de planer… Toutes ces compétences vont nous demander de revisiter les zones déjà parcourues afin de ramasser les collectibles inaccessibles jusqu’alors, oui nos schtroumpfs ont tout d’une Samus Aran ! Cet aspect metroidvania allonge énormément la durée de vie du jeu qui peut se faire en seulement 4-5 heures en ligne droite mais vous pouvez doubler le temps si vous cherchez à tous faire. Heureusement, le jeu dispose d’une fonction voyage rapide qui nous permet de nous déplacer d’une zone à l’autre quand on veut et comme on veut, on évite ainsi de se faire tout le chemin en sens inverse ce qui aurait pu se montrer rebutant vu la vitesse de déplacement de nos schtroumpfs et la taille de certaines zones !

Il faudra tout trouver
Le sprint est très utile pour ces phases
Certains passages demandent de revenir plus tard
Le voyage rapide peut se révéler très utile !

Cependant, le jeu peut se montrer un peu répétitif avec un bestiaire limité et l’absence totale de boss. Les 4 premiers environnements, excepté pour les phases de saut montrent peu d’originalité au niveau des combats qui sont peu nombreux. Concrètement, il existe quelques zones qui se ferment par des barrières magiques qui ne disparaîtront qu’une fois tous les ennemis abattus. Ces combats ne présentent aucune difficulté sauf pour certains qui sont dans des zones très exiguës et avec pas mal d’ennemis : les pires devenant les premiers que l’on croise sorte de petites bêtes que l’on peut ne pas voir au milieu de l’action et qui ont tendance à sauter partout. Ce n’est que sur le dernier niveau où le jeu propose une mécanique nouvelle avec la présence d’un Gargamel qui nous chasse dans son laboratoire à l’instar d’un Mister X ou d’un Nemesis (bon en moins terrifiant quand même on est dans un conte pour enfant). Dommage que cette mécanique arrive si tard et les développeurs auraient pu l’inclure sur certaines zones précises bien avant, cela aurait ajouté un peu de piment et cassé la routine du jeu.

Le bestiaire est assez redondant
Ne vous inquiétez pas

Un petit mot sur le mode coopération que j’ai pu tester avec mini Piwi. Je m’attendais à ce que chaque joueur commande un schtroumpf mais pas du tout ! Si le premier a le schtroumpf, le second dirige un robot aux capacités limitées : il peut soigner les plantes en passant par dessus sauter et planer et c’est tout ! Du coup il y a pas mal d’actions que le second joueur ne peut pas faire et je ne parle pas des phases de plateformes tout simplement impossible pour lui avec une caméra centrée uniquement sur le premier, il faut donc coordonner à la seconde les sauts ! Au final le mode ne sert à rien sauf si le second joueur à moins de 6 ans, il ne s’aperçoit pas qu’il est inutile 90% du temps…

Le second joueur se fait ch***

Conclusion

Finalement, Les Schtroumpfs – Mission Malfeuille se montre très agréable à parcourir malgré une difficulté quasi absente excepté sur quelques phases de sauts qui nécessiteront plusieurs essais (pas plus de trois je vous rassure). Que ce soit dans le fond ou sur la forme, le soft coche toutes les cases de ce qui fait un bon jeu. Peut être que le public ciblé est relativement jeune je dirai entre 8 et 12 ans max mais les plus anciens amoureux de nostalgie y trouveront quand même leur compte ! Si les développeurs ont su faire preuve d’imagination pour les phases de plateforme dommage que les combats n’aient pas eu droit au même traitement. Il n’en demeure pas moins que le jeu propose un contenu assez solide pour les complétistes, je reprocherai juste un mode deux joueurs totalement anecdotiques limite raté pour le second joueur.

Positif

  • L’esprit schtroumpf bien respecté
  • L’aspect metroidvania
  • Les voix françaises
  • Des phases de plateformes bien pensées
  • Un bon contenu
  • Des graphismes de bonne qualité

Négatif 

  • Un manque de variations pour les combats
  • Le mode coopération
  • Un brin répétitif

Satisfaction du Piwi 70 %

Si tu veux acheter le jeu (le Piwi ne prend aucune commission car non actionnaire chez Microsoft ni Sony ni Nintendo ni Microids !) ICI PS4 ou ICI SWITCH ou ICI XBOX ONE.

  • Date de sortie : 5 novembre 2021
  • Editeur : Microids
  • Développeur : Osome Studio
  • Catégorie : Action aventure
  • Prix : 44,99 €
  • Classification : PEGI 3

Le test a été réalisé avec une version presse digitale PS4 offerte par Microids (Merci Mathias et Alice !).



Catégories :Tests

Tags:, , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :